Ouvrir le menu principal

Famille de La Fouchardière

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De La Fouchardière (homonymie).

de La Fouchardière
Armes de la famille.
Armes de la famille : de La Fouchardière

Blasonnement D'or à une fourche de sable emmanchée de gueules
Devise « Post tenebras spero lucem »
Période XVe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Poitou
Fiefs tenus La Perlotière (Thuré), Les Vergers (Châtellerault), La Mabilière (Courcoué), La Ronde (Saint-Gervais-les-Trois-Clochers), Collay (Saint-Gervais-les-Trois-Clochers), Beaufort (Saint-Gervais-les-Trois-Clochers)
Demeures Launay (Sérigny), La Fontfermée (Naintré), L'Etang (Châtellerault)
Charges Avocat, sénéchal, greffier, conseiller général
Fonctions militaires Officiers
Fonctions ecclésiastiques Prêtre, curé, recteur
Récompenses militaires Ordre national de la Légion d'honneur, Croix de Guerre 1939-1945, Médaille de la Résistance française, etc.

La famille de La Fouchardière est une famille française originaire du Poitou dont les premières mentions remontent au XVe siècle. Elle compte parmi ses membres, outre des avocats et des officiers, des magistrats, des notaires et des ingénieurs.

Origines et histoireModifier

L'érudit et spécialiste du Poitou, Henri Beauchet-Filleau (1818-1895), écrit que la famille de La Fouchardière est une famille ancienne et distinguée du Châtelleraudais dont on trouve la trace dès le XVe siècle, qu'il y a plusieurs lieux de ce nom en Châtelleraudais et que c'est de l'un d'eux que cette famille a tiré son nom[1].

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit que Beauchet-Filleau a donné une généalogie très complète de cette famille dans son Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou et qu'il fait débuter la filiation avec Jean-François de La Fouchardière qui avait épousé vers 1600 Vincente Arnault et habitait Saint-Christophe en 1617[2]. Il écrit également : « La famille de La Fouchardière est anciennement et honorablement connue dans les environs de Châtellerault, en Poitou. Toutefois on ne lui connaît pas de principe d'anoblissement régulier. »[2]

Un Jean de La Fouchardière est notaire de Faye-la-Vineuse en 1456[2].

Cette famille est composée de plusieurs branches[1] :

  • de Monjardin
  • de La Mabilière
  • de l'Essart
  • de Collay
  • du Verger
  • de La Perlotière
  • de La Ronde
  • de La Touraine

PersonnalitésModifier

  • Jean de La Fouchardière (XVIIe siècle), sieur du Verger, avocat du roi à Châtellerault
  • Pierre de La Fouchardière (XVIIe siècle - XVIIIe siècle), sieur des Marais, avocat à Châtellerault, sénéchal de Saint-Gervais
  • Pierre de La Fouchardière (XVIIe siècle - XVIIIe siècle), sénéchal de la baronnie d'Ouvigny-la-Touche et greffier des rôles de la dite paroisse
  • Jean-Jacques de La Fouchardière, prêtre, curé de la paroisse de Faye-la-Vineuse, réfractaire à la Constitution civile du clergé et déporté. Rentré de déportation, il meurt en 1823 et est enterré dans le transept gauche de l'église de Faye
  • François-Alexis de La Fouchardière, prêtre jésuite, curé de la paroisse d'Orches, réfractaire à la Constitution civile du clergé et destitué de sa cure, il est l'un des rares prêtres du diocèse à "protester publiquement contre la nomination de Jean Seuilly désigné pour le remplacer"[3]. Il est ensuite déporté
  • Jacques-Antoine de La Fouchardière (1781-1856), maire de Sérigny et propriétaire du château de Launay. Il avait épousé en secondes noces Victoire Perrine Marie Jagault, nièce de l'abbé Pierre Jagault, secrétaire du conseil supérieur de la Vendée et fille de Jean-Baptiste Jagault, procureur en l'élection de Thouars, condamné à mort comme conspirateur et guillotiné le 17 mars 1794. Pour la protéger des armées révolutionnaires lors de la Virée de Galerne, sa mère confia Victoire, âgée de quatre ans, à une famille de La Flêche[4]
  • Jacques-Olivier de La Fouchardière (1809-1890), fils du précédent, avocat, conseiller général de la Vienne, gendre de Paul Proa et monarchiste conservateur.
  • Jean-Alexis de la Fouchardière (1781-1868), lieutenant de cuirassiers, père de Charles, qui servit aussi dans l'armée et fut nommé chevalier de la Légion d'honneur.
  • Paul Adolphe Alphonse de La Fouchardière (1843-1916), ingénieur des arts et manufactures (École centrale Paris), entrepreneur associé de la Manufacture d'armes de Châtellerault, censeur de la Banque de France. Beau frère d'Adrien Treuille (également entrepreneur associé de ladite manufacture), il est le gendre de Pierre-Aimé Arnaudeau, maire de Chatellerault, et père de 11 enfants.
  • Georges de La Fouchardière (1874-1946), journaliste, romancier
  • Pierre de La Fouchardière (1920-2011), résistant, commandant, commandeur de la Légion d'honneur
  • Alain de La Fouchardière (1921-1944), mort pour la France , le 19 août 1944, à Saint-Maximin (Var), lors du débarquement de Provence.
  • Émile de La Fouchardière (2002-présent), communément appelé Fooshee, étudiant au collège Jean-de-Brébeuf, gouverneur général du Canada et joueur professionnel de curling pour l'équipe nationale de l'Île Maurice.

AlliancesModifier

Anciennes alliancesModifier

Les principales alliances de la famille de La Fouchardière sont[1],[2] : Lambert (1572), Arnault (vers 1600), Voisin, Doussin, Fromager, Chaufour (1686), Cornuot, Denéchau (1690), Beauvillain, Giraudeau, Loullier, Quéreau, Babinet, Jagault (1812), Véneau (vers 1835), Proa (1841), Creuzé (1868), Arnaudeau (1869), Treuille (1875), etc.

Alliances contemporainesModifier

Familles: de Frétard d'Ecoyeux (1902), de Sauzay, de Becdelièvre (1920), Aubert, Boscal de Réals de Mornac, de Boussineau, Boutier, Brunet-Lapérelle, de Buyer-Mimeure, de Carayon Talpayrac, Caupin, Chatain, de Cordoüe, de Cugnac, de Dampierre, Dejean de La Batie, Demay de Goustine, Descamps, Fornier de Lachaux, d'Andigné, d'Espinay Saint Luc, Dubois, Garnier, Godet, de Gouzillon de Bélizal, d'Hardivilliers, Hussenot-Dessenonges, de Jerphanion, de Laage de Meux, Lacaze, de La Fontaine de Fontenay, de La Martinière, de Landes d'Aussac de Saint-Palais, Le Grix de La Salle, Le Moniès de Sagazan, Leroux, Marchand, Milord, Paulmier, Penot, de Pérouse de Montclos, Petit, Piot, Richard de La Tour, Rosset, Saint Olive, Valette, Winckler, etc.

ArmesModifier

Les armes de la famille de La Fouchardière sont : D'or à une fourche de sable emmanchée de gueules (enregistrées d'office à l'armorial général de 1696) ou d'après d'anciens cachets : D'argent à un chevron d'azur accompagné de trois étoiles[2].

Sur le blason de cette famille, on peut voir une couronne de comte repérable par ses neuf branches, ainsi qu'une étoile[5].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Fouchardière (de La).
  2. a b c d et e Fouchardière (de La).
  3. Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières. Ascension et affirmation d’un groupe social : le clergé paroissial du diocèse de Poitiers de 1681 à 1792, Geste Editions, , 360 p., p. 287
  4. Marie Louise Victorine de Donnissan de Lescure de La Rochejaquelein, Amable Guillaume Prosper Brugière de Barante et Barante, Mémoires, Baudouin, (lire en ligne).
  5. « Fouchardière (De la) - grand-patrimoine.loire-atlantique.fr », sur grand-patrimoine.loire-atlantique.fr (consulté le 6 juin 2017).

BibliographieModifier