Ouvrir le menu principal

Faye-la-Vineuse

commune française du département d'Indre-et-Loire

Faye-la-Vineuse
Faye-la-Vineuse
La collégiale Saint-Georges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Sainte-Maure-de-Touraine
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Val de Vienne
Maire
Mandat
David Cailleteau
2014-2020
Code postal 37120
Code commune 37105
Démographie
Gentilé Fagiens
Population
municipale
255 hab. (2016 en diminution de 10,84 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 28″ nord, 0° 20′ 28″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 131 m
Superficie 17,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Faye-la-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Faye-la-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faye-la-Vineuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faye-la-Vineuse

Faye-la-Vineuse est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Faye-la-Vineuse est située à 7 km de Richelieu. Elle est construite sur une colline de 110 m d'altitude dominant les alentours. Faye est traversée par le ruisseau d'Auzon.

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Faye-la-Vineuse.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 12,9 km, comprend sept petits cours d'eau dont la Fontaine d'Auzon (1,622 km)[1],[2].

ToponymieModifier

Son nom viendrait du latin « Fagus » (hêtre) qui donna « Fagia », puis « Faye »[3].

HistoireModifier

Faye-la-Vineuse compte aujourd'hui[Quand ?] un peu plus de 300 habitants. Pourtant, au Moyen-Âge[Quand ?], cette cité fortifiée recensait environ dix mille personnes intra et extra muros. C'était en effet la cité la plus importante de la région[Laquelle ?] avant que Richelieu ne fût construite. La ville était le centre d'un fief qui correspondait à peu près au canton actuel. Le fait que la commune soit construite sur une colline a été déterminant dans le rôle de la défense. La commune de Braye-sous-Faye en porte encore la trace dans son nom.

Au XIe siècle, Foulques Nerra fit construire un château fort[4] et fortifia le bourg[5]. Les remparts étaient percés de quatre portes monumentales, chacune disposant d'un pont-levis[6]. En 1064[Quand ?], Raoul de Châtellerault s'affaira à l'essor de la ville, en construisant trois églises ainsi qu'une crypte. La population du bourg ainsi que des fiefs environnants est estimée à environ 10 000 habitants. En 1593 presque toutes les constructions furent détruites par les aléas des Guerres de religion, annonçant ainsi le déclin de la cité médiévale. En 1626 Richelieu racheta la ville.

En 1790-1794, Faye-la-Vineuse a annexé la Commune de Saint-Jouin-lès-Faye, et en 1795-1800 elle a annexé Marnay.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marie-Laure Girault-Pillault    
mars 2008 mars 2014 Jean-Luc Auvray    
mars 2014 en cours David Cailleteau SE Agriculteur

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2016, la commune comptait 255 habitants[Note 1], en diminution de 10,84 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387732660697687722725756808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
798805741721719678677604625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
624634598510512533526514522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
583597490409343285313286255
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Faye-la-Vineuse se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Chinon.

L'école élémentaire accueille les élèves de la commune.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le principal monument de la commune de Faye est la collégiale Saint-Georges, bâtiment religieux très important à l'époque médiévale. Elle a été fondée en 1039 par Dame Nivès, seigneur de Faye et remaniée aux XIIe et XIXe siècles. La collégiale était attachée au château aujourd'hui détruit. L'ensemble est de style roman mais sa conception annonce le gothique. Elle est du Poitou de par son chevet et ses absidioles, du Val de Loire par les hautes fenêtres de la nef et de l'abside, du Berry par ses deux passages latéraux reliant la nef et le chœur, byzantine par ses piliers lisses sculptés à leur base et portant de magnifiques chapiteaux, son chœur et sa chapelle rayonnante. La crypte possède de magnifiques chapiteaux du XIIe siècle. Du haut des terrasses fortifiées le panorama est superbe.

Vue du ciel, l'église de la collégiale a la forme d'une croix tournée vers l'orient. Elle possède une nef et un chœur plutôt remarquables et très bien conservés. On dit que sa crypte a contenu autrefois plusieurs reliques, dont une qui n'était autre que la dent de saint Georges. D'après l'histoire, la dent a été prise par les protestants durant les guerres de religion. La crypte était également consacrée au Saint-Sépulcre et à sainte Marie-Madeleine. La collégiale Saint-Georges est la seule église restante de la commune sur les quatre qui existaient encore au XVIIIe siècle.

Pour autant, le caractère de village médiéval affiché sur les panneaux indicateurs paraît exagéré. Faye-la-Vineuse est tout simplement un village qui a l'avantage de ne pas être traversé par une route à grand trafic comme beaucoup de petites localités peuvent en souffrir. La présence d'environ soixante résidences secondaires prouve d'ailleurs son pouvoir d'attraction.

La commune connaît encore deux autres édifices religieux : l'église Saint-Pierre de Marnay, du XIIe siècle, et l'église Saint-Jouin de Saint-Jouin-lès-Faye, qui correspondent aux anciennes églises paroissiales des deux communes de mêmes noms, absorbées par Faye-la-Vineuse entre 1790 et 1800.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 1er février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Faye-la-Vineuse », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  3. Ernest Nègre, « Toponymie du hêtre en France », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 9-10,‎ , p. 19-25 (ISSN 0755-7752, lire en ligne)
  4. (la + fr) Louis Halphen et René Poupardin, Chroniques des comtes d'Anjou et des seigneurs d'Amboise, Paris, Auguste Picard, , 316 p., p. 234.
  5. Jean-Mary Couderc et Pierre Audin, Dictionnaire des communes de Touraine, C.L.D, (ISBN 2854431367, OCLC 18023600, lire en ligne), p. 399.
  6. (fr + fro + la) Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Le Dictionnaire géographique historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne Province de Touraine, Tours, Imprimerie Rouillé-Ladevèze, , p. 45-46.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.