Ouvrir le menu principal

Félix Julien Jean Bigot de Préameneu

juriste français, co-rédacteur du Code civil de 1804
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bigot.
Félix Julien Jean Bigot de Préameneu
AduC 273 Bigot de Préameneu (F.J.J., 1747-1825).JPG
Bigot de Préameneu (Album du Centenaire).
Fonctions
Ministre des Cultes
-
Pair de France
Député
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Autres informations
Membre de
Lieu de détention
Distinction
Œuvres principales
Père-Lachaise - Division 14 - Bigot de Préameneu 01.jpg
Vue de la sépulture.

Félix Julien Jean Bigot de Préameneu ( à Rennes - à Paris) est l'un des quatre juristes auteurs du Code civil français rédigé sur demande de Napoléon, au tout début du XIXe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Bigot de Préameneu est avocat au parlement de Bretagne, puis au parlement de Paris avant la Révolution, puis député en 1791 à l'Assemblée législative.

Il y professe des opinions modérées, siégeant parmi les défenseurs de Louis XVI, et s'éloigne de la politique parlementaire après la Commune, devenant alors juge sous la Constituante et le Directoire.

Sous le Consulat, il est nommé commissaire du gouvernement près le tribunal de cassation. Nommé en 1802 président de la section de législation au conseil d'État, il concourt activement, avec l'autre juriste de pays d'oïl, le Parisien Tronchet, et deux juristes de pays d'oc, le Provençal Portalis et l'Aquitain Maleville, à la rédaction du Code Napoléon, l'actuel Code civil, première synthèse écrite compilée des droits jusque-là surtout coutumiers des régions de langues d'oïl et surtout écrit voire "ecclésial" des régions de langues d'oc...

Il est nommé membre de l'Académie française en 1803.

En 1808, il remplace Portalis comme ministre des Cultes, fonction qu'il conserve jusqu'à la Restauration.

Il est fait comte d'Empire le et pair de France pendant les Cent-Jours.

Il épouse Eulalie Marie Renée Barbier, morte en 1836, fille d'Aimé Francois Barbier et Jeanne Dufour.

Il meurt le 31 juillet 1825 à Paris et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (14e division)[1].

Sa fille aînée, Eulalie Jeanne Marie Félicité ( - Paris), épousa Étienne Sauret, puis André Jean Simon ( - Montpellier - Paris), baron d'Empire.

Sa fille Eugénie épouse le comte (Louis) Henri de Janzé (1784-1869).

Une rue porte son nom à Rennes, sa ville natale, dans le quartier de Sainte-Thérèse, au sud de la Vilaine et des gares ferroviaire et routière.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du comte Bigot de Préameneu et de l'Empire

De sable, à trois têtes de léopard d'or languées de gueules, 2 et 1 ; au canton des Comtes Ministres brochant.[2],[3]

 
 
Armes des Bigot de Préameneu, reprises en 1814

De sable, à trois têtes de léopard d'or, lampassées de gueules. Devise: TOUT DE PAR DIEU.[4]

Notes et référencesModifier

  1. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 121
  2. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques, (lire en ligne)
  3. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)
  4. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :