Ernest May

Ernest May (né le à Strasbourg et mort le à Paris[1]) était un banquier et collectionneur d'art français du début du XXe siècle.

Ernest May
Image dans Infobox.
Ernest May par Edgar Degas
Biographie
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Paris 8e
Nationalité
Activités
Autres informations
Propriétaire de
Membre de

BiographieModifier

Ernest May est le fils de Samuel May (1805-1871), marchand de chevaux, et de Mathilde Beer-Orchel.

En 1888, Ernest May est directeur-administrateur de la Banque franco-égyptienne qui rachète à Gustave Eiffel la moitié du capital de la société anonyme de la tour Eiffel pour 2,5 millions de francs[2].

En 1889, il est chargé de piloter sa transformation en Banque internationale de Paris (BIP), établissement très vite « en pointe dans nombre d'affaires minières, notamment en Afrique australe ». Elle lance cette année-là la création de la Compagnie générale des mines d'or, dont la Société générale prend 20 % du capital[3].

En 1897, il est président du Comptoir national d'escompte de Paris (CNEP) constitué après la faillite du « Comptoir national d'escompte de Paris » (CEP) en 1889[4]. En 1901, la Banque franco-égyptienne, devenue la Banque internationale de Paris (BIP) et toujours sous le contrôle d'Ernest May, a fusionné avec la Banque Française d'Afrique du Sud pour donner naissance à la Banque Française pour le Commerce et l'Industrie (BFCI), créée avec Maurice Rouvier, qui deviendra ministre des finances l'année des suivantes, en 1902.

Il se consacra également aux télécommunications et devient président de la Société industrielle des téléphones et de la Compagnie française des câbles télégraphiques.

Il était également administrateur des houillères de Janon-Terrenoire, des houillères de la Haute-Cappe, de la Société française de dragages et travaux publics, etc.

Il est l'un des membres d'honneur de la Société Nationale des Beaux Arts en 1913[5].

Ernest May était propriétaire du château de la Couharde, un vaste domaine situé à la fois sur la commune de Grosrouvre et sur celle de La Queue-lez-Yvelines, dans les Yvelines. Amateur de toiles impressionnistes, qu'il achète à partir de 1875, pour les installer dans un décor traditionnel fait de boiseries, de portières, de paravents, de meubles Louis XV et de glaces murales. Il a inspiré l'un des tableaux de Degas, Portrait à la Bourse[6].

Vie familialeModifier

Marié à Marie Ferré, fille d'Emmanuel Ferré (1830-1925), avocat et directeur de la Caisse d'Escompte à Brest, et de Marie-Françoise Stenfort, il est le père notamment de :

Notes et référencesModifier

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 8e, vue 9/31.
  2. « La Tour Eiffel, une tour de 6 300 tonnes d'acier » [1]
  3. Hubert Bonin, Histoire de la Société générale : 1864-1890, la naissance d'une banque moderne, [lire en ligne], p. 368
  4. Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, 1991, [lire en ligne]
  5. Paul-Arnaud Herissey, Catalogue de la Société Nationale des Beaux-Arts
  6. Edgar Degas : Portraits à la Bourse, sur le site du musée d'Orsay
  7. René Moreau, Nécrologie : Étienne May, "Bulletin de l'Académie nationale de médecine", n° du 5 mars 1963, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6291420m/f6.image

Articles connexesModifier

Liens externesModifier