Ouvrir le menu principal

Edme Étienne Borne Desfourneaux

homme politique français

BiographieModifier

Il est sergent au régiment de Conti-Infanterie au moment de la Révolution française de 1789. Au mois d'octobre, avec un détachement de treize hommes, il est chargé de garder un important magasin de tourbes près d'Amiens lorsque, attaqué par 600 paysans armés, 11 hommes de son détachement l'abandonnent. Seul avec deux soldats, il se défend héroïquement, et quoique atteint de plusieurs blessures, il parvient à repousser les assaillants. La municipalité d'Amiens, reconnaissante, lui décerne en présence de la garnison assemblée, une montre en or aux armes de la ville, avec cette inscription : Au brave Desfourneaux. De plus, le ministre de la Guerre le nomme sous-lieutenant le 26 décembre 1790. Élu en qualité de lieutenant-colonel en second du 3e bataillon de volontaires du Pas-de-Calais, il s'embarque, au mois de juin 1792, à la tête de ses troupes pour Saint-Domingue dansle cadre de la Révolution haïtienne.

L'expédition de Saint-DomingueModifier

Appelé en janvier 1793 au commandement de la place de Saint-Marc, il emporte d'assaut le camp de Thilerier et montre la même résolution à la prise du fort d'Onanaminte, où il est grièvement blessé. Nommé colonel de son régiment le 8 février et commandant en chef de la partie ouest, il se signale à la prise du fort de Lesce, s'empare de 14 canons et inflige une perte de 4 000 hommes à ses adversaires. Au commencement de l'an II, il chasse les Espagnols de la partie ouest de l'île, bat dans toutes les rencontres l'armée du gouverneur général Garcia et reçoit quatre blessures dans ces différents engagements. Il prend ensuite le fort de la Crête-Saie avec 300 hommes du 106e régiment et y fait prisonniers les 700 Espagnols qui le défendent. À son retour en France, le Comité de salut public confère à Desfourneaux le grade de général de division le 21 frimaire an III. Il est ensuite renvoyé à Saint-Domingue, cette fois sous les ordres du capitaine général Lavaux ; toutefois, contrarié par les vents et contraint de relâcher aux États-Unis, Desfourneaux n'arrive à destination qu'en floréal an IV. Après avoir commandé successivement la place de Port-au-Prince et les circonscriptions du Sud et de l'Ouest, il revient en France en l'an VI. Après avoir pris en frimaire an VII le commandement de la Guadeloupe, il est rappelé en floréal et aborde de nouveau les côtes de France en pluviôse an VIII.

Embarqué en pluviôse an IX, sur la frégate l'Africaine pour aller porter secours à l'armée d'Orient, il est pris par les Anglais dans le détroit de Gibraltar après un combat acharné, où il voit périr à ses côtés trois de ses aides de camp, son frère et son neveu. Blessé lui-même à la poitrine, il revient en France par suite d'échange et repart pour Saint-Domingue avec l'expédition du général Leclerc. Débarqué au cap Français le 15 pluviôse an X, Desfourneaux prend d'assaut la ville des Gonaïves le 14 ventôse et force le général Maurepas à mettre bas les armes avec ses 4 000 hommes et toute son artillerie. Le 25 du même mois, il remporte à Plaisance une brillante victoire sur la troupe de Toussaint Louverture et lui fait 5 000 prisonniers. Rentré en France au commencement de l'an XI, Bonaparte l'accueille avec distinction et lui dit en l'apercevant :

« Général, vous vous êtes bien battu ; vous avez fait de grandes choses à la tête de vos troupes ; je m'en souviendrai et je vous donnerai des preuves de ma confiance. »

L'EmpireModifier

Cependant, l'Empereur ne tient point les promesses du Premier consul, et le général Desfourneaux cesse depuis cette époque d'occuper des commandements importants. Nommé commandeur de la Légion d'honneur à la création de l'ordre le 14 juin 1804 et chevalier de l'Empire en 1808, il entre au Corps législatif en 1811 et y occupe plusieurs fois le fauteuil en qualité de vice-président. Louis XVIII le nomme grand-croix de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis le 3 août 1814. Membre de la Chambre des représentants pendant les Cent-Jours, il commande les troupes chargées de défendre les hauteurs de Montmartre mais cesse de servir à la Seconde Restauration. Desfourneaux qui, depuis cette époque, n'a sollicité aucun commandement, meurt à Paris le 22 février 1849, à l'âge de 81 ans. Son nom est inscrit sur le côté ouest de l'arc de triomphe de l'Étoile.

 
Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 31e et 32e colonnes.

DécorationsModifier

TitresModifier

Hommage, honneurs, mentions…Modifier

Autres fonctionsModifier

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
 
 
Armes du Chevalier Borne des Fourneaux et de l'Empire

De sables à trois tours d'or, ouvertes et ajourées d'azur ; au flanc dextre de gueules chargé du signe des Chevaliers Légionnaires.[1]

Armes du Baron Borne des Fourneaux et de l'Empire

Coupé : au I, parti de sable à trois tours d’or, ouvertes du champ et du quartier des barons militaires ; au II, d’azur à une ville fortifiée d’argent mouvante de senestre, soutenue de sinople et adextrée d’un guerrier armé à l’antique d’or, marchant l’épée à la main et en attitude de combat vers le flanc dextre.[1]

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier