Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Drogon de Metz

évêque de Metz
Drogon
D545 - sacramentaire de drogon, fils de charlemagne -liv3-ch5.png

Couverture du sacramentaire de Drogon, ivoire sculptée, BNF.

Fonctions
Abbé
Abbaye de Gorze
-
Halduin (d)
Évêque de Metz
-
Abbé
Abbaye de Luxeuil
-
Fulbert (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Activités
Famille
Père
Mère
Regina (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Louis le Pieux
Alpaïs (d)
Gisèle
Bertha
Adelais (d)
Chrotais (d)
Hildegarde (d)
Hiltrude (d)
Rothilde
Theodrade
Theodoric (d)
Pépin d'Italie
Charles le Jeune
Rotrude
Pépin le Bossu
Lothaire (d)
Hugues l'Abbé
Adeltrude (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Page du sacramentaire de Drogon

Drogon, également connu sous le nom de Dreux ou Drogo (17 juin 801 - 8 décembre 855) était un fils illégitime de l'empereur franc Charlemagne avec sa concubine Regina.

Sommaire

BiographieModifier

Étant l'un des rares enfants à survivre à son père, les perspectives d'avenir politique de Drogon étaient très favorables. Un fils plus âgé de Charlemagne[Lequel ?] a voulu assurer son avenir pour éviter d'en faire un adversaire.

Drogon est devenu ecclésiastique en 818, abbé du monastère de Luxeuil en 820 et devint évêque de Metz en 823 puis archevêque en 834 à vie. Son plus jeune frère, Hugues, a été également ordonné. Il est resté extrêmement fidèle à son demi-frère Louis le Pieux et il a acquis une forte influence sur lui. L'influence de Drogon a commencé à s'affaiblir après la mort de Louis et encore plus après la mort de son frère Hugues en 844.

Après la Bataille de Fontenoy-en-Puisaye, Drogon avait pris le parti des deux frères Louis le Germanique et Charles le Chauve contre Lothaire Ier[1].

Il est parvenu à assurer l'édition du Sacramentaire de Drogon qui porte son nom. Il est enterré dans l'église de l’abbaye de la rue Arnulf à Metz.

Notes et référencesModifier

  1. Marie-Céline Isaïa, Histoire des Carolingiens, Éditions Points 2014 p. 260

AnnexesModifier