Doxographe

reproduire et souvent commenter les propos, opinions et écrits de penseurs antérieurs ou contemporains, surtout de la Grèce antique

L'activité d'un doxographe consiste à reproduire et souvent commenter les propos, opinions et écrits de penseurs antérieurs ou contemporains, surtout de la Grèce antique. John Burnet : « Par le terme de doxographes, on entend tous les écrivains qui rapportent les opinions des philosophes grecs et qui dérivent leurs matériaux, directement ou indirectement, du grand ouvrage de Théophraste, Les opinions des philosophes (Diogène Laërce, V, 46) » (L'aurore de la philosophie grecque, Payot, 1970, p. 420).

Le terme doxographe est forgé par le philologue allemand Hermann Diels (Doxographi graeci, Berlin, 1879) à partir des racines grecques δόξα / dóxa (« opinion ») et γράφειν / gráphein (« écrire »).

De très nombreux textes de doxographes, de toutes origines, nous permettent d'établir l'histoire d'une discipline ou d'une pensée. Bien évidemment, l'étude des documents signés de la main d'un doxographe doit être particulièrement minutieuse, afin de séparer le mythe de la réalité, la reformulation et l'altération franche de la reproduction fidèle.

Doxographes célèbresModifier

Les auteurs suivants peuvent être doxographes par vocation, c'est le cas de Diogène Laërce, ou par hasard, comme Origène, en incluant des indications doxographiques importantes au fil de leurs textes.

BibliographieModifier

Recueils antiquesModifier

  • Aetius (= Pseudo-Plutarque), De placitis philosophorum (= Placita, Opinions) (vers 100), in H. Diels Doxographi Graeci, 1879, p. 267-444.
  • Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres (vers 200 ou 250), trad., Le livre de poche.
  • la Souda (= Suidas) (fin IXe s.) La Souda en ligne
  • Stobée, Anthologium (Eclogae et Florilegium, vers 470), édi. par Curtius Wachsmuth et Otto Hense..., Berlin, éd. Weidmann, 1884-1912, rééd. 1958.

Recueils modernesModifier

  • H. Diels, Doxographi Graeci, 1879 ; Berlin, 2e éd. 1929, 854 p. (Comprend Aetius, Théophraste, Cicéron, Hippolyte de Rome, Plutarque, Galien, etc.).
  • H. Diels, Die Fragmente der Vorsokratiker, 1903 ; 6e éd. 1952 (avec W. Kranz).
  • Giorgio Colli, La sagesse grecque (1977), traduction du grec et de l'italien, L'éclat, 1990, 3 t. T. I : Dionysos, Apollon, Orphée, Musée, Hyperboréens, énigme ; t. II : Épiménide, Phérécyde, Thalès, Anaximandre, Onomacrite ; t. III : Héraclite.
  • Giannattasio Andria R., I frammenti delle «Successioni dei filosofi», Napoli, 1989

ÉtudesModifier

  • Aldo Brancacci (éd.), Philosophy and Doxography in the Imperial Age, Florence, Olschki, 2005.
  • A. Laks, Histoire, doxographie, vérité. Études sur Aristote, Théophraste et la philosophie présocratique, Peeters, 2007.
  • M. Frede, "Doxographie, historiographie philosophique et historiographie historique de la philosophie", Revue de métaphysique et de morale, 1992, vol. 97, no 3, pp. 311-325.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier