Dominique Barthélemy (historien)

historien français

Dominique Barthélemy, né le , est un historien français, membre de l'Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

Dominique Barthélemy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Directeur de thèse

Il est spécialiste du Moyen Âge central.

BiographieModifier

Ancien élève de l'École normale supérieure (1972), il est agrégé d'histoire. Ses maîtres étaient Pierre Toubert; également Georges Duby dont il a remis en cause une partie des travaux.

Il a soutenu sa thèse sur la seigneurie de Coucy : Les deux âges de la seigneurie banale. Pouvoir et société dans la terre des sires de Coucy (milieu du XIe -milieu du XIIIe siècle.) (Paris-IV, 1984).

Directeur d'études à l'École pratique des hautes études (1994), il est aussi professeur d'histoire médiévale à l'université de Paris IV (2000) après avoir enseigné l'histoire médiévale à l'Université Paris XII de Créteil pendant les années 1990.

S'inspirant de l'anthropologie et repartant de Marc Bloch dans l'exploitation d'un corpus particulièrement dense, D. Barthélemy revient sur plusieurs questions anciennes et ouvre des pistes nouvelles dans sa thèse d'État (La société dans le comté de Vendôme, de l'an mil au XIVe siècle, Paris-IV, 1993).

Il a entamé en 1991 une critique constructive de la mutation de l'an mil, au cours de laquelle il a été amené à repenser le servage et la chevalerie dans la France du XIe siècle et à faire des observations nouvelles sur le "mouvement de la paix de Dieu". Une de ses marques de fabrique, due à l'influence de Pierre Toubert, consiste à accompagner toutes ses enquêtes d'une étude historiographique approfondie, qui peut l'amener à opposer la perspicacité de vieux auteurs et leur vigilance méthodique à certaines dérives récentes. Il inscrit le recours aux sciences sociales dans le cadre d'une tradition d'histoire critique remontant parfois au XVIe siècle.

Il a été membre senior de l'IUF de 2012 à 2017.

Il a été élu le 7 février 2020 à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

ApportsModifier

L'expérience de deux terrains d'étude de la société que l'on appelle féodale a permis à Dominique Barthélemy d'éclaircir plusieurs aspects de celle-ci.

Dans les notices du Vendômois et des Pays de Loire[1], il trouve matière à analyser l'interaction sociale dans laquelle le servage et la vassalité sont des enjeux importants au XIe siècle, sans pour autant que toute justice publique ait disparu vers l'an 1000. Il rejette le littéralisme des tenants la « mutation de l'an mil », et reforme un concept du servage postcarolingien, dans la lignée de Fustel de Coulanges et de Marc Bloch, mais en insistant davantage sur le mariage des serfs et en s'inspirant (avec prudence) des suggestions de l'anthropologie. Il insiste sur l'importance du mariage des serfs et sur les conflits auxquels donne lieu le statut servile, conflits que les affranchissements et auto-déditions de serves et serfs sont faits pour résoudre, souvent par compromis. Examinant ensuite des dossiers de diverses régions de France, il s'oppose à la vision de l'an mil développée et cautionnée par Georges Duby, synthétisée par Jean-Pierre Poly et Éric Bournazel (La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des Xe et XIe siècles, 1997).

Il réagit également contre une tendance de médiévistes récents, telle Susan Reynolds[2], à rejeter les concepts mêmes de vassalité et de fief[3]. Il propose plutôt de les repenser dans le cadre de l'interaction sociale. Son analyse du Conventum Hugonis poitevin détecte, aux abords de l'an mil, des violences (physiques et symboliques) de reproduction féodale et non de révolution féodale. Ses travaux sur la justice sont menés en relation avec ceux de Stephen White[4] et de Bruno Lemesle[5]. La guerre féodale, peu meurtrière et peu intense, lui paraît avoir essentiellement les traits d'une vengeance indirecte, d'une oppression routinière des paysans par les seigneurs et vassaux de châteaux, remontant aux abords de l'an 900. Dès lors, le code de sauvegardes des paix diocésaines à partir de 989 (appelé un peu improprement "paix de Dieu" dans les manuels) paraît opportunément ciblé sur elle. sa potentialité subversive ou, au moins, réformatrice, ne doit pas être sous-estimée.

Dans sa critique constructive de la "mutation de l'an mil", qui est aussi une quête d'éléments pour conceptualiser les statuts sociaux et décoder les sources, Dominique Barthélemy porte une attention toute particulière aux traces de controverses et à la confection de récits. Beaucoup de ses apports reposent sur les récits de procès, tractations et confrontations, de miracles, de faits d'armes. En 2004, son recueil d'études sur Chevaliers et miracles : la violence et le sacré dans la société féodale, 2004, propose une réinterprétation de la Vie de saint Géraud d'Aurillac, un lecture sociale des Miracles de sainte Foy et des Miracles de saint Benoît. Il a par la suite analysé les "jeux de sainte Foy" (miracles de peu)[6] et la guérison des possédés[7].

Son essai sur les origines de la chevalerie (La chevalerie. De la Germanie antique à la France du XIIe siècle, 2007, 2e éd.revue, 2012) développe l'idée d'une mutation chevaleresque de l'interaction féodale au fil du XIe siècle, notamment par la lecture des chroniques normandes[8], et vient rejoindre et prolonger des travaux de l'école anglaise comme ceux de Maurice Keen[9], John Gillingham[10] et Matthew Strickland[11]. La chevalerie est définie comme un idéal d'émulation et d'élégance entre chevaliers, qui entre en pratique dans une certaine mesure et par intermittences dans les guerres féodales et les tournois à partir de 1050 environ, et qui passe en littérature dans les romans du XIie siècle. La recherche de l'estime de l'adversaire et une sorte de connivence avec lui prolongent et amplifient une tendance déjà présente (Barthélemy parle d'un tropisme chevaleresque) dans les sociétés de vengeance du haut moyen âge, que les auteurs d'antan tenaient pour "germaniques" et dans lesquelles ils ne voyaient souvent pas autre chose qu'une violence barbare.

Dominique Barthélemy a noué un dialogue fructueux avec des spécialistes d'autres élites guerrières, notamment Jean-Claude Cheynet pour celle de l'empire byzantin[12] et Pierre-François Souyri pour celle du Japon de Heian et Kamakura[13].

Restant essentiellement appliqué à l'étude de la France féodale, il a détecté, davantage encore qu'Hartmut Hoffmann en 1964[14], l'importance des "milices de paix" appelées communes[15] et il analyse les dossiers de transition de la commune diocésaine à la commune urbaine (Le Mans, 1070, Amiens, 1115)[16]. Il a édité en collaboration avec Nicolas Ruffini-Ronzani le serment de paix du diocèse de Toulouse (1163) que ce dernier avait retrouvé dans les papiers d'Arthur Giry à l'EPHE, et en a donné un commentaire détaillé[17].

La relation entre la chevalerie et les communes est particulièrement intéressante et problématique dans les récits de la bataille de Bouvines (1214). Dominique Barthélemy a constaté à l'occasion du 8e centenaire (2014) que plusieurs dossiers sur elle restaient en friche, et il en a entrepris l'étude, encouragée et aidée par Philippe Contamine, Jean-Marie Moeglin, Isabelle Guyot-Bachy et Xavier Hélary. Son étude parue en 2018 commence par replacer la bataille dans l'interaction féodale du temps de Philippe-Auguste, avant d'examiner l'enjeu des récits du XIIIe siècle et les étapes d'une historiographie qui a transformé Bouvines en une bataille de guerre moderne et dont la germanophobie a méconnu la vision chevaleresque des Allemands dans la Philippide de Guillaume le Breton.


OuvragesModifier

  • Les deux âges de la seigneurie banale. Pouvoir et société dans la terre des sires de Coucy (milieu du XIe - milieu du XIIIe siècle), Sorbonne, 1984 (thèse préparée sous la direction de Jean-François Lemarignier puis d'Olivier Guillot)[réf. nécessaire].
  • L'Ordre seigneurial. Nouvelle Histoire de la France médiévale, t. 3, Seuil, 1990.
  • La société dans le comté de Vendôme, de l'an mil au XIVe siècle, Sorbonne, 1993 (thèse d'État ; première médaille du Concours des antiquités de la France en 1994, Académie des inscriptions et belles-lettres[18])
  • La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des Xe et XIe siècles, Fayard, 1997.
  • L'an mil et la Paix de Dieu : la France chrétienne et féodale (980-1060), Fayard, 1999.
  • Chevaliers et miracles : la violence et le sacré dans la société féodale, Colin, 2004.
  • La chevalerie : de la Germanie antique à la France du XIIe siècle, Fayard, 2007; Perrin "Tempus", 2012.
  • Nouvelle Histoire des Capétiens (978-1214), Le Seuil, L'Univers historique, 2012.
  • La bataille de Bouvines. Histoire et légendes, Perrin, 2018, 542 p.

Notes et référencesModifier

  1. Barthélemy Dominique, <<La >>société dans le comté de Vendôme Texte imprimé de l'an mil au XIVe siècle, Fayard, (OCLC 1010017184, lire en ligne)
  2. Reynolds, Susan., Fiefs and vassals the medieval evidence reinterpreted, Clarendon Press, (ISBN 0-19-820458-2 et 978-0-19-820458-9, OCLC 162350357, lire en ligne)
  3. Dominique Barthélemy, « La Théorie Féodale à l'Épreuve de L'Anthropologie (note critique) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 52, no 2,‎ , p. 321–341 (ISSN 0395-2649 et 1953-8146, DOI 10.3406/ahess.1997.279569, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  4. « Stephen D. White, Feuding and Peace-Making in Eleventh-Century France. (Variorum Collected Studies Series, 817.) Aldershot, Eng., and Burlington, Vt.: Ashgate, 2005. Pp. xii, 306, numbered nonconsecutively; black-and-white frontispiece portrait and 1 map. $114.95. », Speculum, vol. 81, no 01,‎ , p. 314 (ISSN 0038-7134 et 2040-8072, DOI 10.1017/s0038713400020807, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  5. Lemesle, Bruno., Conflits et justice au Moyen Âge : normes, loi et résolution des conflits en Anjou aux XIe et XIIe siècles, Presses Universitaires de France, d.l. 2008 (ISBN 978-2-13-056987-9 et 2-13-056987-0, OCLC 1123803833, lire en ligne)
  6. Dominique Barthélemy, « Un jeu de sainte Foy de Conques: le miracle du faucon retrouvé (Bernard d'Angers, I.23) », Retour aux sources. Textes, études et documents d'histoire médiévale offerts à Michel Parisse,‎ , p. 383-394
  7. Dominique Barthélemy, « La guérison des possédés dans les Miracles de saint Benoît », Abbon, un abbé de l'an mil,,‎ , p. 343-367
  8. Dominique Barthélemy, « Les chroniques de la mutation chevaleresque en France (du Xe au XIIe siècle) », Comptes-rendus des séances de l année - Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 151, no 4,‎ , p. 1643–1665 (ISSN 0065-0536, DOI 10.3406/crai.2007.91572, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  9. « <sc>maurice keen</sc>. <italic>Chivalry</italic>. New Haven: Yale University Press. 1984. Pp. x, 303. $25.00 », The American Historical Review,‎ (ISSN 1937-5239, DOI 10.1086/ahr/90.3.661, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  10. (en) John Gillingham, « 1066 and the Introduction of Chivalry into England », Essays in honor of Sir James Holt,‎ , p. 31-55
  11. « Matthew Strickland. <italic>War and Chivalry: The Conduct and Perception of War in England and Normandy, 1066–1217</italic>. New York: Cambridge University Press. 1996. Pp. xxii, 387. $69.95 », The American Historical Review,‎ (ISSN 1937-5239, DOI 10.1086/ahr/103.3.862, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  12. Barthélemy, Dominique, (1953- ...)., Éditeur scientifique. Cheynet, Jean-Claude, (1947- ...)., Éditeur scientifique., Guerre et société au Moyen Âge Byzance-Occident, VIIIe-XIIIe siècle, ACHCByz, (ISBN 978-2-916716-22-0 et 2-916716-22-X, OCLC 708388570, lire en ligne)
  13. Dominique Barthélemy, « La chevalerie européenne confrontée à d’autres élites guerrières », dans Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés, Éditions de la Sorbonne, (ISBN 979-10-351-0043-8, lire en ligne), p. 67–79
  14. (de) Hartmut Hoffmann, Gottesfrieden und Treuga Dei, Stuttgart, Hiersemann, , 280 p., p. 70-89
  15. Battle Conference on Anglo-Norman Studies (2009), Anglo-Norman studies XXXII : proceedings of the Battle Conference 2009, Boydell & Brewer, (ISBN 978-1-84383-563-9 et 1-84383-563-0, OCLC 648094741, lire en ligne)
  16. Dominique Barthélemy, « Paix de Dieu et communes dans le royaume capétien, de l’an mil à Louis VI », Comptes-rendus des séances de l année - Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 158, no 1,‎ , p. 207–241 (ISSN 0065-0536, DOI 10.3406/crai.2014.95084, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  17. Paris, Deutsches Historisches Institut., Francia, Band 46 : Forschungen zur westeuropäischen Geschichte., Thorbecke, (ISBN 978-3-7995-8146-2 et 3-7995-8146-4, OCLC 1120697786, lire en ligne)
  18. Concours des antiquités de la France.

Liens externesModifier