Discussion:Dissolution parlementaire (France)

Discussions actives
Autres discussions [liste]

Fusion du 4 août 2006 à 11:53 (CEST)Modifier

J'ai utilisé l'un des article comme "résumé". Jerome66 | causer 4 août 2006 à 11:53 (CEST)

Proposition de l'article pour le label AdQModifier

J’ai l’intention de proposer prochainement la page « Dissolution parlementaire (France) » au label « article de qualité ». Si vous estimez que la procédure est prématurée, vous pouvez me contacter pour me faire part de vos arguments.

Vote précédent : Proposition « Article de qualité »

Mandrak (Discuter), 20 juin 2011 à 23:25 (CEST)

Article proposé le 27 juin 2011, une semaine après l'apposition du bandeau ci-dessus : Discussion:Dissolution parlementaire (France)/Article de qualité -- Mandrak (Discuter), 27 juin 2011 à 15:18 (CEST)

La fin probable de l'usage de la dissolution ?Modifier

Les affirmations énoncées dans ce paragraphe paraissent bien présomptueuses. Elles sous-entendent :

- qu'il est très improbable que le Président démissionne ou décède pendant son mandat : c'est pourtant déjà arrivé 2 fois sur les 7 Présidents

- qu'il est évident que le Président élu à la majorité nationale obtienne une majorité à l'Assemblée Nationale , élue elle par circonscription

On peut rappeler que Jacques Chirac a été élu Président face à JM Le Pen , mais que cela n'impliquait pas que Jacques Chirac obtienne une majorité législative. Et si Marine Le Pen est présente au 2nd tour de la présidentielle en 2017 , il y a plus qu'une très faible probabilité que , quel que soit le vainqueur , la majorité législative élue dans la foulée ne le soutienne pas

Et il suffit d'une dissolution pour que l'élection des députés ne suive plus immédiatement l'élection présidentielle. On peut rappeler à ce propos que si la durée du mandat présidentiel a été réduite à 5 ans par la réforme consitutionnelle de 2000 , celle-ci n'a jamais eu pour objet de faire coïncider les 2 dates d'élections , présidentielle et Assemblée Nationale. Les arguments présentés à ce sujet par les partisans de cette réforme étaient pour le moins fallacieux.

Revenir à la page « Dissolution parlementaire (France) ».