Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

David Poisson

skieur alpin français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poisson (homonymie).

David Poisson, né le à Annecy en France et mort le à Nakiska au Canada[1], est un skieur alpin français actif de 1997 à 2017.

David Poisson
Image illustrative de l'article David Poisson
David Poisson avec sa médaille de bronze de la descente des championnats du monde de ski alpin 2013, lors de son retour à Peisey-Vallandry le 13 février 2013.
Contexte général
Sport ski alpin
Période active de 1997 à 2017
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Annecy (France)
Décès (à 35 ans)
Lieu de décès Nakiska (Canada)
Taille 172 cm
Poids de forme 88 kg
Surnom Kaillou
Club S. C. Peisey-Vallandry
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 0 0 1
Coupe du monde (globes) 0 0 0
Coupe du monde (épreuves) 0 0 1

Au cours de sa carrière, il remporte notamment une médaille de bronze aux Championnats du monde 2013 à Schladming dans l'épreuve de la descente aux côtés d'Aksel Lund Svindal et Dominik Paris, devenant le premier français à monter sur le podium dans cette discipline depuis la médaille de bronze de Luc Alphand lors des Mondiaux 1996.

Souvent arrêté par des chutes et des blessures au cours de sa carrière, David Poisson obtient son premier podium à 30 ans, à l'occasion des Championnats du monde de 2013, toutefois il a accumulé de nombreuses performances en Coupe du monde dont une 4e place lors de la descente de Bormio en décembre 2009 et de Kitzbühel en janvier 2013, et son podium à l'arrivée de la descente de Santa Caterina deux ans plus tard.

Il se tue à l'entraînement, sur le bas de la piste de descente à Nakiska, où l'équipe de France de vitesse est en préparation, perdant un ski à 100km/h et chutant avant de traverser les filets de protection et de percuter un arbre.

Sommaire

CarrièreModifier

David Poisson est originaire du club de Peisey-Vallandry en Savoie[2]. Il est sélectionné en 2001 aux Championnats du monde junior à Verbier dans les épreuves de super G (10e) et de descente (11e) aux côtés de Johan Clarey et Gauthier de Tessières, et de nouveau en 2002 avec pour meilleur résultat une 7e place en super G[3].

Après de bonnes performances en Coupe d'Europe, antichambre de la Coupe du monde, lors de la saison 2003-2004, il participe à sa première épreuve de coupe du monde en février 2004, à Sankt Anton, avec une 29e place aux côtés d'Antoine Dénériaz, Yannick Bertrand, Pierre-Emmanuel Dalcin ou Johan Clarey[4]. La saison 2005, il entre dans le groupe de l'équipe de France en Coupe du monde où malgré des performances modestes, il est retenu pour disputer ses premiers Championnats du monde à Bormio. Il y est le meilleur Français en super G[5] et descente[6] avec deux 9e places.

À l'automne 2005, il se blesse grièvement à l'entraînement à son genou, le contraignant à une opération et l'écartant des pistes toute la saison 2006 où sont programmés les Jeux olympiques de Turin[7]. Après une saison blanche, il effectue son retour en Coupe du monde pour la saison 2006-2007 retrouvant de gros dossards puis de retrouver finalement la Coupe d'Europe, il n'est pas sélectionné aux Championnats du monde 2007[8].

Lors de la saison 2008, il parvient à rentrer régulièrement dans les points en Coupe du monde en deuxième partie de saison avec notamment une 10e place à Kvitfjell en descente[9] . La saison 2009 est sur le même registre avec pour meilleur résultat une 9e place sur la Streif de Kitzbühel[10] lui permettant de prendre part aux Championnats du monde de Val d'Isère. Toutefois une 34e place l'attend en super G après une chute en haut du parcours[11], et un abandon en descente lui donne des regrets[12].

Lors de la saison 2010 où celle-ci est axée sur les Jeux olympiques de Vancouver. L'équipe de France de vitesse est désormais sous les ordres du Suisse Patrice Morisod[13] David Poisson est satisfait de son début de saison avec une 8e place à Beaver Creek puis est tout proche de son premier podium avec une 4e place à Bormio intercalé entre Michael Walchhofer et Didier Cuche, ratant le podium pour vingt centièmes de secondes[14]. Qualifié pour les Jeux olympiques en super G et descente, il nourrit des ambitions. Héritant du dossard 3 en descente, il y est le meilleur Français avec une 7e place, il y déclare « J'ai commis une erreur et cela fait que j'ai manqué de vitesse sur la partie médiane. Je termine à 5/10 du premier, je suis content de ma place mais aux jeux Olympiques il faut être devant. D'un point de vue ski, je pense que j'étais dans le juste »[15], il s'agit par ailleurs de la meilleure performance d'un Français en ski alpin lors de ces Jeux. En super G, il abandonne. Après ces JO, Poisson repart en Coupe du monde mais souffre notamment de son dos, et particulièrement de ses lombaires, au point de réclamer une chaise après la descente de Kvitfjell en mars 2010 et étant dans l'incapacité de se relever seul. Ses soucis de dos le poursuivent désormais[16].

Lors de la saison 2011, il est cité comme fer de lance de cette équipe de France de vitesse avec Adrien Théaux et Johan Clarey depuis la retraite de Pierre-Emmanuel Dalcin. Toutefois, il passe à côté de sa saison. Il effectue par ailleurs une spectaculaire chute à Val Gardena dans un saut où il souffre d'une entorse du genou qui handicape toute sa saison[17], alors que ses coéquipiers ont tous réalisé des top 10. En conséquence, il n'est pas retenu pour les Championnats du monde 2011 de Garmisch-Partenkirchen, où Adrien Théaux, Thomas Frey, Yannick Bertrand et Alexis Pinturault sont retenus en super G, et Guillermo Fayed, Yannick Bertrand, Adrien Théaux et Adrien Théaux en descente[18].

 
David Poisson au milieu de son fan club lors de son retour à Peisey-Vallandry après sa troisième place en descente aux mondiaux de ski alpin 2013.

Sa saison 2012 est assez médiocre, ce n'est qu'en toute fin de saison qu'il réalise sa performance avec une 6e place en descente à Kvitfjell[19].

En 2013, il monte en puissance durant le mois de janvier. Dossard no 1 à Wengen, il termine à la 9e place derrière Johan Clarey et Adrien Théaux, puis rate de vingt-quatre centièmes de seconde le podium sur la célèbre piste de Kitzbühel la Streif, derrière Dominik Paris, Erik Guay et Hannes Reichelt[20]. il y déclare « C’est de bon augure pour les Mondiaux, ça fait du bien. »[21]. Qualifié uniquement en descente pour les championnats du monde de Schladming, David Poisson, considéré comme casse-cou assagi et travailleur impénitent, apporte à la France sa deuxième médaille après l'argent de Gauthier de Tessières en super G. Le 9 février, sur la piste de la Planai, dossard no 13, il prend la tête de l'épreuve après son passage, devant le champion olympique en titre Didier Défago. Finalement, seul le champion du monde 2007 Aksel Lund Svindal qui s'impose, et l'actuel leader de la Coupe du monde de descente Dominik Paris se montrent plus rapides que lui, devant près de 40 000 spectateurs. Il termine par ailleurs devant l'Autrichien Klaus Kröll, 4e. David Poisson devient à cette occasion le premier Français depuis Luc Alphand en 1996 à remporter une médaille en descente aux Championnats du monde. C'est le premier podium de sa carrière[22].

Il obtient enfin son unique podium en Coupe du monde le 29 janvier 2015 à Santa Caterina (Italie), troisième à l'arrivée de la descente remportée par son coéquipier Adrien Théaux[23].

MortModifier

Le 13 novembre 2017, la Fédération française de ski annonce son décès accidentel à l'âge de 35 ans[1], à la suite d'une chute lors d'un entraînement dans la station canadienne de Nakiska. Le lendemain, les secours canadiens annoncent qu'il a effectué une lourde chute en bas du parcours, sur une compression, en perdant un ski. Il a alors traversé les filets de sécurité et percuté un arbre, se tuant sur le coup[24].

PalmarèsModifier

Jeux olympiques d'hiverModifier

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
JO 2010
  Vancouver
7e Abandon - - -
JO 2014
  Sotchi
16e 17e - - -

Championnats du mondeModifier

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 2005
  Bormio
9e 9e - - -
Mondiaux 2009
  Val d'Isère
Abandon 34e - - -
Mondiaux 2013
  Schladming
  Bronze - - - -
Mondiaux 2015
  Beaver Creek
14e - - - -

Coupe du mondeModifier

  • Meilleur classement général final : 50e en 2013.
  • 1 podium.

Classements par épreuve en Coupe du mondeModifier

Le meilleur rang de David Poisson au classement général de la Coupe du monde est une 50e place en 2013[25].

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2004 140e 2 54e 2 - - - - - - - -
2005 98e 35 41e 22 38e 13 - - - - - -
2007 143e 3 56e 2 - - - - - - 51e 1
2008 72e 96 24e 85 38e 11 - - - - - -
2009 74e 81 24e 81 - - - - - - - -
2010 66e 100 20e 100 - - - - - - - -
2011 147e 10 51e 10 - - - - - - - -
2012 75e 85 27e 85 - - - - - - - -
2013 50e 149 15e 128 32e 21 - - - - - -
2014 82e 56 31e 53 51e 3 - - - - - -
2015 76e 78 26e 78 - - - - - - - -
2016 56e 173 19e 173 - - - - - - - -
2017 107e 38 38e 22 47e 8 - - - - - -

Performances généralesModifier

David Poisson a pris plus de 146 départs en Coupe du monde, la plupart en descente. Il est monté sur le podium une seule fois, à Santa Caterina en décembre 2015. Il compte aussi deux quatrièmes places, obtenues à Bormio en 2009 et à Kitzbühel en 2013, pour un total de 11 top 10[26].

Résultat Descente Super-G Slalom géant Combiné Slalom Total
1re place - - - - - 0
2e place - - - - - 0
3e place 1 - - - 1
Top 10 11 - - - - 11
Top 30 52 8 - 1 - 61

Mis à jour le 13 novembre 2017

Championnats du monde juniorsModifier

David Poisson a participé à deux éditions des Championnats du monde juniors. Son meilleur résultat est une 7e place dans le super-G disputé sur la piste de Tarvisio en 2002[27].

Épreuve / Édition Descente Super-G Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 2001
  Verbier
11e 10e - - -
Mondiaux 2002
  Tarvisio/Sella Nevea/Ravascletto
16e 7e - 36e 15e

Championnats de FranceModifier

 
Podium du Championnat de France de Descente en 2014 à Méribel : David Poisson (à gauche) avec Johan Clarey et Maxence Muzaton

David Poisson a remporté deux titres de champion de France du super-G, en 2005 et 2008. Il est également monté à deux reprises sur le podium en descente, en 2008 (3e) et 2014 (2e)[28].

Épreuve / Édition Descente Super-G Slalom géant Slalom Super combiné
Championnats 1999
Tignes/La Clusaz
48e 46e 26e
Championnats 2000
Valloire/L'Alpe d'Huez
24e 41e
Championnats 2002
Val-d'Isère/Megève
18e 35e 42e
Championnats 2003
Les Menuires
27e 20e Abandon
Championnats 2004
Les Carroz/Flaine
6e 5e 8e
Championnats 2005
L'Alpe d'Huez
6e   10e 30e
Championnats 2007
Val-d'Isère/Val Cenis
Abandon Abandon 27e Abandon
Championnats 2008
Auron
    35e Abandon
Championnats 2009
Lélex-Crozet
5e 15e 36e Abandon
Championnats 2010
Les Menuires
6e 10e 11e Abandon
Championnats 2013
Peyragudes
6e 4e
Championnats 2014
Méribel
  6e Abandon

Notes et référencesModifier

  1. a et b Rédaction, « Le skieur français David Poisson est mort », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  2. David Poisson, un champion discret, Benoit Lallement, le Parisien, consulté le 14 novembre 2017
  3. David Poisson Biographie FIS, consulté le 13 novembre 2017
  4. David Poisson World Cup 2004 FIS, consulté le 13 bovembre 2017
  5. 2005 FIS World Ski Championships - Men's Super G FIS, consulté le 14 novembre 2017
  6. 2005 FIS World Ski Championships - Men's Donwhill FIS, consulté le 14 novembre 2017
  7. Saison déjà terminée pour David Poisson Libération.fr; 18 novembre 2005, consulté le 13 novembre 2017
  8. David Poisson saison 2007 FIS, consulté le 14 novembre 2017
  9. David Poisson, saison 2008 FIS, consulté le 14 novembre 2017
  10. David Poisson World Cup 2009 FIS, consulté le 14 novembre 2017
  11. FIS World Ski Championships - Men's Super G FIS, consulté le 15 novembre 2017
  12. Les infos avalines du dimanche 8 février 2009 Radio Val-d'Isère, 8 février 2009, consulté le 15 novembre 2017
  13. Patrice Morisod, coach du groupe vitesse de l'équipe de France de ski, commence à séduire l'Hexagone rts.ch, 6 décembre 2010, consulté le 15 novembre 2017
  14. David Poisson, World Cup 2010 FIS, consulté le 15 novembre 2017
  15. VANCOUVER 2010 / ALPIN Poisson : "Une course correcte" Ski Chrono, 15 février 2010, consulté le 15 novembre 2015
  16. La mort de David Poisson : "Kaillou était adoré de tous" Maxime Dupuis, Eurosport.fr, 14 novembre 2017, consulté le 15 novembre 2017
  17. Poisson connaît sa chute par coeur Ski Chrono, 15 décembre 2011, consulté le 15 novembre 2017
  18. Pinturault avec les Bleus de Garmisch AFP, sur Eurosport.fr, 6 février 2011, consulté le 15 novembre 2017
  19. David Poisson, saison 2012 FIS, consulté le 15 novembre 2017
  20. Kitzbuehel (AUT) - FIS World Cup - Men's Downhill 26.01.2013 FIS, consulté le 15 novembre 2017
  21. Kitzbuhel : Paris, c’est magique! Poisson puissance 4! ffs.fr; 26 janvier 2013, consulté le 15 novembre 2017
  22. Schladming 2013, le jour où David Poisson est entré dans l'histoire du ski français France 3 Auvergne-Rhône Alpes, 14 novembre 2017, consulté le 15 novembre 2017
  23. David Poisson - World Cup -All seasons - Top 3 FIS, consulté le 15 novembre 2017
  24. Accident mortel de David Poisson : il aurait chuté et percuté un arbre sur Ski Chrono, consulté le 14 novembre 2017
  25. « David Poisson World Cup Standings », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 21 février 2015).
  26. « David Poisson results : FIS World Cup », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 21 février 2015).
  27. « David Poisson results : FIS Juniors World Ski Championships », sur date.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 22 février 2015).
  28. « David Poisson results : National Championships », sur date.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 22 février 2015).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :