David Maxwell Fyfe

personnalité politique britannique

David Patrick Maxwell Fyfe, 1er comte de Kilmuir, né le à Édimbourg et mort le à Withyham (en), est un homme politique, avocat et juge britannique.

David Patrick Maxwell Fyfe of Kilmuir
David Maxwell Fyfe, Nuremberg, 1946 (Art. IWM ART LD 5863).jpg
Fonctions
Membre de la Chambre des lords
-
Lord chancelier
-
Secrétaire d'État pour le pays de Galles
-
Secrétaire d'État à l'Intérieur
-
Membre du 40e Parlement du Royaume-Uni (d)
Liverpool West Derby
-
Membre du 39e Parlement du Royaume-Uni (d)
Liverpool West Derby
-
Représentant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (d)
-
Membre du 38e Parlement du Royaume-Uni (d)
Liverpool West Derby
-
Procureur général pour l'Angleterre et le pays de Galles
-
Avocat général pour l'Angleterre et le pays de Galles
-
Membre du 37e Parlement du Royaume-Uni (d)
Liverpool West Derby
-
Membre du 36e Parlement du Royaume-Uni (d)
Liverpool West Derby
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Withyham (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
David Maxwell Fyfe, 1. Earl of KilmuirVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Balliol College
George Watson's College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
William Thomson Fyfe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Isabella Campbell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Sylvia Sackville, Countess De La Warr (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Lalage Maxwell Fyfe (d)
Lady Pamela Maxwell Fyfe (d)
Lady Miranda Maxwell Fyfe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Arme
Distinction
Archives conservées par
Titre honorifique
Le très honorable

Il est notamment Avocat général pour l'Angleterre et le pays de Galles, Procureur général pour l'Angleterre et le pays de Galles, Secrétaire d'État à l'Intérieur et Lord Chancelier au cours de sa carrière.

Il est également l'un des procureurs au procès de Nuremberg et a participé à la mise en place de la Convention européenne des droits de l'homme. Il est aussi connu pour avoir refusé la grâce de Derek Bentley.

BiographieModifier

Sa formationModifier

Fils unique du proviseur de l'Aberdeen Grammar School, William Thomson-Fyfe[1] il fit ses études secondaires à George Watson's College puis fut admis à Balliol College (Oxford). Là, il devint membre de la société d'histoire Stubbs, mais sa passion naissante pour la politique, ainsi que son service militaire accompli par patriotisme dans le corps des Scots Guards[2] (1918–19), le détourna de l'étude et il n'obtint jamais qu'un premier diplôme de Literae Humaniores. Il trouva un emploi de secrétaire particulier auprès du député conservateur Patrick Hannon (1874 - 1963), qui le fit entrer dans le British Commonwealth Union. Il occupait son temps libre à étudier le droit, avec tant d'ardeur qu'il fut admis à Gray's Inn et fut reçu membre du Barreau en 1922. Il fut avocat stagiaire dans le cabinet de George Lynskey (1888–1957) à Liverpool puis obtint l'investiture pour plaider[3].

Il fut candidat conservateur à Wigan aux élections législatives de1924, une circonscription presque impossible à conquérir pour ce parti. Sans se décourager, il allait se présenter en 1929 dans une circonscription plus favorable, celle de Spen Valley lorsque son parti renonça à s'opposer au député libéral sortant, Sir John Simon, nommé à la Commission indienne statutaire. Maxwell-Fyfe ne fut élu député qu'au scrutin partiel de 1935, cette fois dans la circonscription de Liverpool West Derby[3].

Entre-temps, sa réputation de juriste s'était affermie, lui valant son admission au rang de Conseiller du Roi[4] en 1934. Il fut juge d'instruction (recorder) à Oldham de 1936 à 1942[3].

Ses débuts à la ChambreModifier

Maxwell-Fyfe, avec Patrick Spens, Derrick Gunston et d’autres, apporta son appui au Gouvernement d'union nationale sur la signature du Pacte Hoare-Laval et les Accords de Munich ; mais après la création du Protectorat de Bohême-Moravie en mars 1939, Maxwell-Fyfe s'engagea dans Réserve territoriale[5] et, lorsque la guerre fut déclarée à l'Allemagne en septembre, fut nommé procureur-général près la Cour martiale, avec le grade de commandant. Il fut blessé dans une attaque aérienne en septembre 1940. Au mois de mai 1941, Maxwell-Fyfe devint vice-président de la commission Rab Butler, groupe de réflexion conservateur s'intéressant aux problèmes posés par l'après-guerre, et même en prit la présidence en 1943[3].

Du cabinet Churchill à la cour de NurembergModifier

Au mois de mars 1942, Sir Winston Churchill nomma, sur la recommandation de Brendan Bracken, Maxwell Fyfe Avocat général pour l'Angleterre et le pays de Galles. C'est alors qu'il fut anobli et prêta serment pour entrer au Conseil privé. Il mit tout son zèle au service du gouvernement de coalition tout en réfléchissant à la façon dont les dirigeants nazis allaient devoir être jugés à la fin des hostilités. Il prit part le 8 avril 1945 aux pourparlers anglo-américains sur le jugement des crimes de guerre, où, selon l’historien Richard Overy, « il défendit le point de vue du gouvernement Britannique favorable à des exécutions sommaires[6]. ». Au vu de l'action de Maxwell-Fyfe au cours des Procès de Nuremberg, on peut se demander dans quelle mesure lui-même approuvait cette thèse ; mais à l'époque, en tant que membre du gouvernement, il n'avait que le choix de suivre le Premier Ministre, Churchill, qui ne cessait de répéter que les dirigeants nazis ne méritaient qu'une justice sommaire[7]. Lorsque la guerre prit fin en Europe et que la coalition fut dissoute en mai 1945, Maxwell-Fyfe exerça de façon éphémère les fonctions d'Attorney-General dans le gouvernement provisoire Churchill[3].

Le Parti travailliste remporta une victoire éclatante aux Élections générales britanniques de 1945 et Sir Hartley Shawcross le remplaça comme Attorney General, devenant par là le Premier procureur britannique aux Procès de Nuremberg. Ce dernier, afin de manifester le caractère non-partisan des procès, prit toutefois Maxwell-Fyfe comme procureur-assistant et, accaparé par ses tâches auprès du Parlement de Westminster, ne prononça en fait que les discours d'ouverture et de clôture du Procès. C'est donc Maxwell-Fyfe qui assura au jour le jour la direction de la délégation britannique et s'y montra « juriste compétent, administrateur efficace et chef de délégation impliqué[8]. » Certaines voix s'élevèrent contre sa nomination, le contre-interrogatoire n'étant généralement pas son fort ; mais précisément, le contre-interrogatoire qu'il mena d'Hermann Göring est resté comme un modèle du genre[3].

Député d'oppositionModifier

Au terme des procès de Nuremberg, Maxwell-Fyfe retrouva le Parlement comme spécialiste de l'emploi au sein du cabinet fantôme tout en exerçant au Barreau : c'est ainsi qu'il assura la défense du tueur en série John George Haigh en 1949. Il se présentait à la Chambre des Communes vers 17h00, assistait souvent aux débats jusque tard dans la nuit puis, après un petit-déjeuner pris sur le pouce, retrouvait le tribunal. Il bénéficiait néanmoins de l'assistance de sa femme, la comtesse Sylvia Sackville De La Warr, employée du Parti conservateur[3].

Maxwell-Fyfe s'est largement impliqué dans la rédaction du programme de redressement industriel de 1947 du parti (Industrial Charter), d'inspiration libérale quoique favorable à l'économie mixte. Dans un autre rapport du parti conservateur (1948-49), il défendit le financement de certains candidats aux élections par le parti, prétendument pour y promouvoir la pluralité d'opinion, mais pratiquement pour accroître le poids des circonscriptions et nommer des candidats plus conformes à la direction[3].

Quoique conservateur, il défendit le projet de loi travailliste de 1948 sur la naturalisation (British Nationality Act 1948), qui réaffirmait les droits des ressortissants du Commonwealth à devenir citoyens britanniques de plein droit, manifestant par là son adhésion à l'unité et l'indivisibilité de l'empire.

Maxwell-Fyfe fut un ardent partisan de l'intégration européenne. Il siégea au Conseil de l'Europe d'août 1949 à mai 1952, dont il présida la commission sur les questions juridiques et administratives et pour laquelle il fut rapporteur du comité de rédaction de la Convention européenne des droits de l'homme. Dans ses mémoires[9] il reproche à Anthony Eden ses propos diffamatoires, qui ont privé le Royaume-Uni d'un leadership assuré en Europe. Eden envisagea de poursuivre Maxwell-Fyfe en diffamation pour cette accusation[3].

Retour aux affairesModifier

Juste avant les Élections générales britanniques de 1951, Maxwell-Fyfe déchaîna la controverse en laissant entendre, dans une interview radio, qu'un gouvernement conservateur pourrait légiférer dans le sens d'une modération du pouvoir des syndicats. Aussi, lorsque le Parti conservateur remporta les élections, Churchill préféra l'écarter comme Ministre du Travail, et c'est pourquoi Maxwell-Fyfe obtint le portefeuille de Secrétaire d'État à l'Intérieur et de ministre délégué aux affaires galloises. À ce poste, il eut à instruire plusieurs projets de loi délicats soumis à la Chambre des Communes, en particulier ceux autorisant la publicité à la télévision. Il s'y fit une réputation de ministre travailleur et loyal[3].

En 1952, le Directeur-Général du MI5, jusque-là dépendant du Premier Ministre, fut placé sous la responsabilité directe du Secrétaire d'État à l'Intérieur. Fort de ces nouvelles responsabilités, Maxwell-Fyfe promulgua les « Directives Maxwell-Fyfe » qui fixèrent de facto les règles du contre-espionnage britannique jusqu'à l'adoption en 1989 des nouveaux statuts[10], incluant la défense économique. À la démission de Percy Sillitoe en 1953, Maxwell-Fyfe confia la désignation d'une liste de successeurs possible à une commission de fonctionnaires présidée par Edward Bridges. La commission remonta les candidatures de Dick White et de Kenneth Strong. Maxwell-Fyfe nomma White, signalant à Churchill que cette promotion d'un des membres favoriserait le zèle envers le service[11].

Retraite politiqueModifier

Au renvoi du gouvernement, Kilmuir rejoignit le directoire de Plessey, entreprise de génie électrique, mais sa santé était déjà déclinante. Il mourut à Withyham, dans le Sussex, le 27 janvier 1967, laissant à ses héritiers une fortune de 22 202 £ et fut incinéré. Ses cendres ont été dispersées dans le square de l'église Saint-Michel de Tous les Anges à Withyham. Ses titres nobiliaires ne pouvaient se transmettre qu'à des héritiers mâles, et sont donc éteints[3].

NotesModifier

  1. D'après la notice du Cracroft's Peerage.
  2. Kelly's Handbook to the Titled, Landed and Official Classes, 1945, Kelly's, p. 763 ; le fait est également mentionné dans Burke's Peerage et dans la notice du Who Was Who.
  3. a b c d e f g h i j et k D'après D. J. Dutton, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, , « Fyfe, David Patrick Maxwell, Earl of Kilmuir (1900–1967) ».
  4. (en) The London Gazette, no 34025, p. 1152, 20 February 1934.
  5. L'Oxford Dictionary of National Biography la désigne de manière plus précise comme le corps des Officiers de la Réserve de Guerre.
  6. D'après Richard Overy, Interrogations: The Nazi Elite in Allied Hands, 1945, New York, Viking, , p. 11.
  7. Overy, p. 6.
  8. Tusa & Tusa (1983), p. 136.
  9. Lord Kilmuir (1964).
  10. Andrew (2009), pp. 322–323.
  11. Andrew (2009), pp. 323–324.

Liens externesModifier