Ouvrir le menu principal

David Davis (homme politique, 1948)

politicien britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Davis et Davis.

David Davis
Illustration.
David Davis en 2016.
Fonctions
Secrétaire d'État à la sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni

(1 an, 11 mois et 25 jours)
Premier ministre Theresa May
Gouvernement May I et II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Dominic Raab
Président du Parti conservateur

(10 mois et 5 jours)
Prédécesseur Michael Ancram
Successeur Theresa May
Ministre d'État pour l'Europe

(2 ans, 9 mois et 12 jours)
Premier ministre John Major
Gouvernement Major II
Prédécesseur David Heathcoat-Amory
Successeur Doug Henderson
Membre de la Chambre des communes
En fonction depuis le
(31 ans, 10 mois et 8 jours)
Élection
Réélection





8 juin 2017
Circonscription Boothferry (1987-1997)
Haltemprice et Howden (depuis 1997)
Législature 50e, 51e, 52e, 53e, 54e, 55e, 56e et 57e
Groupe politique Tory
Prédécesseur Circonscription créée
Biographie
Nom de naissance David Michael Davis
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance York, Angleterre (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur
Diplômé de Université de Warwick
London Business School
Profession Homme d'affaires

David Davis (homme politique, 1948)
Secrétaires d'État à la Sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni

David Michael Davis, né le à York, est un homme politique britannique, membre du Parti conservateur.

Ancien cadre de Tate & Lyle, il est député depuis et devient ministre d'État pour l'Europe en au sein du Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth. Après le passage des Tories à l'opposition parlementaire en , il est nommé président du parti en . Il intègre le cabinet fantôme en et tente sans succès de se faire élire chef des conservateurs en face à David Cameron.

À partir du , il est secrétaire d'État à la sortie de l'Union européenne dans le gouvernement May. Partisan d'un « Brexit dur », il démissionne le en raison de désaccords avec Theresa May sur la question.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et vie professionnelleModifier

Issu d'un milieu modeste, il s'engage comme réserviste dans les commandos SAS afin de financer ses études[1].

Ancien élève de la Bec Grammar School, il étudie les sciences à l'université de Warwick, où il obtient un baccalauréat en science (BSc) en . Il rejoint ensuite la London Business School (LBS), où en il obtient une maîtrise en administration des affaires (MSc).

Il travaillera les 17 années suivantes chez Tate & Lyle, dont il sera l'un des cadres dirigeants. David Davis a été confronté au début de sa carrière dans le domaine du sucre au rééquilibrage économique provoqué par l'entrée du Royaume-Uni dans l'union douanière européenne[2].

Carrière politiqueModifier

DébutsModifier

Il est élu pour la première fois député (Member of Parliament) à la Chambre des communes au cours des élections générales dans la circonscription de Boothferry, dans le Yorkshire[3]. En , il devient ministre d'État pour l'Europe au bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO), sous le Premier ministre John Major. Eurosceptique convaincu, il gagne à cette époque le sobriquet de « Monsieur Non » à Bruxelles[4].

AscensionModifier

Aux élections générales du , il postule dans Haltemprice & Howden, issue du démembrement de Boothferry, et conserve son siège. Il est nommé président du Parti conservateur le et occupe cette responsabilités jusqu'au .

Il intègre ce jour là le cabinet fantôme de Iain Duncan Smith au poste de secrétaire d'État au bureau du premier ministre fantôme. Il est promu secrétaire d'État à l'Intérieur fantôme le par le nouveau chef du parti Michael Howard.

Après que les Tories ont perdu les élections générales du , il se présente à la direction du parti. Il arrive en tête du premier tour de vote organisé au sein du groupe parlementaire avec 62 voix, mais se trouve devancé au second tour par David Cameron, ne récoltant alors que 57 suffrages contre 90 à son concurrent. Leurs deux noms sont donc soumis au vote des adhérents, auquel il obtient environ 64 000 voix, soit 32,4 %.

Député d'arrière-banModifier

Il est cependant confirmé dans ses fonctions au sein du cabinet fantôme et influence David Cameron afin de lui faire adopter des positions davantage hostiles à l'Union européenne. Il en est relevé le , après qu'il a démissionné de son mandat parlementaire, dans l'objectif de se présenter à l'élection partielle conséquente et provoquer un débat sur les libertés publiques. À cette période en effet, le Royaume-Uni vote le renforcement de sa législation anti-terroriste. Bien qu'il se trouve aisément réélu, il n'est pas rappelé dans l'équipe de Cameron[1].

Ministre sous Theresa MayModifier

Réélu député en 2010 puis 2015, David Davis est nommé le secrétaire d'État à la sortie de l'Union européenne du nouveau gouvernement formé par Theresa May. Ce choix est une surprise, la Première ministre entendant par là confier ce dossier à un homme dont l'ascension politique était stoppée plutôt qu'à Boris Johnson, considéré comme un potentiel rival.

En 2017, des médias notent une gestion « dilettante » du dossier du Brexit lorsqu'il se vante au Parlement de s'appuyer sur 58 analyses sectorielles approfondies de l'impact de la sortie de l'UE sur l'économie, avant de finalement reconnaître que ces documents n'existent pas, sous la pression des parlementaires qui souhaitaient les consulter ; il demande ensuite à ses équipes de les rédiger[1].

Le , il annonce sa démission, considérant la stratégie de Theresa May vis-à-vis du Brexit comme trop « douce » (soft)[5]. Cette démission met un terme à plusieurs mois de négociations et de tensions entre lui et la Première ministre sur la stratégie à adopter concernant la sortie du pays de l'UE[6]. Il est suivi par son sous-secrétaire d’État Steve Baker et par Boris Johnson, secrétaire d'État des Affaires étrangères[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Florentin Collomp, « David Davis, le randonneur du Brexit », Le Figaro Magazine, semaine du 8 décembre 2017, page 34.
  2. (en) Dan Roberts, « Sweet Brexit: what sugar tells us about Britain’s future outside the EU », sur the Guardian, (consulté le 9 juillet 2018)
  3. (en) « Rt Hon David Davis MP », sur UK Parliament (consulté le 9 juillet 2018)
  4. Philippe Bernard, « David Davis, un europhobe libertarien pour gérer le Brexit? », sur lemonde.fr, (consulté le 14 juillet 2016).
  5. « Royaume-Uni : le secrétaire au Brexit, David Davis, aurait démissionné », sur lemonde.fr, (consulté le 9 juillet 2018).
  6. « Le ministre chargé du Brexit David Davis démissionne, les "Brexiters" applaudissent », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2018)
  7. https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/le-ministre-charge-du-brexit-david-davis-demissionne-les-brexiters-applaudissent-784512.html

Voir aussiModifier