Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercure.

Dassault Mercure 100
Mercure d'Air Inter à Marseille en 1979.
Mercure d'Air Inter à Marseille en 1979.

Rôle Avion de ligne court-courrier
Constructeur Drapeau : France Dassault Aviation
Équipage 3
Premier vol
Mise en service
Retrait
Premier client Air Inter
Client principal Air Inter
Production 11
Livraisons 11
Dimensions
Image illustrative de l’article Dassault Mercure 100
Longueur 34,84 m
Envergure 30,55 m
Hauteur 11,36 m
Aire alaire 116 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 31,8 t
Max. au décollage 56,5 t
Max. à l'atterrissage 52 t
Kérosène 14 750 l
Passagers 150[1]
Motorisation
Moteurs 2 turboréacteurs double flux Pratt & Whitney JT8D-15
Poussée unitaire 68,9 kN
Poussée totale 137,8 kN
Performances
Vitesse maximale 925 km/h
à 6 095 m

Le Dassault Mercure 100 est un avion fabriqué par le constructeur aéronautique Dassault. Entre 1973 et 1980, les études de marché font apparaître l'existence d'un marché potentiel de 1 500 appareils court courrier de 130 à 150 passagers. Le programme Mercure est alors officiellement lancé en avril 1969.

DéveloppementModifier

 
Poste de pilotage d'un Dassault Mercure 100

La fabrication de cet avion à fuselage étroit, effectuée sous la maîtrise d'œuvre de Dassault Aviation, est répartie entre Fiat (Italie), la CASA (Espagne), l'ADAP (Belgique), la Fabrique fédérale d'avions FW d'Emmen (Suisse) et Canadair (Canada). L'assemblage final est effectué par la société Dassault, à Mérignac pour le prototype et, à Istres, pour les avions de série dans une usine spécialement construite à cet effet sur un terrain de 33 hectares et 45 000 m2 de bâti[2]. C'est le premier grand programme européen de coopération aéronautique civile qui préfigure les futures grandes opérations de coopération comme celle d'Airbus.

Pour permettre la construction en série, la société Dassault crée, à la demande de la DATAR, quatre nouvelles usines : Martignas, Poitiers, Seclin et Istres.

Le prototype du Mercure 100 réalise son premier vol à Mérignac, le , avec un équipage composé de Jean Coureau, Jérôme Résal et Gérard Joyeuse. Le , quatre jours après son premier vol, il est présenté au Salon du Bourget.

Mise en serviceModifier

Le , la compagnie aérienne Air Inter commande 10 appareils. Le premier avion de série fait son vol initial le . La certification civile DGAC est obtenue le .

Malgré l'intérêt accordé par plusieurs compagnies aériennes américaines, la vente de l'appareil se limite à la seule société française Air Inter. Le programme ne démarre pas, il est victime de la conjonction du choc pétrolier, des dévaluations du dollar, de l'inflation en Europe et de la préférence des compagnies aériennes pour un avion polyvalent court-moyen courrier. L'avion est également pénalisé par sa motorisation : les moteurs Pratt & Whitney qui l'équipent sont relativement anciens, ils sont bruyants et consomment trop. Enfin, il est handicapé par un mouvement de lacet très sensible aux places arrière, les rendant particulièrement inconfortables. Pour le reste, le Mercure 100 est similaire au Boeing 737 mais plus rapide.

Finalement, seuls dix Mercure 100 sont fabriqués. La chaîne de montage est arrêtée le . Dassault tentera pendant quelques années de relancer le projet, en contactant des firmes américaines pour leur proposer de produire l'appareil sous licence, et surtout en lançant le projet Mercure 200, qui devait avoir un fuselage allongé et des moteurs CFM56 bien plus efficaces. Le projet ne fut jamais mené à bien, mais selon certaines rumeurs les plans furent cédés à Aérospatiale et inspirèrent plus ou moins la conception de l'Airbus A320.

Le , Air Inter, satisfaite de l'exploitation de ses Mercure et désireuse d'un avion supplémentaire, commande la mise au standard du prototype Mercure 02 qui avait effectué son premier vol le . Il est livré à Air Inter le et devient le onzième appareil de sa flotte. Le , les deux derniers des onze Mercure en service sur le réseau d'Air Inter effectuent leur dernier vol ; un d'entre eux sera offert à l'École supérieure des métiers de l'aéronautique (ESMA). Un tronçon de fuselage d'un Mercure est stocké au hangar du Greta d'Armorique sur l'aérodrome de Morlaix.

Ce fut aussi le premier avion entièrement géré par une équipe féminine, lors d'un vol Paris-Nimes en 1985.

À l'heure de leur retraite, le bilan des Dassault Mercure est éloquent : 360 000 heures de vol, 44 millions de passagers transportés en 440 000 vols, sans accident, avec une régularité de service de 98 %.

Notes et référencesModifier

  1. « Dassault civils – Mercure », sur le site dassault-aviation.com, consulté le 30 mai 2010.
  2. « La nouvelle vie de la BA 125 d’Istres », sur www.ttu.fr, (consulté le 5 juillet 2018).

A l'imageModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier