Ouvrir le menu principal
Danièle Perré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître

Danièle Perré, née le à Paris, où elle est morte le , est une artiste-peintre française.

Sommaire

BiographieModifier

Danièle Perré est née à Paris en 1924 et a grandi dans le quartier des Buttes Chaumont. Elle a commencé sa carrière de peintre dès les années cinquante, ses premières peintures sont exposées en 1953. Sa première exposition se fait dans le cadre d’un exposition intitulée les « Quinze groupes »[1] au Palais des Beaux Arts de la ville de Paris. Danièle Perré reçoit son premier prix en 1956, le prix de la société des amateurs d’art pour sa toile représentant le « Port de Dieppe, par un ciel d’orage », ou « Le Port ». La même année, elle est sélectionnée dans le cadre du Prix Othon Friesz pour son tableau « Nature morte ». Le peintre Jacques Villon, comme son collègue André Breuillaud, la remarque très vite, il suit son œuvre et contribue de façon importante à son essor. Elle peint son portrait en 1956, exposé à l’occasion du cinquième Salon les Peintres témoins de leur temps, au Musée Galliera. Le journal France Soir, le 2 mars 1956, déclare que Le portrait de Jacques Villon par Danièle Perré sera certainement l’un des plus remarqués de l’exposition[2].

Dès l’année 1957, Danièle Perré est exposée au Salon de Mai et au Salon d’Automne. À cette période, elle fait une rencontre décisive, qui ouvre une amitié d'une vie, en la personne de Camille Renault, galeriste, mécène et personnage haut en couleur, à ne pas confondre avec le sculpteur Français du même nom. La carrière internationale de Danièle Perré débute en 1958. Elle expose à Dallas, dans le cadre d’une exposition de groupe, et au Musée d'art moderne de Mexico. L’année suivante, la Ville de Paris, le Musée de Menton et le Musée de Tel-Aviv achètent ses œuvres. Dans les années soixante, Danièle Perré rejoint la nouvelle École de Paris[3]. Elle en est, à trente-cinq ans, la plus jeune exposante. Un article paru dans le Monde, du 27 octobre 1961, explique que la jeune femme peint à partir du réel. […] C’est l’étude des volumes qui fixe la fugitive émotion visuelle[4]. Dans le même temps, elle réalise des vitraux pour l'Église de Bouchevilliers, près de Gisors, activité qu’elle réitèrera, notamment dans les années 1970, pour la cathédrale de Saint-Jean de Caen, évènement entre autres relaté par la télévision[5].

La carrière de Danièle Perré décolle dans les années 1960. À cheval sur les années 1962 et 1963, elle expose à la Galerie Maurice Oeuillet à Toulouse, avec préface de Jacques Villon, au Musée de Rouen, au Musée de Pensacola en Floride, à la Far Gallery de New York, à la Bowinkel's Gallery de Beverly Hills (Californie), ainsi qu’à Düsse, Berlin, Budapest et Belgrade, pour l’exposition « Le portrait français » (auto portrait). Cette même année, elle expose au Salon Comparaisons. Dès lors elle ne cessera plus d’exposer, l’Asie la célèbrera dans les deux dernières décennies de son œuvre, les années 1990 et 2000. Danièle Perré peint toujours en grand format, elle s’inspire, comme l’écrit le célèbre critique d’art Frank Elgar en 1975, d’épaves rejetées par la mer, quille de barque fichée dans le sable par le caprice des flots, racines d’arbres arrachées par les courants à quelque continent lointain et venues s’échouer sur nos rivages[6]. La dernière exposition personnelle de Danièle Perré s'est déroulée du 9 mars au 21 avril 2006, à la Galerie Guillaume, 34 rue de l'Arcade, à Paris.

ExpositionsModifier

  • 1955 : Prix de la Société des Amateurs d'Art et Collectionneurs (tableau "Le Port"). - Sélection Prix Othon Friesz (tableau "Nature morte").
  • 1956 : Portrait de Jacques Villon pour les Peintres témoins de leur temps (Musée Galliéra).
  • 1957 : Exposition au Salon de Mai - Salon des Indépendants. - Exposition au Salon d'automne.
  • 1958 : Sociétaire du Salon d'Automne et du Salon des Indépendants. - Expose au Salon de Mai. - Exposition de groupe à Dallas et au Musée d'art moderne de Mexico.
  • 1959 : Expose au Musée Galliéra "Le Pétrole vu par 100 peintres". - Exposition particulière Galerie Camille Renault, Paris. - Achats de la Ville de Paris, du Musée de Menton et du Musée de Tel-Aviv.
  • 1960 : Maquettes et réalisation de vitraux pour l'Église de Bouchevilliers, près de Gisors.
  • 1961 : Sélectionnée à l'exposition de l'École de Paris, Galerie Charpentier. - Exposition particulière Galerie Camille Renault.
  • 1962 : Expose à la Galerie Maurice Oeuillet à Toulouse, avec préface de Jacques Villon. - Au Musée de Rouen. - Au Musée de Pensacola. - A la Far Gallery de New York. - A la Bowinkel's Gallery de Beverly Hills (Californie).
  • 1963 : Participe à l'Exposition : "Le portrait français" à Düsse, Berlin, Budapest et Belgrade (auto portrait). - Salon Comparaisons.
  • 1964 : Exposition particulière Galerie Camille Renault. - Biennale de Menton. - Biennale de Puteaux. - Biennale de Villeneuve-sur-Lot.
  • 1965 : Expose au Musée de Bratislava et de Prague.
  • 1968 à 1970 : Projets et réalisation de 28 vitraux pour Saint-Jean-Baptiste de Caen.
  • 1971 : Exposition particulière Galerie Sainte-Croix à Nantes. - Exposition de Groupe de dessins au Cannet. - Exposition de Groupe de dessins Galerie Camille Renault.
  • 1972 à 1974 : Réalisation des vitraux, partie basse de Saint-Jean-Baptiste de Caen (abside). Émission de télévision pour la pose du onzième vitrail.
  • 1975 : Exposition Galerie Soleil, Gorges Bongers à Paris.
  • 1976 : Exposition à Toulouse au Centre Léonard de Vinci de l'E.N.A.C.
  • 1977 : Réalisation des vitraux, partie haute de Saint-Jean-Baptiste de Caen (abside). - Exposition de groupe au Musée de Toulon.
  • 1978 : Exposition à Saint-Germain-en-Laye : "Éloge du petit format".
  • 1979 : Exposition au festival d'Auvers-sur-Oise. - Exposition au Musée de Pontoise : "Éloge du petit format".
  • 1980 : Salons officiels de Mai – Salon d’Automne, etc.
  • 1981 : Exposition particulière Galerie Jean-Louis Roque, Paris. - Exposition particulière de 40 grands formats à Esch-sur-Alzette, Luxembourg.
  • 1984 : Exposition particulière d'aquarelles à la Galerie d'Art municipale d'Esch-sur-Alzette, Luxembourg. - Sélectionnée pour participer à l'exposition des peintres Français à Tokyo.
  • 1987 : Exposition "Panorama de l'École Française Contemporaine" au Pavillon des Artistes et à l'Institut de France de Tel-Aviv (du 7 au 14 juin 1987).
  • 1990 : Salon de Mai. Salon d'Automne. - Exposition d'aquarelles à la Galerie Élysée-Miromesnil.
  • 1993 : Exposition de 45 toiles à la Maison des Arts et Loisirs de Sochaux (du 6 novembre au 3 décembre 1993).
  • 1994 : Exposition au Musée d'Art Moderne UENO à Tokyo. - Exposition au Temple Josenji à Tokyo.
  • 1995 : Exposition au Musée National des Beaux Arts de Shanghai.
  • 1996 : Exposition France-Japon, "L'art actuel", Tokyo. - Atrium d'Omori - Bell Port. - Espace de Nesle, "20 artistes Français et Japonais", Paris.
  • 1997 : Exposition à Perpignan, Palais des rois de Majorque, "Art contemporain japonais et 20 artistes Français". - Exposition à l'Espace Branly. - Salon d'Automne.
  • 1998 : Exposition à la Galerie de Nesle, Paris. - Salon International de Paris (novembre 1998).
  • 1999 : Exposition à Tokyo (du 2 au 7 mars). - Exposition au club des amis de l'Europe et des Arts.
  • 2000 : Exposition à la Galerie de Nesle, Paris.
  • 2001 : Exposition au Salon de Mai. - Exposition Salon d'Automne. - Exposition Art Actuel, France-Japon / Chine-Pékin. - Exposition au club des Amis de l'Europe et des Arts.
  • 2002 : Exposition à la Galerie de Nesle, Paris. - Exposition au Salon d'Automne.
  • 2004 : Exposition au Salon d'Automne.
  • 2006 : Exposition au "France-Chine-Japan Contemporary art exhibition".

Notes et référencesModifier

  1. { (fr) « Quinze groupes ». Site officiel de Danièle Perré. Article paru dans le journal Combat, le 10 novembre 1953. Consulté le 5 avril 2011.
  2. (fr) Articles de journaux sur la peinture de Danièle Perré, « Jacques Villon ». Site officiel de Danièle Perré. Trois articles parus dans France Soir, Le Figaro et La revue Arts. 2 mars, 8 mars et 20 mars 1956. Consulté le 8 avril 2011.
  3. (fr) "L'école de Paris 1961, à la Galerie Charpentier". Site officiel de Danièle Perré. Article de Frank Elgar, Journal Carrefour, du 25 octobre 1961. Consulté le 8 avril 2011
  4. (fr) « Perré ». Site officiel de Danièle Perré. Article paru dans Le Monde, le 27 octobre 1961. Consulté le 8 avril 2011.
  5. (fr) « Les 26 vitraux de la cathédrale de Caen ». Site officiel de Danièle Perré. Passage Télévision : Aujourd'hui, Madame, Quand les cathédrales redeviennent blanches, par Renée Kammerschelt et Laure Baudoin - Chaîne 2, à 14 h 30, 14 juin 1974. Consulté le 8 avril 2011.
  6. (fr) « Racines et épaves de Danièle Perré ». Site officiel de Danièle Perré. Article écrit par Frank Elgar, paru dans le Journal Carrefour, le 27 novembre 1975. Consulté le 8 avril 2011.

SourcesModifier