Dame de tous les Peuples

Nom de dévotion à la Vierge Marie liée aux apparitions d'Amsterdam en 1945

Dame de Tous les Peuples
Image illustrative de l’article Dame de tous les Peuples
Image de la Dame de Tous les Peuples.
Apparition mariale
Vénérée à Chapelle de la Dame de tous les Peuples à Amsterdam, Pays-Bas

La Dame de tous les Peuples, ou Mère de tous les Peuples, aussi appelée Dame de toutes les Nations est le vocable sous lequel est invoquée la Vierge Marie[N 1], telle qu'elle serait apparue à Ida Peerdeman à Amsterdam (Pays-Bas), du au .

Ces apparitions ont eu un processus de reconnaissance chaotique par l'Église catholique. D'abord condamnées en 1956, elles sont officiellement reconnues par l'évêque du lieu en 2002. Mais tout à la fin de 2020, la Congrégation pour la doctrine de la foi casse la décision de l'évêque et le pousse à annuler la reconnaissance officielle des apparitions.

Néanmoins, l'utilisation du titre de « Dame de tous les peuples », ainsi que la prière à la « Dame de tous les peuples », telle qu'elle a été suggérée et corrigée par la congrégation Vaticane en 2005, restent autorisés par le Vatican, aux fidèles qui le souhaitent, par contre il est strictement défendu de faire la propagande ou de publier les écrits ou "révélations" provenant de cette fausse apparition, ou de vénérer en public la représentation de la dame de tous les peuples (fournie par la voyante).

HistoriqueModifier

Apparitions marialesModifier

La soixantaine d'apparitions rapportées par Ida Peerdeman se sont déroulées essentiellement dans l'appartement familial, rarement à l'extérieur, et en présence de peu de témoins. Au cours de ces apparitions qui s'étalent de 1945 à 1959, la Vierge Marie se serait présentée à elle sous le titre de la « Dame[N 2], Marie, Mère de tous les Peuples ». La Vierge aurait annoncé à la voyante différents événement politiques, sociaux, mais aussi religieux qui devaient se produire dans les années à venir. D'après Gerd Schallenberg[N 3] : « Plusieurs de ces prédictions se réalisèrent, d'autres attendent leur accomplissement »[1].

Au cours de ces apparitions, « la Vierge communique à la voyante une prière et lui demande la formulation d'un nouveau dogme marial par l'Église catholique »[2]. La première enquête canonique, effectuée par l'évêque du lieu amène celui-ci à rejeter les apparitions comme « non reconnues surnaturelles » en 1956. Cette décision est validée par la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1974[3]. Après de nouvelles enquêtes, Mgr Joseph Maria Punt, évêque de Haarlem-Amsterdam, reconnaît, en 2002, comme authentiques et dignes de foi « les messages et les apparitions de la « Dame de tous les Peuples » à Ida Peerdeman » lors des apparitions d'Amsterdam[4],[5].

Après une polémique née en 2020 à la suite d'un article d'Hendro Munsterman[N 4] contestant le statut de reconnaissance officielle accordé par l'évêque, le , dans une communication officielle, la Congrégation pour la doctrine de la foi casse la décision de « reconnaissance des apparitions » faite par l'évêque d'Amsterdam en 2002, et déclare « non reconnues par l’Église » les apparitions de la « Dame de tous les peuples »[6],[7].

Naissance de la dévotionModifier

En , la « Dame », demande à Ida de diffuser une première prière pour hâter la fin de la guerre. Le , Ida reçoit une seconde prière, qui sera connue comme « la prière de la Dame de tous les peuples », ainsi qu'une vision d'une représentation de la Vierge Marie. La voyante dit avoir la charge de diffuser cette dévotion parmi les chrétiens[2].

En 1966, Raoul Auclair[N 5] donne une conférence à Paris le pour présenter les apparitions d'Amsterdam. Sa conférence est traduite en plusieurs langues, et il diffuse la « prière donnée par la Vierge ». Le texte de sa conférence, ainsi que la prière, sont publiés en différents lieux et éditions, avec l'accord des autorités ecclésiales locales[N 6],[8].

Certains évêques, comme Mgr Pavol Mária Hnilica se font les ardents promoteurs de la dévotion à la Dame de tous les Peuples. La congrégation de la « Famille de Marie » s'investit pour diffuser la dévotion à la Dame de tous les Peuples dans les lieux où elle est implantée[9].

Statut de la dévotionModifier

Le texte de la prière, a été traduit en 80 langues et il a obtenu l'accord de la Congrégation pour la doctrine de la foi en 2005[10] (à la suite d'une légère modification du texte original) :
« Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père, envoie aujourd'hui ton Esprit sur la terre. Fais habiter ton Esprit-Saint dans les cœurs de tous les peuples, afin qu'ils soient préservés de la corruption, des calamités et de la guerre. Que la Dame de tous les Peuples, la Bienheureuse Vierge Marie, soit notre avocate. Amen. »[11].

Si le Vatican insiste sur le fait que les « apparitions d'Amsterdam » n'ont pas de fondement surnaturel (prouvé), l'utilisation du terme « Dame de tous les Peuples », ainsi que la représentation de la Vierge restent autorisés aux fidèles. De même, la « prière à la Dame de tous les peuples », telle que validée par la congrégation de la doctrine de la foi en 2005 reste autorisée, en dévotion privée, par les fidèles. Mais le Vatican précise : « l'utilisation des images et de la prière ne peut en aucun cas être considérée comme une reconnaissance - même implicite - de la nature surnaturelle des événements en question »[7].

Symbolique de la représentationModifier

 
Le tableau de la "Dame de tous les Peuples" placé sur l'autel de la chapelle.

Le visuel de la « Dame de tous les Peuples » a été décrit, expliqué, par la voyante et par les promoteurs de cette dévotion, avec les éléments suivants :

  • La dame se tient sur le globe terrestre « parce qu'elle veut qu'on l'appelle Dame de tous les peuples ». En 1996, Mgr Joseph Maria Punt déclare : « Pour le culte public de Marie sous ce titre (de Mère de tous les Peuples),[...] nous pensons que précisément ce titre jette une claire lumière sur la maternité universelle de Marie et sur son rôle unique et féminin dans le plan de salut du Seigneur »[2].
  • La dame se tient devant la Croix, car « il va survenir sur le monde une grande lutte spirituelle et de nouveau, l'humanité est appelée à retourner à la Croix ». La Mère « nous introduit dans un temps nouveau, le temps du Saint-Esprit ». Elle veut faire venir maintenant le Saint-Esprit sur les peuples, c'est pourquoi elle se tient devant la Croix comme « Corédemptrice, Médiatrice et Avocate »[12].
  • Les mains transpercées, stigmatisées symbolisent la Vierge souffrante au pied de la croix, Notre-Dame des Douleurs, « traduisant l'union inséparable de la Corédemptrice au Rédempteur »[13].
  • Les trois rayons lumineux qui jaillissent des mains transpercées de la Vierge symbolisent la Grâce, la Rédemption et la Paix que Dieu donne à son peuple, par l'intermédiaire de la Vierge[13].
  • Les brebis, blanches et noires, symbolisent tous les peuples, toutes les races vivant sur Terre. Tous ont Marie pour mère et avocate[13].

Notoriété et influence religieuseModifier

Chapelle de la Dame de tous les PeuplesModifier

 
Chapelle de la Dame de tous les Peuples à Amsterdam.

En 1959, la « Fondation de la Dame de tous les Peuples » achète le terrain au Diepenbrockstraat (nl) et y fait construire une petite chapelle. Dans cette chapelle est peinte une représentation de la Vierge, telle qu'elle serait apparue à la voyante[8].

Le , l’évêque de Haarlem Mgr Henricus Joseph Aloysius Bomers (nl) fait procéder au couronnement de la statue de « la Dame de tous les peuples » dans la chapelle d'Amsterdam[1].

Dans le reste du mondeModifier

En 1973, une statue de bois à l'image de la Dame de tous les Peuples est envoyée dans un couvent du Japon à Akita[14]. Sur cette statue, il est observé plusieurs lacrimations de la statue elle-même. Une enquête canonique est demandée par l'évêque du lieu, et après une longue enquête scientifique menée par l'Université d'Akita, l'évêque local, Mgr John Shojiro Ito, reconnaît « le caractère surnaturel des événements » le [15],[16].

En se tient à Amsterdam la première « Journée internationale de prières à la Dame de tous les Peuples »[8]. Cette journée est renouvelée tous les ans depuis.

Des chapelles dédiées à la Dame de toutes les Nations sont présentes dans le monde entier.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. A ne pas confondre avec le titre que s'est attribuée la fondatrice de l'Armée de Marie, qui est en rupture avec l’Église catholique, excommuniée par la Congrégation pour la doctrine de la foi en 2007. Voir Stéphanie Audet, « Communauté de la Dame de tous les peuples (Armée de Marie) », sur Université de Laval, (consulté le ).
  2. Le terme hollandais « Vrouwe » utilisé par la voyante se traduit aussi bien par « Dame » que par « Femme » en français.
  3. Gerd Schallenberg (1947- ) est un médecin allemand ayant écrit des ouvrages sur les voyants et les apparitions, comme (de) Gerd Schallenberg, Visionäre Erlebnisse. Visionen und Auditionen in der Gegenwart, Augesburg, Pattloch, (ISBN 978-3629005830).
  4. Hendro Munsterman est « un opposant déclaré de l'appellation Marie co-rédemptrice » (nouveau dogme demandé par la voyante et les partisans de l'apparition). Il a publié un livre sur ce thème en 2006 : Hendro Munsterman, Marie corédemptrice ? : Débat sur un titre marial controversé, Cerf, , 104 p. (ISBN 978-2204080286), qui est la publication de son mémoire de master en Théologie Catholique à Strasbourg. Voir E. Parmentier, « Hendro Munsterman, Marie corédemptrice », Revue d'Histoire et de Philosophie religieuses, no 87,‎ , p. 105 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Raoul Auclair (1906-1997) est un auteur dramatique et réalisateur pour l'ORTF à partir de 1941. Il est l'auteur d'ouvrages sur l'eschatologie.
  6. L'auteur indique que Raoul Auclair obtient 200 imprimaturs en quelques années.

RéférencesModifier

  1. a et b Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 354-355.
  2. a b et c René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire des "apparitions" de la Vierge Marie, Fayard, , 1426 p. (ISBN 9782213-671321), p. 79-81.
  3. (en) « Sacred Congregation for the Doctrine of the Faith, Notification », L’Osservatore Romano,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Reconnaissance des apparitions d'Amsterdam », sur Marie de Nazareth, mariedenazareth.com (consulté le ).
  5. (en) Bishop Josef Marianus Punt, « In Response to Inquiries Concerning the Lady of All Nations Apparitions », sur Global Catholic Network, ewtn.com, (consulté le ).
  6. (en) « Vatican’s doctrinal office: Don’t promote alleged apparitions connected to ‘Lady of All Nations’ », Catholique News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b (nl) van de Bisdom van Haarlem-Amsterdam, « Verduidelijking ten aanzien van de Vrouwe van alle Volkeren », sur Bisschop van Haarlem-Amsterdam, (consulté le ).
  8. a b et c Dictionnaire des apparitions, p. 82-83.
  9. Triomphe du Cœur : Dieu nous conduit vers une nouvelle époque par la Mère de tous les Peuples, t. 55, Famille de Marie, (lire en ligne).
  10. (en) A.W. Leeman, « Change by the Congregation for the Faith », sur devrouwevanallevolkeren.nl, (consulté le ).
  11. (en) « Who is the Lady of All Nations ? », sur The Lady of All Nations, amsterdamapparitions.com, (consulté le ).
  12. Les messages de la Dame de tous les peuples, Pierre Téqui, , 219 p. (ISBN 978-2740313084).
  13. a b et c Conférence de P Paull Maria Sigl, Journée de Prière en l'honneur de Marie Mère de tous les Peuples, Éd. Congrégation Famille de Marie, 2015.
  14. Dictionnaire des apparitions, p. 1023.
  15. Dictionnaire des apparitions, p. 1024-1025.
  16. Joachim Bouflet et Philippe Boutry 1997, p. 420.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

ouvrages en français
  • Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 354-355,470.
  • Les messages de la Dame de tous les peuples, Téqui, , 220 p. (ISBN 978-2-7403-1308-4).
  • Françoise Breynaert, Amsterdam, Notre-Dame de tous les peuples : explication des messages et de la demande d'un 5ème dogme, Onet-le-Château, Rassemblement à Son Image, , 233 p. (ISBN 978-2-36463-321-6 et 2-36463-321-4).
  • Raoul AUCLAIR, La Dame de tous les peuples, Paris, Nouvelles Éditions Latines, (1re éd. 1967), 203 p. (ISBN 978-2-7233-1453-4).
  • H.A. Brouwer, Le message de la Dame de tous les peuples, Amsterdam, Vrouwe van alle Volkeren, , 46 p..
  • Louis KNUVELDER, L'histoire de la Dame de tous les peuples, Amsterdam, Secrétariat Vrouwe van alle Vlokeren, , 159 p..
  • Les messages de la Dame de tous les peuples, Pierre Téqui, , 219 p. (ISBN 978-2740313084).
ouvrages en d'autres langues
  • (it) P. Paul M. Sigl, Ida Peerdeman : La veggente di Amsterdam, .
  • (it) I messaggi della "Signora di tutti i popoli", Vocepiù, .
  • (it) Vincenzo Mercante, Sono la Signora di tutti i popoli. Corredentrice, mediatrice e avvocata, Ancilla, coll. « Mariologia », , 256 p. (ISBN 978-88-88609-52-2).
  • (de) de:Manfred Hauke, « Die Manifestationen der „Frau aller Völker“. Klärende Hinweise. », Sedes Sapientiae. Mariologisches Jahrbuch, Kisslegg, no 16 (2012) Band 2,‎ , p. 60-87 (lire en ligne, consulté le ).
  • (de) de:Gebhard Paul Maria Sigl: Die Frau aller Völker: „Sie wird unter diesem Titel die Welt retten!“; Amsterdamer Botschaft vom 20. März 1953; Miterlöserin, Mittlerin, Fürsprecherin. Verlag Lütisburg-Station: Familie Mariens der Miterlöserin; 1998, 344 S. (ISBN 978-3-9521553-0-1)
  • (de) Die Botschaften der Frau aller Völker. 9. Auflage, Miriam-Verlag, Jestetten 2004, (ISBN 3-87449-006-8).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier