Ouvrir le menu principal

Daijō-daijin

(Redirigé depuis Dajo-daijin)

Le daijō-daijin (太政大臣?), titre créé en 671, est le ministre des Affaires suprêmes, ou Premier ministre au Japon[1], qui dirige le daijō-kan[2]. Dès le XIIe siècle toutefois, ce titre n'est plus qu'honorifique et ne confère aucun pouvoir.

HistoireModifier

Le prince Ōtomo, fils favori de l'empereur Tenji, est le premier auquel est accordé le titre de daijō-daijin durant le règne de son père[3]. Le code Asuka Kiyomihara de 689 marque la première apparition des daijō-daijin dans le cadre d'un organe administratif central composé de trois ministres : le daijō-daijin (chancelier), le sadaijin (ministre de la Gauche) et l'udaijin (ministre de la Droite). Ces postes sont renforcés par le code de Taihō en 702[4].

Le chancelier préside le Grand Conseil d'État et contrôle les agents de l'État, en particulier les sadaijin et les udaijin, ainsi que quatre grands conseillers et trois conseillers mineurs. Les ministres à leur tour contrôlent d'autres éléments du gouvernement.

Tandis que le clan Fujiwara — qui domine les régents — gagne de l'influence, les postes officiels du gouvernement perdent du pouvoir. Au Xe siècle, les chanceliers n'ont pas le droit de s'exprimer à moins qu'ils ne soient simultanément régents ou alors soutenus par les Fujiwara. Bien que la position perdure nominalement jusqu'en 1885, au début du XIIe siècle le poste est essentiellement sans pouvoir et souvent vacant pendant de longues périodes[5]. Le véritable et important pouvoir administratif sur le gouvernement est en d'autres mains.

Cette fonction de premier plan est brièvement ressuscitée par la constitution Meiji avec la nomination de Sanjō Sanetomi en 1871 avant d'être définitivement abolie en 1885.


Époque de NaraModifier

  • 703-705 : prince Osakabe (刑部親王) (?-705), chi-daijō-kanji (知太政官事)
  • 705-715 : prince Hozumi (穂積親王) (?-715), chi-daijō-kanji (知太政官事)
  • 720-735 : prince Toneri (舎人親王) (676-735), chi-daijō-kanji (知太政官事)
  • 737-745 : prince Suzuka (鈴鹿王) (?-745), chi-daijō-kanji (知太政官事)
  • 760-764 : Emi no Oshikatsu (恵美押勝) (Fujiwara no Nakamaro) (藤原仲麻呂) (706-764), taishi (太師)
  • 765-766 : Dōkyō (道鏡) (700 ?-772)

Époque de HeianModifier

Époque de KamakuraModifier

Époque de MuromachiModifier

Époque Azuchi MomoyamaModifier

Époque d'EdoModifier

Ère MeijiModifier

Notes et référencesModifier

  1. I. Titsingh, Annales des empereurs du Japon, 1834, p. 425.
  2. Titsingh, p. 427-435.
  3. Richard Ponsonby-Fane, The Imperial House of Japan, 1959, p. 53.
  4. John Whitney Hall et al., 1993. The Cambridge History of Japan, p. 232.
  5. Walter G. Dickson et al., 1898. « The Eight Boards of Government », Japan, p. 60. sur Google Livres.
  6. Delmer Brown et al., The Future and the Past: a translation and study of the Gukanshō, 1979, p. 285. N.B. : Yoshifusa est le premier ministre promu daijō-daijin. Cette haute fonction est auparavant occupée seulement par les princes impériaux.
  7. Isaac Titsingh, Annales des empereurs du Japon, 1834, p. 145.
  8. Titsingh, p. 239.
  9. Titsingh, p. 316.

Source de la traductionModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier