Ouvrir le menu principal

Combiné nordique sur grand tremplin aux Jeux olympiques de 2014

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Grand tremplin individuel/10 kilomètres hommes
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) CIO
Lieu(x) Drapeau : Russie Krasnaïa Poliana
Date
Nations 15
Participants 46
Site(s) RusSki Gorki

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Norvège Jørgen Graabak
Deuxième Drapeau : Norvège Magnus Moan
Troisième Drapeau : Allemagne Fabian Riessle

Navigation

L'épreuve individuelle de combiné nordique saut sur grand tremplin aux Jeux olympiques de 2014 a lieu le à RusSki Gorki.

L'épreuve est composée d'un saut et d'une course de ski de fond de 10 km. Les points obtenus lors du saut sont convertis en secondes et les athlètes partent selon le classement du saut lors de la course de ski de fond. L'arrivée de la course de ski de fond détermine le classement final.

Quarante-six athlètes participent à cette compétition. Un temps incertain en raison d'un virus, Eric Frenzel domine le concours de saut à ski avec un saut de 139,5 mètres. Il s'élance en tête de la course de fond mais est vite rejoint par neuf autres athlètes. La victoire se joue entre deux Norvégiens et trois Allemands. Le Norvégien Jørgen Graabak remporte l'épreuve au sprint devant son compatriote Magnus Moan et l'Allemand Fabian Riessle.

OrganisationModifier

SiteModifier

Article détaillé : Complexe de tremplins Russki Gorki.
 
Le K 125 à gauche, le K 95 à droite.

Le saut à ski a lieu sur le tremplin Russki Gorki qui est situé à Krasnaïa Poliana[1]. Le tremplin a été construit pour cette édition des Jeux olympiques[1]. La construction du tremplin a coûté 50 millions d'euros[1]. Le stade dispose de cinq tremplins : K 125 (utilisé lors de cette épreuve), K 95, K 72, K 45 et K 25[1]. La capacité du stade est de 7 500 spectateurs[1],[2]. Le ski de fond a lieu à proximité du tremplin[3]. Le point le plus bas du parcours de ski de fond se situe à 615 m et le plus haut à 665 m[4]. Deux épreuves de la Coupe du monde de combiné nordique ont eu lieu sur ce tremplin en février 2013[1] Le combiné nordique sur grand tremplin avait été remporté par l'Autrichien Bernhard Gruber avec 14,1 s d'avance sur l'Allemand Eric Frenzel et 15,5 s sur son compatriote Wilhelm Denifl[5].

CalendrierModifier

Trois entraînements ont eu lieu les 15, 16 et 17 février. L'épreuve a lieu le . La partie du saut à ski commence à 13 heures 30[4] et la course de ski de fond commence à 16 heures (Heure de Moscou)[4].

Format de l'épreuveModifier

L'épreuve commence par un saut sur le grand tremplin d'une taille de 140 mètres (K 125)[6]. L'ordre de départ du saut est l'inverse du classement mondial[7]. Le premier du classement mondial part donc en dernier[7]. Ensuite, les différences de points sont converties en secondes selon le tableau de Gundersen, un point valant quatre secondes[8],[9]. Les athlètes partent selon le classement du saut dans la course de ski de fond de 10 kilomètres et l'arrivée de cette course détermine le classement final[8].

AthlètesModifier

Un temps incertain[10],[11] en raison d'un virus[12],[13] contracté après sa victoire sur le tremplin normal, l'Allemand Eric Frenzel est un des favoris de l'épreuve du fait de son statut de leader de la Coupe du monde[14] et de vainqueur de l'épreuve du tremplin normal[12]. Les autres favoris sont le Japonais Akito Watabe[15], deuxième sur le tremplin normal, le Français Jason Lamy-Chappuis[15], Håvard Klemetsen[15] et l’Allemand Johannes Rydzek[15]. Taylor Fletcher considère que le champion olympique sortant, Bill Demong, a « une bonne chance de bien figurer » car il progresse lors des entrainements de sauts[16]. Lors du dernier entraînement de saut à ski, il s'est classé 8e, 11e et 21e[16],[17],[18].

Des pays comme l'Autriche, la Norvège ou l'Allemagne dispose d'un quota de cinq athlètes pour ces jeux olympiques[19]. Cependant, seulement quatre athlètes par pays peuvent être engagés par ces nations. Bernhard Gruber remplace Wilhelm Denifl qui était aligné sur le tremplin normal[20]. La Norvège choisit d'aligner Jørgen Graabak à la place de Mikko Kokslien en raison des bonnes performances réalisées par Jørgen Graabak lors des entraînements[21],[22]. Pour l'Allemagne, Björn Kircheisen est préféré à Tino Edelmann[23].

Les entraînements de sauts ont eu lieu les 15, 16 et 17 février. Les athlètes peuvent effectuer trois sauts lors de chaque entraînement. Jason Lamy-Chappuis, Akito Watabe et Evgeniy Klimov dominent chacun un saut lors du premier entraînement[24]. Bernhard Gruber, Christoph Bieler et Tino Edelmann l'emportent respectivement sur le premier, le deuxième et le troisième saut du deuxième entraînement[25]. Haavard Klemetsen domine les deux premiers sauts du troisième entraînement[17]. Bernhard Gruber domine le dernier saut[17]. Parmi les favoris, Frenzel ne dispute pas les deux derniers entraînements[25],[17] en raison d'un virus contracté le samedi[26].

Récit de l'épreuveModifier

Contrairement aux jours précédents[27], le temps est nuageux et pluvieux le [15].

Lors du concours de saut, l'Estonien Kristjan Ilves s'élance en premier de la porte 38[28]. Les autres athlètes s'élancent de la porte 40[28],[15]. Kristjan Ilves, avec un saut de 125 mètres, mène le concours jusqu'au saut de Bernhard Gruber[15]. S'élançant en dernière position, Eric Frenzel réalise un saut de (139,5 mètres) qui le place en tête au classement intermédiaire[21]. Il devance Håvard Klemetsen et des outsiders tel que Bernhard Gruber, Akito Watabe et Jason Lamy-Chappuis[21]. Jason Lamy-Chappuis, un des favoris, est à 33 s du leader et il estime que « ça reste jouable » et qu'il est « placé pour le podium »[29]. Avec un saut de 132 m, Jørgen Graabak n'est qu'à 42 s du leader ce qui fait de lui un prétendant aux médailles[21]. Le tenant du titre Bill Demong est 38e avec un saut de 116,5 m[21]. Taihei Katō chute à la réception de son saut[30] et se blesse au bras[31], au coude[30] et à l'épaule droite[30] ce qui l'oblige à déclarer forfait pour le fond[31] et pour l'épreuve par équipes[30]. Comme lors de l'épreuve sur le tremplin normal quelques jours plus tôt, Todd Lodwick renonce après le saut à cause d'une blessure à l'épaule[32].

Lors du ski de fond, Eric Frenzel part en tête avec s d'avance sur Håvard Klemetsen qui le rejoint rapidement[21]. Ensuite, Bernhard Gruber rejoint le duo de tête[21]. Puis Jason Lamy-Chappuis, Akito Watabe, Jørgen Graabak et Magnus Moan reviennent progressivement dans le groupe de tête ce qui porte ce groupe à sept athlètes après 1,5 km[15]. Ensuite, les trois Allemands Fabian Riessle, Björn Kircheisen et Johannes Rydzek rentrent également sur le groupe de tête[15]. Ce groupe est mené successivement par Jason Lamy-Chappuis[15], Bernhard Gruber[15] et Magnus Moan[15],[21]. Håvard Klemetsen et Eric Frenzel ont des difficultés à suivre le rythme et sont distancés dans le dernier tour[15]. Akito Watabe chute dans une descente dans le dernier tour[15]. La victoire se joue entre deux Norvégiens (Jørgen Graabak et Magnus Moan) et trois Allemands (Fabian Riessle, Björn Kircheisen et Johannes Rydzek)[21]. Jørgen Graabak rentre en premier dans le stade suivi par les trois Allemands et Magnus Moan[33]. Fabian Riessle pousse Johannes Rydzek qui chute[33]. Jørgen Graabak remporte le sprint devant Magnus Moan et Fabian Riessle[21]. Il s'agit du premier doublé norvégien dans une épreuve olympique de combiné nordique depuis 78 ans[34]. Après avoir terminé 35e du tremplin normal, Jason Lamy-Chappuis termine septième de cette épreuve[35]. Il s'agit de son premier championnat sans médaille individuelle depuis les championnats du monde de Sapporo en 2007[36].

RéactionsModifier

Jørgen Graabak déclare à l'issue de la compétition que « c'est un peu irréel. Il va me falloir du temps pour apprécier ce moment. Je ne pensais pas pouvoir réaliser cela[3] ». Jason Lamy-Chappuis n'était pas dans un bon jour : « Il y a des jours comme ça où les jambes ne suivent pas. Dès les premières accélérations, j'ai essayé de m'accrocher, mais j'ai senti les cuisses qui me brûlaient. Je savais que c'était terminé[37]. ». Björn Kircheisen, déçu de sa quatrième place, avait les jambes plein d'acide lactique dans les 300 derniers mètres[38],[note 1]. Hermann Weinbuch considère que Björn Kircheisen a attaqué trop tôt[39]. Magnus Moan est heureux de sa deuxième place car il sentait dans la dernière montée ses jambes moins bonnes que d'ordinaire[34],[note 2]. Akito Watabe juge qu'il s'agissait d'une course compliquée où il était difficile de garder une bonne position[34]. De plus, la pluie l'a gêné[40]. Jørgen Graabak et Magnus Moan pensent que la pluie les a avantagés car ils sont tous les deux originaires des environs de Trondheim où il pleut environ 150 jours par an[34],[40].

PodiumModifier

Épreuve Or Argent Bronze
Grand tremplin
résultats détaillés
  Jørgen Graabak 23 min 27 s 5   Magnus Moan +0 s 6   Fabian Riessle +1 s 6

RésultatsModifier

Le tableau ci-dessous montre les résultats de la compétition avec le nom des participants, leur pays, leur classement, les temps dans l'épreuve de fond, la longueur de leurs sauts et les points qu'ils ont remporté dans les deux épreuves[9],[41].

Résultats complets de l'épreuve de combiné nordique en grand tremplin
 Rang Nom Nationalité Longueur (m) Points Retard
au départ
Temps du
ski de fond
Rang du
ski de fond
Temps final
  Jørgen Graabak   Norvège 132,0 118,4 +42 s 22 min 45 s 5 12 23 min 27 s 5
  Magnus Moan   Norvège 133,0 117,8 +45 s 22 min 43 s 1 10 +0 s 6
  Fabian Riessle   Allemagne 130,0 115,1 +56 s 22 min 33 s 1 8 +1 s 6
4 Björn Kircheisen   Allemagne 129,0 113,2 +1 min 03 s 22 min 26 s 6 4 +2 s 1
5 Bernhard Gruber   Autriche 136,5 123,4 +22 s 23 min 16 s 8 24 +11 s 3
6 Akito Watabe   Japon 134,0 120,8 +33 s 23 min 06 s 0 19 +11 s 5
7 Jason Lamy-Chappuis   France 133,5 120,7 +33 s 23 min 10 s 9 22 +16 s 4
8 Johannes Rydzek   Allemagne 129,5 112,7 +1 min 05 s 22 min 46 s 4 13 +23 s 9
9 Håvard Klemetsen   Norvège 137,5 127,0 +8 s 23 min 44 s 0 26 +24 s 5
10 Eric Frenzel   Allemagne 139,5 129,0 0,00 23 min 57 s 9 30 +30 s 4
11 Miroslav Dvořák   République tchèque 125,0 104,2 +1 min 39 s 22 min 21 s 1 2 +32 s 6
12 Magnus Krog   Norvège 125,5 106,1 +1 min 32 s 22 min 32 s 2 7 +36 s 7
13 François Braud   France 121,0 105,5 +1 min 34 s 22 min 31 s 2 5 +37 s 7
14 Ilkka Herola   Finlande 126,5 106,8 +1 min 29 s 22 min 42 s 2 9 +43 s 7
15 Lukas Klapfer   Autriche 127,5 109,9 +1 min 16 s 23 min 03 s 7 16 +52 s 2
16 Marjan Jelenko   Slovénie 124,5 109,1 +1 min 20 s 23 min 08 s 6 20 +1 min 01 s 1
17 Christoph Bieler   Autriche 125,5 106,4 +1 min 30 s 23 min 03 s 9 17 +1 min 06 s 4
18 Alessandro Pittin   Italie 119,5 93,2 +2 min 23 s 22 min 20 s 5 1 +1 min 16 s 0
19 Mario Stecher   Autriche 124,5 104,0 +1 min 40 s 23 min 04 s 1 18 +1 min 16 s 6
20 Taylor Fletcher   États-Unis 115,5 95,8 +2 min 13 s 22 min 31 s 6 6 +1 min 17 s 1
21 Sébastien Lacroix   France 120,0 98,0 +2 min 04 s 22 min 47 s 5 14 +1 min 24 s 0
22 Bryan Fletcher   États-Unis 121,5 99,3 +1 min 59 s 22 min 53 s 3 15 +1 min 24 s 8
23 Armin Bauer   Italie 115,0 91,4 +2 min 30 s 22 min 23 s 5 3 +1 min 26 s 0
24 Tim Hug   Suisse 123,5 102,3 +1 min 47 s 23 min 09 s 5 21 +1 min 29 s 0
25 Tomáš Portyk   République tchèque 128,5 114,4 +58 s 24 min 01 s 8 34 +1 min 32 s 3
26 Hideaki Nagai   Japon 119,0 99,3 +1 min 59 s 23 min 11 s 7 23 +1 min 43 s 2
27 Maxime Laheurte   France 125,0 108,0 +1 min 24 s 23 min 55 s 6 29 +1 min 52 s 1
28 Lukas Runggaldier   Italie 112,5 86,8 +2 min 49 s 22 min 44 s 0 11 +2 min 05 s 5
29 Tomáš Slavík   République tchèque 120,5 101,0 +1 min 52 s 23 min 44 s 2 27 +2 min 08 s 7
30 Viktor Pasichnyk   Ukraine 122,5 104,6 +1 min 38 s 23 min 59 s 6 31 +2 min 10 s 1
31 Bill Demong   États-Unis 116,5 94,5 +2 min 18 s 23 min 23 s 3 25 +2 min 13 s 8
32 Pavel Churavý   République tchèque 123,5 102,3 +1 min 42 s 24 min 10 s 0 35 +2 min 24 s 5
33 Gašper Berlot   Slovénie 120,0 96,4 +2 min 10 s 23 min 46 s 6 28 +2 min 29 s 1
34 Kristjan Ilves   Estonie 125,0 117,2 +47 s 25 min 24 s 5 43 +2 min 44 s 0
35 Yoshito Watabe   Japon 119,5 95,4 +2 min 14 s 24 min 00 s 4 33 +2 min 46 s 9
36 Han Hendrik Piho   Estonie 118,0 95,3 +2 min 15 s 24 min 00 s 0 32 +2 min 47 s 5
37 Adam Cieślar   Pologne 122,0 97,8 +2 min 05 s 24 min 10 s 8 36 +2 min 48 s 3
38 Eetu Vähäsöyrinki   Finlande 124,5 99,3 +1 min 59 s 24 min 25 s 2 39 +2 min 56 s 7
39 Mitja Oranič   Slovénie 118,5 96,7 +2 min 09 s 24 min 29 s 8 40 +3 min 11 s 3
40 Janne Ryynänen   Finlande 117,0 91,7 +2 min 29 s 24 min 16 s 9 37 +3 min 18 s 4
41 Giuseppe Michielli   Italie 114,5 89,1 +2 min 40 s 24 min 16 s 9 38 +3 min 29 s 4
42 Mikke Leinonen   Finlande 118,5 89,9 +2 min 36 s 24 min 43 s 4 41 +3 min 51 s 9
43 Ivan Panine   Russie 114,5 89,5 +2 min 38 s 24 min 45 s 8 42 +3 min 56 s 3
44 Karl-August Tiirmaa   Estonie 123,0 104,3 +1 min 39 s 26 min 06 s 4 44 +4 min 17 s 9
Todd Lodwick   États-Unis 126,0 98,8 Non partant
Taihei Katō   Japon 126,5 87,6 Non partant

Notes et référencesModifier

  • Notes
  1. La citation originale est : « Das ist Sport, das ist bitter mit dem vierten Platz. Es hat wieder einmal nicht sein sollen. Ich hatte hinten am Berg schon das Gefühl, dass ich das Rennen gewinnen kann. Aber dann ist mir auf den letzten 300 Metern die Luft ausgegangen, ich war völlig übersäuert. », Björn Kircheisen
  2. La citation originale est : « Honestly, on the last hill I didn't feel that I had the same legs as usual. I'm happy to be back on the podium ... this means that I still have something to do in this game. », Magnus Moan
  • Références
  1. a b c d e et f (en) « RusSki Gorki Jumping Center », sur skisprungschanzen.com (consulté le 16 septembre 2014).
  2. « Complexe de tremplins « RusSki Gorki » », sur olympique.ca (consulté le 18 septembre 2014).
  3. a et b « Combiné Nordique : Jörgen Graabak maitre du grand tremplin », sur olympic.org (consulté le 18 septembre 2014).
  4. a b et c (en) « Nordic Combined Media Guide », sur sochi2014.olympics.com.au (consulté le 5 octobre 2014).
  5. (en) « World Cup - Men's Gundersen LH HS140/10.0 K » (consulté le 26 janvier 2016)
  6. « Ski – combiné nordique », sur olympique.ca (consulté le 16 septembre 2014).
  7. a et b « Combiné nordique », sur franceolympique.com (consulté le 16 septembre 2014).
  8. a et b « L'ABC du combiné nordique », sur eurosport.fr (consulté le 16 septembre 2014).
  9. a et b (en) « Intermediate Results - After Ski Jumping », sur fis-ski.com (consulté le 5 octobre 2014).
  10. (de) « Olympia: 2. Chance für Kombinierer », sur news.at (consulté le 8 octobre 2014).
  11. (de) « Erkrankter Kombinierer Frenzel bangt um Start auf der Großschanze », sur t-online.de (consulté le 24 mai 2015).
  12. a et b (no) « Tidenes sjanse til OL-gull? », sur nrk.no (consulté le 7 octobre 2014).
  13. « JO Sotchi - Grand tremplin : l'Allemand Eric Frenzel incertain », sur eurosport.fr (consulté le 12 octobre 2014).
  14. (en) « 2014 medal projections: Nordic combined », sur sportsmyriad.com (consulté le 18 septembre 2014).
  15. a b c d e f g h i j k l m et n « Combiné nordique », sur eurosport.fr (consulté le 12 octobre 2014).
  16. a et b (en) « Frenzel a "50-50" chance for Nordic large hill! », sur wintergames.ap.org (consulté le 28 janvier 2016).
  17. a b c et d (en) « Official Training 3 », sur fis-ski.com (consulté le 27 janvier 2016).
  18. (en) « Nordic combined skier Bill Demong looks to defend title », sur usatoday.com (consulté le 29 janvier 2016).
  19. (en) « Qualification systems for XXII Olympic Winter Games,Sochi 2014 », sur fis-ski.com (consulté le 16 septembre 2014).
  20. (de) « ÖSV-Kombinierer hoffen auf Steigerung », sur kleinezeitung.at (consulté le 5 octobre 2014).
  21. a b c d e f g h i et j (no) « Kombinert, stor bakke », sur nrk.no (consulté le 7 octobre 2014).
  22. (no) « Graabak danket ut Kokslien », sur nrk.no (consulté le 28 janvier 2016).
  23. (de) « Kircheisen verdrängt Edelmann », sur spox.com (consulté le 28 janvier 2016).
  24. (en) « Official Training 1 », sur fis-ski.com (consulté le 27 janvier 2016).
  25. a et b (en) « Official Training 2 », sur fis-ski.com (consulté le 27 janvier 2016).
  26. (en) « Sochi 2014: Winter Olympics day 10 – as it happened! », sur theguardian.com (consulté le 28 janvier 2016).
  27. (en) « Sochi 2014: Winter Olympics – as it happened », sur theguardian.com (consulté le 28 janvier 2016).
  28. a et b (en) « 2014 Winter Olympics Tracker: Live coverage from Sochi, Russia », sur liveblog.wtop.com (consulté le 25 janvier 2016).
  29. « Lamy Chappuis en embuscade », sur lequipe.fr (consulté le 25 janvier 2016).
  30. a b c et d (ja) « 【ソチ五輪】ノルディック複合団体 加藤大平は転倒負傷による左肘脱臼骨折などで欠場 湊祐介がメンバー入り », sur bussiness.blog.jp (consulté le 18 septembre 2014).
  31. a et b (en) « Japan's Taihei Kato Out of Nordic Combined Event After Breaking Arm in Ski Jump », sur thebiglead.com (consulté le 8 octobre 2014).
  32. (en) « Graabak wins gold in Nordic combined large hill », sur wintergames.ap.org (consulté le 8 novembre 2014).
  33. a et b (en) « Combiné nordique, K 120 », sur olympic.org (consulté le 1er novembre 2014).
  34. a b c et d (en) « Graabak wins gold in Nordic combined large hill », sur sandiegouniontribune.com (consulté le 25 janvier 2016).
  35. « [SOCHI 2014] Graabak champion olympique, Jason Lamy-Chappuis 7e », sur ffs.fr (consulté le 12 octobre 2014).
  36. « Pas de médaille pour Lamy Chappuis », sur lequipe.fr (consulté le 25 janvier 2016).
  37. « Combiné nordique : Jason Lamy Chappuis loin du compte », sur metronews.fr (consulté le 24 mai 2015).
  38. (de) « Jørgen Graabak (NOR) olympiasieger in der nordischen kombination », sur fischersports.com (consulté le 24 mai 2015).
  39. (de) « Gold vergeben: Rießle und Rydzek rennen sich über den Haufen », sur express.de (consulté le 24 mai 2015).
  40. a et b (en) « Norwegian Nordic Combined Medal Duo at Home in Sochi Rain », sur voanews.com (consulté le 25 janvier 2016).
  41. (en) « Results », sur fis-ski.com (consulté le 5 octobre 2014).

Lien externeModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 janvier 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 29 janvier 2016 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.