Ouvrir le menu principal

Épreuve par équipes du combiné nordique aux Jeux olympiques de 2014

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Grand tremplin par équipes/Relais 4 × 5 kilomètres hommes
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) CIO
Lieu(x) Drapeau : Russie Krasnaïa Poliana
Date
Nations 9
Participants 36
Site(s) RusSki Gorki

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Norvège Norvège
Deuxième Drapeau : Allemagne Allemagne
Troisième Drapeau : Autriche Autriche

Navigation

L'épreuve par équipes de combiné nordique aux Jeux olympiques de 2014 a lieu le à RusSki Gorki. Il s'agit de la dernière épreuve de combiné nordique de ces Jeux olympiques.

L'équipe finlandaise déclare forfait avant le saut et neuf équipes participent à l'épreuve. Les Allemands dominent le concours de saut et s'élancent donc en tête lors de la course de ski de fond. Finalement, les Norvégiens remportent l'épreuve au sprint devant les Allemands et les Autrichiens. La France termine quatrième.

L'équipe norvégienne s'impose dans cette épreuve pour la première fois depuis 1998.

OrganisationModifier

SiteModifier

Article détaillé : Complexe de tremplins RusSki Gorki.
 
Le K 125 à gauche, le K 95 à droite.

Le saut à ski a lieu au complexe de tremplins RusSki Gorki qui est situé à Krasnaïa Poliana[1]. Le tremplin a été construit pour cette édition des Jeux olympiques[1]. La construction du tremplin a coûté 50 millions d'euros[1]. Le stade dispose de cinq tremplins de différents points K : K 125, K 95, K 72, K 45 et K 25[1]. La capacité du stade est de 7 500 spectateurs[1],[2]. Le ski de fond a lieu à proximité du tremplin[3]. Le point le plus bas du parcours de ski de fond se situe à 615 m et le plus haut à 665 m[4]. Deux épreuves (une course individuelle et une courses par équipes) de la coupe du monde de combiné nordique ont eu lieu sur ce tremplin en février 2013[1]. L'épreuve par équipes avait été remporté par L'Allemagne devant la France et l'Autriche[5].

CalendrierModifier

L'entraînement du a été annulé en raison des conditions météorologiques[6]. L'épreuve a lieu le . La partie du saut à ski commence à midi et la course de ski de fond commence à quinze heures (heure de Moscou).

Format de l'épreuveModifier

Dans un premier temps, chaque athlète fait un saut sur le grand tremplin d'une taille de 140 mètres. Ensuite, les différences entre les sommes des points de chaque équipe sont converties en secondes selon le tableau de Gundersen, un point valant 1,33 seconde. Les nations partent selon le classement du saut dans la course de ski de fond, qui est un relais de 4 × 5 km, et l'arrivée de cette course détermine le classement final[7],[8],[9].

AthlètesModifier

Dix équipes peuvent participer à cette épreuve[10] : la Russie est qualifiée en tant que pays organisateur ainsi que les neuf autres pays disposant d'au moins quatre athlètes pour les épreuves de combiné nordique[10].

La Finlande déclare forfait en raison de la maladie d'Eetu Vähäsöyrinki[11]. Six pays avaient cinq athlètes engagés et ont donc dû faire une sélection : l'Allemagne a préféré Björn Kircheisen à Tino Edelmann[12]. L'Italie préfère Samuel Costa à Giuseppe Michielli[13]. Dans l'équipe du Japon, Yūsuke Minato remplace Taihei Katō qui s'est blessé lors à la réception d'un saut lors de l'épreuve du grand tremplin[14]. L'Autriche choisit d'aligner Christoph Bieler dans le relais et Wilhelm Denifl n'est par conséquent pas aligné[15]. La Norvège choisit d'aligner Jørgen Graabak même si celui-ci est légèrement malade à la gorge[16].

L’Allemagne et la Norvège sont les deux favoris[17]. La Norvège aligne la même équipe (Mikko Kokslien est remplaçant) que lors des derniers championnats du monde où elle termina deuxième[18]. Il y a plusieurs prétendants à la médaille de bronze : l'Autriche, la France, le Japon et les États-Unis[19]. La France qui reconduit l'équipe championne du monde la saison précédente espère une médaille[20].

Récit de l'épreuveModifier

Lors du premier saut du concours, le Japonais Akito Watabe réalise 128 m ce qui place son pays en tête devant l'Allemagne, l'Autriche et la Norvège[21]. Lors du deuxième saut, le remplaçant japonais Yūsuke Minato ne réalise que 110,5 m ce qui place le Japon en 8e position[21]. Christoph Bieler réalise le deuxième plus long saut du concours (133 m)[22]. Après deux sauts, la Norvège est troisième avec 26 s de retard sur l'Autriche et 21 s derrière l'Allemagne[21]. Lors du troisième saut, Mario Stecher réalise un saut à 132,5 m ce qui permet à l'Autriche de prendre la tête[21]. Après trois sauts, elle compte 9 s d'avance sur l'Allemagne, 40 s sur la France et 46 s sur la Norvège[21]. Lors du denier saut, Håvard Klemetsen réalise le plus long saut du concours (137,5 m) ce qui permet à la Norvège de se rapprocher de l'Autriche et de l'Allemagne ainsi que de dépasser la France[21]. L'Allemagne profite du saut d'Eric Frenzel (129 m) pour passer devant l'Autriche[21]. Après l'épreuve de saut, l'Allemagne dispose de 7 s d'avance sur l’Autriche, de 25 s sur la Norvège et de 35 s sur la France[21],[23]. Jason Lamy-Chappuis déclare après le saut qu'« il faudra recoller vite » et que « tout est encore possible pour la médaille »[24],[25].

Lors de l'épreuve de ski de fond, Eric Frenzel est vite rejoint par Lukas Klapfer puis par Magnus Moan après 1,5 km [21],[26]. Un temps revenu à 13 s du groupe de tête, le Français Sébastien Lacroix donne le relais à François Braud avec 29 s de retard sur le trio de tête[27]. La tactique française qui consistait à vite rattraper la Norvège échoua[27],[28] et la France ne put jamais rattraper le trio de tête[27],[29]. Le Norvégien Jørgen Graabak domine au sprint l'Allemand Fabian Riessle et l'Autrichien Mario Stecher[21],[27],[30].

RéactionsModifier

Les Français sont extrêmement déçus de leur quatrième place[31],[32]. L'entraîneur de l'équipe de France, Étienne Gouy, considère que la France a perdu la médaille sur le saut : « On en laisse un peu au tremplin. On était à la recherche des secondes. Il fallait être meilleur au tremplin ce matin. »[31]. Jason Lamy-Chappuis est déçu de ses Jeux olympiques mais souhaite rapidement se fixer de nouveaux objectifs[32].

Les Autrichiens sont très heureux et fiers de cette médaille[15],[33]. Ils considèrent qu'ils n'auraient jamais pu espérer décrocher l'or ou l'argent car l’Allemagne et la Norvège étaient trop fortes[15].

Les Allemands sont déçus de leur seconde place[34]. Ils espéraient la médaille d'or qu'ils attendent depuis 1988[34]. Eric Frenzel se déclare « heureux avec la deuxième place » et considère que l'équipe a eu sa chance mais l'a manquée[35].

Les Norvégiens sont très heureux et ils considèrent que tout le monde fait un excellent travail et qu'il s'agit d'une performance fantastique[36]. Jørgen Graabak déclare qu'il « n'aurait jamais pu penser cela possible. Deux médailles d'or olympiques. Je me sens comme dans un rêve. Comme si quelqu'un allait me réveiller bientôt »[16].

MédiasModifier

L'épreuve réalise de très bonnes audiences télévisuelles en Allemagne. Elle réunit 3,41 millions de téléspectateurs dans ce pays, ce qui représente une part de marché de 35,8 %. Seules deux autres épreuves ont fait mieux lors de ces Jeux olympiques[37].

PodiumModifier

RésultatsModifier

Le tableau ci-dessous montre les résultats de la compétition avec le nom des participants, leur pays, leur classement, les temps dans l'épreuve de fond, la longueur de leurs sauts et les points qu'ils ont remporté dans les deux épreuves[9],[38].

Résultats complets de l'épreuve de combiné nordique par équipes
Rang Pays Longueur (m) Points Retard au
départ
Temps Rang du
ski de fond
Temps final
    Norvège
Magnus Moan
Håvard Klemetsen
Magnus Krog
Jørgen Graabak

125,5
137,5
124,5
123,0
462,8
114,8
130,2
107,4
110,4
min 25 s 46 min 48 s 5
11 min 22 s 9
11 min 45 s 8
11 min 42 s 6
11 min 57 s 2
1 47 min 13 s 5
    Allemagne
Eric Frenzel
Björn Kircheisen
Johannes Rydzek
Fabian Riessle

129,0
131,0
130,0
126,5
481,7
122,0
120,8
121,9
117,0
min 0 s 47 min 13 s 8
11 min 48 s 2
11 min 45 s 9
11 min 42 s 6
11 min 57 s 1
3 +s 3
    Autriche
Lukas Klapfer
Christoph Bieler
Bernhard Gruber
Mario Stecher

126,0
133,0
122,0
132,5
476,3
114,8
126,7
109,5
125,3
min 7 s 47 min 09 s 9
11 min 40 s 5
11 min 47 s 1
11 min 43 s 4
11 min 58 s 9
2 +s 4
4   France
Sébastien Lacroix
François Braud
Maxime Laheurte
Jason Lamy-Chappuis

121,5
130,0
121,5
129,5
455,2
108,4
120,0
106,3
120,5
min 35 s 47 min 51 s 3
11 min 42 s 2
11 min 53 s 6
12 min 23 s 3
11 min 52 s 2
6 +min 12 s 8
5   Japon
Hideaki Nagai
Yūsuke Minato
Yoshito Watabe
Akito Watabe

123,5
110,5
126,0
128,0
433,3
108,2
90,2
114,0
120,9
min 5 s 47 min 25 s 6
12 min 00 s 5
11 min 37 s 4
12 min 14 s 3
11 min 33 s 4
4 +min 17 s 1
6   États-Unis
Bryan Fletcher
Todd Lodwick
Taylor Fletcher
Bill Demong

115,0
116,5
112,5
121,5
397,6
97,2
99,9
92,5
108,0
min 52 s 47 min 43 s 1
11 min 52 s 6
12 min 37 s 2
11 min 38 s 9
11 min 34 s 4
5 +min 21 s 6
7   République tchèque
Pavel Churavý
Tomáš Slavík
Miroslav Dvořák
Tomáš Portyk

125,5
119,5
124,0
124,0
440,0
110,0
104,2
111,9
113,9
min 56 s 48 min 40 s 1
12 min 15 s 0
12 min 19 s 3
11 min 56 s 2
12 min 09 s 6
8 +min 22 s 6
8   Italie
Lukas Runggaldier
Armin Bauer
Samuel Costa
Alessandro Pittin

110,5
112,0
120,0
116,5
383,9
88,7
88,7
106,3
100,2
min 10 s 47 min 54 s 7
12 min 06 s 0
11 min 44 s 1
12 min 00 s 9
12 min 03 s 7
7 +min 51 s 2
9   Russie
Evgeniy Klimov
Niyaz Nabeev
Ernest Yahin
Ivan Panine

130,5
121,0
116,5
118,5
426,2
123,7
105,0
96,0
101,5
min 14 s 51 min 35 s 8
13 min 02 s 8
12 min 47 s 8
12 min 38 s 3
13 min 06 s 9
9 +min 36 s 3
-   Finlande
Ilkka Herola
Mikke Leinonen
Janne Ryynänen
Eetu Vähäsöyrinki
Non partant

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « RusSki Gorki Jumping Center », sur skisprungschanzen.com (consulté le 16 septembre 2014).
  2. « Complexe de tremplins « RusSki Gorki » », sur olympique.ca (consulté le 18 septembre 2014).
  3. « Combiné Nordique : Jörgen Graabak maitre du grand tremplin », sur olympic.org (consulté le 18 septembre 2014).
  4. (en) « Nordic Combined Media Guide », sur sochi2014.olympics.com.au (consulté le 18 septembre 2014).
  5. « L'équipe de France de combiné nordique, 2e à Sotchi en Russie », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 29 janvier 2016).
  6. (en) « Training canceled for Nordic combined team event », sur wintergames.ap.org (consulté le 28 janvier 2016).
  7. « L'ABC du combiné nordique », sur eurosport.fr (consulté le 16 septembre 2014).
  8. « Le combiné nordique », sur universki.fr (consulté le 16 septembre 2014).
  9. a et b (en) « Intermediate Results - After Ski Jumping », sur fis-ski.com (consulté le 16 septembre 2014).
  10. a et b (en) « Qualification systems for XXII Olympic Winter Games,Sochi 2014 », sur fis-ski.com (consulté le 16 septembre 2014).
  11. (fi) « Mäkihypyn- ja yhdistetyn maajoukkueiden ohjelmat seuraavilla viikoilla », sur news.cision.com (consulté le 16 septembre 2014).
  12. (de) « Kircheisen bucht Einzel-Start - Edelmann muss zuschauen », sur lvz-online.de (consulté le 18 septembre 2014).
  13. (it) « Pittin oggi nella prova a squadre », sur ilfriuli.it (consulté le 18 septembre 2014).
  14. (ja) « 【ソチ五輪】ノルディック複合団体 加藤大平は転倒負傷による左肘脱臼骨折などで欠場 湊祐介がメンバー入り », sur bussiness.blog.jp (consulté le 18 septembre 2014).
  15. a b et c (de) « "Einfach geil" », sur derstandard.at (consulté le 18 septembre 2014).
  16. a et b (no) « Gull-Graabak til lege før start », sur vg.no (consulté le 23 mai 2015).
  17. (en) « Nordic Combined: Norway and Germany in the lead », sur fis-ski.com (consulté le 18 septembre 2014).
  18. (no) « "Mikko Kokslien vraket" », sur gd.no (consulté le 18 septembre 2014).
  19. (en) « 2014 medal projections: Nordic combined », sur sportsmyriad.com (consulté le 18 septembre 2014).
  20. « Lamy-Chappuis : «Aux JO : un titre olympique en individuel et une médaille en relais» », sur leprogres.fr (consulté le 18 septembre 2014).
  21. a b c d e f g h i et j (no) « Kombinert, lagkonkurranse, menn », sur nrk.no (consulté le 18 septembre 2014).
  22. (de) « Österreichs Kombi-Quartett liegt nach Sprung auf Platz zwei », sur vol.at (consulté le 20 septembre 2014).
  23. (en) « Nordic Combined at the 2014 Sochi Winter Games : Men's Team », sur sports-reference.com (consulté le 16 septembre 2014).
  24. « Le combiné par équipes à la loupe », sur sports.fr (consulté le 16 septembre 2014).
  25. « Les Bleus quatrièmes après le saut », sur lequipe.fr (consulté le 23 mai 2015).
  26. (en) « Nordic Combined - Team Large Hill/4x5km Relay - Norway Win Gold », sur youtube.com (consulté le 20 septembre 2014).
  27. a b c et d « La plus mauvaise place pour les Bleus », sur lequipe.fr (consulté le 20 septembre 2014).
  28. « Les Bleus quatrièmes après le saut », sur lequipe.fr (consulté le 20 septembre 2014).
  29. « Un combiné nordique français «sans étincelle» », sur liberation.fr (consulté le 20 septembre 2014).
  30. (en) « Norway wins gold medal in Nordic combined team », sur wintergames.ap.org (consulté le 20 septembre 2014).
  31. a et b « La France au pied du podium en relais », sur ffs.fr (consulté le 23 mai 2015).
  32. a et b « Lamy Chappuis : «Le pire scénario» », sur lequipe.fr (consulté le 23 mai 2015).
  33. (de) « Das Urgestein hat zum Abschluss Bronze », sur derstandard.at (consulté le 23 mai 2015).
  34. a et b (de) « Deutsche Kombinierer holen Silber im Team », sur stern.de (consulté le 23 mai 2015).
  35. (de) « Olympia in Sotschi: Deutsche Kombinierer gewinnen Team-Silber », sur spiegel.de (consulté le 23 mai 2015).
  36. (no) « Norge spurtet til gull i lagkonkurransen », sur vg.no (consulté le 23 mai 2015).
  37. (de) Elisabeth Saukel, « 2010 vs. 2014 – welche Winterspiele liefen besser? », sur quotenmeter.de, (consulté le 20 janvier 2016)
  38. (en) « Results », sur fis-ski.com (consulté le 16 septembre 2014).

Lien externeModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 janvier 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 29 janvier 2016 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.