Collex-Bossy

commune suisse

Collex-Bossy
Collex-Bossy
Le village de Collex vue depuis le ciel.
Blason de Collex-Bossy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Localité(s) Bossy, Collex, La Bâtie, La Foretaille et La Rosière.
Communes limitrophes Versoix, Genthod, Bellevue, Ferney-Voltaire (F), Ornex (F), Versonnex (F)
Maire
Mandat
Ricardo Muñoz (Collex-Bossy demain)
2020-2025
NPA 1239
No OFS 6615
Démographie
Population
permanente
1 686 hab. (31 décembre 2020)
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 00″ nord, 6° 07′ 00″ est
Altitude 443 m
Min. 399 m
Max. 481 m
Superficie 6,89 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Collex-Bossy
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Collex-Bossy
Géolocalisation sur la carte : canton de Genève
Voir sur la carte administrative du canton de Genève
City locator 14.svg
Collex-Bossy
Liens
Site web www.collex-bossy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Collex-Bossy est une commune suisse du canton de Genève.

GéographieModifier

La commune compte plus de 400 hectares de terres agricoles produisant des céréales, du vin, des fruits ou qui sont laissées en prairie ; 186 autres hectares sont des forêts appartenant en majeure partie à l'État de Genève.

L'agriculture et la viticulture, pour l'essentiel, ainsi que l'artisanat et les activités indépendantes, constituent le tissu économique de Collex-Bossy.

Collex-Bossy mesure 6,89 km2[2]. 10,2 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 64,4 % à des surfaces agricoles, 24,9 % à des surfaces boisées et 0,4 % à des surfaces improductives.

La commune est composée des localités de Bossy, Collex, La Bâtie, La Foretaille et La Rosière. La commune comprend également les hameaux de Collex, Bossy, Crest d'El et Vireloup. Elle est limitrophe de Versoix et Bellevue, ainsi que de la France.

ToponymieModifier

Parmi les plus anciennes mentions, on trouve, pour Collex, Cholay (1258), Colay (1278), et, pour Bossy, Bossie en 1236.

Pour ce qui est de l'étymologie de Collex, elle renvoie à une formation avec un nom de personne du type Colus, qui est bien attesté. Caulus se retrouve aussi dans Choulex[3] .

Bossy, en revanche est pour l'instant inexpliqué. On pourrait y voir un nom de personne celtique, Bussus, complété du suffixe toponymique celtique -akos, devenu en latin -acum. Bossy serait donc le domaine de Bussius. Voir aussi Bogis-Bossey, dans le canton de Vaud[3].

ArmoiriesModifier

de gueules au guerrier casqué et cuirassé d'argent, couronné de trois plumes d'or, brandissant dans la dextre un épée de même en fasce, sur un cheval galopant d'argent, harnaché de sable et couronné de trois plumes d'autruche d'or.

Ces armes ont été adoptées en 1924. Ce sont celles de la famille noble Champion, éteinte au XVIIe siècle. Cette famille a possédé de 1369 à 1641 le fief de la Bâtie-Beauregard, ou Bâtie-Champion. Les ruines du château de la Bâtie se trouvent au bord de la Versoix, non loin de Bossy[4].

HistoireModifier

L'origine de Bossy remonte au Haut Moyen Âge. Ce village installé sur une butte molassique s'étale le long d'une route qui menait anciennement, vers l'est, à Chavannes-de-Bogis et à Chavannes-des-Bois, et vers l'ouest à Ornex et Ferney. Une fouille archéologique, entreprise en 2014-2015, a permis d'étudier une parcelle situé à proximité immédiate de l'ancienne église médiévale de Saint-Clément. Celle-ci a été rasée vers 1860 après la reconstruction de l'église de Collex (1859-1861), anciennement dédiée à Saint-Georges.

Cette fouille a permis de mettre en évidence un habitat rural du Haut Moyen Âge, caractérisé par la trace de nombreux poteaux en bois, de silos céréaliers et de fonds de cabanes semi-enterrées, pour la plupart circulaires ou ovales. Des structures similaires ont été découvertes en 2008 à Mariamont, à 2 km au nord de Bossy, sur un site qui domine la Versoix d'une trentaine de mètres. Dans l'une de ces dernières cabanes, des datations au C14 ont livré une date entre 1020 et 1210. Quant au village primitif de Bossy, il a dû être occupé, d'après le matériel archéologique trouvé sur place, entre le VIe et VIIe siècles et le XIIIe siècle en tout cas.

Les fosses ont été progressivement comblées au Moyen Âge, peut-être aux XIIe et XIIIe siècles; le cimetière voisin de l'ancienne église Saint-Clément empiète alors sur une partie de ces installations. Ce cimetière est lui-même abandonné à une date inconnue, sans doute au cours du XVIIIe siècle[5].

Collex-Bossy suit, jusqu'en 1815, le destin du Pays de Gex[6].

Anciennement baronnie souveraine, incorporé aux États de Savoie en 1353, puis brièvement annexé par les Bernois en 1536, puis les Genevois en 1589, il est rattaché à la France en 1601 par le Traité de Lyon.

En 1790, il intègre le département de l'Ain

En 1798, après l'annexion de Genève, il intègre le département du Léman.

En vertu du traité de Paris de 1815, la commune de Collex-Bossy est cédée par la France le pour être unie à Genève.

Le la commune perd ce qui devient la commune de Bellevue.

PopulationModifier

GentilésModifier

Les habitants de la localité de Bossy se nomment les Bossiotes[7].

Ceux de la localité de Collex se nomment les Collésiens[8].

DémographieModifier

Collex-Bossy compte 1 686 habitants fin 2020[1]. Sa densité de population atteint 245 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Collex-Bossy entre 1850 et 2018[9] :

PolitiqueModifier

Le conseil administratif de Collex-Bossy (pouvoir exécutif de la commune) compte trois membres : le maire de la commune et deux adjoints. Les membres sont élus pour une période de cinq ans. Le conseil municipal de Collex-Bossy (pouvoir législatif de la commune) compte 15 membres (dont un bureau avec un président, un vice-président et un secrétaire). Les conseillers municipaux sont élus pour une période de cinq ans. Le conseil municipal exerce des fonctions délibératives et consultatives mais il ne peut pas rédiger des lois.

Membres de l’exécutif communal (législature 2020-2025)Modifier

L'exécutif de la commune, entré en fonction le , se compose de la façon suivante :

Membres de l’exécutif communal actuel (législature 2020-2025)
Identité Étiquette Fonction Dicastères
Ricardo Muñoz Collex-Bossy demain Maire Finances, Économie et Budget (délégué)
Aménagement du territoire et Paysage (délégué)
Environnement et Transition énergétique (délégué)
Protection air, eau, forêt, sol, paysage et biodiversité (délégué)
Bernard Fracheboud Entente communale Adjoint Infrastructures (délégué)
Transports, TPG et Mobilité douce (délégué)
Bâtiments du patrimoine administratif, Cimetière et Génie civil (délégué)
Relations aéroport et OFROU (délégué)
Skander Chahlaoui Collex-Bossy avenir Adjoint Sécurité, Police municipale et Pompiers (délégué)
Cohésion sociale et Solidarité (délégué)
Écoles, Petite enfance, Jeunesse et Seniors (délégué)
Culture, Sport et Manifestations (délégué)

Conseil municipal (législature 2020-2025)Modifier

À la suite des élections municipales du , le conseil municipal se compose de la manière suivante :

Parti Voix Suffrages en % +/- Sièges +/-
Collex-Bossy ensemble 240 50,55 %   50,55
8  /  15
  8
Collex-Bossy avenir 166 31,07 %   31,07
5  /  15
  5
PDC ouvert 88 18,38 %   15,48
2  /  15
  3

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs (depuis 1975)[10],[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Jean-Claude Faes PRD Député au Grand Conseil du canton de Genève de juin 1982 à novembre 1985
Albert Marechal PDC Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1985 à 1993
Alex Pfeiffer PDC
Elisabeth Fatton PLR[N 1] Adjointe au maire jusqu'en 2011
[12] Arnaud Ythier PLR
[13] en cours Ricardo Muñoz Collex-Bossy demain Adjoint au maire de 2018 à 2019

TransportsModifier

La commune est reliée au réseau des Transports publics genevois par la ligne 52 qui relie Genthod à Bossy. La commune est également reliée à Chavannes-des-Bois par la ligne 55.

Manège de MâcheferModifier

Créé il y a 30 ans entre la campagne de Collex-Bossy et les bois de Versoix, ce manège occupe une ferme du XVIIIe siècle.

FC Collex-BossyModifier

Le FC Collex-Bossy a été fondé en 1962. Le club utilise les infrastructures du stade Marc Burdet. À son palmarès le club compte 5 titres de champion genevois de 2e ligue ainsi qu'une montée en 1re ligue (de 1989 à 1992) et également plusieurs coupes genevoises.

En 2011, la première équipe remporte le championnat genevois lui permettant d'accéder au championnat de 2e ligue interrégionale.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Hermann Borel: La baronnie de la Bastie-Beauregard au Pays de Gex, in: Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Tome VII, 1941
  • Edmond-Victor Gaillard: Histoire des Collésiens et des Bossiotes, ou Collex-Bossy 2000 ans d'histoire. Éditions Slatkine, Genève 1985
  • Charles Jorand: Paroisse de Collex-Bossy. Saint-Maurice, Imprimerie Saint-Augustin, 1961
  • Anita Nebel: Collex-Bossy, chronique d’une métamorphose. Georg éditeur, Chêne-Bourg 2018, (ISBN 978-2-8257-1054-8),

RéférencesModifier

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a et b Florence Cattin (et al.), Dictionnaire toponymique des communes suisses, Neuchâtel, Frauenfeld, Lausanne, Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel et Huber, , 1102 p. (ISBN 3-7193-1308-5), p. 252
  4. Armorial des communes genevoises (sous les auspices des Archives d'État], Genève 1925, p. 6.
  5. Gaston Zoller, «Bossy: l'origine médiévale d'un village», Archéologie genevoise 2014-2015 (Patrimoine et architecture, Série archéologie n° 3), Genève, février 2017, pp. 65-67.
  6. « Pays de Gex » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  7. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 15
  8. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 33
  9. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  10. https://www.ge.ch/elections/
  11. « STATISTIQUES CANTONALES - POLITIQUE - ÉLECTIONS », sur www.ge.ch (consulté le )
  12. https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/maire-collexbossy-demissionne/story/31361047
  13. https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/collexbossy-tient-enfin-nouveau-maire/story/12326166
  1. Membre du parti libéral jusqu'au .

Sur les autres projets Wikimedia :