Cloridorme

municipalité de canton du Québec

Cloridorme
Cloridorme
Le village de Cloridorme en 1940
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Subdivision régionale La Côte-de-Gaspé
Statut municipal Municipalité de canton
Constitution
Démographie
Gentilé Cloridormien,Cloridormienne
Population 670 hab.[1] (2018)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 00″ nord, 64° 50′ 00″ ouest
Superficie 15 973 ha = 159,73 km2
Divers
Code géographique 03010
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Cloridorme
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Cloridorme
Géolocalisation sur la carte : Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Voir sur la carte administrative de la zone Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
City locator 14.svg
Cloridorme
Géolocalisation sur la carte : Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Voir sur la carte topographique de la zone Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
City locator 14.svg
Cloridorme
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Cloridorme est une municipalité de canton du Québec au Canada située dans la municipalité régionale de comté de La Côte-de-Gaspé en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. En plus du village de Cloridorme en tant que tel, la municipalité comprend cinq hameaux : Cloridorme-Ouest, L'Anse-aux-Canons, Petite-Anse, Pointe-à-la-Frégate et Saint-Yvon. Lors du recensement de 2016, Cloridorme avait une population de 671 habitants.

ToponymieModifier

L'origine de ce nom demeure mystérieuse, plusieurs théories existent quant à l'origine du nom[2].

Une communauté de Français vivait à Cloridorme au début du 19e siècle. Ces pêcheurs s'étaient installés en bas de la côte de l'église. De là, on peut y admirer une petite baie étroite avec un enrochement de chaque côté. On y voyait alors un "enclos où les eaux y dorment" d'où le nom de Cloridorme qui réfèrerait alors à un lieu plutôt qu'à un personnage[3]. Le nom pourrait également provenir d'une déformation du nom d'un des premiers colons de la localité, Cloridan ou Cloridon Côté, qui était originaire de Saint-Thomas-de-Montmagny[4],[5]. Ces deux explications demeurent toutefois improbables, le toponyme étant déjà identifié comme étant Les Chlorydormes sur une carte anonyme de 1755[4].

Une autre explication possible serait la concession en 1707 à Charles Morin par le gouverneur Vaudreuil et l'intendant Raudot d'un territoire appelée Cloridan à l'embouchure de la rivière Restigouche, le nom serait devenu Cloridorme à la suite de plusieurs modifications au toponyme. Le déplacement du toponyme de la baie des Chaleurs jusqu'à la côte nord de la Gaspésie demeure tout de même fort peu probable[4].

Le mot Cloridorme ou Chlorydorme pourrait également provenir d'une langue amérindienne, bien qu'aucune signification n'a pu être démontré[4]. Le nom pourrait également rappeler le souvenir de l'amérindienne Clârie d'Ormes qui aurait habité l'endroit[6].

D'autres hypothèses qualifiées de farfelues existent également; un navire nommé L'Éclair se serait enlisé dans des hauts fonds sablonneux, les paroissiens auraient alors abordé le navire et auraient découvert l'équipage endormit. Les paroissiens informèrent le curé de leur découverte qui serait exclamé «L'Éclair y dorme» après quelques secondes de méditation[7].

GéographieModifier

Cloridorme est situé sur le littoral sud du golfe du Saint-Laurent sur la péninsule gaspésienne à 630 km au nord-est de Québec et à 85 km au nord-ouest de Gaspé. La municipalité de canton fait partie de la municipalité régionale de comté de La Côte-de-Gaspé dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine[8].

HameauxModifier

En plus du noyau villageois de Cloridorme, le canton s'est développé autour de cinq hameaux : Cloridorme-Ouest, L'Anse-aux-Canons, Petite-Anse, Pointe-à-la-Frégate et Saint-Yvon.

Municipalités limitrophesModifier

HistoireModifier

 
Le village de Cloridorme en 1941

Le premier à s'établir à Cloridorme fut le pêcheur Paul Coulombe de Montmagny en 1838 qui fut suivi par Pierre Huet, un Normand qui pêchait à Percé. En 1860, les compagnies de pêche Fruing et Hyman établirent des comptoirs à Pointe-à-la-Frégate. En 1878, la première chapelle de Cloridorme fut inaugurée. Cette chapelle utilisa la cloche du navire Swordfish qui avait fait naufrage à Gros-Morne en 1867. En 1894, la cloche fut remplacée par une plus grosse et la cloche du Swordfish fut installée à l'école de Pointe-à-la-Frégate où elle resta jusqu'en 1960[9].

En 1900, la paroisse catholique de Sainte-Cécile-de-Cloridorme fut érigée canoniquement et regroupait alors les villages de Pointe-à-la-Frégate, Cloridorme, Saint-Yvon (anciennement appelé Pointe-Sèche) et Grand-Étang. En 1936, le curé Fortin fonda une colonie forestière dans l'arrière-pays nommée Saint-Thomas-de-Cloridorme où on construisit plusieurs moulins de sciage et une chapelle[9].

Le , une torpille fut lancée par le sous-marin allemand U-517 et toucha le cap de Saint-Yvon, ratant sa cible, un navire à vapeur chargé de bois nommé Meadcliffe Hall[9].

DémographieModifier

 
Église Sainte-Cécile de Cloridorme
Évolution démographique
1921 1931 1941 1951 1956 1961
9538341 4371 6441 7221 707
1966 1971 1976 1981 1986 1991
1 6001 4521 3701 3891 3181 166
1996 2001 2006 2011 2016 -
1 084917764743671-
(Sources : [10],[11])

AdministrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1885 1892 Cyprien Labrecque    
1892 1893 Louis Guillemette    
1893 1894 Cyprien Labrecque    
1894 1902 Louis Guillemette    
1902 1903 Cyrias Coulombe    
1903 1904 Richard Mercier    
1904 1905 Pierre Bélanger    
1905 1908 Jean-Baptiste Bernatchez    
1908 1909 Cyrias Coulombe    
1909 1911 Adelme Coulombe    
1911 1917 Alphonse Caron    
1917 1921 François Coulombe    
1921 1925 Pierre Côté    
1925 1934 François Coulombe    
1934 1937 Philippe Guillemette    
1937 1943 Romuald Coulombe    
1943 1949 Eustache Beaudoin    
1949 1961 Étienne Beaudoin    
1961 1962 Onias Côté    
1962 1963 Étienne Beaudoin    
1963 1968 J. Alphège Florian Francoeur    
1968 1971 Marc Bernatchez    
1971 1979 J. Léo Fiola    
1979 1994 Guy Gleeton    
1994 2005 Réal Gasse    
2005 2017 Jocelyne Huet    
2017 2019 Denis Fortin    

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Décret de population 2018 », sur mamh.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  2. Toponymie : Cloridorme
  3. « Cloridorme (municipalité de canton) - La Mémoire du Québec », sur www.memoireduquebec.com (consulté le 3 décembre 2017)
  4. a b c et d « Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 3 décembre 2017)
  5. Hormisdas Magnan, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec, L'Imprimerie d'Arthabaska Inc., , p. 274
  6. « Démographie et histoire », sur Municipalité du Canton de Cloridorme (consulté le 3 décembre 2017)
  7. « Canton de Cloridorme », sur Municipalité du Canton de Cloridorme (consulté le 3 décembre 2017)
  8. Répertoire des municipalités : Cloridorme, page consultée le 10 janvier 2011
  9. a b et c Jean-Marie Fallu, Une histoire d'appartenance : La Gaspésie, vol. 7, Sainte-Foy (Québec), Les Éditions GID, , 557 p. (ISBN 2-922668-37-1), p. 151-156.
  10. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Cloridorme, CT » (consulté le 5 juillet 2020)
  11. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Cloridorme, CT » (consulté le 5 juillet 2020)
  12. Service de soutien pédagogique et technologique, Université du Québec à Trois-Rivières, « Université du Québec à Trois-Rivières - Bottin », sur oraprdnt.uqtr.uquebec.ca (consulté le 20 septembre 2015)
  13. « Presses de l'Université du Québec », sur www.puq.ca (consulté le 20 septembre 2015)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier