Ouvrir le menu principal

Recensement du Canada de 2016

Recensement du Canada de 2016
Pays Drapeau du Canada Canada
Date
Nombre d'habitants 35 151 728
Évolution (en %) en augmentation 5,0 %
État le plus peuplé Drapeau de l'Ontario Ontario (13 448 494 habitants)
État le moins peuplé Drapeau du Yukon Yukon (35 874 habitants)
Ville la plus peuplée Toronto (Drapeau de l'Ontario Ontario) (2 731 571 habitants)

Le recensement du Canada de 2016 est le dénombrement de la population du Canada ainsi que certaines de ses caractéristiques mené par Statistique Canada sur l'ensemble du pays au . Cette 16e édition du recensement canadien suit celle de 2011, le recensement étant tenu à tous les cinq ans, en vertu de la loi. Le recensement de 2016 a réintroduit le formulaire long obligatoire qui avait été remplacé par une « Enquête sur les ménages » volontaire en 2011. Avec un taux de participation de 98,4 %, le recensement de 2016 a le plus haut taux de participation depuis le Recensement de 1666 en Nouvelle-France. La population totale du pays s'élève à 35 151 728 habitants au .

Résultats et faits marquantsModifier

PopulationModifier

Lors du recensement de 2016, la population dénombrée du Canada était de 35 151 728 habitants, une croissance de 5 % par rapport au recensement de 2011[1].

Population des provinces et territoires du Canada en 2016[2]
Rang Province ou territoire Population en 2016 Population en 2011 Variation 2011-2016 (%)
1   Ontario 13 448 494 12 851 821   4,6
2   Québec 8 164 361 7 903 001   3,3
3   Colombie-Britannique 4 648 055 4 400 057   5,6
4   Alberta 4 067 175 3 645 257   11,6
5   Manitoba 1 278 365 1 208 268   5,8
6   Saskatchewan 1 098 352 1 033 381   6,3
7   Nouvelle-Écosse 923 598 921 727   0,2
8   Nouveau-Brunswick 747 101 751 171   0,5
9   Terre-Neuve-et-Labrador 519 716 514 204   1,0
10   Île-du-Prince-Édouard 142 907 140 204   1,9
11   Territoires du Nord-Ouest 41 786 41 462   0,8
12   Nunavut 35 944 31 906   12,7
13   Yukon 35 874 33 897   5,8
  Canada 35 151 728 33 476 688   5,0

Centres de population et villesModifier

Lors du recensement de 2016, les cinq plus grands centres de population au Canada sont Toronto, Montréal, Vancouver, Calgary et Edmonton[3]. Si on se restreint aux limites des villes, les cinq plus grandes villes sont Toronto, Montréal, Calgary, Ottawa et Edmonton[4].

Le Canada compte désormais 12 villes de plus de 500 000 habitants grâce à Surrey en Colombie-Britannique qui a atteint une population de 517 887 habitants[4]. Au Nouveau-Brunswick, Moncton a détrôné Saint-Jean en tant plus grande ville de la province[5].

Population des plus grands centres de population en 2016[3]
Rang Centre de population Province/territoire Population en 2016 Population en 2011 Variation 2011-2016 (%)
1 Toronto   Ontario 5 429 524 5 144 412   5,5
2 Montréal   Québec 3 519 595 3 387 653   3,9
3 Vancouver   Colombie-Britannique 2 264 823 2 124 443   6,6
4 Calgary   Alberta 1 237 656 1 094 379   13,1
5 Edmonton   Alberta 1 062 643 935 361   13,6
6 Ottawa-Gatineau   Ontario/  Québec 989 567 945 592   4,7
7 Winnipeg   Manitoba 711 925 670 025   6,3
8 Québec   Québec 705 103 681 804   3,4
9 Hamilton   Ontario 693 645 671 008   3,4
10 Kitchener   Ontario 470 015 446 295   5,3
Population des plus grandes villes en 2016[4]
Rang Ville Province/territoire Population en 2016 Population en 2011 Variation 2011-2016 (%)
1 Toronto   Ontario 2 731 571 2 615 060   4,5
2 Montréal   Québec 1 704 694 1 649 519   3,3
3 Calgary   Alberta 1 239 220 1 096 833   13,0
4 Ottawa   Ontario 934 243 883 391   5,8
5 Edmonton   Alberta 932 546 812 201   14,8
6 Mississauga   Ontario 721 599 713 443   1,1
7 Winnipeg   Manitoba 705 244 663 617   6,3
8 Vancouver   Colombie-Britannique 631 486 603 502   4,6
9 Brampton   Ontario 593 638 523 906   13,3
10 Hamilton   Ontario 536 917 519 949   3,3
11 Québec   Québec 531 902 516 576   3,0
12 Surrey   Colombie-Britannique 517 887 468 251   10,6
Plus grande ville par province et territoire[4]
Province/territoire Ville Population en 2016 Population en 2011 Variation 2011-2016 (%) % de la population de la province/territoire
  Alberta Calgary 1 239 220 1 096 833   13,0 30,5
  Colombie-Britannique Vancouver 631 486 603 502   4,6 13,6
  Île-du-Prince-Édouard Charlottetown 36 094 34 562   4,4 25,3
  Manitoba Winnipeg 705 244 663 617   6,3 55,2
  Nouveau-Brunswick Moncton 71 889 69 074   4,1 9,6
  Nouvelle-Écosse Halifax 403 131 390 086   3,3 43,6
  Nunavut Iqaluit 7 740 6 699   15,5 21,5
  Ontario Toronto 2 731 571 2 615 060   4,5 20,3
  Québec Montréal 1 704 694 1 649 519   3,3 20,9
  Saskatchewan Saskatoon 246 376 222 246   10,9 22,4
  Terre-Neuve-et-Labrador Saint-Jean 108 860 106 172   2,5 20,9
  Territoires du Nord-Ouest Yellowknife 19 569 19 234   1,7 46,8
  Yukon Whitehorse 25 085 23 276   5,8 69,9

ImmigrationModifier

Aux fins des données de Statistique Canada, un « immigrant » est une personne qui a reçu le droit d'habiter au Canada en permanence que cela soit en devenant citoyen par naturalisation ou en étant résident permanent de la part des autorités de l'immigration[6]. De 2011 à 2016, le Canada a accueilli 1 212 075 immigrants, une augmentation de 15 % par rapport au nombre de 2006 à 2010. 22 % de la population totale du pays sont des immigrants[7].

Lors du recensement de 2016, la province ou le territoire qui a le plus d'immigrants en pourcentage de sa population totale est la Colombie-Britannique où plus du quart de la population est composée d'immigrants suivie de l'Ontario et de l'Alberta. Les provinces ayant accueilli le plus d'immigrants de 2011 à 2016 en pourcentage de leur population sont l'Alberta et le Manitoba suivis de la Saskatchewan. Les provinces qui ont le plus augmenté le nombre d'immigrants accueillis de 2011 à 2016 par rapport à la période de 2001 à 2010 en pourcentage de leur population sont l'Alberta, l'Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba[7].

Immigrants par provinces et territoires[7]
Province ou territoire Immigrants Immigrants (% de la population totale) Immigrants reçus de 2011 à 2016 Immigrants reçus de 2011 à 2016 (% de la population totale) Différence d'immigrants reçus de 2011 à 2016 par rapport à 2006 à 2010 (% de la population totale)
  Ontario 3 852 145 21,9 472 170 3,6   0,1
  Colombie-Britannique 1 292 675 28,3 175 555 3,8   0,0
  Québec 1 091 305 13,7 215 170 2,7   0,4
  Alberta 845 220 21,2 207 790 5,2   1,5
  Manitoba 227 465 18,3 63 210 5,1   1,2
  Saskatchewan 112 495 10,5 47 935 4,5   2,2
  Nouvelle-Écosse 55 675 6,1 11 790 1,3   0,4
  Nouveau-Brunswick 33 810 4,6 9 325 1,3   0,6
  Terre-Neuve-et-Labrador 12 080 2,4 36 675 0,7   0,3
  Île-du-Prince-Édouard 8 940 6,4 3 360 2,4   1,4
  Yukon 4 410 12,6 1 115 3,2   1,1
  Territoires du Nord-Ouest 3 690 9,0 815 2,0   0,5
  Nunavut 920 2,6 165 0,5   0,0
  Canada 7 540 830 21,9 1 212 075 3,5   0,4

LangueModifier

Connaissance des langues officiellesModifier

Les deux langues officielles du Canada sont l'anglais et le français. Lors du recensement de 2016, 86 % de la population canadienne connaissaient l'anglais tandis que 30 % connaissaient le français. Sur ceux-ci, 18 % connaissent les deux à la fois. 2 % ne connaissent ni l'anglais ni le français[8].

Le Québec est la seule province où plus de gens connaissent le français au lieu de l'anglais. En pourcentage de la population, le Québec, avec près de 45 %, est aussi la province ou le territoire avec le plus de gens connaissant les deux langues officielles suivi du Nouveau-Brunswick, qui est la seule province officiellement bilingue du pays, avec près de 34 %. Le Nouveau-Brunswick est également la province ou le territoire ayant le plus grand pourcentage de gens connaissant le français après le Québec. Avec près de 6 % de sa population, le Nunavut est la province ou le territoire ayant le plus haut pourcentage de gens ne connaissant aucune langue officielle suivi de la Colombie-Britannique avec 3 %. Le Nunavut est aussi la province ou le territoire ayant le plus faible pourcentage de population connaissant le français suivi de la Saskatchewan[8].

Connaissance des langues officielles par province et territoire[8]
Province ou territoire Anglais seulement (%) Français seulement (%) Anglais et français (%) Ni l'anglais ni le français (%)
  Alberta 91,9 0,1 6,6 1,5
  Colombie-Britannique 89,8 0,0 6,8 3,3
  Île-du-Prince-Édouard 86,4 0,1 12,7 0,9
  Manitoba 90,0 0,1 8,6 1,3
  Nouveau-Brunswick 57,2 8,6 33,9 0,3
  Nouvelle-Écosse 89,2 0,1 10,5 0,3
  Nunavut 89,8 0,2 4,3 5,7
  Ontario 86,0 0,3 11,2 2,5
  Québec 4,6 50,0 44,5 0,9
  Saskatchewan 94,5 0,0 4,7 0,7
  Terre-Neuve-et-Labrador 94,8 0,0 5,0 0,2
  Territoires du Nord-Ouest 89,0 0,2 10,3 0,5
  Yukon 85,6 0,3 13,8 0,4
  Canada 68,3 11,9 17,9 1,9

Langue maternelleModifier

Lors du recensement de 2016, 58 % de la population du pays avaient l'anglais comme langue maternelle tandis que 21 % avaient le français. Sur ceux-ci, 1,5 % avaient à la fois l'anglais et le français comme langue maternelle. 23 % de la population du pays avaient une langue non officielle en tant que langue maternelle[9].

Après le Québec, la province ou le territoire avec le plus faible pourcentage de population ayant l'anglais comme langue maternelle est le Nunavut tandis que la province ou le territoire avec le plus faible pourcentage ayant le français comme langue maternelle est Terre-Neuve-et-Labrador. Le Québec est la province ayant le plus grand pourcentage de population ayant à la fois l'anglais et le français comme langue maternelle suivi du Nouveau-Brunswick. Le Nunavut est de loin la province ou le territoire ayant le plus grand pourcentage de population ayant une langue non officielle en tant que langue maternelle[9].

Langues maternelles par province et territoire[9]
Province ou territoire Anglais (%) Français (%) Langue non officielle (%) Anglais et français (%) Anglais et langue non officielle (%) Français et langue non officielle (%) Anglais, français et langue non officielle (%)
  Alberta 74,3 1,8 21,6 0,3 1,9 0,1 0,0
  Colombie-Britannique 68,9 1,2 27,6 0,2 1,9 0,0 0,0
  Île-du-Prince-Édouard 90,8 3,4 5,1 0,3 0,3 0,0 0,0
  Manitoba 71,4 3,2 22,9 0,3 2,1 0,1 0,0
  Nouveau-Brunswick 64,2 31,4 3,1 1,0 0,2 0,0 0,0
  Nouvelle-Écosse 91,0 3,2 4,9 0,4 0,5 0,0 0,0
  Nunavut 30,9 1,7 65,4 0,1 1,9 0,0 0,0
  Ontario 66,9 3,7 26,7 0,4 2,2 0,1 0,1
  Québec 7,5 77,1 13,2 0,9 0,3 0,8 0,2
  Saskatchewan 82,4 1,4 14,5 0,2 1,5 0,0 0,0
  Terre-Neuve-et-Labrador 96,9 0,5 2,3 0,1 0,2 0,0 0,0
  Territoires du Nord-Ouest 76,8 2,8 18,4 0,4 1,5 0,1 0,0
  Yukon 81,9 4,4 11,8 0,6 1,2 0,0 0,0
  Canada 56,0 20,6 21,1 0,5 1,5 0,2 0,1

Langues autochtonesModifier

Un total de 213 225 personnes ont indiqué avoir une langue autochtone comme langue maternelle lors du recensement de 2016, c'est-à-dire 0,6 % de la population totale du pays. 137 515 personnes ont indiqué parler une langue autochtone le plus souvent à la maison, c'est-à-dire 0,4 % de la population du pays et 64,5 % de ceux qui ont une langue autochtone en tant que langue maternelle[10].

Parmi les langues autochtones, seulement six ont plus de 10 000 personnes qui en ont une comme langue maternelle : le cri[Note 1], l'inuktitut, l'ojibwé, l'oji-cri, le déné (ou chipewyan) et l'innu-aimun. Ensemble, le cri et l'inuktitut représentent plus de la moitié des gens qui ont une langue autochtone comme langue maternelle. Le tableau ci-dessous montre les langues autochtones qui représente au moins 1 % du total des individus qui ont une langue autochtone comme langue maternelle[10].

Langues autochtones comme langue maternelle[10]
Langue Nombre de gens
Cri[Note 1] 74 060
Inuktitut 36 185
Ojibwé 20 470
Oji-cri 13 630
Déné (ou chipewyan) 11 325
Innu-aimun 10 710
Micmac 7 140
Atikamekw 6 295
Pied-noir (ou blackfoot et niitsipussin) 3 465
Stoney 3 215
Esclave (ou slavey)[Note 2] 2 120
Algonquin 1 600

Langue parlée à la maisonModifier

Lors du recensement de 2016, le plus souvent à la maison, 64 % de la population du Canada parlaient anglais, 20 % parlaient français et 12 % parlaient une langue non officielle. De plus, 1 % utilisait aussi souvent l'anglais et le français et 4 % l'anglais et une langue non officielle[11].

Le Québec est la seule province ou territoire où le français est parlée plus souvent à la maison que l'anglais tandis que le Nunavut est la seule province ou territoire où une langue non officielle est parlée plus souvent à la maison que l'anglais et le français. Après le Québec, le Nouveau-Brunswick est la province ou le territoire avec le plus grand pourcentage de population qui parle français le plus souvent à la maison suivi du Yukon. Le Québec et le Nouveau-Brunswick sont également les provinces ou les territoires où à la fois l'anglais et le français sont parlés le plus souvent à la maison. Après le Nunavut, la Colombie-Britannique est la province ou le territoire avec le plus grand pourcentage où une langue non officielle est parlée le plus souvent à la maison suivi de l'Alberta[11].

Langues parlées le plus souvent à la maison[11]
Province ou territoire Anglais (%) Français (%) Langue non officielle (%) Anglais et français (%) Anglais et langue non officielle (%) Français et langue non officielle (%) Anglais, français et langue non officielle (%)
  Alberta 82,6 0,7 12,0 0,2 4,4 0,0 0,1
  Colombie-Britannique 79,0 0,4 15,6 0,1 4,8 0,0 0,1
  Île-du-Prince-Édouard 94,1 1,6 3,2 0,2 0,8 0,0 0,0
  Manitoba 82,1 1,3 11,5 0,2 4,8 0,0 0,1
  Nouveau-Brunswick 68,7 28,0 1,7 1,0 0,5 0,0 0,0
  Nouvelle-Écosse 94,7 1,6 2,5 0,2 1,0 0,0 0,0
  Nunavut 46,7 1,0 50,6 0,1 1,6 0,0 0,0
  Ontario 77,6 2,1 14,4 0,3 5,4 0,1 0,1
  Québec 9,7 79,0 7,3 1,1 0,7 1,7 0,5
  Saskatchewan 89,1 0,4 7,4 0,1 3,0 0,0 0,0
  Terre-Neuve-et-Labrador 98,0 0,2 1,3 0,1 0,4 0,0 0,0
  Territoires du Nord-Ouest 87,7 1,5 8,2 0,3 2,2 0,0 0,1
  Yukon 90,7 2,4 4,5 0,3 1,9 0,0 0,1
  Canada 63,7 20,0 11,5 0,5 3,7 0,4 0,2

ÉducationModifier

Le Canada s'est classé premier parmi les pays de l'OCDE pour le pourcentage de résidents avec un diplôme de niveau universitaire ou collégial, c'est-à-dire 54 % de la population. De plus, pour la première fois de l'histoire du pays, les femmes âgées de 25 à 34 ans qui possèdent un doctorat sont plus nombreuses que les hommes de la même tranche d'âge[12].

TravailModifier

En 2015, 5,9 % des personnes âgées de 65 ans et plus ont travaillé à l'année longue. Il s'agit du plus haut pourcentage jamais enregistré. Dans le secteur de la santé, les femmes représentaient 56,2 % des travailleurs tandis que, dans le secteur de haute technologie, les hommes représentaient 63,3 %. En particulier, les femmes représentaient environ 50 % des physiciens. En ce qui a trait aux positions de gestionnaires, les hommes représentaient 62,2 % du total. Cela représente une hausse de 34 % pour les femmes depuis 1996[12].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Les statistiques pour le cri incluent le cri de Moose, le cri du Nord-Est, le cri des Plaines, le cri du Sud-Est, le cri des Marais (ou moskégon), le cri des Bois ainsi que les gens ayant indiqué seulement « cri ». Elles n'incluent pas l'atikamekw, l'innu-aimun et le naskapi (en).
  2. Les statistiques pour l'esclave incluent l'esclave du Nord et l'esclave du Sud ainsi que les gens ayant indiqué seulement « esclave ».

RéférencesModifier

  1. « Profil du recensement, Recensement de 2016 », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  2. « Chiffres de population et des logements - Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statisitque Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  3. a et b « Chiffres de population et des logements - Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et centres de population, recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  4. a b c et d « Chiffres de population et des logements - Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : chiffres de population et des logements, Canada et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  5. « Chiffres de population et des logements - Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  6. « Dictionnaire, Recensement de la population, 2016 : immigrant », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  7. a b et c « Immigration et diversité ethnoculturelle – Faits saillants en tableaux :statut d'immigrant et période d'immigration, répartition en % (2016), les deux sexes, âge (total), Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données-échantillon (25 %) », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  8. a b et c « Langue – Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : connaissance des langues officielles selon l’âge (Total), chiffres de 2016 pour la population à l'exclusion des résidents d'un établissement institutionnel du Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données intégrales (100 %) », sur Statistique Canada (consulté le 29 novembre 2017).
  9. a b et c « Langue – Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : Langue maternelle selon l’âge (Total), chiffres de 2016 pour la population à l'exclusion des résidents d'un établissement institutionnel du Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données intégrales (100 %) », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  10. a b et c « Langue – Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : langue maternelle autochtone, langue autochtone parlée le plus souvent à la maison et autre(s) langue(s) autochtone(s) parlée(s) régulièrement à la maison pour la population à l'exclusion des résidents d'un établissement institutionnel du Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données intégrales (100 %) », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  11. a b et c « Langue – Faits saillants en tableaux, Recensement de 2016 : langue parlée le plus souvent à la maison selon autre(s) langue(s) parlée(s) régulièrement à la maison (Total) et âge (Total), répartition en % (2016) pour la population à l'exclusion des résidents d'un établissement institutionnel du Canada, provinces et territoires, Recensement de 2016 – Données intégrales (100 %) », sur Statistique Canada (consulté le 30 novembre 2017).
  12. a et b (en) The Canadian Press, « Highlights: Statistics Canada's final release of 2016 census data », sur CBC News, (consulté le 29 novembre 2017).

AnnexesModifier