Ouvrir le menu principal

Clementina (zarzuela)

zarzuela de Luigi Boccherini

Clementina
(G.540)
Image illustrative de l’article Clementina (zarzuela)
Dans ce portrait de Goya, apparaît la mécène de Boccherini, María Faustina Téllez-Girón, comtesse veuve de Benavente avec son mari et ses fils. La comtesse va le charger de composer Clementina pour être représentée en privé au théâtre de sa résidence

Genre zarzuela
Nb. d'actes 2
Musique Luigi Boccherini
Texte Ramón de la Cruz
Langue originale Espagnol
Effectif Orchestre symphonique,
sopranos,
mezzo-soprano,
ténor,
baryton
Durée approximative 1 heure 10 minutes
Dates de composition 1786
Commanditaire Duchesse d'Osuna
Création 1786

Clementina (G 540), communément connue quoique par erreur comme La Clementina[1], est une zarzuela en 2 actes écrite par Luigi Boccherini sur un livret de Ramón de la Cruz. La première représentation a eu lieu en 1786 au palais Puerta de la Vega de Madrid.

Sommaire

HistoriqueModifier

Clementina est la seule pièce complète écrite par Boccherini. Elle a été écrite au moment de la période la plus florissante de la zarzuela, avant que ce genre, au début du XIXe siècle, ne soit presque complètement oublié au profit de l'opéra italien. Le librettiste de Clementina, Ramón de la Cruz, a tenté d'introduire des innovations dans le genre, en utilisant des éléments de folklore et des éléments populaires à la place des sujets mythologiques plus habituels[2]. La musique est essentiellement gaie et orientée vers le comique, mais avec des incursions dans le pathétique quand il faut décrire l'amour non partagé.

À partir de mars 1786, Boccherini est entré au service de María Faustina Téllez-Girón, comtesse-duchesse, veuve de Benavente-Osuna, en tant que compositeur et musicien de chambre (directeur d'un petit orchestre) et comme professeur de musique de la fille de la comtesse, María Josefa Alonso Pimentel, la fameuse comtesse de Benavente dont Francisco de Goya a fait le portrait. La duchesse était une dame cultivée, au fort caractère et aimant les arts. Elle avait entretenu une correspondance et avait passé un important contrat avec Joseph Haydn, afin que celui-ci lui fasse parvenir depuis Vienne un certain nombre d'œuvres. De la Cruz avait lui aussi travaillé sous la protection de la comtesse.

Clementina a été écrite sur commande de la comtesse-duchesse. La première représentation a eu lieu dans le palais de la comtesse, avec des chanteurs probablement non professionnels[2]. Boccherini a composé la musique en moins d'un mois[3]. Une reprise de Clementina a eu lieu en 1799 au Coliseo de los Canos del Peral, également à Madrid, cette fois avec des chanteurs bien connus : Catalina Tordesillas (Clementina), Manuela Montéis (Damiana), Joaquina Arteaga (Narcisa), Lorenza Correa (Cristeta), Vicente Sanchez (Don Urbano) et Manuel Garcia Parra (Don Lazzaro)[2].

À notre époque, Clementina a été remontée à Venise (Théâtre de La Fenice, le [4]), Monaco (Théâtre Cuvilliès, 1960 [4]) et en Espagne[5]. La pièce a été montée à Lucques en 2005[6].

ArgumentModifier

Les filles de Don Clemente, Clementina et Narcisa, respectivement, sont courtisées par Don Urbano et le marquis de La Ballesta, mais repoussent les avances des deux hommes. Don Clemente révèle que Clementina n'est pas sa fille naturelle, mais a été adoptée enfant. Peu à peu, Don Urbano comprend que Clementina est sa sœur, dont il avait perdu la trace et qu'il cherchait depuis longtemps. L'ouvrage se termine par les mariages de Don Urbano et de Narcisa, du Marquis et de Clementina, de Don Lázaro et de Cristeta.

PersonnagesModifier

  • Don Clemente, rôle parlé
  • Doña Clementina, fille supposée de Don Clemente (soprano)
  • Doña Narcisa, fille véritable de D. Clemente, plus jeune que Clementina (soprano)
  • Doña Damiana, préceptrice des deux filles (mezzo-soprano)
  • Cristeta, employée cuisinière (soprano)
  • Don Urbano, chevalier portugais (ténor)
  • Le Marquis de La Ballesta, rôle parlé
  • Don Lázaro, maître de musique (baryton)

OrchestrationModifier

Instrumentation de Clementina
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles, contrebasse
Bois
2 flûtes, 2 hautbois, 2 bassons
Cuivres
2 cors d'harmonie
Voix
3 sopranos, mezzo-soprano, ténor, baryton

StructureModifier

Clementina comprend l'ouverture, 12 airs, 2 récitatifs obligés et 6 ensembles vocaux, en plus des dialogues.

DiscographieModifier

  • 1958 - Fiorella Carmen Forti (Clementina), Graziella Sciutti (Narcisa), Angela Vercelli (Damiana), Juan Oncina (Don Urbano), Franco Calabrese (Don Lazzaro), Vittoria Palombini (Cristeta) - Direttore: Alfredo Simonetto - Orchestra e Coro della RAI di Milano - Versione italiana - Cantus Classics (LC 03982) CACD 5.01226 F (2009)[7]
  • 1965 - Elena Rizzieri (Clementina), Maria Grazia Ferracini (Narcisa), Karla Schean (Damiana), Ugo Benelli (Don Urbano), Fernando Corena (Don Lazzaro), Luciana Ticinelli (Cristeta) - Direttore: Angelo Ephrikian - Orchestra e Coro della Radiotelevisione Svizzera Italiana - Versione italiana - Nuova Era[8]
  • 2008 - María Hinojosa (Clementina), Sonia de Munck (Narcisa), Marta Rodrigo (Damiana), David Alegret (Don Urbano), Toni Marsol (Don Lazzaro), Elena Rivero (Cristeta) - Direttore: Pablo Heras-Casado - Orchestra: La Compañia del Principe - Version originale en espagnol - Música Antigua Aranjuez MAA 008[9]

BibliographieModifier

  • (en) Yves Gérard, Thematic, Bibliographical and Critical Catalogue of the Works of Luigi Boccherini, Londres, Oxford University Press, 1969, 716 p..
  • (it) Luigi Della Croce, Le 33 Sinfonie di Boccherini: Guida e analisi critica, Turin, Eda, coll. « Collana Realta musicali », 1979, 251 p. (OCLC 5774842).
  • (en + it + de) Miguel Ángel Marín, Luigi Boccherini. Clementina [G.540], Opera omnia (Edizione Nazionale Italiana), Bologne, Ut Orpheus Edizioni, 2013, 315 p..

Notes et référencesModifier

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « La Clementina » (voir la liste des auteurs).
  1. Il est courant de citer cette œuvre sous le titre La Clementina, or elle trouve son origine dans les traductions en italien (postérieures à Boccherini). Le titre d'origine de l'œuvre, tel qu'il fut créé et attribué en Espagne, est bel et bien Clementina, sans l'article défini. Voir pour cela les notices officielles de la Bibliothèque nationale d'Espagne sur l'édition critique du livret (1992) ou le double disque de 2009 de Música Antigua Aranjuez Ediciones
  2. a b et c Marín2013.
  3. Remigio Coli, Luigi Boccherini. La vita e le opere, Lucques, Maria Pacini Fazzi, (ISBN 8872466792)
  4. a et b (it) L. Galleni Luisi, « BOCCHERINI, Luigi », dans Enciclopedia Treccani, vol. 11 : Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, (lire en ligne)
  5. (en) Stanley Sadie, The New Grove Dictionary of Opera, Oxford University Press, (ISBN 9780195221862), « Boccherini (Ridolfo) Luigi »
  6. David Toschi, « Lucca - Villa Oliva – San Pancrazio: La Clementina », OperaClick (consulté le 5 mai 2014)
  7. « Luigi Boccherini - La Clementina », Deutsche Nationalbibliothek (consulté le 5 mai 2014)
  8. « Luigi Boccherini - La Clementina - Angelo Ephrikian (1965) », Operaclass (consulté le 5 mai 2014)
  9. Christopher Webber, « Zarzuela! CD Reviews (113) », Zarzuela.net (consulté le 5 mai 2014)