Claude Garache

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garache.
Claude Garache
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Post-abstraction (Dora Vallier)
Influencé par

Claude Garache est un artiste peintre, graveur (eau-forte et aquatinte) et lithographe français né le 20 janvier 1930 à Paris (France)[2].

BiographieModifier

En 1948, il exécute ses premiers travaux personnels. Il reçoit la même année l’enseignement de Robert Coutin, en dessin et en sculpture. Il fréquente les ateliers de Fernand Léger, d’André Lhote, et l’atelier d’art monumental de l’École nationale supérieure des beaux-arts.

Après de nombreux voyages en Europe (Hollande, Belgique, Rome, Italie du Sud, Grèce, Istambul), au Moyen-Orient (Liban, Syrie, Irak, Iran), et États-Unis, où il travaille pour les studios de la Metro-Goldwyn-Mayer en Californie, il se fixe en 1959 à Paris et commence à travailler face au modèle dans l’atelier. Il rend alors plusieurs visites à Alberto Giacometti.

En 1962, Theodore Schempp devient son marchand. Ses premières expositions chez Aimé Maeght sont très remarquées, en particulier par Chagall et Miró. Dès 1972, Raoul Ubac relève par ailleurs la singulière cohérence de son œuvre, « animée d’un étrange pouvoir travaillant par poussées successives à la reconstitution lente et progressive d’un corps unique » [3].

Dora Vallier parle de sa peinture de nus comme d’un art « post-abstrait »[4]. Le travail de l’eau-forte accompagne sa peinture depuis 1965.

Ami de nombreux écrivains, très lié notamment à André Frénaud et Jacques Dupin, Claude Garache a illustré plusieurs livres de poésie d’Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet ou Edmond Jabès.

ŒuvresModifier

  • Belle de tout le monde (173), 1961. Huile sur papier, marouflé sur toile, 76 × 56 cm. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington. Gift of Joseph H. Hirshhorn, 1966[5].
  • Le Nœud, 1964. Huile sur papier, marouflé sur toile, 97 × 73 cm. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington. Gift of Joseph H. Hirshhorn, 1966[5].
  • Sauve (543), 1975. Huile sur toile, 114 × 156 cm. Fonds national d'art contemporain.
  • Dos d'Argolette (595), 1980. Huile sur toile, 146 × 114 cm. Fonds régional d'art contemporain.
  • Tasque (575), 1981. Huile sur toile, 260 × 230 cm. Musée national d'art moderne, Paris.
  • Vou (620), 1986. Huile sur toile, 114 × 146 cm. Musée d'art moderne de la ville de Paris.

Expositions collectivesModifier

Expositions personnellesModifier

Collaborations cinématographiques principalesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Il me plaît que le rouge, ce rouge sans mélange, devienne la nacre d'une épaule, paraisse bleuir au bord d'un sein, et qu'une ombre s'accumule dans la masse opaque de la chevelure ou au secret du ventre. Que la couleur tourne en volume, que le volume fasse jouer la lumière. Que s'inscrive sur la toile une forme, avec sa pesanteur. En se donnant un seul tube de rouge, Garache n'en cherche pas moins à modeler ses chairs comme Rubens, avec des roses légers, des ombres violettes et des demi-teintes orangées : exigence gratuite, prétention impossible, et pourtant nul moyen de nier le résultat. Prouesse : mais qui, née d'une austérité volontaire, est le contraire de la virtuosité. » - Jacques Thuillier[20]
  • « La couleur qu'emploie Garache n'est-elle pas, bien que si proche en nuance du sang qui donne chair à la vie, chaleur et sens à la chair, ce qui, tout au contraire, par ses apports d'extériorité, de silence, peut le plus insidieusement, le plus dangereusement, en pervertir les aspects : la phrase devenant d'autant plus incompréhensible qu'elle a été presque préservée ? Couleur pour décolorer, unité pour décomposer, ôtant la chaleur au souffle, le regard aux yoeux, le rêve même au désir. Un "opérateur" métaphysique, disons, par quoi l'apparence, se retournant contre soi, se défait de nous. » - Yves Bonnefoy[21]
  • « Le rouge s'est imposé et ses différentes nuances suffisent à évoquer toutes les nuances de la lumière sur un corps. Nous nageons dans un système codé où il s'agit de rendre fidèlement toute la réalité avec des moyens prélevés dans la réalité donc nécessairement en nombre réduit. Établir une équivalence, jeter un pont, faire vibrer une harmonique, voilà ce dont il s'agit. Pour y parvenir, Garache s'est servi du rouge et le rouge l'a bien servi. » - Jean Frémon[22]
  • « La peinture de Garache est animée d'un étrange pouvoir, travaillant par poussées successives à la reconstitution lente et progressive d'un corps unique. En vue de quelle plénitude, de quelle réhabilitation glorieuse ? » - Raoul Ubac[23]

Collections publiquesModifier

Belgique

Canada

France

Suisse

Pays-Bas

États-Unis

Bibliophilie (volumes contenant des œuvres)Modifier

  • Pierre Lecuire, Le Livre des livres, deux eaux-fortes dans un ouvrage collectif, édition originale de 130 exemplaires, Paris, Pierre Lecuire éditeur, 1974.
  • Yves Bonnefoy, L'Ordalie, édition originale de 120 exemplaires avec six eaux-fortes en couleur, Paris, Maeght, 1975.
  • Derrière le Miroir, no 213, édition de luxe, 150 exemplaires, dix lithographies, textes de Yves Bonnefoy et Jacques Thuillier, Paris, Maeght, 1975.
  • Philippe Jaccottet, Placard Jaccottet-Garache, poème sur une estampe de Claude Garache, Paris, Maeght, 1975.
  • F.R.E.S.E.R.H., une lithographie dans un ouvrage collectif (Alechinsky, Folon, Garache, La Bourdonnaye, Saint-Phalle, Ubac), édition originale de 90 exemplaires, Bruxelles, Michel Vokaer éditeur, 1976.
  • Derrière le Miroir, no 222, édition de luxe, 150 exemplaires, dix lithographies, textes de John Jackson et Jean-Marie Benoist, Paris, Maeght, 1977.
  • Arguine, album de dix eaux-fortes et un colophon gravé, édition originale de 65 exemplaires et huit épreuves d'artiste, Pierre Bérès, Paris, éditions Hermann, 1980.
  • Suite rouge sur ingres rose foncé, album de sept lithographies, édition originale de 60 exemplaires, Paris, Maeght, 1980.
  • Derrière le Miroir, no 237, édition de luxe, 150 exemplaires, quatre lithographies texte de Alain Veinstein, Paris, Maeght, 1980.
  • Alain Veinstein, Ebauche du féminin, édition originale de 200 exemplaires avec huit lithographies, Paris, Maeght, 1981.
  • Suite vermillon sur ingres gris clair, album de huit lithographies, édition originale de 60 exemplaires, Paris, Maeght, 1981.
  • John E. Jackson, Une écharpe d'eau fraîche, avec une lithographie en frontispice, Le Muy, éditions Unes, 1988.
  • Edmond Jabès, Désir d'un commencement, Angoisse d'une seule fin, édition originale de 65 exemplaires avec une eau-forte rouge et deux eaux-fortes noires, Montpellier, Fata Morgana, 1991.
  • Italo Svevo, Une vie, traduit par Georges Piroué, préface de Mario Fusco, L'Etrangère, Gallimard, 1991 (un détail d'une huile sur toile, Epiairoue, a servi de couverture).
  • Philippe Denis, Notes lentes, édition originale de 55 exemplaires avec une eau-forte en couleur, en frontispice, Genève, La Dogana, 1996.
  • Yves Peyré, Prière pour les autres jours, avec une eau-forte et un poème manuscrit, sept exemplaires, Paris, Les auteurs, 1997.
  • Jean Starobinski, La Caresse et le fouet, André Chénier, édition originale de 80 exemplaires avec quatre eaux-fortes, trois de couleurs et une noire, Genève, Editart-D. Blanco, 1999.
  • Jean Starobinski, Si cette figure porte un nom, édition originale de 165 exemplaires avec une eau-forte et une phototypie, Genève, Editart-D. Blanco, 2003.
  • Philippe Jaccottet, Année, édition originale de 80 exemplaires avec quatre eaux-fortes, trois de couleurs et une noire, Meaux, Les éditions de la Revue Conférence, 2006.
  • Alda Merini, L'Autre vérité, avec une eau-forte en frontispice pour les 30 exemplaires de tête, Trocy-en-Multien, Les Éditions de la Revue Conférence, 2010.
  • Florian Rodari, A voix nues, édition originale de 80 exemplaires avec deux eaux-fortes et un bois gravé, Trocy-en-Multien, Les Éditions de la Revue Conférence, 2010.
  • Pierre-Alain Tâche, Le corps unique, édition originale de 125 exemplaires avec une eau-forte, Genève, Cercle des amis d'Editant, 2013.

BibliographieModifier

EntretiensModifier

Conférences sur Claude GaracheModifier

  • Yves Bonnefoy, at Wesleyan University, Wesleyan University, Middletown, CT, 31 octobre 1985.
  • Jacques-Louis Binet, École du Louvre, 10 janvier 2002.

LivresModifier

  • Gérard Xuriguera, Regard sur la peinture contemporaine, Arted, 1983.
  • Richard Stamelman, Claude Garache - Prints, 1965-1985, Wesleyan University, Middletown, 1985.
  • Jean Starobinski, Claude Garache, Flammarion, 1988.
  • Pierre Courtin, Claude Garache - Peintures, Éditions du Musée Saint-Roch, Issoudun, 1991.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  • Michael Edwards, Claude Garache - Paintings and Sanguine, Institut français de Londres, 1994.
  • Jacques Dupin, Garache, Dessins, Paris, Conférence et Adam Biro éditeurs, 1999.
  • Emmanuel Bénézit :
    • Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, vol. 5, Gründ, 1999.
    • Dictionnaire Bénézit, Oxford Press University, 2011[2].
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).
  • Garache face au modèle (textes de Raoul Ubac, Florian Rodari, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Roger Munier, Emmanuel Laugier, Alain Madeleine-Perdrillat, Jacques Dupin, Anne de Staël, Nicolas Pesquès, François Trémolières, Michael Edwards, Jean Starobinski, John E. Jackson, Pierre Alain Tâche), La Dogana, Genève, 2006.
  • Georges Duby et John E. Jackson, Garache - Peintures, éditions de l'École des beaux-arts de Nîmes, 2010 (lire en ligne).

EssaisModifier

  • Dora Vallier, « Claude Garache », Derrière le miroir, Paris, Maeght, no 150, 1965
  • Yves Bonnefoy, « Dans la couleur de Claude Garache », Garache, février-mars 1974, catalogue d'exposition, Saint Paul de Vence, Fondation Maeght, 1974. Repris dans Yves Bonnefoy, Le Nuage rouge. Essais sur la poétique, Paris, Mercure de France, 1977 (lire en ligne).
  • Jacques Thuillier, « Notes brèves sur Claude Garache », Derrière le miroir, Paris, Maeght, n 213, mars 1975.
  • Piero Bigongiari, « Arriva Nuvola Rossa : il pittore Claude Garache », L'Approdo Letterario, éditions della RAI, no 77-78, XXIII, juin 1977.
  • Marc Le Bot, « Claude Garache », revue Arts, n°319, 16 février 1980.
  • Alain Veinstein, « Archéologie de la mère », Derrière le miroir, Paris, Maeght, no 237, janvier 1980. Repris dans Ébauche du féminin, Paris, Maeght, 1981.
  • Jean Frémon, « Une version du réel, Garache », novembre 1983-janvier 1984, catalogue d'exposition, Marseille, Musée Grobet-Labadié, 1983.
  • Marc Fumaroli, « Depuis longtemps, Vénus… » Repères. Cahiers d'art contemporain, Paris, galerie Lelong, no 50, 1988.
  • Andrew Weiner, « Claude Garache », Spaightwood Newsletter, Madison, Wisconsin, 15 novembre 1991.
  • Georges Duby, Garache, juillet-août 1992, catalogue d'exposition, Orange, Musée d'Orange, 1992.
  • Anja Pearre, La présence de l'image - Yves Bonnefoy face à neuf artistes plastiques, Éditions Rodopi B.V., Amsterdam, 1995.
  • Anne de Staël, Yvie et Sauve, Garache face au modèle, Genève, La Dogana, 2006.
  • Jean-Claude Mathieu, « Le toucher des mots et la vie des gestes », revue Littérature, n°161, 2011 (lire en ligne).
  • Amaury Nauroy, Vie secrète (Cl. Garache), Lausanne, rbl, no 2, 2015.

RadiophonieModifier

  • Irène Omélianenko, Inès de Bruyn et Yaël Mandelbaum, « Claude Garache », émission L'atelier de la création, France Culture, 29 mars 2012[34].

FilmsModifier

RéférencesModifier

  1. "Pour en revenir à la peinture, instinctivement, Degas et Monet exercèrent sur moi un grand attrait quand j'étais tout jeune. Puis, avec l'éducation, ce sont Cézanne et, en plus contemporains, Matisse, Mondrian, et bien d'autres, qui comptèrent pour moi." Dans Florian Rodari, Marie Du Bouchet, Alain Madeleine-Perdrillat, Entretiens avec Claude Garache, Hazan, 2010, page 13.
  2. a et b (en) « GARACHE, Claude (born 1930), Painter, engraver, illustrator », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 3 avril 2015).
  3. [1]
  4. Dora Vallier, « Claude Garache », Derrière le miroir, Maeght, Paris, no 150, 1965, p. 18-23.
  5. a b et c Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Claude Garache dans les collections
  6. Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  7. Musée national de Port-Royal des Champs, La vérité des images, présentation de l'exposition, 2010
  8. Bruno Bronchain, Exposition "Corps à corps" à Montigny-lès-Metz - Visite avec Monique Sary, reportage, 2011 (source : Dailymotion ; durée : 28'24"
  9. Germain Pire, Soixante-douzième exposition des peintres-graveurs, présentation de l'exposition, 2018
  10. Serge Hartmann, « Claude Garache face au modèle », Dernières nouvelles d'Alsace, 13 juin 2010
  11. École supérieure des beaux-arts de Nîmes, Garache - Peintures, dossier de presse, avril-mai 2010
  12. Stéphane Cerri, « Exposition Claude Garache : des corps bicolores et sensuels », Midi-Libre, 5 mai 2010
  13. Claude Garache expose à Nîmes, reportage (source : YouTube ; durée : 1'23")
  14. « Rencontre avec Claude Garache au musée Granet d'Aix-en-Provence », revue Conférence, octobre 2010
  15. Jacques-Louis Binet, correspondant de l'Académie des beaux-arts, « Les nus rouges de Garache au Musée d'art moderne de la ville de Paris », Canal Académie, 17 mai 2012
  16. « Dans la couleur de Garache », Paris Art, 2012
  17. Alain Madeleine-Perdrillat, « Claude Garache au musée d'art moderne de la ville de Paris », galerie Alain Paire, mai 2012
  18. Claude Lorient, « Les nus vermillon de Garache », La Libre Belgique, 11 avril 2012
  19. Gilles Kraemer, « Dans la couleur de Garache », L'Agora des arts, 2 avril 2012
  20. Jacques Thuillier, « Notes brèves sur Claude Garache », Derrière le miroir, Maeght, Paris, no 213, mars 1975, p. 15-24.
  21. Yves Bonnefoy, Le Nuage rouge - Essais sur la poétique, Mercure de France, 1977, p. 311-326.
  22. Jean Frémon, Garache, musée Grobet-Labadié, Marseille, 1983.
  23. Raoul Ubac, Garache face au modèle, La Dogana, Genève, 2006.
  24. Centre de la gravure et de l'image imprimée, Claude Garache dans les collections
  25. Fondation Jean et Suzanne Planque, Claude Garache dans les collections
  26. Wukali, À Aix-en-Provence, la collection Planque s'enrichit
  27. Musée d'art moderne de la ville de Paris, "Yvie et Sauve" de Claude Garache
  28. Musée national d'art moderne, Claude Garache dans les collections
  29. Musée des arts décoratifs, Claude Garache dans les collections
  30. Sarah Belmont, « Il y a même un musée à Roland Garros », Mes mots d'expos, 1er juin 2014
  31. Musée de l'abbaye, Claude Garache dans les collections
  32. Fondation Maeght, Claude Garache dans les collections
  33. Art Institue of Chicago, Claude Garache dans les collections
  34. Marie du Bouchet et Gaël Gillon, « Claude Garache », France-Culture, 29 mars 2012

Liens externesModifier