Michael Edwards (poète)

Michael Edwards, né à Barnes, près de Londres et de la Tamise, le , est un poète, critique littéraire, traducteur et professeur franco-britannique.

Michael Edwards
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Fauteuil 31 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
BarnesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Christ's College
Kingston Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée

Il est membre de l'Académie française depuis 2013[1].

Insigne de Knight Bachelor.

BiographieModifier

Michael Edwards fait ses études dans une grammar school fondée par Élisabeth Ire et à l'université de Cambridge, où il publie ses premiers poèmes et ses premiers articles. Après une thèse sur Jean Racine et quatre années passées en France (1961-1965), il enseigne le français, l'anglais et la littérature comparée à l'Université de Warwick jusqu'en 2002, il est professeur au Collège de France à la chaire d'Étude de la création littéraire en langue anglaise[2].

Il est anobli par la Reine Elizabeth II en 2014, avec le titre de Sir Michael Edwards[3].

Ses livres, sur la littérature, d'Homère à aujourd'hui, la peinture, la musique, le langage, la Bible, et sur certains thèmes philosophiques, cherchent à développer une nouvelle vision chrétienne de la vie et de la culture. Il s'interroge également sur les rapports entre les langues, et sur les représentations du monde dont elles sont porteuses.

Bénéficiant des deux nationalités et bilingue, il utilise dans son œuvre poétique le français et l'anglais, parfois les deux dans le cadre d'un même ouvrage (par exemple dans Rivage mobile)[4].

Il est candidat à la succession de Bertrand Poirot-Delpech à l'Académie française mais n'obtient que huit voix lors de l'élection (blanche) du . Il se représente sans succès le au fauteuil 40, vacant suite au décès de Pierre-Jean Rémy ; il obtient cette fois le plus grand nombre de voix[5] (onze), sans éviter une nouvelle élection blanche. Il présente une nouvelle candidature le au fauteuil de Jean Dutourd[6] ; il y est élu, devenant ainsi le premier Immortel d'origine britannique. Il est reçu sous la Coupole le par Frédéric Vitoux[7]. Il prononce le Discours sur la vertu en 2015 ; il est délégué à la séance de rentrée des Cinq Académies du ("Le sommeil de Neptune").

Sur son épée d'académicien est gravée une expression de Spinoza, « Agir bien et être joyeux ».

En tant que poète chrétien, Edwards voit dans l'art une entre-vision de la nouvelle terre que promet la Bible à la fin des temps. Pour lui, le christianisme donne la clef de ce que pressentent tant de poètes non chrétiens, cette perception d'un autre dimension dans le réel[8].

DécorationsModifier

ŒuvresModifier

  • La Tragédie racinienne, Paris, La Pensée universelle, 1972
  • To Kindle the Starling, Solihull, Aquila, 1972
  • Eliot/Language, Portree, Aquila, 1975
  • Where, Breakish, Aquila, 1975
  • The Ballad of Mobb Conroy, Portree, Aquila, 1977
  • Towards a Christian Poetics, Londres, Macmillan, 1984
  • The Magic, Unquiet Body, Portree, Aquila, 1985
  • Poetry and Possibility, Londres, Macmillan, 1988
  • Of Making Many Books, Londres, Macmillan, 1990
  • Raymond Mason, Londres et New York, Thames & Hudson; Paris, Cercle d'Art, 1994
  • Éloge de l'attente, Paris, Belin, 1996
  • De Poetica Christiana, Budapest, Hermeuneutikai Kutatokozpont, 1997
  • Beckett ou Le Don des langues, Montpellier, Espaces 34, 1998
  • Leçons de poésie, Paris, Presses universitaires de France, 2001
  • Sur un vers d'"Hamlet", Leçon inaugurale de la Chaire européenne, Paris, Collège de France, 2001
  • Ombres de lune : réflexions sur la création littéraire, Montpellier, Espaces 34, 2001
  • Un monde même et autre, Paris, Desclée de Brouwer, 2002
  • Rivage mobile, Orbey, Arfuyen, 2003
  • Terre de poésie, Montpellier, Espaces 34, 2003
  • Shakespeare et la Comédie de l'émerveillement, Paris, Desclée de Brouwer, 2003
  • Étude de la création littéraire en langue anglaise, "Leçons inaugurales du Collège de France", Paris, Collège de France/Fayard, 2004
  • Racine et Shakespeare, Paris, Presses universitaires de France, 2004
  • Shakespeare et l'œuvre de la tragédie, Paris, Belin, 2005
  • Le Génie de la poésie anglaise, Paris, Le Livre de poche, 2006; Les Belles Lettres, 2014
  • Coéditeur, co-traducteur, Edgar Allan Poe, Histoires, Essais, Poèmes, Paris, Le Livre de Poche, "La Pochothèque", 2006
  • De l'émerveillement, Paris, Fayard, 2008
  • À la racine du feu/At the Root of Fire, Choix de poèmes, édition bilingue, Paris, Caractères, coll. Planètes, 2009
  • Shakespeare : le poète au théâtre, Paris, Fayard, 2009
  • L'Étrangèreté, CD, Paris, Gallimard, "à voix haute", 2010
  • Trilogie (piécette). Théâtre et poésie, Paris, TNP/Cheyne Éditeur, 2010
  • Le Bonheur d'être ici, Paris, Fayard, 2011
  • Le Rire de Molière, Paris, De Fallois, 2012
  • Paris aubaine, Clichy, Éditions de Corlevour, 2012
  • Discours de réception à l'Académie française, Paris, De Fallois, 2015
  • Bible et poésie, Paris, De Fallois, 2016
  • L'Infiniment proche, Clichy, Éditions de Corlevour, 2016
  • Dialogues singuliers sur la langue française, Paris, Presses universitaires de France, 2016
  • Molière et Shakespeare, Paris, Anne Rideau Editions, 2016
  • At the Brasserie Lipp, Manchester, Carcanet, 2019
  • Pour un christianisme intempestif, Paris, De Fallois, 2020

Notes et référencesModifier

  1. « Michaël Edwards », sur babelio.com
  2. « Michael Edwards », sur college-de-france.fr
  3. « Le premier Immortel anglais reçu jeudi à l'Académie française », sur LExpress.fr, (consulté le 12 juillet 2020)
  4. Edouard Launet, « Michael Edwards, l'émerveillé », Libération, (consulté le 23 mars 2015).
  5. PPDA ne sera pas immortel
  6. « élection au fauteuil de M. Jean Dutourd », sur Académie française
  7. « Réponse au discours de réception de M. Michael Edwards | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 6 juin 2018)
  8. lefigaro.fr, « Bible et poésie, de Michael Edwards : le fou du Roi », sur Le Figaro (consulté le 4 mars 2016)

Voir aussiModifier

Vidéographie, audiographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :