Ouvrir le menu principal

École supérieure des beaux-arts de Nîmes

école à Nîmes (Gard)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École des beaux-arts.
École des beaux-arts de Nîmes
30NimesGdeRue10MeyerCh3Tr.JPG
L'École supérieure des beaux-arts de Nîmes
Cadre
Sigle
ESBANVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Directrice générale
Christelle Kirchstetter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Commune
Site web
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

L'École supérieure des beaux-arts, ou Hôtel Rivet, est un édifice civil de la ville de Nîmes, dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Il est inscrit monument historique depuis 1988 et classé depuis 2005 [1].

Sommaire

LocalisationModifier

L'édifice est situé 10 Grande-Rue.

HistoriqueModifier

En 1786, l'Hôtel Rivet est construit pour David Rivet, négociant en soieries et armateur à Cadix, désireux de se retirer dans sa ville natale. La construction est attribuée à Jean-Arnaud Raymond, architecte du roi ayant conçu l'Arc de triomphe de Paris. Plus tard, l'édifice accueille un hôpital. En 1822, il est remanié par l'architecte Durand pour abriter la préfecture : mise en place d'une galerie couverte, etc. En 1857, il devient le couvent des dames de la Miséricorde puis une école primaire de jeunes filles.

C'est en 1985 que l'École supérieure des beaux-arts de Nîmes (créée en 1820 comme « école de dessin » avec Jean Vignaud à sa tête) s'y installe. Deux ans plus tard, l'extérieur est rénové par Ariel Balmassiere et l'intérieur par Jean-Michel Wilmotte.

DirecteursModifier

Les directeurs de l'école sont successivement Alain Clément (1985), Nadine Descendre (1990), René Denizot (1999), Dominique Gutherz (2002), puis Christelle Kirchstetter (2013).

ArchitectureModifier

Les façades très régulières et monumentales et les deux ailes formant un U ainsi que le reste de l'édifice sont de style néo-classique palladianisant (atrium, éclairage zénithal). L'entrée, dont le sol est une œuvre de l’artiste Bernard Pagès, est entourée de colonnes toscanes. L'escalier d'honneur a une rampe en fer forgé inspirée de celle de l'École militaire de Paris[2]. Au sud du bâtiment se trouve une grande cour.

Anciens étudiantsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Notice no PA00103100, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le Guide du Patrimoine : Languedoc-Roussillon, Hachette Tourisme, page 411

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Étienne Marie, 2009. Nîmes. Equinoxe Impressions du Sud ed., 144 p., p. 111.
  • Guides bleus, 1988. Languedoc-Roussillon. Hachette ed., 1 vol., 688 p., p. 508.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier