Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

FormationModifier

Fils de Maurice Feidt, fonctionnaire, et de Geneviève Niez. Élève au lycée du Puy, puis à la Faculté catholique de Lyon, il est licencié en théologie. Il est ordonné prêtre le pour le diocèse du Puy.

Principaux ministèresModifier

De 1963 à 1972, il est aumônier de lycée au Puy ; il est professeur de théologie au Grand Séminaire du Puy de 1966 à 1980, et vicaire épiscopal de 1972 à 1980.

Nommé évêque auxiliaire de Chambéry, le , il est consacré le . Il devient archevêque coadjuteur de Chambéry en 1985, archevêque de Chambéry, évêque de Maurienne et de Tarentaise, de 1985 à 1999, et enfin archevêque d'Aix-en-Provence, Arles et Embrun en 1999. Le , le pape Benoît XVI lui donne un archevêque coadjuteur en la personne de Christophe Dufour, jusqu'alors évêque de Limoges.

Il se retire le [1]. Christophe Dufour lui succède.

Au sein de la Conférence des évêques de France, Claude Feidt a été président de la Commission internationale francophone pour les traductions et la liturgie.

Prise de positionModifier

Rôle dans l’affaire de pédophilie du vicaire Pierre Dufour à Saint-Jean-de-MaurienneModifier

En 1993, il est averti des actes de pédophilie du prêtre Dufour par les parents d'une de ses victimes. Claude Feidt ne croyant pas à ces accusations ne fera rien, deux ans plus tard il nomme Pierre Dufour vicaire épiscopal. Ce dernier sera condamné en 2006 à 15 ans de prison pour « viols et agressions sexuelles » sur au moins une dizaine de victimes[2],[3].

Procès de béatification de Jean-Paul IIModifier

En mars 2007, Claude Feidt a rendu public le témoignage d'une religieuse de la congrégation des Petites Sœurs des Maternités catholiques, sœur Marie Simon-Pierre, qui aurait été guérie miraculeusement de la maladie de Parkinson en juin 2005 par l'intercession de Jean-Paul II alors qu'elle travaillait à la maternité de Puyricard. Après avoir été instruits au niveau diocésain, les différents éléments ont été envoyés à Rome à la Congrégation pour les causes des saints[4],[5].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier