Ouvrir le menu principal

Claude Charles de Rouvroy de Saint-Simon

prélat catholique, évêque de Metz
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Rouvroy de Saint-Simon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claude de Saint-Simon.

Claude Charles
de Rouvroy
de Saint-Simon
Image illustrative de l’article Claude Charles de Rouvroy de Saint-Simon
Claude de Saint-Simon
par Hyacinthe Rigaud, vers 1733
Biographie
Naissance
Paris
Ordination sacerdotale
Décès (à 64 ans)
Metz
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
93e évêque de Metz
[1]
Évêque-comte de Noyon et pair de France
(« Claude II »)
[2]
80e abbé de Jumièges (abbé commendataire)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Claude Charles de Rouvroy de Saint-Simon, né à Paris le et mort à Metz le , est un prélat français, évêque de Noyon, puis de Metz. Il ne doit pas être confondu avec son frère Claude (1694-1768), bailli de l'ordre de Malte[3]. Tous deux sont de lointains parents du mémorialiste Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, qui devient leur protecteur.

BiographieModifier

Claude Charles naît à Paris le [4], sixième enfant d'Eustache-Titus de Rouvroy de Saint-Simon (1654-1712) et de Claire-Eugénie d'Auterive[5] (morte en 1725). Claude Charles est baron de Jouy-Trouville[4], seigneur et patron de Quillebeuf et de Falvy-sur-Somme[5]. Il est issu de la branche aînée de la maison de Rouvroy de Saint-Simon. Par Mathieu II de Rouvroy, dit « le Borgne » (tué à Azincourt en 1415[6]), il est parent du mémorialiste Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon[7], de vingt ans son aîné. Destiné à la vie ecclésiastique[4], Claude Charles reçoit la tonsure à quatorze ans, le [5]. À la mort d'Eustache-Titus en 1712, le duc de Saint-Simon prend la fratrie sous sa protection[8].

Abbé de JumiègesModifier

Le [9], à la demande du duc, membre du conseil du Régence et surtout ami du Régent[10], Claude Charles est nommé, à l'âge de 20 ans, 80e abbé de Jumièges[11]abbaye vacante depuis 1695, et demeurée en économat[5]. Les revenus sont de 23 000 livres[4]. Le pape Clément XI confirme la nomination le . Claude Charles prend possession de l'abbaye par procureur le [9]. Dès lors, il ne s'applique plus, selon l'abbé Julien Loth, qu'« à s'enrichir des biens de Jumièges[12] ». De 1723 à 1726, il va être en procès avec ses religieux[13].

D'octobre 1721 à avril 1722, il accompagne le duc de Saint-Simon dans son ambassade extraordinaire en Espagne[14]. En , à Villalmanzo, le duc est frappé de la petite vérole, et doit rester isolé. Pendant six semaines, il est remplacé par l'abbé de Saint-Simon, qui entretient une correspondance avec le cardinal Dubois, avec le président du conseil des Affaires étrangères espagnol Grimaldo, avec le conseiller Sartine et avec d'autres encore[15].

Évêque-comte de NoyonModifier

Le [16],[17], l'abbé de Saint-Simon est nommé évêque-comte de Noyon. L'évêché est en effet assorti d'un comté et d'une pairie de France. Le sacre a lieu le . Le nouveau pair prête serment le , et prend séance au parlement de Paris[5]. La même année, il fait condamner aux galères deux paysans ayant braconné. Il tient à les voir enchaînés[18].

Évêque de MetzModifier

Le , il est transféré à l'évêché de Metz[19]. Il ne prend possession de ce prestigieux et lucratif siège épiscopal que le [20]. Les évêques de Metz, Toul et Verdun sont, depuis le traité de Münster (octobre 1648), « effacés de la matricule de l'Empire ». Malgré cela, Saint-Simon prétend au titre d'altesse et aux droits régaliens de prince du Saint-Empire romain germanique[21]. En 1737, il entre en conflit avec le parlement municipal. Par arrêt, celui-ci lui interdit de prendre la qualité de prince de Metz[4].

 
Le grand séminaire de Metz.

En 1744, la France est en guerre contre l'Autriche (guerre de Succession d'Autriche). Le roi Louis XV s'arrête à Metz pour inspecter les troupes et les fortifications. Saint-Simon l'accueille dans sa cathédrale[22].

À partir de 1743[4], conformément aux décrets du concile de Trente, l'évêque fait bâtir le séminaire de Metz[23], qu'il dédie à saint Simon et à sainte Anne. Pour en assurer les frais de fonctionnement, il ferme plusieurs chapitres, en dépit de bien des oppositions. Il se heurte notamment au gouverneur Fouquet de Belle-Isle lorsqu'il veut supprimer le chapitre de la collégiale Saint-Thiébaut de Thann. Il échoue dans sa tentative[4].

Il introduit à Metz les frères des écoles de charité[24]. Il prend comme grand vicaire son parent, Charles-François de Rouvroy de Saint Simon, qui va devenir évêque d'Agde[25]. Son cousin et père adoptif le duc de Saint-Simon meurt en 1755. Il lui lègue par testament l'ensemble de ses manuscrits, y compris les fameux Mémoires. L'évêque n'arrive pas à en prendre possession, en raison de l'opposition des créanciers du duc et de l'inquiétude du pouvoir quant à leur contenu[26].

Il meurt à Metz le [27], à l'âge de 64 ans. « D'après les documents conservés, remarque Yves Coirault, il ne semble pas qu'un tel prélat ait eu d'autres mérites que celui de sa maison[28]. »

IconographieModifier

Son principal portrait connu est peint par Hyacinthe Rigaud vers 1733, date à laquelle il est nommé évêque de Metz[5]. La toile est acquise par Louis-Joseph Jay à Paris en 1799[n 1]. Elle entre au musée de Grenoble en 1800[29].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Tableaux achetés du citoyen Sallé, peintre à Paris, numéros 53 et 54 : « Deux portraits de Rigaud. Le plus grand peintre de ce genre parmi les maîtres de l’école française. » A.D.I., 13T2/1, mémoire no 2.

RéférencesModifier

  1. Confirmé le .
  2. Confirmé le .
  3. Claire-Éliane Engel, « Les aventures d'un cousin de Saint-Simon », sur persee.fr, dans Dix-huitième Siècle, 1971, no 3, p. 95-105.
  4. a b c d e f et g J. Lamoureux, dans Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Delagrave, s. d., t. XXXVII, p. 432.
  5. a b c d e et f Stéphan Perreau, « Hyacinthe Rigaud le peintre des rois », sur hyacinthe-rigaud.over-blog.com, 10 novembre 2012.
  6. Georges Poisson, « Saint-Simon et le bailli Claude. Chronologie de leurs rapports », sur persee.fr, Cahiers Saint-Simon, no 2, 1974, p. 11.
  7. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur. Claude de Saint-Simon, évêque et prince du Saint-Empire », sur persee.fr, Dix-huitième Siècle, no 1, p. 31, note 2.
  8. Georges Poisson, article cité, p. 12.
  9. a et b Julien Loth, Histoire de l'abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges, sur gallica.bnf.fr, Rouen, Métérie, 1885, t. III, p. 201.
  10. Claire-Éliane Engel, article cité, p. 98.
  11. Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1985, t. V, p. 683 et 684.
  12. Julien Loth, op. cit., p. 202.
  13. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 31, note 4.
  14. Saint-Simon, op. cit., 1987, t. VII, p. 848.
  15. Sur la correspondance de cette période, voir Yves Coirault, dans Saint-Simon, op. cit., 1988, t. VIII, p. 90, note 4.
  16. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 32, note 2.
  17. Georges Poisson, article cité, p. 15.
  18. Yves Coirault, dans Saint-Simon, op. cit., 1987, t. VII, p. 848, note 8.
  19. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 34, note 1.
  20. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 36 et 37.
  21. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 41, note 5, et p. 42, note 1.
  22. Michel Marchand, d'après Pierre Brasme, « Louis XV à Metz par Pierre Brasme », sur wordpress.com. — À Metz, le roi va tomber gravement malade.
  23. Le séminaire de Metz a été fondé en 1661. Saint-Simon lui offre de nouveaux murs. « Le grand séminaire de Lorraine », sur metz.catholique.fr.
  24. J. Lamoureux, op. cit., p. 432 et 433.
  25. J. Lamoureux, op. cit., p. 433.
  26. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 43, note 3.
  27. Georges Poisson, article cité, p. 17.
  28. Yves Coirault, « Un prélat d'après un seigneur », article cité, p. 44.
  29. « Rouvroy de Saint-Simon, Claude de », sur hyacinthe-rigaud.com.

Voir aussiModifier