Claude Abbes

footballeur français

Claude Abbes
Image illustrative de l’article Claude Abbes
Claude Abbes avec l'équipe de France 1958
Biographie
Nom Claude Jean Jules César Abbes
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Faugères, Hérault
Décès (à 80 ans)
Lieu Paris 15e
Taille 1,80 m (5 11)
Poste Gardien de but
Parcours junior
Années Club
?-? Drapeau : France Bédarieux
?-? Drapeau : France Labastide-Rouairoux
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1950-1952Drapeau : France AS Béziers 075 (0)
1952-1962Drapeau : France AS Saint-Étienne 296 (0)
1960 Drapeau : France Olympique lyonnais 001 (0)
1950-1962Total 372 (0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1954-1958 Drapeau : France France 009 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Claude Abbes, né le à Faugères, au hameau de La Caumette, et mort le à Paris (15e arrondissement)[1], est un footballeur français. Il joue au poste de gardien de but du début des années 1950 au début des années 1960. Après avoir débuté en division 2 à l'AS Béziers, il réalise toute sa carrière à l'AS Saint-Étienne avec qui il remporte le championnat de France en 1957 et la coupe de France en 1962.

En équipe de France, il est sélectionné à neuf reprises et participe à deux Coupes du monde en 1954 et en 1958 où la France termine troisième.

BiographieModifier

Claude Abbes est un fils d'agriculteur[2] d'origine espagnole[3], il découvre le football et le poste de gardien de but dans les clubs amateurs de Bédarieux puis de Labastide-Rouairoux dans le Tarn Repéré par le club professionnel de l'AS Béziers, il débute en division 2 en 1950 à l'âge de 23 ans[4].

En décembre 1952, l'AS Saint-Étienne en grande difficulté en championnat, dernier à la fin des matchs allers, cherche à recruter un nouveau gardien pour remplacer Jacques Ferrière et Michel Jacquin. Pierre Garonnaire contacte alors Claude Abbes qui débute le 28 décembre 1952 à Reims face aux stadistes dans le cadre de la 18e journée du championnat[5]. Avec son nouveau gardien, les Verts ne s'inclinent que quatre fois lors de matchs retour[5] et terminent 11e. L'année suivante, l'AS Saint-Étienne termine 5e du championnat. Jean Snella prônant un jeu offensif, Claude Abbes devient un gardien n'hésitant pas à sortir dans les pieds des adversaires, il est de plus très sur dans ses sorties aériennes[5].

Les performances de Claude Abbes le font appeler en équipe de France et il est sélectionné pour la coupe du monde 1954 qui se déroule en Suisse[6]. Remplaçant de François Remetter, il n'entre pas en jeu lors de cette compétition.

Il remporte son premier trophée avec les Stéphanois en 1955 dans le cadre de la coupe Charles Drago. Le club s'impose 2-0 face à l'UA Sedan-Torcy. Après une 4e place en championnat en 1956, les Verts remportent pour la première fois de leur histoire le championnat en 1957. Les Stéphanois restent invaincus lors des douze premières journées du championnat et terminent avec la meilleure attaque et la deuxième défense. « Rachid Mekloufi et Kees Rijvers y étaient pour beaucoup. Rachid, dès qu’il touchait le ballon, il accélérait le jeu. Kees, lui, c’était le maître d’orchestre. Jean Snella avait réussi l’amalgame entre les «vieux», un peu plus roublard comme moi, Bill Domingo, François Wicart et les jeunes comme les frères Tylinski, Peyroche, Ferrier, Goujon ou Oleksiak qui avaient été champions de France amateurs la saison précédente » déclare Claude Abbes en 2002[2]. Il remporte en fin de saison le trophée des champions en battant le vainqueur de la coupe de France, le Toulouse 2-1[7].

La saison suivante, Claude Abbes est sélectionné pour la première fois comme titulaire de l'équipe de France, le , face à la Belgique, dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde 1958. Les deux équipes se séparent sur un match nul (0-0)[8] qui qualifie la France pour la compétition[5]. Un mois plus tard, il connaît sa deuxième sélection à Wembley contre l'Angleterre, le match se conclut sur une lourde défaite 4-0. En championnat, l'AS Saint-Étienne termine 7e, les départs conjugués de Mekloufi, Rijvers et Njo Léa ne permettant pas de jouer le titre.

Claude Abbes fait partie du groupe sélectionné pour la coupe du monde 1958 en Suède. Il apprend à Kopparberg, lieu de résidence des Français, la victoire de ses coéquipiers stéphanois en coupe Drago face à l'OGC Nice 2-1. Remplaçant de François Remetter en début de la compétition, il devient titulaire du poste après la défaite des Français contre la Yougoslavie (2-3) lors du deuxième match. Il parvient avec ses coéquipiers en demi-finale de la compétition où il s'incline face au Brésil de Pelé (2-5) puis remporte la troisième place face à la RFA (6-3)[9]. Après la coupe du monde, il perd sa place de titulaire au profil de Dominique Colonna et ne porte le maillot bleu qu'à deux autres occasions en fin d'année 1958.

En 1960, toujours sous contrat à Saint-Étienne, il vient renforcer, pour un match de coupe des villes de foires, le voisin lyonnais mais blessé il ne joue que la première mi-temps contre le Cologne XI. De retour à Saint-Étienne, il est finaliste de la coupe de France en 1960 face à l'AS Monaco. Les Stéphanois s'inclinent 4-2 en prolongation après avoir mené 2-1 jusqu'à la 88e minute[10].

L'année suivante, le club connait la relégation mais en fin de saison, Claude Abbes et ses coéquipiers remportent la coupe de France en battant le FC Nancy (1-0). Il n'encaisse qu'un seul but lors des six matchs de cette compétition[11]. Cette victoire est fêtée par 30 000 personnes au retour à Saint-Étienne[12]. Il dispute son dernier match sous le maillot vert le 29 mai 1962 lors du trophée des champions, les Stéphanois s'imposent 4-3 face au Stade de Reims[13] et Claude Abbes quitte le club sur ce dernier trophée après 10 ans passés au club.

Il s'engage alors avec l'UMS Montélimar comme entraîneur-joueur en Championnat de France de football amateur, poste qu'il occupe de 1962 à 1967 puis devient de 1967 à 1970, directeur technique de ce club. Il termine en parallèle ses études d'ingénieur et rejoint le CEA de Pierrelatte[5]. Il est, dans ce cadre, à l'origine de la création d'un joint étanche servant dans les navettes spatiales[14].

À sa retraite, il retourne à Saint-Étienne et occupe un poste au conseil d'administration dirigé par Roger Rocher. Lorsque celui-ci démissionne suite la révélation de l'affaire de la caisse noire, Claude Abbes démissionne également[5]. Il rejoint alors une de ces filles en région parisienne, il meurt le 11 avril 2008.

PalmarèsModifier

En clubModifier

En Équipe de FranceModifier

StatistiquesModifier

En clubModifier

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Claude Abbes durant sa carrière de joueur professionnel[15].

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Coupe d'Europe Sélection
Division Matchs Buts Matchs Buts Type Matchs Buts Matchs Buts
1950 - 1951 AS Béziers   France Division 2 26 - ? ? - - - - -
1951 - 1952 AS Béziers   France Division 2 32 - ? ? - - - - -
juil.-déc.→
1952 - 1953
AS Béziers   France Division 2 17 - ? ? - - - - -
déc.--juin→
1952 - 1953
AS Saint-Étienne   France Division 1 17 - ? ? - - - - -
1953 - 1954 AS Saint-Étienne   France Division 1 24 - 1 0 - - - - -
1954 - 1955 AS Saint-Étienne   France Division 1 24 - 6 - - - - - -
1955 - 1956 AS Saint-Étienne   France Division 1 28 - 4 - - - - 5 3
1956 - 1957 AS Saint-Étienne   France Division 1 34 - 3 - - - - - -
1957 - 1958 AS Saint-Étienne   France Division 1 26 - 5 - C1 2 - 7 0
1958 - 1959 AS Saint-Étienne   France Division 1 28 - 3 - - - - 2 0
1959 - 1960 AS Saint-Étienne   France Division 1 25 - 5 - - - - - -
1960 - 1961 AS Saint-Étienne   France Division 1 23 - 2 - - - - - -
12 oct.-12 oct.→
1960
Olympique lyonnais   France Division 1 - - - - C3 1 - - -
1961 - 1962 AS Saint-Étienne   France Division 1 30 - 6 - - - - - -
Total 334 - 35 - - 3 - 9 -

RéférencesModifier

Liens externesModifier