Chute de Babylone de 539 av. J.-C.

fin de l'empire néo-babylonien

La Chute de Babylone marque la fin de l'empire néo-babylonien après sa conquête par l'empire achéménide en 539 avant notre ère.

Nabonide (Nabû-na'id, 556-539 av. J.-C.) monta sur le trône en 556 av. J.-C., après avoir renversé le jeune roi Labashi-Marduk. Pendant de longues périodes, il a confié le règne à son fils, prince et corégent Balthazar, qui était un bon militaire, mais un piètre homme politique. Ce qui le laissa quelque peu impopulaire auprès de plusieurs de ses sujets, en particulier les classes sacerdotales et militaire[1]. À l'est, l'Empire achéménide se renforçait. En 539 av. J.-C., Cyrus le Grand envahit la Babylonie, la transformant en une satrapie de l'empire achéménide. Cyrus prétendit alors être le successeur légitime des anciens rois babyloniens et devint populaire à Babylone même, contrairement à Nabonide[2],[3].

ConditionsModifier

Un certain nombre de facteurs sont apparus qui ont finalement conduit à la chute de Babylone. La population de Babylone est démoralisée et de plus en plus mécontente sous Nabonide[4] qui a supprimé le culte de Marduk[5] et à la place a promu le culte du dieu-lune Sin[6],[7]. Il a exacerbé un fort sentiment contre lui-même en tentant de centraliser la religion dans le temple de Marduk à Babylone, et s'est ainsi mis à dos les prêtres locaux. Le parti militaire le méprisait également à cause de ses goûts pour l'antiquité. Il semblait avoir laissé la défense de son royaume à Balthazar (un soldat compétent mais mauvais diplomate qui s'est coupé l'élite politique), tout en s'occupant de travaux plus agréables, comme l’excavation des registres des fondations des temples et la détermination des dates de leurs constructions. Il a également passé du temps en dehors de la Babylonie, reconstruisant des temples dans la ville assyrienne de Harran, et aussi parmi ses sujets arabes dans les déserts au sud de la Mésopotamie. L'héritage assyrien de Nabonide et de Balthazar est un facteur qui fut également susceptible d'avoir augmenté ce ressentiment. En outre, la puissance militaire mésopotamienne avait généralement été concentrée dans l’état martial de l’Assyrie. La Babylonie avait toujours été plus vulnérable à la conquête et à l'invasion que son voisin du nord, et sans la puissance de l'Assyrie pour contrôler les puissances étrangères, la Babylonie était finalement vulnérable.

Les préparatifsModifier

C'est dans la sixième année de Nabonide (550/549 av.J.-C.)[8],[9] que Cyrus le Grand, le roi perse achéménide d'Anshan à Elam, se révolte contre son suzerain Astyage, roi des Manda ou Mèdes, à Ecbatane[10]. Astyage est trahi par son armée et Cyrus s'établit à Ecbatane, mettant ainsi fin au gigantesque Empire Mède et faisant de la faction perse dominante un des peuples iraniens. Trois ans plus tard, Cyrus était devenu roi de toute la Perse. Il s'est engagé dans une campagne pour réprimer une révolte parmi les Assyriens. Pendant ce temps, Nabonide s'était installé dans l'oasis de Tayma en Arabie, près de la frontière sud de son royaume, laissant son fils Balthazar (Belsharutsur) aux commandes de Babylone.

InvasionModifier

En 539 avant notre ère, Cyrus envahit la Babylonie[11]. L'historiographie de la chute de Babylone en Perse a été difficile en raison des incohérences entre les diverses sources. Les Chroniques babyloniennes et le cylindre de Cyrus décrivent que Babylone a été prise « sans bataille », tandis que les historiens grecs Hérodote et Xénophon[12] rapportent que la ville a été assiégée[13]. Dans le livre de Daniel il est écrit que Babylone a été prise en une nuit et mentionne que Balthazar a été tué (Daniel 5:30).

Dans un compte rendu reconstruit, une bataille a été menée à Opis[14] au mois de juin, où les Babyloniens ont été vaincus ; immédiatement après, la ville de Sippar se rendit à l'envahisseur. Nabonide s'enfuit à Babylone, où il fut poursuivi par Gobryas le gouverneur de Gutium (Ugbaru dans les textes babyloniens), et le 16e jour jour de Tišritum (le Tishrei juif) (11/12 octobre). Deux jours après la prise de Sippar, « les soldats de Cyrus entrèrent à Babylone sans combattre ». Nabonide a été traîné hors de sa cachette, où les offices se sont poursuivis sans interruption. Cyrus n'arriva que le 3 de Samnu, le Marchesvan juif (28/29 octobre), Gobryas ayant agi pour lui en son absence. Gobryas était maintenant nommé gouverneur de la province de Babylone, et quelques jours après, Balthazar, fils de Nabonide, mourut au combat. Un deuil public a suivi, durant six jours, et le fils de Cyrus, Cambyse II, a accompagné sa dépouille au tombeau.

Dans un autre compte rendu reconstitué, Nabonide a envoyé son fils Balthazar[15] à la tête de la gigantesque armée perse qui était cependant déjà surpassée. Balthazar a été trahi par Gobryas, qui a transféré ses forces du côté persan. Les forces babyloniennes ont été submergées lors de la bataille d'Opis. Nabonide s'enfuit à Borsippa, et dans la nuit du 11/12 octobre, une fois que les ingénieurs de Cyrus eurent détourné les eaux de l'Euphrate, « les soldats de Cyrus entrèrent à Babylone sans combattre ». D'après Xénophon, Balthazar aurait été tué, mais son récit n'est pas considéré comme fiable ici[16]. Nabonide s'est rendu et a été exilé. Des gardes gutis étaient placés aux portes du grand temple de Bel, où les offices se poursuivaient sans interruption. Cyrus n’est arrivé que le 28/29 octobre, Gobryas ayant agi pour lui en son absence. Gobryas était maintenant nommé gouverneur de la province de Babylone, mais il meurt peu après.

« Au mois de Teshrit, Cyrus ayant livré bataille à l'armée d'Akkad (Babylone) à Upû (Opis), sur la [rive] du Tigre, le peuple d'Akkad reflua. Il se livra au pillage et massacra la population. Le 14, Sippar fut prise sans combat. Nabonide s'enfuit. Le 16, Ugbaru, gouverneur de Gutium, et l'armée de Cyrus firent, sans combat, leur entrée dans Babylone. Plus tard, étant revenu, Nabonide fut pris dans Babylone. Jusqu'à la fin du mois les (porte-)boucliers de Gutium cernèrent les portes de l'Esagil (le grand temple de Babylone) mais il n'y eut nulle interruption (des rites) d'aucune sorte dans l'Esagil ou dans quelque autre temple et aucune échéance (festive) ne fut manquée. Au mois d'Arahsamnu, le 3e jour, Cyrus entra dans Babylone. On emplit devant lui les chalumeaux (à boire) (?). La paix régna dans la ville. Cyrus décréta la paix pour Babylone toute entière. Il installa Gubaru comme gouverneur de (tous) les gouverneurs, à Babylone. De Kislev à Addar, les dieux d'Akkad que Nabonide avait fait descendre à Babylone retournèrent dans leurs sanctuaires. au mois d'Arahsamnu, la nuit du 11e jour, Ugbaru mourut. »

— Extrait de la Chronique de Nabonide rapportant la chute de Babylone[17].

IntégrationModifier

L'invasion de la Babylonie par Cyrus a été facilitée par l'existence d'un parti mécontent dans l'État, ainsi que par la présence d'exilés étrangers comme les Juifs, qui avaient été implantés au milieu du pays. L'un des premiers actes de Cyrus fut donc de permettre à ces exilés de rentrer chez eux, emportant avec eux les images de leurs dieux et de leurs vases sacrés. La permission de le faire était incluse dans une proclamation, dans laquelle le conquérant s'efforçait de justifier sa revendication sur le trône de Babylone. On dit que les Juifs ont d'abord accueilli les Perses comme des libérateurs. Selon le récit biblique, Cyrus a renvoyé les exilés juifs en Israël depuis la captivité babylonienne[18].

Chez les Babyloniens, le sentiment que personne n'avait le droit de régner sur l'Asie occidentale avant qu'il n'ait été consacré à l'office par Bel et ses prêtres était encore fort ; et en conséquence, Cyrus assuma désormais le titre impérial de « roi de Babylone ». Cyrus a prétendu être le successeur légitime des anciens rois babyloniens et le vengeur de Bel-Marduk, il s'est présenté comme le sauveur choisi par Marduk pour rétablir l'ordre et la justice[19]. Pour la prêtrise de Marduk, Cyrus était supposé être irrité de l'impiété de Nabonide qui avait déplacé les images des dieux locaux de leurs sanctuaires ancestraux à sa capitale formelle, Babylone. Un an avant la mort de Cyrus, en 529 avant notre ère, il fit monter son fils Cambyse II au gouvernement, le faisant roi de Babylone, tandis qu'il se réservait le titre plus complet de « roi des (autres) provinces » de l'empire.

Immédiatement après que Darius ait pris le pouvoir en Perse, la Babylonie a brièvement récupéré son indépendance sous un dirigeant indigène, Nidinta-Bel, qui a pris le nom de Nabuchodonosor III. Lorsque les Perses ont pris d'assaut Babylone, il aurait régné d'octobre 521 à août 520 avant notre ère, alors que pendant cette période, l'Assyrie au nord se rebellait également. Quelques années plus tard, en 514 avant notre ère, Babylone se révolte de nouveau et déclare son indépendance sous le roi arménien Arakha ; à cette occasion, après sa prise par les Perses, les murs ont été en partie détruits. Esagil, le grand temple de Bel, continuait cependant à être maintenu et était un centre du patriotisme babylonien.

HistoriographieModifier

Les textes cunéiformes - la Chronique de Nabonide, le cylindre de Cyrus et le soi-disant récit en vers de Nabonide - ont été écrits après la victoire perse. Ils dépeignent négativement le roi babylonien et présentent Cyrus comme le libérateur de Babylone, le défenseur des dieux babyloniens et par conséquent comme le successeur légitime du trône babylonien[20]. La recherche moderne[21],[22],[23],[24] reconnaît le cylindre de Cyrus comme une tablette de propagande conçue pour manipuler le public contre Nabonide et pour légitimer la conquête de Babylone par Cyrus. En ce qui concerne son affirmation selon laquelle Babylone est tombée aux mains des Mèdes et des Perses sans opposition, Briant écrit : « Il semble à première vue improbable que Babylone ait pu tomber sans résistance[25] » et Piotr Michalowski note, « il n’existe aucune preuve contemporaine à l’appui de cette allégation suspecte[26]. » De même, la Chronique de Nabonide est une refonte de l'histoire de la cour perse prétendant être un texte de Nabonide. Sa première partie relate des événements qui peuvent être vérifiés à partir d'autres sources ; cependant, cette dernière partie, est particulière car il s'agit de la dix-septième année de Nabonide et qu'elle est particulièrement flatteuse pour Cyrus, les habitants de Babylone l'accueillant en étalant des brindilles vertes devant lui[27].

Tolini a proposé une reconstruction plausible de la chute de Babylone. Un reçu pour les travaux de reconstruction de la porte d'Enlil démontre qu'il y a eu une entrée forcée à Babylone. Tolini propose qu'une partie de l'armée perse, sous le commandement du général Ugbaru, a pénétré par la porte d'Enlil sur le côté Ouest de l'Euphrate, puis a traversé le fleuve pour prendre les districts Est de Babylone. Cela peut être la source de l'histoire, rapportée par Hérodote, que l'armée perse est entrée à Babylone le long du lit de la rivière, après avoir détourné l'Euphrate[28]. Cette capture surprise de Babylone est cohérente avec l'histoire rapportée dans Daniel 5[29].

Le moment de l’attaque a peut-être contribué au succès de la stratégie d’Ugbaru. Hérodote, Xénophon et Daniel 5 rapportent tous que Babylone était au milieu d’une fête la nuit où elle a été prise. La Chronique babylonienne rapporte que Babylone a été capturée le 16 Tašrîtu, qui était la nuit avant la fête akitu en l’honneur de Sin, le dieu de la lune.[30]

La Cyropédie, un roman historique qui peut contenir un fond de vérité historique[31], renferme des éléments comme le décrit Xénophon qui avait été en Perse comme l'un des « dix mille » soldats grecs qui ont combattu du côté des perdants dans une guerre civile perse, événements qu'il a raconté dans son Anabasis. Il est également possible que des histoires sur Cyrus aient été racontées (et embellies) par la société de la cour perse et qu'elles soient à la base du texte de Xénophon. Hérodote, bien qu'écrivant longtemps après les événements, avait voyagé en Mésopotamie et parlé aux Babyloniens. Dans Cyropédie (7.5.20–33), Xénophon, en accord avec Hérodote (I.292), dit que les armées Achéménides sont entrées dans la ville par le canal de l'Euphrate, la rivière ayant été détournée dans des tranchées que Cyrus avait creusé pour l'invasion, et que la ville n'était pas préparée à cette agression à cause d'une grande fête qui y était observée. Cyropédie (7.5.26-35) décrit la prise de Babylone par Gobryas[32], qui a conduit un détachement d'hommes à la capitale et tua le roi de Babylone. Au 7.5.25, Gobryas remarque que « cette nuit, toute la ville est consacrée aux festivités », y compris dans une certaine mesure les gardes. Ceux qui s'opposaient aux forces de Gobryas ont été abattus, même ceux qui se trouvaient à l'extérieur de la salle du banquet. La prise de la ville et le meurtre du fils roi du roi (4.6.3) sont décrits dans Cyropédie (7: 5.26-30) comme suit :

« Là-dessus, ils entrèrent ; et de ceux qu’ils rencontrèrent, quelques-uns furent frappés et tués, et d’autres s’enfuirent dans leurs maisons, et certains poussèrent des cris, mais Gobryas et ses amis couvrirent le cri avec leurs cris, comme s’ils étaient eux-mêmes des fêtards. Et ainsi, faisant leur chemin par la route la plus rapide, ils se trouvèrent bientôt devant le palais du roi. Ici le détachement sous les Gobryas et les Gadatas trouvèrent les portes fermées, mais les hommes chargés d’attaquer les gardes se précipitèrent sur eux alors qu’ils buvaient autour d’un feu ardent, et alors ils s'enfermèrent avec eux. Comme le vacarme devenait de plus en plus fort, ceux qui se trouvaient à l'intérieur se rendirent compte du tumulte, à a fin le roi leur ordonnant de voir ce qu'il se passait, certains d’entre eux ouvrirent les portes et coururent. Gadatas et ses hommes, voyant les portes s’ouvrir, se précipitèrent sur les talons des autres qui s’enfuirent de nouveau, et ils les poursuivirent à la pointe de l’épée en présence du roi. Ils le trouvèrent debout le cimeterre à la main. En supériorité numérique, ils l’écrasèrent : et aucun de ses compagnons ne s’échappa, ils furent tous abattus, certains volant, d’autres arrachant n’importe quoi pour servir de bouclier et se défendre du mieux qu’ils pouvaient[33]. »

Xénophon et Daniel 5 décrivent tous deux la disparition de Balthazar la nuit où la ville a été prise[34]. Xénophon, Hérodote et Daniel conviennent que la ville a été prise par surprise, lors d'une fête, avec quelques pertes humaines (mais apparemment peu). La Cyropédie (4.6.3) déclare qu'un père et un fils régnaient tous les deux sur Babylone lorsque la ville est tombée, et que le jeune dirigeant a été tué. La Cyropédie ne nomme aucun des deux rois, et le silence d'autres sources classiques concernant Balthazar avait jeté le doute sur l'historicité de la référence de Daniel à Balthazar en tant que roi tué, jusqu'à ce que des preuves cunéiformes aient été trouvées corroborant l'existence de Balthazar en tant que dirigeant de Babylone[réf. nécessaire].

Babylone s'est trouvée sous domination étrangère pour la première fois. Un nouveau système de gouvernement a été mis en place et l'État multinational persan a été installé. Ce système de gouvernement a atteint son apogée après la conquête de l'Égypte par Cambyse II sous le règne de Darius Ier, recevant par la suite son fondement idéologique dans l'inscription des rois persans[35].

Bible hébraïqueModifier

Livre d'IsaïeModifier

 
Gravure de la vision d'Isaïe concernant la destruction de Babylone par Gustave Doré

La conquête de Jérusalem par l'empire néo-babylonien et l'exil de son élite en 586 avant notre ère ont inauguré la prochaine étape de la formation du livre d'Isaïe. Deutéro-Isaïe s'adresse aux Juifs en exil, leur offrant l'espoir d'un retour[36]. C'était la période de l'ascension fulgurante de la Perse sous son roi Cyrus le Grand, en 559 avant notre ère, il succéda à son père en tant que dirigeant d'un petit royaume vassal dans l'est de l'Iran moderne, en 540, il dirigea un empire s'étendant de la Méditerranée à l'Asie centrale, et en 539 il a conquis Babylone[37]. Les prédictions de Deutéro-Ésaïe sur la chute imminente de Babylone et la glorification de Cyrus comme le libérateur d'Israël datent ses prophéties à 550-539 av. J.-C. et probablement vers la fin de cette période[38].

Livre de DanielModifier

Le livre de Daniel chapitre 5 raconte la dernière nuit de Balthazar, juste avant l'invasion perse. Dans l'histoire, Balthazar organise une fête, au cours de laquelle il invite ses dignitaires à boire du vin dans les coupes du trésors du temple de Jérusalem tout en louant les dieux babyloniens. Il voit alors une main écrire sur le mur du palais. Daniel est appelé à interpréter l'écriture car les sages, les devins, les astrologues n'en n'étaient pas capables. Balthazar est tué cette nuit là et Darius le Mède devient roi (Da 5:30–31).

RéférencesModifier

  1. John Haywood, The Penguin Historical Atlas of Ancient Civilizations, Penguin Books Ltd. London, 2005, p.49
  2. Georges Roux, Ancient Iraq, 3rd ed., Penguin Books, London, 1991, p.381-382
  3. Oates, 1986, p.134-135
  4. Valentin NIKIPROWETZKY, « Nabonide », Universalis,‎
  5. (en) dhwty, « The Monumental Fall of Babylon: What Really Shattered the Empire? », sur www.ancient-origins.net (consulté le 15 septembre 2020)
  6. A.T. Olmstead, History of the Persian Empire, Univ. of Chicago Press, 1948, p.38
  7. Sylvie Lackenbacher, « Un pamphlet contre Nabonide, dernier roi de Babylone », Dialogues d'histoire ancienne,‎ , p. 13-28 (lire en ligne)
  8. Jean-Claude MARGUERON, « CHUTE DE BABYLONE », Universalis,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Nabonidus | king of Babylonia », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 septembre 2020)
  10. (en) « Cyrus the Great | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 septembre 2020)
  11. (en-US) « Babylonia | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 15 septembre 2020)
  12. Histories I.191; Cyropaedia VI.5.15–16; Gaston 2009, p. 88–89.
  13. André-Salvini Béatrice, Babylone, Presses Universitaires de France, (lire en ligne), p. 118-120
  14. (en) « Opis | ancient city, Mesopotamia, Asia », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 septembre 2020)
  15. (en) « Belshazzar | king of Babylonia », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 septembre 2020)
  16. Harper's Bible Dictionary, ed. by Achtemeier, etc., Harper & Row, San Francisco, 1985, p.103
  17. J.-J. Glassner, Chroniques mésopotamiennes, Paris, 1993, p. 204.
  18. Isaiah 45 | Biblegateway.com
  19. Georges Roux, Ancient Iraq, 3rd ed., Penguin Books, London, 1991, p.382
  20. edited by A. Panaino; G. Pettinato. With the collaboration of G. P. Basello; A. Piras. Università di Bologna & IsIAO, Ideologies as intercultural phenomena : proceedings of the Third Annual Symposium of the Assyrian and Babylonian Intellectual Heritage Project; held in Chicago, USA, October 27–31, 2000; [Melammu symposia, vol. III], Milano, Ed. Mimesis, , 144, 149–150 p. (ISBN 8884831075)
  21. Paul-Alain Bealieu, The Reign of Nabonidus, King of Babylon 556–339 B.C. (New Haven CT: Yale Univ. Press, 1989), p. 143.
  22. Pierre Briant, From Cyrus to Alexander: A History of the Persian Empire, trans. Peter T. Daniels (Winona Lake IN: Eisenbrauns, 2002), pp. 41-43).
  23. A. Kuhrt, "The Cyrus Cylinder and Achaeminid Imperial Policy" in Journal for the Study of the Old Testament 25 (1983) pp. 83-94.
  24. Edwin M. Yamauchi, Persia and the Bible, Grand Rapids, Baker, , p. 88
  25. Pierre Briant, From Cyrus to Alexander: A History of the Persian Empire tr. Peter T. Daniels (Winona Lake IN: Eisenbrauns, 2002), p. 41.
  26. Bill T. Arnold and Piotr Michalowski, "Achaemenid Period Historical Texts concerning Mesopotamia," in The Ancient Near East: Historical Sources in Translation, Mark W. Chavals ed.. Malden MA: Blackwell, 2006, p. 12.
  27. James B. Pritchard, ed., Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament, Princeton, 3rd, , p. 306b
  28. Tolini, « Quelques elements concernant la prise de Babylone par Cyrus », ARTA,‎
  29. Thomas Gaston, Historical Issues in the Book of Daniel, Oxford, Taanathshiloh, , 86–105 p. (ISBN 978-0-9561540-0-2)
  30. Wolters, « Belshazzar's Feast and the Cult of the Moon God Sin », Bulletin for Biblical Research, vol. 4,‎ , p. 199–206
  31. Steven W. Hirsch, The Friendship of the Barbarians: Xenophon and the Persian Empire, Hanover and London, , 76–84, 88 p.
  32. In Cyropaedia 7, Xenophon says that Gobryas (Greek: Ugbaru) was a governor of Gutium. This captor is not found in Herodotus, however the name was verified when the Cyrus Cylinder]was translated, naming Gubaru as the leader of the forces that captured Babylon.
  33. (en) Traduction de Henry Graham Dakyns, « CYROPAEDIA THE EDUCATION OF CYRUS », sur Gutenberg EBook of Cyropaedia
  34. Thomas Gaston, Historical Issues in the Book of Daniel, Oxford, Taanathshiloh, , 81–84 p. (ISBN 978-0-9561540-0-2)
  35. Melammu Symposia Vol.3, Ideologies, p.143
  36. Barker, p. 524.
  37. Whybray 2004, p. 11.
  38. Whybray 2004, p. 11-12.

SourcesModifier

Articles connexesModifier