Chronologie des faits économiques et sociaux dans les années 1560

Années :
Décennies :
Siècles :
Millénaires :

Chronologie de l'économie

Années 1550 - Années 1560 - Années 1570

ÉvénementsModifier

  • Vers 1560 : Gênes devient la ville la plus dynamique du monde, « le pôle de l'économie monde » (Braudel) jusque vers 1780, remplaçant Anvers.
  • 1560-1600 : décadence de la production de pastel toulousain.
  • 1560 :
  • 1562-1566 : crise agricole en Europe.
  • 1562 :
  • 1563-1567 : grève des dîmes en Languedoc, Brie, Beauce ou Normandie, par les paysans huguenots et plus généralement par les villageois insatisfaits[2].
  • 1562-1569 : grandes réformes institutionnelles en Pologne : Les diètes de 1562-1563 et 1563-1564 (Varsovie) réalisent une grande réforme de l'impôt, qui augmente le revenu du trésor, mais limite la charge des paysans en soumettant à l'impôt les domaines ecclésiastiques et surtout la dîme[3].
  • 1564 :
  • 1565 :
    • instauration de l'opritchnina en Russie ; réorganisation de l’administration locale et du système fiscal au détriment des boyards qui sont privés des taxes qu’ils avaient le droit de prélever sur les impôts collectés par eux pour le tsar.
    • de 15 à 20 compagnies de marchands italiens opèrent en Pologne.
  • 1566 :
    • Fondation de la bourse de Rouen.
    • création du Reichsthaler d’argent.
    • institution à Venise des Proveditori ai beni inculti pour surveiller les cultures et le drainage des eaux et promouvoir l’activité agricole par la constitution de « sociétés » foncières.
    • introduction de la pomme de terre aux Pays-Bas espagnols.
    • pragmatique interdisant l’usage de la langue arabe, du costume traditionnel et des bains publics en Espagne.
    • levée de l’interdiction faite à des particuliers de transférer des sommes hors d’Espagne.
  • 1567-1573 : afflux de métaux précieux du Nouveau Monde en Espagne.
  • 1567 : en France, la guerre provoque le marasme ou l’écroulement de l’économie citadine.
  • 1568 :

DémographieModifier

  • Stabilisation de la population et du produit brut agricole en Europe.
    • La population européenne atteint son niveau de 1340. Elle se stabilise (1560-1740) par l’évolution des coutumes matrimoniales (célibat féminin, retard de l’âge du mariage, rejet des enfants naturels).
  • La France compte environ 20 millions d’habitants, dont 85 à 90 % de ruraux. Paris atteint 300 000 habitants. Rouen 70 000. Le nombre total des citadins des villes de plus de 2 000 habitants ne dépasse pas 2 millions (2,5 au maximum).
  • La population anglaise double entre 1560 et 1660.
  • Amsterdam compte moins de 30 000 habitants.
  • Les morisques, musulmans convertis de force au christianisme, sont 150 000 dans le royaume de Grenade (pour 125 000 « vieux chrétiens ») 100 000 dans l'Horta de Valence et 50 000 dispersés. Ce sont en fait des musulmans à peine dissimulés.
  • Officiellement, 15 480 personnes seraient parties vers l'Amérique espagnole entre 1509 et 1559. Ces chiffres sont peu fiables et les clandestins sont nombreux, et on peut porter le chiffre des départs jusqu'à 100 000 au moins[4]. La population dans les colonies Espagnoles est estimée à 150 000 blancs en 1579.

Notes et référencesModifier

  1. Alain Huetz de Lemps, « Principales plantes cultivées introduites en Amérique latine depuis 1492 », Cahiers d'Outre-Mer, nos 53-209-210,‎ , p. 168 (présentation en ligne)
  2. Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, vol. 1 à 2, Presses universitaires de France, (présentation en ligne)
  3. Lucien Paul Victor Febvre, Annales, vol. 29, A. Colin, (présentation en ligne)
  4. Marianne Mahn-Lot, La Conquête de l'Amérique espagnole, Presses universitaires de France, (lire en ligne)