Chris Chelios

joueur de hockey sur glace américain
Chris Chelios
Description de l'image Chelios March 2007 01.jpg.
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance ,
Chicago, États-Unis
Joueur retraité
Position Défenseur
Tirait de la droite
A joué pour LNH
Canadiens de Montréal
Blackhawks de Chicago
Red Wings de Détroit
Thrashers d'Atlanta
LAH
Griffins de Grand Rapids
Wolves de Chicago
LNA
HC Bienne
UHL
Mechanics de Motor City
Repêc. LNH 40e choix au total, 1981
Canadiens de Montréal
Carrière pro. 1983-2010

Temple de la renommée : 2013

Temple de la renommée de l'IIHF : 2018

Temple de la renommée américain : 2011

Chris Chelios (né Christos Kostas Tselios, le à Chicago) est un joueur américain de hockey sur glace. Il a évolué au poste de défenseur durant sa longue carrière de 26 ans dans la LNH.

Il a reçu de nombreux prix en plus de remporter 3 coupes Stanley.

En 1998, il est classé au 4e rang des cent meilleurs joueurs de l'histoire de la ligue selon le magazine The Hockey News.

Il a pris sa retraite après 1 651 matchs dans la LNH, ce qui le place comme le premier américain et le cinquième joueur ayant disputé le plus de rencontres dans la LNH derrière Gordie Howe, Mark Messier, Ron Francis et Mark Recchi.

CarrièreModifier

Chelios est né à Chicago, Illinois, le 25 janvier 1962 et a été élevé par ses parents d'origine grecque, Gus et Susan Chelios. Ils vivaient à Evergreen Park, Illinois. Il fréquente le lycée Mount Carmel.

En 1977, il voit s'évaporer ses possibilités de jouer au hockey lorsque sa famille et lui déménage à Poway, en Californie. Incapable de jouer au hockey au secondaire, Chelios n'est recruté par aucun collège américain. Sa seule offre de bourse est venue de l'Université internationale des États-Unis de San Diego, la seule division de hockey de la Division I de la NCAA. Cependant, lorsque Chelios est arrivé sur le campus en 1979, il s'est vite rendu compte qu'il était dans le mauvais environnement, face à des joueurs plus grands avec une expérience de hockey junior beaucoup plus importante. Il a finalement exclu de l'équipe et envisage de quitter le hockey.

Au lieu de cela, Chelios tente sa chance au Canada. De 1979 à 1981, il joue pour les Canucks de Moose Jaw dans la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan. Il a est rétrogradé deux fois à des équipes juniors B. Il atteint un bas fond au point où il doit emprunter de l'argent à des étrangers pour rentrer chez lui en Californie. Il a dit: « Je n'étais ni plus grand ni meilleur que les autres gars, donc ils n'allaient pas prendre un gars des États-Unis, alors qu'ils pouvaient avoir un gars du coin.» Finalement, il se développe avec cette équipe de 1979 à 1981.

Lors de la deuxième ronde du repêchage d'entrée dans la LNH de 1981, il est repêché par les Canadiens de Montréal en 40e position. Il joue deux ans pour le Badgers du Wisconsin de l'Université du Wisconsin de la WCHA.

En tant que l'un des meilleurs joueurs collégiaux du pays, il a été sélectionné pour l' équipe des États-Unis au Championnat du monde junior de hockey sur glace de 1982.

En 1983, il est nommé dans le All-Tournament Team et dans la seconde équipe d'étoiles WCHA.

Chelios fut membre de l'équipe américaine pour les Jeux olympiques d'hiver de 1984 à Sarajevo, en Yougoslavie. Il fait partie de l'équipe américaine à la Coupe Canada de 1984.

Début professionnel avec les Canadiens (1984-1990)Modifier

Repêché en 1981 par les Canadiens de Montréal, il fait ses débuts à 22 ans dans la LNH, soit le . Il joue alors douze matchs en saison régulière et quinze en séries éliminatoires.

Il réussi néanmoins à se distinguer par son jeu et en 1985, il est nommé dans l'équipe d'étoiles recrues. Cette année-là, il enregistre 64 points en 74 parties, un très bon score pour un défenseur. Lors des séries éliminatoires il amasse 10 points et termine avec un différentiel de +17.

Pendant la saison 1985-1986, il ne joue que 41 parties. Cependant, il gagne sa première coupe Stanley.

Suivent deux autres bonnes saisons, mais Chelios éclate réellement lors de la saison 1988-1989. Il inscrit 73 points en 80 matchs avec un différentiel de +35. Il est nommé dans la première équipe d'étoiles de la LNH et gagne le trophée James Norris.

Lors de la saison 1989-1990, il ne joue que 53 matchs.

Alors qu'il se trouve avec Gary Suter, ils sont pris à faire du grabuge et sont mêlés à une altercation des policiers à l'extérieur d'un bar à Madison au Wisconsin.[1] Le 29 juin 1990, Chelios est accusé de s'être battu avec deux policiers qui tentaient de l'arrêter pour avoir uriné en public près d'un bar de Madison au Wisconsin, d'après une plainte criminelle[2],[3].

Blackhawks de Chicago (1990-1999)Modifier

Le lendemain des accusations portées à son endroit, soit le 29 juin 1990 , il est échangé aux Blackhawks de Chicago avec un choix de repêchage de 2e ronde contre Denis Savard, après avoir joué 402 rencontres dans l’uniforme de Montréal.

Dans sa première saison avec Chicago, où il prend le numéro 7 au lieu du 24 déjà porté par un coéquipier, il continue à marquer son score habituel de points, 64 cette saison-là, et est nommé dans la seconde équipe d'étoiles de la LNH.

Après une saison légèrement moins impressionnante côté points, il retrouve la grande forme au cours de la saison 1992-1993. Il marque 73 points et gagne le trophée Norris pour la deuxième fois, et en 1996 il le reçoit pour la dernière fois de sa carrière. Il est le capitaine des Blackhawks de Chicago de 1995 à 1999.

En 1994, lors du lock-out de la LNH, Chelios s’engage avec le HC Bienne en première division suisse, mais à cause une blessure au adducteurs, il ne joue que 3 matchs.

À partir de 1999, Chelios commence à sentir le poids des années. À 37 ans, ses performances commencent à baisser et il n'est plus la force offensive et défensive qu'il avait été.

Red Winds de Détroit (1999-2009)Modifier

Le 23 mars 1999, il est échangé aux Red Wings de Détroit contre Anders Eriksson et deux premiers choix de repêchage.

 
Chelios sous les couleurs des Red Wings.

Le transfert vers Detroit où il a moins de responsabilités[4], l'aide à jouer proche de son meilleur niveau. En 2002, grâce à son différentiel de +40 (le meilleur de la ligue), il est une nouvelle fois nommé dans la première équipe d'étoiles de la LNH. Il joue aussi avec les États-Unis qui remportent la médaille d'argent aux Jeux olympiques d'hiver de 2002 et est nommé dans l'équipe d'étoiles du tournoi. Le point culminant de sa saison est le gain de sa seconde coupe Stanley grâce à une victoire contre les Hurricanes de la Caroline.

En 2004, en raison du lock-out, Chelios ainsi que ses coéquipiers Derian Hatcher et Kris Draper, décide de jouer pour les Mechanics de Motor City, une équipe évoluant en UHL et basée à Fraser au Michigan. Il est critiqué pour sa décision car l'UHL avait un salaire maximum dans ses règles, mais en même temps il était contre un plafond salarial en LNH.

Le , le défenseur de 43 ans signe un an de contrat supplémentaire avec les Red Wings.

Le , Chelios est nommé à nouveau capitaine de l'équipe olympique de hockey des États-Unis (après 1998 à Nagano et 2002 à Salt Lake City).

Le , Chelios signe un nouveau contrat d'un an avec les Red Wings de Détroit. En janvier 2008, à 46 ans, il devient le deuxième plus vieux joueur à avoir évolué dans la LNH derrière Gordie Howe.

Le , il devient le joueur ayant disputé le plus grand nombre de matchs en séries éliminatoires devant Patrick Roy[5].

Après s'être fracturé le tibia droit contre les Canadiens de Montréal lors d'un match de pré-saison, il fait son retour avec les Red Wings le 13 décembre 2008 contre les Coyotes de Phoenix, pour la vingt-cinquième saison de sa carrière dans la LNH[6].

Fin de carrièreModifier

N'ayant pas trouvé preneur à l'été 2009 alors qu'il est agent libre, il rejoint les Wolves de Chicago de la LAH, club affilié aux Thrashers d'Atlanta. Ces derniers lui font une offre de contrat le [7].

Après avoir gagné trois trophées Norris, joué 11 Matchs des étoiles et été nommé dans 7 premières ou secondes équipe d'étoiles de la LNH, il annonce sa retraite sportive en 2010, après 25 saisons et 1 651 matches dans la LNH.

En 2013, il est intronisé au Temple de la renommée[8].

Le 7 juin 2017, Chelios quitte les Red Wings à titre d'entraîneur-adjoint à la suite d'un commun accord[9]. Il était en poste depuis la saison 2015-2016.

Carrière internationaleModifier

Il participe aux Jeux olympiques d'hiver avec l'équipe des États-Unis de hockey sur glace en 1984, 1998, 2002 et 2006.

En octobre 2004, il s'entraîne avec l'équipe américaine de bobsleigh à la suite de l'invitation de participer aux Jeux olympiques d'hiver de 2006 dans l'équipe grecque de bobsleigh[10].

Vie familialeModifier

Il est le cousin de Nikos Tselios, également ancien joueur professionnel de hockey sur glace.

RécompensesModifier

StatistiquesModifier

Pour les significations des abréviations, voir Statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[11],[12]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1981-1982 Badgers du Wisconsin WCHA 43 6 43 49 50 - - - - -
1982-1983 Badgers du Wisconsin WCHA 45 16 32 48 62 - - - - -
1983-1984 Canadiens de Montréal LNH 10 0 2 2 12 15 1 9 10 17
1984-1985 Canadiens de Montréal LNH 74 9 55 64 87 9 2 8 10 17
1985-1986 Canadiens de Montréal LNH 41 8 26 34 67 20 2 9 11 49
1986-1987 Canadiens de Montréal LNH 71 11 33 44 124 17 4 9 13 38
1987-1988 Canadiens de Montréal LNH 71 20 41 61 172 11 3 1 4 29
1988-1989 Canadiens de Montréal LNH 80 15 58 73 185 21 4 15 19 28
1989-1990 Canadiens de Montréal LNH 53 9 22 31 136 5 0 1 1 8
1990-1991 Blackhawks de Chicago LNH 77 12 52 64 192 6 1 7 8 46
1991-1992 Blackhawks de Chicago LNH 80 9 47 56 245 18 6 15 21 37
1992-1993 Blackhawks de Chicago LNH 84 15 58 73 282 4 0 2 2 14
1993-1994 Blackhawks de Chicago LNH 76 16 44 60 212 6 1 1 2 8
1994-1995 HC Bienne LNA 3 0 3 3 4 - - - - -
1994-1995 Blackhawks de Chicago LNH 48 5 33 38 72 16 4 7 11 12
1995-1996 Blackhawks de Chicago LNH 81 14 58 72 140 9 0 3 3 8
1996-1997 Blackhawks de Chicago LNH 72 10 38 48 112 6 0 1 1 8
1997-1998 Blackhawks de Chicago LNH 81 3 39 42 151 - - - - -
1998-1999 Blackhawks de Chicago LNH 65 8 26 34 89 - - - - -
1998-1999 Red Wings de Détroit LNH 10 1 1 2 4 10 0 4 4 14
1999-2000 Red Wings de Détroit LNH 81 3 31 34 103 9 0 1 1 8
2000-2001 Red Wings de Détroit LNH 24 0 3 3 45 5 1 0 1 2
2001-2002 Red Wings de Détroit LNH 79 6 33 39 126 23 1 13 14 44
2002-2003 Red Wings de Détroit LNH 66 2 17 19 78 4 0 0 0 2
2003-2004 Red Wings de Détroit LNH 69 2 19 21 61 8 0 1 1 4
2004-2005 Mechanics de Motor City UHL 23 5 19 24 25 - - - - -
2005-2006 Red Wings de Détroit LNH 81 4 7 11 108 6 0 0 0 6
2006-2007 Red Wings de Détroit LNH 71 3 8 11 34 18 1 6 7 12
2007-2008 Red Wings de Détroit LNH 69 3 9 12 36 14 0 0 0 10
2008-2009 Griffins de Grand Rapids LAH 2 0 1 1 2 - - - - -
2008-2009 Red Wings de Détroit LNH 28 0 0 0 18 6 0 0 0 2
2009-2010 Wolves de Chicago LAH 46 5 17 22 24 14 0 0 0 12
2009-2010 Thrashers d'Atlanta LNH 7 0 0 0 0 - - - - -
Totaux LNH 1651 185 763 948 2891 266 31 113 144 423
Statistiques internationales[13]
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1982 États-Unis Championnat du monde junior 7 2 1 3 10 6e place
1984 États-Unis Jeux olympiques 6 0 4 4 8 7e place
1984 États-Unis Coupe Canada 6 0 2 2 2 4e place
1987 États-Unis Coupe Canada 5 0 2 2 2 5e place
1991 États-Unis Coupe Canada 8 1 3 4 4   Médaille d'argent
1996 États-Unis Coupe du monde 7 0 4 4 10   Médaille d'or
1998 États-Unis Jeux olympiques 4 2 0 2 2 6e place
2002 États-Unis Jeux olympiques 6 1 0 1 4   Médaille d'argent
2004 États-Unis Coupe du monde 5 0 1 1 6 Demi-finale
2006 États-Unis Jeux olympiques 6 0 1 1 2 8e place

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. (en-US) « CHELIOS AND SUTER TUSSLE WITH POLICE », Washington Post, {{Article}} : paramètre « date » manquant (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  2. (en) « Greg LeMond second in Tour (digest) », Reading Eagle,‎ , C-3 (lire en ligne)
  3. (en) « Chelios And Suter Charged In Fight », The Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Detroit Free Press Staff, « Book excerpt: Move from Chicago to Detroit rough for Chelios », (consulté le 10 décembre 2014)
  5. AP, « Chelios bat le record de Patrick Roy », sur rds.ca, (consulté le 21 mars 2013).
  6. (en) The Canadian Press, « Veteran defenceman Chris Chelios returns to Detroit Red Wings », sur nhl.com, (consulté le 21 mars 2013).
  7. (en) John McGourty, « Thrashers sign Chelios for insurance », sur nhl.com, (consulté le 21 mars 2013).
  8. (en) Dan Rosen, « Chris Chelios, Scott Niedermayer, Brendan Shanahan 2013 Hockey Hall of Fame class », (consulté le 10 décembre 2014)
  9. (en) « Chris Chelios and the Detroit Red Wings have reportedly parted ways. », sur www.rotoworld.com, (consulté le 24 janvier 2018)
  10. (en) Associated Press, « Chelios takes first bobsled run », sur ESPN, (consulté le 21 mars 2013).
  11. (en) « Chris Chelios hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  12. « Chris Chelios - Statistiques », sur www.nhl.com
  13. (en) « Chris Chelios profile », sur Eurohockey.com (consulté le 21 mars 2013).