Patrick Roy (hockey sur glace)

gardien de but de la Ligue nationale de hockey
Patrick Roy
Photographie couleur de Roy en 1999 avec l'Avalanche du Colorado.
Roy en 1999 avec l'Avalanche du Colorado.
Surnom(s) Casseau[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Québec (Canada)
Entraîneur chef
Équipe LNH Islanders de New York
A entraîné LNH
Avalanche du Colorado
LHJMQ
Remparts de Québec
Activité Depuis 2005
Joueur retraité
Position Gardien de but
Attrapait de la gauche
A joué pour LNH
Avalanche du Colorado
Canadiens de Montréal
Repêc. LNH 51e choix au total, 1984
Canadiens de Montréal
Carrière pro. 1985-2003

Temple de la renommée : 2006

Patrick Roy (né le à Québec) est un joueur et entraîneur de hockey sur glace canadien du Québec. Maintenant à la retraite, il évoluait au poste de gardien de but.

Il débute ensuite une carrière en tant qu'entraîneur dans la LHJMQ avec les Remparts de Québec, de 2005 à 2013, puis dans la LNH avec l'Avalanche du Colorado de 2013 à 2016. De 2018 à 2023, il est l'entraîneur-chef et le directeur général des Remparts de Québec puis devient l'entraîneur-chef des Islanders de New York le 20 janvier 2024.

Biographie modifier

Vie privée modifier

Né dans la ville de Québec, où il vit toujours, fils de Michel Roy et Barbara Miller ainsi que petit-fils de Bona Arsenault, Patrick Roy commence à jouer au hockey tout jeune, dans la rue, avec ses amis, avant de commencer à pratiquer son sport sur la glace. Sa mère a été Reine du Carnaval de Québec de 1961[2].

Il a un frère de deux ans son cadet, Stéphane, qui a joué lui aussi dans la LNH, mais seulement pour une période de douze matchs avec les North Stars du Minnesota dans les années 1980.

Patrick Roy a deux fils, Jonathan et Frédérick, qui sont aussi joueurs de hockey. Il a aussi une fille nommée Jana qui a elle aussi joué au hockey, mais qui a finalement abandonné ce sport pour pratiquer le karaté[3].

Joueur modifier

Il est repêché au 2e tour en 1981 par les Bisons de Granby dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).C'est avec cette équipe qu'il joue pendant trois ans comme gardien titulaire. Jouant plus de 40 parties par saison.

C'est en 1984 que son rêve le plus cher se réalise. Il est repêché au 3e tour (51e au total) par les Canadiens de Montréal au repêchage d'entrée dans la LNH 1984. Ce n'est qu'un an plus tard, à la surprise de tous, qu'il fera ses débuts professionnels en aidant le club-école du Canadien, les Canadiens de Sherbrooke, à remporter le championnat de la Ligue américaine de hockey, la Coupe Calder. La saison suivante, l'encadrement des Canadiens annonce qu'il sera titulaire pour le début de la saison 1985-1986 de la LNH. Toute la pression est sur son dos et il saura habilement la soutenir, étonnant tous les observateurs. Offrant 23 victoires en 47 rencontres, il porte son équipe jusqu'aux éliminatoires. Durant ces mêmes séries éliminatoires, il étonnera encore tout le monde et conduira magistralement son équipe jusqu'au plus haut sommet : la Coupe Stanley[4]. Il sera couronné joueur par excellence des séries éliminatoires par la remise du trophée Conn-Smythe. Alors âgé de vingt ans, il est le plus jeune joueur de l'histoire à recevoir cet honneur. Il détient le record du plus grand nombre de trophées Conn-Smythe, avec un total de trois. Il a aussi aidé les Canadiens à remporter une autre Coupe Stanley en 1993[5]. Au début du calendrier 1995-1996, au cours d'une partie, rien ne va plus : après avoir accordé 9 buts face aux Red Wings de Détroit, Roy, frustré, demande une transaction à Ronald Corey assis dans l'estrade[6].

Quelques jours plus tard, il est échangé à l'Avalanche du Colorado, en compagnie de son coéquipier Mike Keane, en retour du gardien de but québécois Jocelyn Thibault et des attaquants Martin Ručinský et Andreï Kovalenko. Il rejoint alors son ancien agent, Pierre Lacroix, nommé directeur général des Nordiques en 1994 et ayant suivi le déménagement de l'équipe en 1995[7],[8]. Au cours de la même saison, il remporte la Coupe Stanley[9] et en remporta une autre en 2001, toujours avec l'Avalanche[10].

Entraîneur et dirigeant modifier

 
Patrick Roy lors d'une conférence de presse après un match des Remparts.

En 1996, alors joueur pour l'Avalanche du Colorado et venant tout juste de remporter la coupe Stanley, Patrick Roy fait l'acquisition de la franchise des Harfangs de Beauport, dans la LHJMQ, en compagnie des hommes d'affaires Jacques Tanguay et Michel Cadrin[11]. Quelques mois plus tard, l'équipe déménage au PEPS de l'Université Laval et devient les Remparts de Québec, adoptant le nom et les couleurs de l'équipe originale des années 70 dans laquelle a notamment évolué Guy Lafleur[12].

Il suit alors les conseils de Pierre Lacroix, qui lui recommandait d'avoir un plan pour son après-carrière[7]. Poursuivant simultanément sa carrière de joueur, il apprend progressivement le métier d'entraîneur en visionnant les cassettes des Remparts et en demandant conseil à Bob Hartley, son entraîneur avec l'Avalanche du Colorado de 1998 à 2002[13].

Suite à sa retraite en 2003[14], Patrick Roy intègre progressivement l'organisation des Remparts de Québec, devenant vice-président aux opérations hockey puis éventuellement directeur général. Le , insatisfait du rendement de l'équipe, il décide de congédier l'entraîneur-chef Éric Lavigne et de prendre ce poste lui-même[15]. Dès sa première saison, il décroche le titre de champion dans l'ouest. En séries éliminatoires, il élimine les Foreurs de Val-d'Or en 5 matchs puis il exclut les Cataractes de Shawinigan en 5 matchs. Ensuite, il faudra 7 matchs aux Remparts pour éliminer le Titan d'Acadie-Bathurst et pour accéder à la finale de la Coupe du Président. Ils se font éliminer par les Wildcats de Moncton en 6 matchs, mais accèdent tout de même à la coupe Mémorial car Moncton est l'équipe hôte.

Le , les Remparts gagnent la Coupe Memorial en battant les Wildcats de Moncton 6-2 en finale[16]. Patrick Roy devient le 7e entraîneur à gagner la coupe durant son année recrue, le premier à le faire depuis Claude Julien avec les Olympiques de Hull en 1997.

Lors des séries de la saison 2007-2008, au cours d'une bagarre générale, son fils Jonathan qui est alors le gardien des Remparts s'en prend violemment à Bobby Nadeau, le gardien des Saguenéens de Chicoutimi, sans aucune raison. Soupçonné d'avoir encouragé son fils à attaquer Nadeau, Roy reçoit cinq matchs de suspension « pour une conduite jugée préjudiciable ». Son fils, quant à lui, est suspendu pour sept rencontres alors que plusieurs autres joueurs des deux équipes reçoivent également des suspensions allant de un à six matchs[17].

Le , il est nommé entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey de l'Avalanche du Colorado[18].

Le , Roy remporte le trophée Jack-Adams qui est remis au meilleur entraîneur de l'année de la Ligue nationale de hockey[19].

Le , il annonce sa démission du poste d'entraîneur chef de l'Avalanche du Colorado en raison de désaccords avec le directeur général de l'équipe, Joe Sakic. Il quitte la franchise après 3 saisons pour un bilan de 130 victoires, 92 défaites et 24 défaites en prolongation ou en fusillade et une qualification en séries[20].

Il est de retour à ses anciennes fonctions chez les Remparts de Québec dès la saison 2018-2019. Lors de la saison 2022-2023, les Remparts remportent sous sa gouverne la coupe Gilles-Courteau, la coupe Memorial ainsi que le trophée Jean-Rougeau[21],[22].

Le , Patrick Roy annonce sa démission du poste d'entraîneur-chef et de directeur général des Remparts de Québec[23].

 
Patrick Roy au podium de presse des Islanders en 2024.

Le , les Islanders de New-York annoncent que Roy dirigera l'équipe et remplacera Lane Lambert[24].

Héritage modifier

Grâce aux conseils de François Allaire, Patrick Roy a perfectionné le style papillon, style d'abord développé par Glenn Hall et Tony Esposito entre autres. Aujourd'hui consacré, la grande majorité des gardiens de but de la ligue nationale le pratiquent[25],[26].

Au cours de sa carrière, Patrick Roy a gagné deux coupes Stanley avec le Canadien et deux autres avec l'Avalanche pour un total de quatre coupes Stanley. Il a aussi gagné trois fois le trophée Vézina et trois trophées Conn-Smythe.

Le , Patrick Roy a été sélectionné pour être intronisé au temple de la renommée du hockey dès sa première année année d'admissibilité[27],[28]. Son intronisation a eu lieu le lors d'une cérémonie au Centre Air Canada, quelques minutes avant un match entre les Canadiens et les Maple Leafs de Toronto.

Le 28 octobre 2003, son chandail est retiré par l'Avalanche du Colorado[29]. Il devient alors le deuxième joueur de l'organisation à recevoir un tel honneur, le premier étant Raymond Bourque en 2001, qui arborait le numéro 77[30].

Le , son chandail, le numéro 33, a été retiré par les Canadiens de Montréal lors d'une cérémonie avant le match opposant le Tricolore aux Bruins de Boston. Il déclara à cette occasion « Je serai toute ma vie reconnaissant de votre accueil et de votre soutien. Bien sûr, je me souviendrai de ce jour où j’ai dû partir un peu trop vite sans vous dire au revoir comme je l’aurais souhaité. Mais je me rappellerai davantage ces moments où nous avons fait trembler le Forum et vibrer Montréal. Et alors que vos encouragements et vos applaudissement me vont droit au cœur, alors que vous me faites l’honneur de retirer, ici à Montréal, mon chandail, alors que vous m’accueillez comme au premier jour, mes amis, ce soir, je rentre chez nous.»[31],[32] Le gardien de but Carey Price, avec qui il est souvent comparé parmi les meilleurs gardiens de but de l'histoire du Canadien[33], est notamment présent lors la cérémonie.

La carrière de Patrick Roy a inspiré de nombreux jeunes gardiens et athlètes québécois qui ont par la suite connu des carrières professionnelles[34],[35].

En 2023, la Ligue de hockey junior majeur du Québec annonce la création du trophée Patrick Roy, qui sera décerné au gardien de l'année dans le circuit[36].

Statistiques modifier

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[37],[38]
SaisonÉquipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ V  D Pr/N Min  BC Moy % Arr  Bl PunPJ V  D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun
1981-1982 Gouverneurs de Sainte-Foy QAAA 40 27 3 10 2 400 156 2,63 3 - 2 2 0 114 2 1,05 1 -
1982-1983 Bisons de Granby LHJMQ 54 13 35 1 2 808 293 6,26 0 - - - - - - - - - -
1983-1984 Bisons de Granby LHJMQ 61 29 29 1 3 585 265 4,44 0 - 4 0 4 244 22 5,41 0 -
1984-1985 Canadiens de Montréal LNH 1 1 0 0 20 0 0 0 0 - - - - - - - - - -
1984-1985 Bisons de Granby LHJMQ 44 16 25 1 2 463 228 5,55 0 - - - - - - - - - -
1984-1985 Canadiens de Sherbrooke LAH 1 1 0 0 60 4 4 0 - 13 10 3 769 37 2,89 0 -
1985-1986 Canadiens de Montréal LNH 47 23 18 3 2 649 148 3,35 0 1 - 20 15 5 1 215 39 1,93 0 1 -
1986-1987 Canadiens de Montréal LNH 46 22 16 6 2 681 131 2,93 0 1 - 6 4 2 330 22 4 0 0 -
1987-1988 Canadiens de Montréal LNH 45 23 12 9 2 583 125 2,9 90 3 - 8 3 4 429 24 3,36 88,9 0 -
1988-1989 Canadiens de Montréal LNH 48 33 5 6 2 744 113 2,47 90,8 4 - 19 13 6 1 206 42 2,09 92 2 -
1989-1990 Canadiens de Montréal LNH 54 31 16 5 3 173 134 2,53 91,2 3 - 11 5 6 641 26 2,43 91,1 1 -
1990-1991 Canadiens de Montréal LNH 48 25 15 6 2 835 128 2,71 90,6 1 - 13 7 5 785 40 3,06 89,8 0 -
1991-1992 Canadiens de Montréal LNH 67 36 22 8 3 935 155 2,36 91,4 5 - - - - - - - - - -
1992-1993 Canadiens de Montréal LNH 62 31 25 5 3 595 192 3,2 89,4 2 - 20 16 4 1 293 46 2,13 92,9 0 -
1993-1994 Canadiens de Montréal LNH 68 35 17 11 3 867 161 2,5 91,8 7 - 6 3 3 375 16 2,56 93 0 -
1994-1995 Canadiens de Montréal LNH 43 17 20 6 2 566 127 2,97 90,6 1 - - - - - - - - - -
1995-1996 Canadiens de Montréal LNH 22 12 9 1 1 260 62 2,95 90,7 1 - - - - - - - - - -
1995-1996 Avalanche du Colorado LNH 39 22 15 1 2 305 103 2,68 90,9 1 - 22 16 6 1 454 51 2,1 92,1 3 -
1996-1997 Avalanche du Colorado LNH 62 38 15 7 3 698 143 2,32 92,3 7 - 17 10 7 1 034 38 2,21 93,2 3 -
1997-1998 Avalanche du Colorado LNH 65 31 19 13 3 835 153 2,39 91,6 4 - 7 3 4 430 18 2,51 90,6 0 -
1998-1999 Avalanche du Colorado LNH 61 32 19 8 3 648 139 2,29 91,7 5 - 19 11 8 1 173 52 2,66 92 1 -
1999-2000 Avalanche du Colorado LNH 63 32 21 8 3 704 141 2,28 91,4 2 - 17 11 6 1 039 31 1,79 92,8 3 -
2000-2001 Avalanche du Colorado LNH 62 40 13 7 3 585 132 2,21 91,3 4 - 23 16 7 1 451 41 1,7 93,4 4 -
2001-2002 Avalanche du Colorado LNH 63 32 23 8 3 773 122 1,94 92,5 9 - 21 11 10 1 241 52 2,51 90,9 3 -
2002-2003 Avalanche du Colorado LNH 63 35 15 13 3 769 137 2,18 92 5 - 7 3 4 423 16 2,27 91 1 -
Totaux LNH 1 029 551 315 131 60 226 2 546 2,54 91 66 - 247 151 94 15 205 584 2,3 91,8 23

Palmarès modifier

 
Patrick Roy derrière le banc des Remparts de Québec en 2012

Comme joueur modifier

  • Membre depuis 2004 du Colorado Sports Hall of Fame[39]

Ligue de hockey junior majeur du Québec modifier

  • Membre du Temple de la renommée de la LHJMQ depuis le 31 mars 2004[40].
Bisons de Granby modifier

Ligue américaine de hockey modifier

Ligue nationale de hockey modifier

Canadiens de Montréal modifier
  • Numéro 33 retiré au Centre Bell le .
Avalanche du Colorado modifier
  • Numéro 33 retiré par l'Avalanche le
Records de la Ligue nationale de hockey modifier
  • 2e Gardien avec le plus de parties jouées en saison régulière : 1029
  • Gardien avec le plus de victoires en séries éliminatoires : 151
  • Gardien avec le plus de parties jouées en séries éliminatoires : 247
Étoiles de la Ligue nationale de hockey modifier

Comme entraîneur et dirigeant modifier

Ligue nationale de hockey modifier

Ligue canadienne de hockey modifier

Ligue de hockey junior majeur du Québec modifier

Remparts de Québec modifier

Notes et références modifier

  1. « Casseau accroche ses jambières », sur radio-canada.ca, (consulté le ).
  2. [1]
  3. Carl Tardif, « Le salut de Jana à papa », sur lapresse.ca, (consulté le ).
  4. Richard Labbé, « Le miracle de 1986 », sur Le Soleil, (consulté le )
  5. Zone Sports- ICI.Radio-Canada.ca, « Hockey : le 9 juin 1993, le Canadien de Montréal soulevait sa 24e coupe Stanley | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  6. Jonathan Bernier, « 25 ans après l’échange de Patrick Roy: le jour où tout a basculé pour le Canadien », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  7. a et b Zone Sports- ICI.Radio-Canada.ca, « Pierre Lacroix, l'allié de toujours de Patrick Roy | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  8. Alexandre Pratt, « Pierre Lacroix (1948-2020): Le négociateur « hors pair » », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Diane Hayfield, « La conquête de 1996 à saveur québécoise », sur RDS.ca, (consulté le )
  10. « La coupe Stanley à l'Avalanche », sur TVA Nouvelles, (consulté le )
  11. « Remparts: les moments marquants de Patrick Roy », sur TVA Sports, (consulté le )
  12. Roby St-Gelais, « Des Harfangs prêts à impressionner », sur Le Journal de Québec, (consulté le )
  13. « La relation touchante entre Patrick Roy et Bob Hartley », sur TVA Sports, (consulté le )
  14. « Patrick Roy annoncera sa retraite », sur RDS.ca, (consulté le )
  15. « Patrick Roy se nomme entraîneur des Remparts », sur Le Devoir, (consulté le )
  16. « Hockey junior - Deuxième coupe Memorial pour les Remparts », sur Le Devoir, (consulté le )
  17. « Les sanctions tombent », sur radio-canada.ca, (consulté le ).
  18. « Patrick Roy fait le saut », sur www.rds.ca, (consulté le )
  19. « Le Hart à Sidney Crosby, le Jack-Adams à Patrick Roy », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Mario Morissette, « Patrick Roy quitte l'Avalanche du Colorado », sur www.journaldequebec.com, (consulté le ).
  21. Zone Sports- ICI.Radio-Canada.ca, « Les Remparts à un seul gain d’une saison couronnée de trois trophées | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  22. La Presse canadienne, « Les Remparts remportent la Coupe Memorial », sur Le Devoir, (consulté le )
  23. Kevin Dubé, « Jacques Tanguay et Patrick Roy disent adieu aux Remparts », sur www.journaldequebec.com, (consulté le ).
  24. Guillaume Lefrançois, « Patrick Roy embauché par les Islanders », sur lapresse.ca, (consulté le )
  25. « Comment j’ai perfectionné le style papillon », sur ICI Radio-Canada.ca (consulté le )
  26. Jonathan Guay, « 5 gardiens de but qui ont marqué le hockey grâce à leur style de jeu », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  27. « Le bonheur tranquille de Patrick Roy », sur Le Devoir, (consulté le )
  28. « Patrick Roy intronisé au Temple de la renommée », sur TVA Nouvelles, (consulté le )
  29. « Le 33 de Patrick Roy retiré par l'Avalanche le 28 octobre », sur RDS.ca, (consulté le )
  30. « Le numéro 77 de Bourque retiré », sur TVA Nouvelles, (consulté le )
  31. Zone Aucun thème sélectionné- ICI.Radio-Canada.ca, « Le retour du Roy | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  32. Agence QMI, « Il y a 10 ans, Patrick Roy rentrait chez lui... », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  33. « Un air de déjà vu pour Patrick Roy », sur TVA Sports, (consulté le )
  34. Agence QMI, « Patrick Roy a été une inspiration pour Martin Brodeur », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  35. « Patrick Roy, l’idole de Marc-André Fleury », sur La Poche Bleue, (consulté le )
  36. « Nouveau trophée de la LJHMQ: Patrick Roy touché et fier », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Patrick Roy - Statistiques », sur www.nhl.com (consulté le )
  38. (en) « Patrick Roy (hockey sur glace) hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  39. Colorado Sports Hall of Fame, « 2004 Inductees », sur coloradosports.org (consulté le )
  40. Ligue de hockey junior majeur du Québec, « Temple de la renommée LHJMQ », sur lhjmq.qc.ca (consulté le )
  41. Gaétan Roy, « Patrick Roy très flatté par l'hommage qui est lui est rendu par les Bisons », sur banq.numerique.qc.ca, (consulté le )
  42. (en) « 100 Greatest NHL Players », sur nhl.com (consulté le )

Liens externes modifier