Chicago (rivière)

Cours d'eau de l'Illinois, États-Unis

Chicago
Image illustrative de l’article Chicago (rivière)
La rivière Chicago en 2018.
Image illustrative de l’article Chicago (rivière)
Caractéristiques
Longueur 251 km
Bassin collecteur Lac Michigan
Cours
Source Lac MichiganVoir et modifier les données sur Wikidata
Confluence Mississippi
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
État Illinois
Principales localités Chicago

La rivière Chicago (en anglais : Chicago River) est un système de cours d'eau et de canaux d'une longueur combinée de 251 kilomètres[1] qui traverse la ville de Chicago, y compris son centre-ville dont le Loop[2].

Bien qu'elle ne soit pas particulièrement longue, la rivière est remarquable car c'est l'une des raisons de l'importance géographique de Chicago : le portage de Chicago qui lui est lié constitue un lien entre les Grands Lacs et le bassin versant du fleuve Mississippi, et de fait le golfe du Mexique.

La rivière est représentée sur le drapeau de Chicago par les deux bandes bleues horizontales[3]. Ses trois branches sont l'inspiration du municipal device, un symbole en forme de Y à trois branches que l'on retrouve sur de nombreux bâtiments et autres structures de Chicago[4].

La rivière est également connue en raison de la coutume locale de teindre ses eaux en vert pour la fête de la Saint-Patrick.

GéographieModifier

Les affluents les plus au nord de la rivière sont dits West Fork (fourche Ouest), East Fork (fourche Est) (également connu sous le nom de Skokie) et Middle Fork (fourche centrale), qui rejoint la North Branch (affluent Nord) au niveau de la commune de Morton Grove, en Illinois. La North Branch conflue avec la Main Branch (affluent principal) de la rivière Chicago au niveau de Wolf Point, à Chicago. À partir du lac Michigan, la Main Branch coule en ligne droite vers l'ouest. Elle ne bifurque vers le sud qu'une fois passés le Wrigley Building et le Merchandise Mart. Une île artificielle du nom de Goose Island est située sur l'affluent nord de la rivière.

North, Main et South BranchModifier

La rivière Chicago peut-être divisée en trois principales branches (ou affluents) : la branche nord (North Branch), la branche principale (Main Branch) et la branche sud (South Branch).

Les premiers colons ont nommé la branche nord de la rivière Chicago la « rivière Guarie » (ou rivière Gary), d'après un commerçant qui s'est peut-être installé sur la rive ouest de la rivière à une courte distance au nord de Wolf Point, sur ce qui est maintenant Fulton Street[5],[6]. La source de la branche nord se trouve dans la banlieue nord de Chicago où convergent ses trois principaux affluents. La source du bras principal de la rivière est le lac Michigan. L'eau pénètre dans la rivière par les vannes des ouvrages de contrôle de la rivière avec un petit débit supplémentaire fourni par le passage des bateaux entre la rivière et le lac Michigan à travers l'écluse du port de Chicago[7]. Avant l'inversion de la rivière, la branche sud était généralement constituée de fourches de jonction dans la zone marécageuse appelée « Mud Lake » (Chicago Portage) pour s'écouler jusqu'à l'endroit où elle rencontrait la branche nord à Wolf Point, formant ainsi la branche principale[8]. Depuis l'inversion, la source de la branche sud de la rivière est la confluence de la branche nord et de la branche principale à Wolf Point. À partir de ce point, la rivière coule en direction du sud.

HistoireModifier

 
La rivière depuis le pont de Michigan Avenue.
 
La rivière de nuit.

Le premier établissement permanent est fondé par Jean Baptiste Pointe du Sable à la fin du XVIIIe siècle. Ce métis, originaire de la colonie française de Saint-Domingue, construit une première maison à Peoria[N 1] et épouse une Amérindienne[9]. Puis il s'installe à l'emplacement actuel de Chicago où il établit un comptoir commercial sur la rive nord de l'embouchure de la rivière Chicago. Il s'agit d'un poste de ravitaillement pour les trappeurs, les marchands, les coureurs des bois et les autochtones. En 1800, Du Sable vend sa propriété au trappeur français-canadien Jean La Lime qui la céda quatre ans plus tard à John Kinzie, un marchand de la ville de Québec (Canada)[9].

La rivière est également remarquable pour son histoire naturelle et artificielle. En 1887, l'Assemblée générale de l'Illinois décide d'inverser le cours de la rivière Chicago en faisant appel au génie civil en prélevant de l'eau du lac Michigan et en l'évacuant dans le bassin versant du Mississippi, en partie à cause des préoccupations suscitées par un événement météorologique extrême en 1885 qui menaçait l'approvisionnement en eau de la ville[10].

En 1889, l'Assemblée générale de l'Illinois créé le Chicago Sanitary District (actuel Metropolitan Water Reclamation District of Greater Chicago (en)) pour remplacer le canal Illinois et Michigan par le Chicago Sanitary and Ship Canal, une voie navigable beaucoup plus grande et mieux adapté aux besoins croissants de la ville en eaux usées et en navigation commerciale. Achevé en 1900[11], le projet inverse le flux de la branche principale et de la branche sud de la rivière Chicago en utilisant une série d'écluses et en augmentant le débit du lac Michigan dans la rivière, le faisant se déverser dans le nouveau canal. Ce procédé eut pour but de préserver la propreté du lac Michigan. En 1999, le système a été nommé « monument de génie civil du millénaire » par l'American Society of Civil Engineers (ASCE)[12].

Au début du XIXe siècle, on construit le Fort Dearborn sur la rive sud de la rivière. En 1915, le chavirement du bateau d'excursion Eastland amarré au pont de Clark Street cause la mort de 812 passagers. En 1928, on redresse et on déplace le bras sud de la Chicago de 400 mètres vers l'ouest entre Polk Street et la 18th Street pour faire place à la gare ferroviaire.

Inversion du courantModifier

 
Carte de l'inversion du courant de la rivière.

Comme la rivière se jette dans le lac Michigan, les eaux usées se déversent dans la source d'eau potable de Chicago. Cette situation entraîne de nombreux problèmes de santé publique, notamment des épidémies de typhoïde et de choléra. En 1871, on détourne une grande partie du cours de la rivière vers le canal Illinois et Michigan. En 1900, le Sanitary District of Chicago (autorités sanitaires de Chicago), dirigé par Rudolph Hering, inverse le cours de la rivière au moyen d'une série d'écluses et un déversoir à l'extrémité du North Shore Channel à Wilmette. Désormais, les eaux s'écoulent dans le nouveau canal sanitaire et fluvial de Chicago (Chicago Sanitary and Ship Canal). Avant cette opération, des habitants avaient surnommé la rivière Chicago «the stinking river» (la rivière puante). Elle devait ce nom aux usines de la ville, fruit de la florissante économie industrielle, qui y déversaient une quantité considérable d'eaux usées. Jusqu'aux années 1980, la rivière est très sale et les déchets s'y accumulent ; toutefois, pendant les années 1990, elle est l'objet d'un grand nettoyage dans le cadre d'un plan d'embellissement lancé par le maire de Chicago, Richard M. Daley.

Récemment, des chercheurs de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign ont fabriqué une maquette hydrodynamique tridimensionnelle de la rivière Chicago. Les simulations indiquent que des courants de turbidité causeraient le courant bidirectionnel observé en hiver dans la rivière. À la surface, tout semble normal. La rivière coule d'est en ouest, en direction opposée du lac Michigan. Mais près du lit de la rivière, l'eau s'écoule d'ouest en est, vers le lac[13].

Fin 2005, l’Alliance for the Great Lakes[14] proposa d'isoler le bassin du fleuve Mississippi de celui des Grands Lacs[15]. Si ce plan est mis à exécution, il est probable que la rivière Chicago reprendra son cours naturel.

Écluse et contrôle limnigraphiqueModifier

L'écluse contrôlant la branche principale de la rivière a la largeur du 4e canal Welland (80 pieds, ± 25m). À cause de l'étroitesse du chenal, il n'est pas à celui du reste de l'Illinois Waterway (110 pieds).

Pour maintenir l'inversion du courant, la ville de Chicago a le droit de prélever jusqu'à 3.200 pieds cubes (91 m3/s) d'eau du lac Michigan par jour, droit entériné par le traité[16] de la Commission mixte internationale. Comme la moitié environ de ce prélèvement est destinée à l'eau potable, celui-ci retourne partiellement dans le système des Grands Lacs.

La section 207.420 du Code of Federal Regulations (CFR) détermine les différences de niveau de la rivière par rapport au lac : moins 2 pieds (60 cm) en temps normal. Comme les niveaux respectifs fluctuent différemment, cet écart peut être ramené à 0,5 pied (15 cm).

L'inondation de ChicagoModifier

En 1992, un pieu enfoncé dans le fond de la rivière fissure le mur d'un vieux tunnel abandonné de la Chicago Tunnel Company près de Kinzie Street. Le réseau de transport de 97 kilomètres situé sous le centre-ville est presque entièrement inondé, de même que les étages inférieurs des bâtiments qu'il desservait par le passé, sans compter les boutiques et les voies piétonnes souterraines.

La Saint-PatrickModifier

 
Le jour de la fête de la Saint-Patrick, on colore les eaux de la rivière en vert pomme.

Chaque année, le jour de la Saint-Patrick, on teint la rivière en vert[17]. La Pipefitters Union a recours à un colorant à base de fluorescéine, également utilisé pour étudier les courants. Jusqu'en 1962, on utilisait 45 kg de colorant ; les quantités ont été réduites de nos jours à environ 18 kg.

ÉcologieModifier

Les zones industrielles et résidentielles ont nui à la rivière Chicago ; leur présence a entraîné des changements dans la qualité de son eau et de ses berges. Plusieurs espèces de poissons d'eau douce fraient dans la rivière, dont l'achigan à grande bouche, l'achigan à petite bouche, le crapet de roche, le crapet arlequin, la marigane noire, le poisson-chat et la carpe. La rivière abrite également une importante population d'écrevisses.

La South Fork de la Main Branch au sud, qui a servi d'égout aux Union Stock Yards et leurs abattoirs, était si polluée à une certaine époque qu'on l'a surnommée « Bubbly creek » (la « crique pétillante ») à cause des gaz provoqués par la décomposition du sang et des matières fécales[18]. La contamination du poisson au mercure et aux BPC a poussé l'État de l'Illinois à diffuser des avertissements sur la consommation de poissons de la rivière. Par exemple, il est déconseillé de manger les carpes de plus de 30 centimètres pêchées dans la Chicago. Les autorités s'inquiètent également à l'idée que la carpe argentée et la carpe à grosse tête, des espèces qui ont envahi le fleuve Mississippi et la rivière Illinois, n'atteignent les Grands Lacs en passant par la Chicago.

UrbanismeModifier

PontsModifier

 
Le pont de State Street est relevé pour laisser passer les bateaux.
 
Le pont de Lake Shore Drive.

La rivière Chicago compte aujourd'hui 45 ponts mobiles, soit un peu moins que son record de 52. Divers types d'ouvrages enjambent la Chicago, dont des ponts basculants, des ponts roulants Scherzer, des ponts tournants et des ponts levants.

Quelques ponts à bascule de la rivière :

PharesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Peoria est une ville se trouvant en banlieue sud-ouest de Chicago

RéférencesModifier

  1. « About Friends of the Chicago River » [archive du ], Friends of the Chicago River (consulté le )
  2. "Where is the Chicago River?"
  3. « Municipal Flag of Chicago » [archive du ] (consulté le )
  4. « The Chicago Municipal Device (Y-Shaped Figure) » [archive du ], Chicago Public Library (consulté le )
  5. Quaife 1913, p. 138
  6. William H. Keating, Narrative of an expedition to the source of St. Peter's river, Lake Winnepeek, Lake of the Woods, &c., performed in the year 1823 (volume 1), H. C. Carey & I. Lea, (lire en ligne[archive du ]), 172
  7. Carlos M. García, Kevin Oberg et Marcelo H. García, « ADCP Measurements of Gravity Currents in the Chicago River, Illinois », Journal of Hydraulic Engineering, vol. 133, no 12,‎ , p. 1356–1366 (DOI 10.1061/(ASCE)0733-9429(2007)133:12(1356))
  8. John Husar, « Maps Unlock River's History », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  9. a et b (en) « History of Jean-Baptiste Pointe DuSable », DuSable Heritage Association (consulté le )
  10. Hill 2000, p. 139–151
  11. US Army Corps of Engineers, How the Chicago District has 'weathered' recent storm events, (lire en ligne[archive du ])
  12. « Chicago Wastewater System » [archive du ], American Society of Civil Engineers (consulté le )
  13. (en) The River Under the River
  14. (en) Alliance for the Great Lakes
  15. (en) Great Lakes and Mississippi River may soon be separated dans South Bend Tribune, 29 décembre 2005.
  16. Jean-Claude Lasserre, Le Saint-Laurent, grande porte de l'Amérique, Montréal, Hurtubise HMH, , 753 p., p. 446
  17. (en) « Dyeing of the River » [archive du ], St. Patrick's Day Parade, Saint Patrick's Day Parade Committee of Chicago, (consulté le )
  18. (en) The Birth of the Chicago Union Stock Yards - Musée d'histoire de Chicago

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Francis Castelnau, Presqu'île, Michigan ; Sheboigan, Ouisconsin ; Fort Gratiot, Michigan ; Entrée de la rivière de Chicago, Illinois, Paris, Lith. d'Artus, ca. 1842 (OCLC 35064866)
  • Libby Hill, The Chicago River : a natural and unnatural history, Chicago, Lake Claremont Press, (OCLC 44922461)
  • David Solzman, The Chicago River : an illustrated history and guide to the river and its waterways, Chicago, Wild Onion Books, (OCLC 38039660)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier