Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont roulant (homonymie).
Un pont roulant

Un pont roulant est un appareil de manutention permettant le levage et le transfert de charges lourdes.

StructureModifier

Le pont roulant diffère de la grue, du portique, du semi-portique, de la potence et du monorail principalement par sa conception.

Il est constitué :

  • d'une structure horizontale en acier (le « pont » ou quadrilatère) se déplaçant sur deux voies de roulement
  • de treuils ou palans suspendus ou posés ; ils permettent d'enrouler le ou les câbles ou la chaine de levage.

Chaque axe de déplacement peut être manuel ou motorisé électriquement. À l'extrémité du câble, est monté le crochet de levage, soit directement soit par l'intermédiaire d'un moufle équipée de poulies.

Fonctions et mobilités possiblesModifier

Les ponts roulants sont généralement installés dans des halls industriels ou leur prolongement à l'air libre. Ils permettent la manutention de la charge dans tout l'espace de ces halls. Ils sont installés en hauteur et circulent sur des rails fixés sur des poutres de roulement en acier ou béton, en encorbellement ou reposant sur des poteaux.

Les axes de déplacement principaux sont appelés :

  1. translation : axe des voies de roulement (plus grande distance) correspondant à un mouvement d'ensemble du pont ;
  2. direction : axe transversal ; généré par un déplacement du chariot ;
  3. levage : axe vertical ; levage ou descente de la charge dû à un mouvement du treuil et donc des câbles.

Sur les ponts plus spécialisés on peut trouver des mouvements complémentaires comme la rotation, le basculement etc.

Un cas particulier est le « pont polaire » qui circule sur une voie de roulement non pas rectiligne mais circulaire. Il peut dans ce cas être équipé de deux sommiers ou suspendu d'un côté à un pivot au centre de la voie de roulement.

La largeur du pont correspond généralement à celle du hall industriel dans lequel il est installé. La portée du pont est la distance entre les axes des rails. L'écartement entre les rails pouvant légèrement varier, un rail assure le guidage latéral du pont. On parle de file guideuse, l'autre étant la file suiveuse.

La charge maximale d'utilisation (CMU) est mentionnée sur le pont en kN (10 kN ≈ 1 tonne).

PilotageModifier

Sur un petit pont roulant, la conduite de l'engin se fait par télécommande ou radio-commande ; les gros ponts possèdent souvent une cabine de conduite, mais ils peuvent également être pilotés depuis le sol par une télécommande.

Les ponts automatisés n'ont pas de pilote en atelier mais ils sont commandés depuis une salle de commande centralisée parfois très éloignée du pont roulant. Dans ce cas un système vidéo composé de caméras et de moniteurs permet si nécessaire d'assurer une surveillance humaine.

Il peut y avoir plusieurs ponts dans une même travée, chacun d'eux est alors protégé par un système anti-collision.

Pour répondre aux exigences de productivités dans les usines, les halls ou les ports, les ponts roulants doivent être en mesure d’effectuer rapidement des déplacements de grande précision. Au-delà du simple positionnement du chariot du pont roulant au-dessus de la cible souhaitée, la principale difficulté rencontrée pour un tel déplacement est de maîtriser le balancement de la charge. De telles oscillations compromettent en effet la sécurité des opérateurs travaillant à proximité et risquent également d’endommager les pièces déplacées et leur environnement. De plus, l’existence de ces oscillations entraîne une perte de temps non négligeable qui peut avoir des répercutions économiques.

           C’est pour répondre à ce problème que différentes méthodes de commande anti-ballant sont mises en place sur les ponts roulant. Il en existe essentiellement 4 :

1)   L'anti-ballant mécanique empêche les oscillations grâce à la présence de câbles attachés à la charge[1].

2)   L’anti-ballant est effectué ‘manuellement’ par un opérateur.

3)   L'anti-ballant actif : il s’agit d’un asservissement en boucle fermée sur la position angulaire de la charge et sur la position du chariot dans l’espace. Le principe consiste à prendre en compte la réponse du système mesurée en temps réel par des capteurs pour générer la consigne de commande[1].

4)   A l’inverse de l’anti-ballant actif, la mise en place d’un anti-ballant passif ne nécessite pas de mesures particulières. Cette stratégie de commande est basée sur une étude théorique qui détermine les caractéristiques que la commande doit vérifier pour annuler les oscillations. Cette méthode ne permet pas de prendre en compte d’éventuelles perturbations (exemple : coup de vent en milieu extérieur)[1].

TypologieModifier

Le pont roulant est constitué d'une ou deux poutres longitudinales reposant à chaque extrémité sur un chariot appelé sommier équipé de roues se déplaçant sur un rail. Les ponts pour faibles charges sont mono-poutre, les autres à double poutre. On trouve exceptionnellement des ponts à 4 poutres, comme dans les aciéries où de tels engins sont capables de lever plusieurs centaines de tonnes. Les poutres de grande dimension peuvent être « habitables » c'est-à-dire que le personnel peut y pénétrer et qu'elles contiennent des équipements de commande. Un pont roulant de grande taille est constitué :

  • d'un quadrilatère, structure constituée de :
    • sommiers équipés de galets (roues) assurant le déplaçant sur l'une et l'autre des voies de roulement
    • deux poutres reliant les sommiers et supportant le chariot
  • d'un chariot ou plusieurs se déplaçant sur les poutres du quadrilatère et équipé d'un ou deux palans ou treuils permettant d'enrouler le câble de levage.
  • d'une ou d'un moufle reprenant les accessoires de levage à l'extrémité basse des câbles

Selon la charge, chaque sommier peut reposer sur deux galets ou deux bogies de deux galets. Certains ponts ont deux sommiers à deux galets par côté (un par poutre) reliés par une biellette. Si les galets porteurs n'ont pas de joues, deux paires de galets horizontaux assurent le guidage du pont côté file guideuse. Des dispositifs anti-déraillement ou anti-envol peuvent être ajoutés. Ces derniers peuvent prévenir un déraillement, notamment du chariot en cas de rupture dans la chaîne de levage ou en cas de séisme.

Les ponts roulants sont utilisés pour les manutentions dans les parcs à matières premières, à produits finis (parcs à fers) dans les gros halls de stockage (déchargements de péniches ou de wagons, rechargements de camions). On utilise des ponts roulants, parfois associés par deux, dans le cadre de différentes phases d'élaboration de pièces mécaniques par exemple pour le forgeage de pièces d'acier de grande dimension. Ils peuvent être équipés pour les manutentions particulières, de pinces, de godets, de grappins, d'électro-aimants, de bras manipulateurs.

Ils fonctionnent à l'énergie électrique.

Il existe pour les industries lourdes de très gros modèles capables de lever des charges de plusieurs centaines de tonnes tels que les poches de fonte ou d'acier liquide dans les aciéries.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

François-xavier ARTARIT - INRS - Pont Roulant[2]

Revue scientifique des ISILF n°21, 2007. Contrôle du ballant lors du déplacement d’une charge suspendue à un pont roulant Ing. J. PIROTTE[1]

Terme allemand correspondant : Brückenkran. (page allemande en attente de création)

  1. a b c et d J. PIROTTE, « Revue scientifique des ISILF n°21, 2007. Contrôle du ballant lors du déplacement d’une charge suspendue à un pont roulant », n° 21,‎ (lire en ligne)
  2. « Ponts roulants - Brochure - INRS », sur www.inrs.fr (consulté le 5 octobre 2019)