Ouvrir le menu principal

Charles-Amand-Herman-Joseph van den Steen de Jehay

homme politique, avocat et diplomate belge
Charles van den Steen de Jehay
Fonctions
Ambassadeur de Belgique près le Saint-Siège
-
Gouverneur
Province de Liège
-
Sénateur
-
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Distinction

Le baron Charles-Amand-Herman-Joseph van den Steen de Jehay, né à Liège le et mort à Rome le (à 65 ans), est une personnalité politique, successivement liégeois, français, hollandais et belge, au gré des aléas de l'Histoire.

BiographieModifier

Exilé à 13 ans par suite des événements qui anéantirent la principauté de Liège, il passa dix années en Allemagne qu'il consacra aux études. En [1804], il se rendit à Paris et étudia le droit. Il est avocat en 1808.

Désigné en 1809 pour faire partie de la garde d'honneur de Napoléon, il fut nommé peu après auditeur au conseil d'État.

Quand à la suite des événements de 1814 et 1815 les armées coalisées pénétrèrent sur le territoire liégeois et le frappèrent de fortes contributions pour punir les habitants de leur fidélité à l'empire français, van den Steen se rendit à Aix-la-Chapelle avec La Rocq et Floen d'Adlercrona pour plaider la cause de ses compatriotes près du gouvernement général du Rhin et du baron de Sackenil et obtint des remises considérables sur les contributions initialement prévues.

Lors de la création du royaume des Pays-Bas, il fit partie de l'assemblée des notables appelés à se prononcer sur la loi fondamentale et l'un de ceux qui rejetèrent la constitution comme contraire aux principes de la religion catholique et à la liberté d'enseignement. Fidèle a ses convictions, il refusa d'ailleurs de prêter le serment exigé des fonctionnaires publics et n'accepta aucun des emplois ou des charges honorifiques qui lui furent offerts.

A son admission dans l'ordre équestre, il fit à nouveau vérifier et approuver sa généalogie et les titres de sa famille et reçu en ce sens une déclaration authentique datée 30 décembre 1824, délivrée par la commission pour la vérification des titres de noblesse pour l'admission au dit ordre[1]. Le 11 décembre 1839 Léopold Ier lui fit délivrer des lettres patentes de reconnaissance du titre de baron, transmissible à tous les membres de sa famille sans limitation dans le temps, distinction de sexe ou de primogéniture.

En 1828 et 1829, il fut un des premiers membres de la noblesse belge qui réclamèrent des modifications à la Constitution du royaume des Pays-Bas ; pacifiste et légaliste, il ne prit pourtant aucune part aux évènements de la révolution belge en 1830. Il fut néanmoins élu à l'unanimité sénateur pour l'arrondissement de Waremme, lors des premières élections de la jeune Belgique. En 1832, il est nommé gouverneur de la province de Liège et abandonna son poste de sénateur pour se consacrer pleinement à ce nouveau mandat.

Éclairé, intègre, tolérant, protecteur des arts, des sciences et de l'industrie, il acquit bientôt une grande popularité.

En 1844, le Roi le nomme envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de la Belgique près du Vatican et du gouvernement grand ducal de Toscane - en dépit de son souhait, à 63 ans, de prendre sa retraite. Il mourrut en exercice, à Rome.

En reconnaissance des services rendus, le pape Grégoire XVI conféra par privilèges extraordinaires le à sa veuve et à tous ses descendants van den Steen de Jehay, masculins et féminins le titre de comte romain, ajoutant en outre aux armoiries de la famille des signes distinctifs, honorifiques et particuliers. L'autorisation de porter en Belgique ce titre au port des armoiries figurées dans le diplôme papal a été délivrée par un arrêté de Léopold Ier du .

Titres et fonctionsModifier

FamilleModifier

Il est le fils de Lambert Armand Joseph van den Steen (Liège, - Jehay, ) et de Marie Hermanne Charlotte de Trappé (1758-1808).

Il épousa au château de Bassines, le 25 février 1811, Marie-Pétronille-Charlotte-Éléonore de Grumsel d'Emale (° 21 juin 1788), dernière de son nom et armes, fille unique de Fernand-Hubert-Ernest-Joseph de Grumsel d'Emale Liers. De ce mariage sont nés huit enfants.

 
Nathalie Charlotte Marie van den Steen de Jehay.

Notes et référencesModifier

  1. Le texte de ce document est reproduit dans La Belgique héraldique (consulter la bibliographie).
  2. Voir en ligne.
  3. Construit en 1804 par Charles-Alexis-Joseph, vicomte Desmanet de Biesme, de la famille de sa belle-soeur. Voir en ligne.
  4. Dont cette lettre du 2 février 1905.
  5. Adresse sur le faire-part de décès : rue Zinner, 6 à Bruxelles.
  6. en ligne.
  7. Sources : Généanet ; Éliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges, Lannoo, 2006 (ISBN 9782873864347), p. 197.
  8. Chevetogne, quel site !, La Libre, 22 septembre 2006, en ligne.
  9. Joseph Beaujean, François-Joseph Garnier (1750-1846), auteur imaginaire d'une supercherie botanico-littéraire, p. 76-88.
  10. Disponible dans GoogleBooks.
  11. Coordonnées géographiques : 50.309555 N, 5.186988 E.

BibliographieModifier

  •   E. Saint-Maurice Cabany, Notice nécrologique sur M. le baron Armand-Charles-Herman-Joseph van den Steen, Paris, 1847. Lire en ligne. Tiré à part du Nécrologe universel.
  •   Steen de Jehay. In : Ch. Poplimont, La Belgique héraldique, tome X, Paris, Henri Carion, 1867, p. 159-218.