Ouvrir le menu principal

Charles de Gaulle (1948-)

juriste et homme politique français, petit-fils du général de Gaulle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir famille de Gaulle et Charles de Gaulle (homonymie).

Charles de Gaulle
Illustration.
Fonctions
Député européen

(10 ans)
Élection 12 juin 1994
Réélection 13 juin 1999
Législature 4e et 5e
Biographie
Nom de naissance Charles Roger René Jacques de Gaulle
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Dijon (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique UDF jusqu'en 1993
MPF (1993-1998)
Front national de 1998 à 2004[1]
Père Philippe de Gaulle
Mère Henriette de Montalembert
Grand-père paternel Charles de Gaulle
Fratrie Jean de Gaulle, Yves de Gaulle, Pierre de Gaulle
Profession Avocat

Charles de Gaulle, né le à Dijon, est un avocat et homme politique français.

BiographieModifier

Il est le fils de Philippe de Gaulle et de son épouse Henriette de Montalembert. Il est le petit-fils du général de Gaulle (décédé en 1970), dont il porte le prénom, et est le frère de Jean de Gaulle. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section Économie et Finances, promotion 1970)[2], il épouse le 1er septembre 1978, Dolorès Porati, née le 19 mars 1943 à Ituzaingó (Buenos Aires, en Argentine) avec qui il a deux enfants : Philippe (1980) et Édouard (1981).

Avocat au barreau de Paris depuis 1971, il se lance en politique dans les années 1980. Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 1986 à 1992, il est alors membre de l'UDF. De 1989 à 1990, il est premier adjoint au maire de Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine (Île-de-France). En 1989, il figure sur la liste menée par Valéry Giscard d'Estaing aux élections européennes. Par le jeu des démissions, il siège au Parlement européen à partir de 1993.

Aux élections européennes de 1994, il est élu sur la liste du Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, parti qui est opposé à une vision fédérale de l'Union européenne ainsi qu'à la future monnaie unique. À partir de 1998, il se rapproche du parti de Jean-Marie Le Pen, le Front national : il ne vote pas la levée de l'immunité de parlementaire européen de Le Pen, puis il se présente aux élections européennes de 1999 et aux élections municipales de 2001 à Paris sur des listes Front national. Il ne s'est pas représenté aux élections européennes de 2004, date à laquelle il quitte définitivement la politique. Cette entente avec le Front national lui a été reprochée par une partie de la famille de Charles de Gaulle dans un appel publié dans le journal Le Monde du 19 mai 1999[3],[4].

RéférencesModifier

Liens externesModifier