Cedrela odorata

L'Acajou amer (Cedrela odorata) est une plante dicotylédone de la famille des Méliacées des régions tropicales d'Amérique : on le trouve du Mexique au Brésil en passant par les Caraibes et le Pérou.

C'est un arbre des forêts tropicales humides et des forêts sèches des plaines tropicales.

DescriptionModifier

 
Ecorce de Cedrela odorata

Aspect généralModifier

L'acajou amer est un arbre de taille imposante qui peut atteindre 40 m de hauteur. Le tronc pouvant mesurer 1 m de diamètre a une écorce grise et fissurée longitudinalement[1].

 
Capsule après déhiscence

FeuillesModifier

Les feuilles sont composées, paripennées et peuvent mesurer jusqu'à 80 centimètres de long. Les folioles ont un apex acuminé et une base dissymétrique[1].

FleursModifier

Les inflorescences sont des grappes terminales de 15 à 20 centimètres de long. Les fleurs ont une forte odeur de malt. Elles mesurent entre 6 et 9 millimètres de long et sont blanches à jaune[1].

FruitsModifier

L'espèce fructifie au bout de 10 ans. Les fruits sont des capsules ellipsoïdes contenant des graines plates ailées[1].

UtilisationModifier

OrnementModifier

On plante l'acajou amer à des fins ornementales dans les parcs et jardins, notamment dans les régions tropicales.

Il est cependant capable de se développer sous des climats plus froids que celui de ses régions d'origine et de supporter des gels légers[2]. Des spécimens plantés dans les rues de Brest par exemple (zone 9) s'y développent très bien et deviennent de grands arbres[3]. Il ne faut cependant pas le confondre avec Toona sinensis, une espèce proche plus fréquente sous climat tempéré.

BoisModifier

 
Un huit

Son bois de couleur brun foncé est de très grande qualité et est utilisé dans l'industrie du meuble, la construction de navires, la menuiserie et l'ébénisterie[1]. Il était utilisé pour construire des huit à la fin du XIXe et au début du XXe siècle[réf. souhaitée].

 
Cave à cigare (ou humidor)

L'acajou amer est également très utilisé dans l'univers du cigare. Il est utilisé comme bois de plaquage à l'intérieur des caves à cigares ou humidors. La plupart des amateurs de cigares l'appellent cèdre espagnol ou cèdre d'Espagne. Il est utilisé pour la conservation des cigares pour sa grande capacité d'absorption de l'humidité qui permet d'éviter l'apparition de moisissure à une hygrométrie constante située entre 68 et 72 %[réf. souhaitée]. Sa forte odeur permet également de tenir éloignés les parasites (notamment les mites[4]) des cigares[5].

OmbrageModifier

En Nouvelle-Calédonie, Cedrela odorata est parfois planté comme plante d'ombrage dans les caféières[1].

Caractère envahissantModifier

L'espèce a un caractère envahissant en Nouvelle-Calédonie[1],[6]. Elle a été introduite à la ferme-école de Yahoué à la fin du XIXe siècle. Elle forme des couverts forestiers hauts et quasiment monospécifiques[4]. Le Code de l'environnement de la Province Sud interdit l’introduction dans la nature de cette espèce ainsi que sa production, son transport, son utilisation, son colportage, sa cession, sa mise en vente, sa vente ou son achat[7].

Noms vernaculairesModifier

Cèdre acajou, cèdre espagnol, cèdre des barbares, acajou amer, acajou de Guyane. En anglais : West indian cedar. En espagnol : Cedro amargo. En allemand : Jamaica-Zedar.

GénétiqueModifier

La génétique forestière de cette espèce est encore mal connue, mais l’étude du génome de cet Acajou en forêt costaricaine, a récemment (2004) confirmé une variation génétique épousant le gradient environnemental du pays[8]. Mais cette étude a aussi montré une divergence évolutive majeure entre les génomes chloroplastiques des acajous de la région du Yucatan et ceux du Honduras / Nicaragua, différence qui n’apparaît qu’à l’étude du génome chloroplastique de cette espèce[8]. Des translocations de plants d’une zone à l’autre sans tenir compte de ces différences pourrait conduire à produire des populations désadaptées à leur environnement.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

Références taxonomiquesModifier

Notes et autres référencesModifier

  1. a b c d e f et g Groupe espèces envahissantes, Plantes envahissantes pour les milieux naturels de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Agence pour la prévention et l'indemnisation des calamités agricoles ou naturelles (APICAN), , 222 p., pp. 164-165
  2. https://jardin-secrets.com/cedrele-odorant-article-12177,190,fr.html
  3. Images sur gardenbreizh.org : [1], [2].
  4. a et b Bernard Suprin, Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Editions Photosynthèse, , 382 p. (ISBN 9782952731638), p. 211
  5. « Pourquoi le cèdre est-il utilisé pour la fabrication des caves à cigares ? », sur www.cigares.ch (consulté le )
  6. Vanessa Hequet, Mickaël Le Corre, Frédéric Rigault, Vincent Blanfort, Les espèces exotiques envahissantes de Nouvelle-Calédonie, IRD, Institut de Recherche pour le Développement, , 87 p. (lire en ligne), p. 17, p. 33
  7. Code de l'environnement de la Province Sud, Nouméa, , 346 p. (lire en ligne), p. 147
  8. a et b S Cavers, C Navarro, A.J Lowe (2004), Targeting genetic resource conservation in widespread species : a case study of Cedrela odorata L. ; Dynamics and Conservation of Genetic Diversity in Forest Ecology ; Forest Ecology and Management ; Volume 197, Issues 1–3, 11 August 2004, Pages 285–294 ; https://dx.doi.org/10.1016/j.foreco.2004.05.019 (résumé)