Catherine Maire

historienne française
portrait
Catherine Maire
Catherine Maire.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Site web

Catherine Maire est une historienne et universitaire française, d'origine genevoise, chercheuse au CNRS, née le , spécialiste d'histoire religieuse et politique des XVIIe et XVIIIe siècles, en particulier du jansénisme et du gallicanisme.Elle prépare un livre sur les relations entre l'Eglise et l'Etat pendant la période révolutionnaire.

CarrièreModifier

Catherine Maire est historienne, chargée de recherches au CNRS, membre statutaire du Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA) de l'École des hautes études en sciences sociales[1].

Spécialiste du jansénisme au XVIIIe siècle[2], ses recherches actuelles portent sur le gallicanisme, en particulier sur ses développements dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle s'est intéressée particulièrement au rôle du jansénisme dans les origines intellectuelles et religieuses de la Révolution française, non sans s'opposer aux idées de Dale K. Van Kley sur le sujet[3]. Son dernier livre consacré au gallicanisme et intitulé "l'Église dans l’État", montre comment l’inclusion est devenue source de nouvelles divisions. Les grandes controverses qui se sont succédé dans le sillage de l’affaire de la bulle Unigenitus, autour des biens ecclésiastiques, des refus de sacrements, de l’état civil des protestants ou de l’expulsion des jésuites font ressortir les enjeux de la recherche d’un impossible équilibre entre les libertés religieuses et les nécessités politiques, idéal gallican par excellence. Elles constituent le terreau où s’enracine la pensée des philosophes des Lumières ainsi que les solutions provisoires de l'Edit dit de Tolérance et de la Constitution civile du clergé.

PublicationsModifier

  • L’Église dans L’état. Politique et Religion dans la France des Lumières, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, .
  • De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1998.
  • Les Convulsionnaires de Saint-Médard. Miracles, convulsions et prophéties à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. Archives, 1985[4].
  • Les Possédées de Morzine (1857-1873), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981. (sur gallica)

Direction d’ouvrageModifier

  • Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Presses universitaires de Rennes, 2010. Co-édition avec P.-A. Fabre des actes de deux colloques, tenus à EHESS, Paris, fin , et à l'École française de Rome, fin [5]
  • Catholicisme et Bourgeoisie. Retour sur les Origines de l'Esprit bourgeois en France de Bernard Groethuysen, Cahiers du Centre de recherches historiques, oct. 2003.
  • Jansénisme et Révolution, Chroniques de Port-Royal, Paris, 1990.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Page sur Catherine Maire sur lodel.ehess.fr
  2. Claude Mazauric, « Dale K. VAN KLEY, Les origines religieuses de la Révolution française (1560-1791), Paris, Seuil, « L'Univers historique », 2002, 573 p. », dans : Annales historiques de la Révolution française, n°331, 2003, p. 186-189. Lire en ligne
  3. Jacques Julliard, Les Gauches françaises : 1762-2012. Histoire et politique, Paris, Flammarion, 2013, note 116.
  4. Claude Michaud C, « Les convulsionnaires de Saint-Médard, miracles, convulsions et prophéties à Paris au 18e siècle », Dix-huitième Siècle, no 18,‎ , p. 488-489 (lire en ligne)
  5. Adrien Paschoud, « Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, sous la direction de Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire » », Revue de l’histoire des religions, vol. 1,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier