Caroline Chisholm
Caroline Chisholm
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Highgate
Nom de naissance
Caroline Elizabeth Jones
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Distinction
Victorian Honour Roll of Women (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Caroline Chisholm ()[1] est une femme progressiste appartenant au mouvement humaniste de la Grande-Bretagne au XIXe siècle. Elle est surtout connue pour son action envers les immigrés en Australie et, à ce titre, fait partie du calendrier des saints reconnus par l'Église d'Angleterre. L'Église catholique s'intéresse elle aussi à son cas et des pourparlers sont en cours pour qu'elle l'admette dans la communauté de ses propres saints[2].

Biographie modifier

 
Cathédrale Sainte-Marie à Sydney.

Caroline Chisholm est née à Wootton, près de Northampton, Angleterre, fille de Caroline et William Jones, couple de fermiers prospères. Benjamine d'une nombreuse fratrie, elle est élevée par une gouvernante férue de français et de mathématiques, et baigne dès son plus jeune âge dans la tradition de la philanthropie[3]. Elle accepte d'épouser à vingt-deux ans le capitaine Archibald Chisholm de la East India Company , mais à la condition qu'elle puisse poursuivre ses activités caritatives[4]. Il a treize ans de plus qu'elle et pratique la religion catholique, ce qui a pu inciter son épouse à se convertir peu après son mariage[5]. Quoi qu'il en soit, il est certain que Caroline Chisholm puise dans la religion une bonne partie de sa force pour poursuivre son action, que, d'ailleurs, elle dédie à l'Église, dès son arrivée en Australie, devant l'autel de la cathédrale St. Mary de Sydney[3].

Madras (Inde) modifier

En 1832, Archibald Chisholm est nommé à Madras où Caroline le rejoint un an plus tard et y fonde la Female School of Industry for the Daughters of European Soldiers ("École des sciences domestiques pour les épouses de militaires européens »)[6]. Elle s'est en effet rendue compte que les épouses et les filles des militaires britanniques vivent dans une telle misère qu'elles sont parfois poussées au crime et à la prostitution, ce qui l'incite à faire appel au gouverneur de la province pour obtenir l'aide nécessaire à la fondation de son institution[7]. Dans cet établissement leur est alors prodigué l'enseignement de la lecture, de l'écriture, du calcul et de la religion, ainsi que l'art de tenir une maison, la cuisine, le ménage et aussi les soins à prodiguer aux jeunes enfants[6]. Au départ de la famille Chisholm, l'école est reprise par les autorités et devient une institution d'État[5].

Sydney (Nouvelle Galles du Sud) modifier

Les Chisholm se décident à partir pour l'Australie où ils arrivent sur l'île d'Émeraude (Emerald Isle) de Sydney en 1838 ; ils s'installent à Windsor où Caroline reste avec ses trois fils lorsque son mari est rappelé au service actif en 1840[5]. Bien que la Nouvelle Galles du Sud connaisse alors une dépression, la main d'œuvre rurale se fait rare et les autorités ne prévoient rien pour disperser sur les lieux déficitaires la masse des émigrés agglutinés dans Sydney et rongés par le chômage. Caroline Chisholm se porte volontaire pour venir en aide aux passagers de tous les bateaux arrivant d'Europe et devient vite une figure familière des docks de la ville[5], réussissant tant bien que mal à caser des jeunes filles qu'elle accueille souvent chez elle[4]. En juillet 1841, elle prend contact avec le gouverneur, Sir George Gipps (1791-1847), et son épouse, Lady Gipps[8], puis avec les propriétaires du Sydney Herald, l'un des journaux les plus populaires, pour leur proposer le projet d'une résidence pour femmes immigrées. Les milieux catholiques essaient bien de la décourager, mais elle réussit à convaincre le gouverneur de sa bonne volonté désintéressée, si bien qu'on lui alloue de vieilles casernes pour immigrants où elle peut installer son refuge, dont les seuls revenus dépendent des autorités publiques. Bientôt, l'institution accueille jusqu'à quatre-vingt-seize femmes tout en faisant office de « pôle emploi » gratuit, le seul de toute la région[4].

En effet, le souci de Caroline Chisholm est désormais de répartir les chômeurs vers les zones rurales où ils peuvent trouver du travail. Des centaines de circulaires portant l'aval de Gipps sont envoyées à tous les responsables locaux et, durant l'année 1842, partout on voit Caroline sur son cheval blanc, Captain[3]. Bientôt des maisons d'accueil et des agences pour l'emploi sont établies dans une douzaine de centres ruraux, et le refuge de Sydney est fermé en raison du succès de la ventilation des immigrés[4], environ 14 000, dans les campagnes[9]. Lors de la tenue d'une commission composée de fermiers désabusés, elle propose un plan pour l'installation des familles sur des terres jouissant d'un bail à long terme ; son optimisme quant à la future prospérité de ces déshérités suscite l'opposition des propriétaires, mais sans se décourager, c'est avec ses propres fonds qu'elle s'occupe ainsi de vingt-trois familles à Shellharbour sur des terres données par Robert Towns. Lors d'une seconde tenue de la commission en 1844, elle présente les résultats de son expérience, mais son plan est à nouveau rejeté[3].

Le capitaine Chisholm prend sa retraite de l'armée en 1845 et rejoint l'Australie pour travailler avec son épouse. Sans la moindre reconnaissance officielle, les Chilsholm sillonnent la Nouvelle Galles du Sud et recueillent plus de six-cents témoignages d'immigrés sur leur vie en Australie, ce qui constitue une sorte de bréviaire pour les candidats anglais à l'émigration dans ce pays. À ce stade de son activité, Mrs Chisholm ne s'occupe plus des cas particuliers, mais milite pour de substantielles réformes et pour promouvoir ses propres idées sur la colonisation. En 1846, elle et son mari quittent l'Australie à bord du SS Dublin pour retourner en Angleterre ; elle laisse derrière elle une véritable légende[3].

Militantisme en Angleterre modifier

 
Pie IX.

Désormais, le but de Caroline Chisholm est de promouvoir l'immigration en Australie et d'obtenir la modification des lois régissant le départ des familles. Avant leur retour, les Chisholm ont rassemblé quelque six-cents témoignages en Nouvelle Galles du Sud, dont Caroline publie certains pour donner du poids à ses arguments. Elle est conviée à s'exprimer devant deux commissions à la Chambre des lords et, surtout grâce au soutien du comte Grey, à l'intention duquel elle a publié une lettre ouverte intitulée Emigration and Transportation Relatively Considered, et de James Stephen, elle persuade les parlementaires de permettre aux familles d'anciens déportés de pouvoir les rejoindre gratuitement ; c'est ainsi que de nombreuses femmes sont embarquées sur le SS Asia and Waverley et environ soixante-quinze enfants sur le SS Sir Edward Parry. En revanche, elle ne réussit que difficilement, par l'obtention de réformes ponctuelles, à faire évoluer les règles en vigueur pour l'émigration des familles[3].

En 1849, grâce à l'aide de riches Londoniens, en particulier de Wyndham Harding (1817-1855)[10],[11], Caroline Chisholm fonde la Family Colonization Loan Society (« Association de prêts pour les familles de colons »), destinée à faire des prêts aux émigrants pour la traversée vers l'Australie où des agents chargés de leur procurer du travail et d'encaisser les remboursements. L'Association est même capable d'armer ses propres bateaux pour le transports des colons. La découverte des mines d'or australiennes ayant donné à l'immigration un véritable renouveau, en 1854, l'association transporte plus de trois mille passagers. Finalement, les efforts de Caroline Chisholm portent leurs fruits, puisque le Parlement vote en 1852 une loi réformant les conditions de voyages des migrants[4].

Le capitaine Archibald Chisholm regagne l'Australie en mars 1851 pour exercer bénévolement les fonctions d' « agent colonial »[4] ; restée seule en Angleterre, Caroline y fait de nombreuses tournées, qu'elle poursuit en France, en Allemagne et en Italie où elle rencontre le pape Pie IX[4]. Après deux années de lutte militante, au cours desquelles sa demeure devient un véritable centre d'information pour les candidats à l'émigration avec une moyenne de cent quarante lettres par jour, Caroline Chisholm, loin d'être rebutée par les lenteurs et la tiédeur des réactions officielles, prend la décision d'agir seule, connaissant parfois des échecs, mais aussi de nombreuses réussites. Si certains de ses plans alarment les squatters australiens, c'est-à-dire les bénéficiaires de terrains appartenant à la couronne pour la pâture des troupeaux, elle réussit à former une commission rassemblant les plus riches marchands de la capitale, et son association, avec Lord Ashley comme président de la maison-mère à Londres, s'étend en province avec de nombreuses succursales, tandis que ses agents locaux s'établissent à Adélaïde, Melbourne et Sydney[3].

Mrs Chisholm est désormais l'une des femmes les plus célèbres d'Angleterre et son portrait, peint par Angelo Collen Hayter, est exposé à la Royal Academy en 1852 ; elle reçoit même l'hommage de nombreux poèmes, articles ou dessins gentiment humoristiques. Charles Dickens lui-même, bien que l'ayant brocardée sous les traits de Mrs Jellyby dans La Maison d'Âpre-Vent, lui donne un sérieux coup de pouce en publiant plusieurs articles de 1851 à 1852 vantant les mérites de ses bonnes œuvres dans Household Words[N 1].

Le retour en Australie modifier

 
Armes de la ville de Victoria.

En 1854, Caroline Chisholm s'embarque sur le Ballarat et son départ est non seulement commenté dans la presse, mais donne lieu à une souscription qui rapporte 900 £ à son association. Elle arrive à Port Phillip en juillet, et lors d'un rassemblement de bienvenue, honneur est rendu à son mari qui, tout seul, a mis ses plans en œuvre en Australie. Le Conseil législatif de Victoria lui vote 5 000 £ de crédits et 2 500 £ supplémentaires sont reçus à tire privé. C'est uniquement parce que la famille Chisholm est au bout de ses ressources et désire ouvrir un entrepôt que Caroline accepte ces fonds, mais non sans une certaine réticence[3].

En octobre 1854, Caroline Chisholm se rend sur les terrains aurifères de Victoria et, lors d'une réunion tenue à Melbourne en novembre, elle propose la construction d'une chaîne d'abris tout au long des chemins menant aux mines. Avec l'aide parcimonieuse de fonds publics, dix abris sont érigés avant la fin de 1855. De plus, elle continue à militer pour le déblocage des terres. En 1857, cependant, atteinte par une maladie rénale, elle doit se replier sur Kyneton où son mari Archibald, qui a été promu commandant au titre de la réserve, devient magistrat tandis que les deux fils sont chargés de gérer l'entrepôt[4]. Caroline doit ensuite se faire soigner à Sydney où elle donne plusieurs conférences sur le sujet des terres de 1859 à 1861. Ses difficultés financières, cependant, l'obligent à ouvrir une école de filles à Newton en juillet 1862, établissement qui déménage ensuite à Tempe[4].

Caroline Chisholm n'aspire jamais à la réussite financière et sociale, et cette indifférence lui vaut sans doute la relative obscurité où elle se trouve reléguée pendant ses dernières années en Australie. Cependant, bien que presque oubliée des nouvelles générations, elle a la joie de voir plusieurs de ses projets visionnaires enfin réalisés[4].

Le retour définitif en Angleterre et la mort modifier

En juin 1866, les Chisholm reprennent le chemin de l'Angleterre où, avec pour toutes ressources une pension de 100 £, ils s'installent d'abord à Liverpool, puis dans un misérable logis à Highgate, quartier de Londres du borough de Camden, situé au nord-est d'Hampstead. Mrs Chisholm meurt en août 1877 et son mari la suit en août de la même année ; tous les deux sont inhumés dans la même tombe au cimetière de Northampton ; la pierre tombale porte l'inscription : « L'amie des émigrants »[4].

Commémoration modifier

 
Le centre ville et le lac Tuggeranong.

Beaucoup d'établissements scolaires portent, en Angleterre comme en Australie, le nom de Caroline Chisholm[12],[13],[14],[15],[16],[17] ,[18],[19].

À Tuggeranong (ACT), le Département fédéral aux services à la personne (Federal Government Department of Human Services) a pour quartier général un bâtiment connu comme le « CCC », le « Centre Caroline Chisholm ».

Caroline Chisholm a également figuré sur plusieurs timbres et billets de banque australiens[20],[21].

Annexes modifier

Bibliographie modifier

  • (en) E. Mackenzie, The Emigrants' Guide to Australia, Londres, 1853.
  • (en) M. L. Kiddle, Caroline Chisholm, Melbourne, 1957.
  • (en) Judith Iltis, Australian Dictionary of Biography, vol. 1, MUP, , « Caroline Chisholm ».
  • (en) Mary Hoban, Fifty One Pieces Of Wedding Cake. A Biography Of Caroline Chisholm, Lowden, Kilmore Victoria, 1973, 197 p.
  • (en) M. Lake, A. McGrath, et al., "Creating a Nation", Viking, Ringwood, 1994.
  • (en) Susanna De Vries, Strength of spirit: pioneering women of achievement from First Fleet to Federation, Millennium Books, 1995, (ISBN 0-7022-1346-2).
  • (en) Joanna Bogle, Caroline Chisholm, The Emigrants' Friend, Leominster, Herefordshire, Gracewing Fowler Wright Books, 1997, 157 p., (ISBN 0-8524-4205-X).

Notes modifier

  1. On ne sait pas avec exactitude pourquoi Dickens avait pris Caroline Chisholm comme modèle de sa Mrs Jellyby, rien, dans la critique, ne laissant à penser que les neuf petits Chisholm aient été négligés ; à Angela Burdett-Coutts, pourtant, il avait écrit en 1850 qu'il était hanté par le souvenir de sa visite chez elle, et que s'il admirait le travail de la philanthrope, il trouvait que ses enfants étaient mal soignés et que « leur visage sales restent pour moi de permanents compagnons ».

Références modifier

  1. Iltis 1966
  2. « The Age: Chisholm's supporters push for sainthood » (consulté le ).
  3. a b c d e f g et h « Caroline Chisholm » (consulté le ).
  4. a b c d e f g h i j et k Judith Iltis, Chisholm, Caroline (1808–1877), Australian Dictionary of Biography, Volume 1, Melbourne University Press, 1966, p. 221–223.
  5. a b c et d « Dictionary of Australian Biography :Caroline Chisholm » (consulté le ).
  6. a et b « BBC – Northamptonshire – A Sense Of Place – Northhamptonshire People: Caroline Chisholm » (consulté le ).
  7. « Caroline Chisholm » (consulté le ).
  8. « Sir George Gipps » (consulté le ).
  9. Female Immigration, Considered in a Brief Account of the Sydney Immigrants' Home, Sydney, 1842.
  10. Institute of Civil Engineers, « Minutes of the Proceedings », Volume 15, 1856, p. 97–100.
  11. Caroline Chisolm, Memoirs of Mrs. Caroline Chisolm, 2e éd., Londres, Millington and Co., 1852, p. 139,]
  12. Chisholm Catholic College. Chisholm.wa.edu.au. Consulté le 12 décembre 2013.
  13. Caroline Chisholm College. Carolinechisholm.nsw.edu.au. Consulté le 12 décembre 2013 .
  14. Caroline Chisholm School. Ccs.northants.sch.uk. Consulté le 12 décembre 2013 .
  15. Chisholm College – La Trobe University. Latrobe.edu.au. Consulté le 12 décembre 2013 .
  16. Chisholm Institute of TAFE. Chisholm.vic.edu.au.Consulté le 12 décembre 2013 .
  17. Caroline Chisholm Education Foundation. Carolinechisholm.org.au (2011-08-03). Consulté le 12 décembre 2013 .
  18. Place name search. actpla.act.gov.au
  19. 2007 Election:Profile of the Electoral division of Chisholm. Aec.gov.au (2010-10-07). Consulté le 12 décembre 2013 .
  20. Australian Stamp Bulletin No 277, octobre–décembre 2004, p. 21. Consulté le=12 décembre 2013.
  21. Museum of Australian Currency Notes: Australia's First Decimal Currency Notes. Rba.gov.au (14 février 1966).Consulté le=12 décembre 2013.

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Autre source modifier