Ouvrir le menu principal

Carmélites de l'Enfant-Jésus
Image illustrative de l’article Carmélites de l'Enfant-Jésus
Mon Ciel est de faire du bien sur la terre
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 26 mai 1954
par Pie XII
Institut congrégation religieuse
Type apostolique et contemplatif
Spiritualité carmélitaine
But évangélisation, catéchisme, soins des malades, œuvres spirituelles
Structure et histoire
Fondation 31 décembre 1921
Sosnowiec
Fondateur Maciej Gądek et Teresa Janina Kierocinska
Abréviation C.I.J
Patron Enfant Jésus de Prague, sainte Thérèse de Lisieux
Rattaché à Ordre des Carmes déchaux
Site web site officiel, site français
Liste des ordres religieux

Les carmélites de l'Enfant-Jésus (en latin : Congregatio Sororum Carmelitarum Infantis Iesu) forment une congrégation religieuse féminine de droit pontifical.

Sommaire

HistoriqueModifier

La congrégation est fondée le 31 décembre 1921 à Sosnowiec par le père Anzelm Gądek (1884 - 1969), carme déchaux. À cause de la guerre soviéto-polonaise, la récente deuxième République de Pologne fait face à des difficultés économiques ; le père Anselme se consacre aux populations à travers la prédication et le ministère spirituel où il voit l'immense pauvreté matérielle et spirituelle. Encouragé par Mgr Władysław Krynicki (pl) et avec le consentement de Mgr Augustyn Łosiński (pl), évêque du diocèse de Kielce, le père Anselme fonde le 31 décembre 1921 la congrégation des carmélites de l'Enfant-Jésus[1].

Les premières sœurs s'installent à Sosnowiec, la tâche principale de la nouvelle communauté est d'éduquer les enfants et les jeunes. Le père Anselme choisit Teresa Janina Kierocinska comme première supérieure. En 1925, une maison est achetée et Teresa Janina organise un orphelinat avec des repas gratuits pour les enfants pauvres, et quelques années plus tard, une école primaire[2].

L'institut est agrégé à l'ordre des Carmes déchaux le 16 mars 1936 et devient de droit pontifical par décret du 26 mai 1954[3].

Activités et diffusionModifier

Les sœurs se dédient à l'évangélisation, au catéchisme, aux soins des malades et d’activités spirituelles pour les jeunes.

Elles sont présentes en :

La maison-mère est à Marki.

Au 31 décembre 2008, la congrégation comptait 500 religieuses dans 58 maisons[5].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Liens externesModifier