Ouvrir le menu principal

Canton d'Asnières-sur-Seine

canton français

Canton d'Asnières-sur-Seine
Canton d'Asnières-sur-Seine
Situation du canton d'Asnières-sur-Seine dans le département de Hauts-de-Seine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement(s) Nanterre
Bureau centralisateur Asnières-sur-Seine
Conseillers
départementaux
Josiane Fischer
André Mancipoz
2015-2021
Code canton 92 02
Histoire de la division
Création 13 avril 1893[1]
22 mars 2015[2]
Disparition 20 juillet 1967[3]
Démographie
Population 68 996 hab. (2016)
Densité 14 315 hab./km2
Géographie
Superficie 4,82 km2
Subdivisions
Communes fraction Asnières

Le canton d'Asnières-sur-Seine est un canton français du département des Hauts-de-Seine.

HistoireModifier

Département de la SeineModifier

Le canton d'Asnières-sur-Seine de l'ancien département de la Seine, constitué des communes d'Asnières-sur-Seine et de Gennevilliers a été créé par la loi du 13 avril 1893[1] par scission du canton de Nanterre[4].

Département des Hauts-de-SeineModifier

Dans le cadre de la mise en place du département des Hauts-de-Seine, la commune d'Asnières-sur-Seine est divisée en deux cantons par le décret du 20 juillet 1967[3], ceux d'Asnières-sur-Seine-Nord et d'Asnières-sur-Seine-Sud.

Un nouveau découpage territorial des Hauts-de-Seine entre en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 26 février 2014[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[5]. Dans les Hauts-de-Seine, le nombre de cantons passe ainsi de 45 à 23.

Dans ce cadre, les cantons d'Asnières-Nord et d'Asnières-Sud sont supprimés, et le canton d'Asnières-sur-Seine, désormais formé uniquement d'une fraction de la commune d'Asnières-sur-Seine, est recréé. Ce canton est entièrement inclus dans l'arrondissement de Nanterre. Le bureau centralisateur est situé à Asnières-sur-Seine.

ReprésentationModifier

Département de la SeineModifier

Le docteur Jean Huet (SFIO), conseiller général d'Asnières-sur-Seine (1945 → ?) et maire d'Asnières-sur-Seine (1947 → 1959), a été élu président du Conseil général de la Seine de juin 1955[6] à juin 1956[7].

Avant la création de circonscriptions du canton
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1893 novembre 1911
(décès)
François Laurent-Cély Nationaliste
Radical
Indépendant
Président du Conseil général de la Seine[8]
1911 1919 Hector-Gonsalphe Fontaine Rad. Préfet des études à l'école commerciale de Paris
Maire d'Asnières (1886 → 1901 et 1904 → 1920)
1re circonscription (Asnières-sur-Seine (ouest) 
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1925 Hector-Gonsalphe Fontaine RG Préfet des études à l'école commerciale de Paris
Maire d'Asnières (1886 → 1901 et 1904 → 1920)
1925 1940 Pierre Michaux[9] RG  


2e circonscription (Asnières-sur-Seine (est) et Gennevilliers
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1929 M. Roche RG  
1929 1934
(décès)
Homère Robert RG Maire de Villeneuve-la-Garenne (1929 → 1934)
1934 1940 Jean Grandel[10] PCF Employé à Paris-Central
Maire de Gennevilliers (1934 → 1939)

Département des Hauts-de-SeineModifier

Après le redécoupage cantonal de 2014 en France, les conseillers départementaux du canton sont les suivants :

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Josiane Fischer   UDI Adjointe au maire d'Asnières-sur-Seine (2001,[11],[12] → )
2015 en cours André Mancipoz   LR Adjoint au maire d'Asnières-sur-Seine[13] (2014 → )

Lors des élections départementales de 2015, huit binômes (record départemental) étaient en lice :

  • Gwenaël Blancho (FN) et Amandine Leproux (FN) ;
  • Cyrille Déchenoix, conseiller général sortant d'Asnières-sur-Seine-Sud (DVD) et Hélène Pichard (DVD) ;
  • Ratiba Andalouci-Razzouki (SE) et Xavier Colson (SE) ;
  • Lara Parrenin (SE) et Thierry Sellier (MoDem) ;
  • Marie-Christine Baillet (PS) et Luc Bérard de Malavas, conseiller général sortant d'Asnières-sur-Seine-Nord (PS) ;
  • Josiane Fischer (UDI) et André Mancipoz (UMP) ;
  • Marion Robert (EELV) et Axel Allain (EELV) ;
  • Nino Schillaci (PCF-FDG) et Fanny Chartier (PCF-FDG)[14]

À l'issue du 1er tour, deux binômes sont en ballotage : Josiane Fischer et André Mancipoz (Union de la Droite, 29,83 %) et Marie-Christine Baillet et Luc Berard de Malavas (PS, 26,7 %). Le taux de participation est de 42,11 % (15 213 votants sur 36 123 inscrits)[15] contre 46,11 % au niveau départemental[16] et 50,17 % au niveau national[17].

Au second tour, Josiane Fischer et André Mancipoz (Union de la Droite) sont élus avec 54,67 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 41,21 % (7 562 voix pour 14 885 votants et 36 119 inscrits)[18].

CompositionModifier

De 1893 à 1967Modifier

Alors canton du département de la Seine, le canton d'Asnières est composé de deux communes :

Depuis 2015Modifier

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Asnières-sur-Seine
(bureau centralisateur)
92004 Métropole du Grand Paris Fraction : 69 667(2014)
Commune : 86 512 (2015)

Le nouveau canton d'Asnières-sur-Seine comprend la partie de la commune d'Asnières-sur-Seine située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Bois-Colombes, ligne de chemin de fer, ligne droite dans le prolongement de la rue de Nanterre, rue de Nanterre, rue Waldeck-Rousseau, avenue de la Marne, rue de Verdun, rue Maurice-Bokanowski, rue Gallieni, quai du Docteur-Dervaux, grande-rue Charles-de-Gaulle, pont d'Asnières, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Clichy[2].

DémographieModifier

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 69 667 habitants[19].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Loi du 13 avril 1893 augmentant le nombre de circonscriptions cantonales des arrondissements de Sceaux et de Saint-Denis (Seine) », Journal officiel, vol. 1893, no 101,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  2. a b et c Décret no 2014-256 du 26 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Hauts-de-Seine.
  3. a et b « Décret n°67-590 du 20 juillet 1967 portant création et délimitation des cantons des nouveaux départements de la région parisienne - Hauts-de-Seine », Journal officiel de la République française,‎ , p. 7360-7361 (lire en ligne [PDF]).
  4. EHESS, « Notice communale d'Asnières-sur-Seine », Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (consulté le 14 juin 2015).
  5. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L. 191-1 du code électoral.
  6. R.-L. Duret, « M. Jean Huet (SFIO) est élu président du Conseil général de la Seine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. R.-L. Duret, « M. Robert Chochon (R.G.R.) est élu président du Conseil général de la Seine : Une coalition socialo-communiste assure le poste de syndic à M. René Boin (SFIO) », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. MAURICE-LOUIS BRANGER (1874-1950), « Discours de Marcel Delanney, préfet de la Seine. », Europeana (consulté le 14 juin 2015)
  9. Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau, Paris-banlieues, conflits et solidarités, Paris, Éditions Créaphis, , 478 p. (ISBN 978-2-913610-97-2, lire en ligne), p. 238.
  10. fusillé par les Allemands le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
  11. O.B., « Municipales à Asnières : Josiane Fischer a trouvé un allié », Le parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  12. « Josiane Fischer se voit en poids lourd de la droite », Le parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  13. Anne-Sophie Damecour, « L'UMP ne se réconciliera pas à Asnières ni à Saint-Cloud : À Asnières, le conseiller général sortant Cyrille Dechenoix n'aura pas l'étiquette UMP », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  14. Anne-Sophie Damecour, « À Asnières, les sortants jouent leur place contre les adjoints », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  15. « Résultats du premier tour pour le canton d'Asnières-sur-Seine », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  16. « Résultats du premier tour pour le département des Hauts-de-Seine », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  17. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  18. « Résultats du second tour pour le canton d'Asnières-sur-Seine », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 1er avril 2015)
  19. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee

Voir aussiModifier