Cancon

commune française du département de Lot-et-Garonne

Cancon
Cancon
La mairie
Blason de Cancon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides en Haut-Agenais Périgord
Maire
Mandat
Elisabeth Pichard
2020-2026
Code postal 47290
Code commune 47048
Démographie
Gentilé Canconnais
Population
municipale
1 332 hab. (2018 en augmentation de 0,23 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 12″ nord, 0° 37′ 35″ est
Altitude 175 m
Min. 90 m
Max. 217 m
Superficie 24,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Villeneuve-sur-Lot
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Haut-Agenais Périgord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cancon
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Cancon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cancon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cancon
Liens
Site web http://www.cancon.fr/

Cancon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune située sur la route nationale 21 entre Castillonnès et Villeneuve-sur-Lot, sur le Tolzac.

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 845 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1952 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records CANCON (47) - alt : 141m, lat : 44°31'42"N, lon : 00°37'54"E
Records établis sur la période du 01-01-1952 au 04-07-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2,2 4,3 6,2 9,8 13,1 15 14,9 11,8 9,4 5 2,7 8,1
Température moyenne (°C) 5,7 6,6 9,4 11,7 15,6 19 21,2 21,1 18 14,3 9 6,2 13,2
Température maximale moyenne (°C) 9,3 11 14,5 17,1 21,4 25 27,4 27,4 24,1 19,3 12,9 9,6 18,3
Record de froid (°C)
date du record
−15,9
17.01.1987
−14,2
20.02.1956
−11
01.03.05
−3,2
07.04.08
0
06.05.19
2,4
02.06.1962
6,7
02.07.1975
3,5
28.08.1963
0,4
17.09.1971
−4,1
31.10.1997
−10,1
03.11.1965
−12,1
26.12.1962
−15,9
1987
Record de chaleur (°C)
date du record
18,5
02.01.03
25
27.02.19
27,3
21.03.1990
30
26.04.1962
33,5
30.05.01
39
27.06.19
39,5
25.07.19
40,4
04.08.03
36
03.09.05
31,8
02.10.1985
24,4
07.11.15
21
03.12.1953
40,4
2003
Ensoleillement (h) 99,9 115,1 177,1 192,7 226,7 245,7 255,9 244,5 210,6 148,4 99,3 85,6 2 101,3
Précipitations (mm) 74,2 63,9 63,7 85,8 86,5 70,8 60 62,8 67,9 81 80,5 80,1 877,2
Source : « Fiche 47048001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Cancon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Villeneuve-sur-Lot, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,4 %), zones agricoles hétérogènes (9,4 %), cultures permanentes (8,8 %), forêts (6 %), zones urbanisées (4,2 %), prairies (0,2 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Aux temps préhistoriques, dans la région couverte de forêts, il y a eu certainement un habitat humain. Mais en l'absence de témoignages irréfutables, on en est réduit à de simples hypothèses.

Durant la période gallo-romaine, le territoire de Cancon faisait partie du royaume des Nitiobroges. Après les campagnes de Jules César, les 500 ans de la Pax Romana, les Invasions barbares, celles des Arabes et des Normands, après les règnes de Charlemagne et les luttes féodales, aurait été établi à Cancon, sur l'escarpement rocheux, un château datant du XIe siècle. Au début du XIIIe siècle, Cancon appartenait aux Madaillan et son premier seigneur connu serait Pons-Amanieu. Le seigneur de Cancon répondit à l'appel d'Édouard II qui avait demandé à ses vassaux de Guyenne de le seconder durant les Guerres d'indépendance de l'Écosse.

Au XVIe siècle le protestantisme ne pénétra guère dans les remparts de Cancon.

En , la peste fit son apparition à Cancon dans une ville surpeuplée. En quelques mois, on enregistra plus de cent décès. La peste éloigna de Cancon les Frondeurs (de la Fronde) ainsi que les troupes royales.

Après la Révolution de 1789, on avait élu la première municipalité révolutionnaire avec Antoine Courborieu, premier maire.

HéraldiqueModifier

  Blason
Palé d'or et de gueules de huit pièces à la bordure de sable chargée de huit besants d'argent[14].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 1995 Roger Pillot DVD  
juin 1995 mars 2014 Jean-Claude Gouget PRG Conseiller général, retraité de l'agriculture, député de la troisième circonscription de Lot-et-Garonne de juin 2012 à avril 2013 à la suite de la nomination puis de la démission de Jérôme Cahuzac du poste de ministre du Budget
mars 2014 mai 2020 Carole Roire DVD Comptable
mai 2020 en cours Élisabeth Pichard [15] SE  

JumelagesModifier

 
Panneau d'entrée à Cancon.

  Algolsheim (Haut-Rhin) (France) depuis 2001[16].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 1 332 habitants[Note 5], en augmentation de 0,23 % par rapport à 2013 (Lot-et-Garonne : −0,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2669441 4701 4561 6411 6861 6421 6501 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5261 5391 5521 5041 5571 5441 4461 3411 274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2411 2201 2161 0121 1091 1891 1171 1781 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 2271 3051 6021 3341 3241 2871 2831 2821 282
2013 2018 - - - - - - -
1 3291 332-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

Cancon s'enorgueillit d'être la capitale de la noisette depuis 1985, année où l’ANPN (Association Nationale des Producteurs de Noisettes) et la coopérative Unicoque se sont installées dans la commune. À l'heure actuelle, plus de 98 % des noisettes produites en France (10 000 tonnes en 2010) transitent par Cancon. Grâce à une importante mécanisation de la récolte, du séchage et du triage, la filière de la noisette est une opportunité de développement pour la commune.

Lieux et monumentsModifier

  • Le plus ancien est sans doute le château dont il ne reste que la base d'une tour et d’autres murs débarrassés de la végétation qui y poussait au début des années 2000. Il est situé au sommet de la colline où est flanquée le village et on y a un point de vue sur les habitations et la campagne environnante.
  • Une des places du village est occupée par une halle construite en métal au XIXe siècle.
  • Non loin de là se trouve le monument aux morts des guerres récentes ayant affectées la population locale : la première et la Seconde guerres mondiales, ainsi que des conflits en Afrique du Nord.
  • L'ancienne église Saint-Martial, place des Marronniers, a été abandonnée en 1909 comme église à la suite de craintes sur la stabilité du terrain. La première église avait été construite au XIIe siècle. Elle a été réconstruite au XVIe siècle par Jean III de Verdun, seigneur de Cancon. Elle s'est partiellement effondrée en 1931. Restaurée, elle a d'abord servi de foyer, puis d'entrepôt municipal[21].
  • L'église Saint-Martial a été reconstruite et inaugurée en 1905 dans la ville basse. L'église a subi des désordres qui ont entraîné son interdiction au culte en 1966 et sa démolition en 1974. La nouvelle église est construite à partir du près de la mairie et consacrée en 1977 par l'évêque d'Agen[22].
  • L'église Notre-Dame de Milhac, située sur la commune de Cancon, est une église gothique du XVe – XVIe siècle, inscrite aux monuments historiques.
  • L'hospice-école de Cancon construit entre 1856 et 1856 à l'initiative de la municipalité. Il a d'abord fonctionné comme une institution religieuse sous la direction de la congrégation des sœurs de la Visitation de la Vierge de Tours. La chapelle néogothique a été construite dans le dernier quart du XIXe siècle. L'école est supprimée en 1903 et transformé en hospice privé. En 1982 il a été aménagé en maison de retraite. Les bâtiments ont été restaurés en 1997[23].

Personnalités liées à la communeModifier

Cancon est le lieu de naissance de l'architecte Fernand Pouillon.

Vie localeModifier

EnseignementModifier

ÉvénementsModifier

En septembre 2003, Cancon accueille une réunion des altermondialistes organisée par José Bové en parallèle au sommet de l'Organisation mondiale du commerce de Cancún. Un événement similaire a eu lieu en parallèlement au sommet de l'ONU sur le changement climatique de Cancún.

Fin octobre, tous les deux ans, se déroule une fête de la Noisette dans le village. La dernière a eu lieu les 22 et .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Cancon en Agenais, Lucien MASSIP,Editions du Roc de Bourzac, 1991
  • Lucien Massip, Histoire de la ville et des seigneurs de Cancon en Agenais : depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, chez l'auteur (Cancon), chez MM. Michel et Médan (Agen), 1891 ; p. 259 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Révolution à Cancon, p. 451-469, 548-564, Revue de l'Agenais, année 1887, tome 14 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Révolution à Cancon, p. 56-88, 153-160, Revue de l'Agenais, année 1888, tome 15 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Ville et les seigneurs de Cancon en Agenais, p. 527-550, Revue de l'Agenais, année 1888, tome 15 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Ville et les seigneurs de Cancon en Agenais, p. 75-90, 164-173, 223-237, 305-321, 428-446, Revue de l'Agenais, année 1889, tome 16 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Ville et les seigneurs de Cancon en Agenais, p. 244-260, 364-376, 421-437, 533-554, Revue de l'Agenais, année 1890, tome 17 (lire en ligne)
  • Lucien Massip, La Ville et les seigneurs de Cancon en Agenais, p. 139-152, 208-224, 296-307, 387-414, Revue de l'Agenais, année 1891, tome 18 (lire en ligne)
  • Docteur Couyba, Le Bail de démolition du château de Cancon (), p. 447-451, Revue de l'Agenais, année 1905, tome 34 (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Capdeville, Carte géologique de la France à 1/50 000 - Cancon, Éditions du BRGM Service géologique national, Orléans, 1996, (ISBN 2-7159-1854-2) (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Armorial de France
  15. Correspondant, « Cancon. Elisabeth Pichard enfin élue », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Jumelage avec la ville d'Algolsheim, Mairie de Cancon, consultée le 12 juin 2017.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Visites en Aquitaine : Église Saint-Martial dite la Vieille église
  22. Visites en Aquitaine : Église Saint-Martial
  23. Visites en Aquitaine : Hospice-école de Cancon