Camille-Albert de Briey

prélat catholique
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Briey.

Marie-Camille-Albert de Briey de Landres
Image illustrative de l’article Camille-Albert de Briey
Mgr Marie-Camille-Albert de Briey, évêque de Saint-Dié
Biographie
Naissance
Magné (Vienne)
Ordination sacerdotale
Décès
Saint-Dié (Vosges)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Louis-Edouard Pie
Dernier titre ou fonction Évêque de Saint-Dié
Évêque de Saint-Dié

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Marie-Camille-Albert de Briey de Landres, né le à Magné (Vienne), mort le à Saint-Dié (Vosges), est un évêque catholique français, évêque de Saint-Dié de 1876 à 1888.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Issu d'une famille noble de Lorraine, Camille-Albert de Briey est né dans la Vienne au château de La Roche-Gençay à Magné, il est le fils de Charles-Herbrand de Briey, comte de Briey, baron de Landres, officier aux chasseurs à cheval de la Garde royale et de Louise de Buzancy-Pavant. Il effectue ses études au Collège Stanislas à Paris et devient précepteur des enfants du roi des Belges Léopold Ier à Bruxelles. Il termine ses études au Séminaire français de Rome et est reçu docteur en théologie.

PrêtreModifier

Camille-Albert de Briey est ordonné prêtre le . Il part ensuite pour Istanbul puis revient à Rome. Pressenti pour une carrière dans la diplomatie, il revient en France pour raison de santé et s'installe à Poitiers auprès de son frère chanoine de la cathédrale (et futur évêque de Meaux). Il est alors nommé vicaire général honoraire et aumônier d'une communauté religieuse.

ÉvêqueModifier

Après avoir été pressenti pour les évêchés de Luçon et de Soissons, il est finalement nommé évêque de Saint-Dié par décret du , il est préconisé par le Pape Pie IX le , et sacré le de la même année par Mgr Louis-Edouard Pie, évêque de Poitiers et futur cardinal. Il fait son entrée à Saint-Dié le .

Dans son nouveau diocèse, il s'attache à valoriser le culte des saints lorrains antiques tels que saint Elophe ou sainte Libaire.

Il développe également la présence de maisons religieuses dans le diocèse : il installe notamment les chanoines réguliers du Latran à la Basilique Saint-Pierre-Fourier de Mattaincourt au grand dam du clergé vosgien.

Il crée le journal diocésain la Semaine religieuse en 1876, publie de nouveaux statuts synodaux en 1883 et un nouveau catéchisme en 1884.

Il meurt des suites d'une longue maladie le et est inhumé en la cathédrale de Saint-Dié dans le caveau des évêques.

ArmesModifier

D'or, à trois pals alésés de gueules au pied fiché[1].

SourcesModifier

  • Ronsin (Albert), Les Vosgiens célèbres - Dictionnaire biographique illustré, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990.
  • Lévêque (Louis), Petite histoire religieuse des Vosges, Mirecourt, 1949, p. 116.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXème siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p. 179. Consultable sur Gallica.