Côme Clausse

homme politique français
Côme Clausse
Fonctions
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
-
Premier président (d)
Chambre des comptes de Bretagne
à partir de
Biographie
Naissance
Avant Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Enfants
Autres informations
Propriétaire de

Côme (ou Cosme) Clausse, seigneur de Marchaumont, et par acquisition de Fleury et de Courances, est un notaire et secrétaire du roi qui fut secrétaire d'État chargé des commandements du roi Henri II de 1547 à sa mort en 1558.

BiographieModifier

Côme Clausse[1],[2] est le second fils de Jean Clausse († 1504), correcteur à la chambre des comptes de Paris, seigneur de Marchaumont en Picardie, et de Philippe de Bailly. Notaire royal, secrétaire des dauphins François puis (1540) Henri, fils de François Ier, il est président de la chambre des comptes de Nantes et intendant des affaires et domaine de Bretagne, fief traditionnellement dévolu au dauphin de France.

Dès son accession en avril 1547, Henri II le nomme l'un des quatre secrétaires d'État chargés de ses commandements et il exerce cette fonction jusqu'à sa mort en 1558. En 1549, il est pourvu parallèlement de l'office de contrôleur ordinaire des guerres. Il suit le roi au siège de Damvillers (1552) et est fait chevalier après la prise de cette ville.

Côme Clausse achète en 1550 la terre de Fleury-en-Bière et fait construire le château (actuel département de Seine-et-Marne) qui reviendra à son fils aîné Henri. Il achète pour 15 000 livres le la terre de Courances (actuel département de l'Essonne), qui échoit après sa mort à son fils cadet Pierre. Il fait également l'acquisition d'un hôtel urbain à Fontainebleau.

Il épouse Marie Bourgeois, fille de Louis/François Bourgeois (dit Burgensis), premier médecin de François Ier[3], et sœur de l'évêque Jérôme, dont il a treize enfants parmi lesquels :

  • Henri (l'aîné), seigneur de Fleury-en-Bière, filleul de Henri II, Grand maître et réformateur général des Eaux et Forêts de France, gentilhomme ordinaire de la Chambre, filleul d'Henri II, époux de Denise Neufville de Villeroy (sœur de Nicolas IV). Il achete aux Célestins et aux chanoines du chapitre de Melun la seigneurie de Perthes, et devient aussi seigneur de La Chapelle-la-Reine ; Parmi les enfants d'Henri et Denise de Neufville :
    • Nicolas Clausse, sire de Fleury et de Perthes, aussi Grand-maître des Eaux et Forêts de France, sans alliance ; Marguerite, x 2° Salomon de Béthune, gouverneur de Mantes, frère cadet de Sully ; Madeleine, x Charles d'Argouges de Rânes ; Dorothée, x René de Maillé de Benhart ; et l'évêque Henri.
    • Finalement, ce sont les d'Argouges de Rânes qui héritèrent de Perthes et de Fleury : ils les conservèrent jusqu'à la Révolution, avec Arbonne et St-Martin, et Alexandre-François-Jérôme d'Argouges (1718-† 1782), conseiller du roi, lieutenant civil des ville, prévôté et vicomté de Paris, en fut l'un des tout derniers seigneurs.
  • Pierre (deuxième fils), seigneur de Marchaumont et de Courances, conseiller du roi Henri III et chambellan du duc d'Anjou, ambassadeur extraordinaire en Angleterre parmi la délégation qui y fut envoyée ne 1581[4]. Ses fils Antoine et François Clausse, sans postérité, lui succèdent ; leur sœur Renée Clausse épouse en 1598 Balthazar de Gadagne de Champroux, † 1636, fils de Thomas III de Gadagne ;
  • Nicolas (1545-1573) (troisième fils), évêque de Châlons en 1572 ;
  • Côme (1548-1624) (quatrième fils), évêque de Châlons en 1575.
  • Marie (vers 1542-1626), qui épouse 1° 1559 Florimond II Robertet de Fresnes, secrétaire d'Etat, † 1567, sans postérité ;
  • Diane, mariée à François de Salart de Bourron, gouverneur de Montargis.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
  D'azur au chevron d'argent accompagné de trois têtes de léopard [d'or] emmuselées d'un annelet de gueules[5].

Notes et référencesModifier

  1. « Côme Clausse et sa famille, p. 701-702 », sur Le Grand Dictionnaire historique de Louis Moréri, t. VI, à Paris, 1744
  2. « Famille Clausse de Marchaumont », sur Racines & Histoire
  3. « Le Premier médecin du Roi, p. 373-378, liste p. 377, par Georges Robert », sur Histoire des Sciences médicales, t. XXXII-4, 1998
  4. Sauf-conduit de la reine Elisabeth d'Angleterre aux ambassadeurs du roi de France, 12 mars 1581 (BNF, Manuscrit Clairambault 356, folio 223-224)
  5. E. Delaforge et J. Dauvergne, Histoire de Perthes-en-Gatinais : Perthes et le château féodal de Mémorant, Autremencourt, France, Lorisse, Le Livre d’Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (1re éd. 1877), 104 p. (ISBN 2-87760-655-4, ISSN 0993-7129), p. 33

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

Articles connexesModifier