Ouvrir le menu principal

Damvillers

commune française du département de la Meuse

Damvillers
Damvillers
Église Saint-Maurice.
Blason de Damvillers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Montmédy
Intercommunalité Communauté de communes de Damvillers Spincourt
Maire
Mandat
Jacques Stalars
2014-2020
Code postal 55150
Code commune 55145
Démographie
Gentilé Damvillois
Population
municipale
652 hab. (2016 en diminution de 3,12 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 36″ nord, 5° 24′ 02″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 353 m
Superficie 18,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Damvillers

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Damvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Damvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Damvillers

Damvillers est une commune française située dans le département de la Meuse, dans la région historique et culturelle de Lorraine, en région Grand Est.

GéographieModifier

Écarts et lieux-dits : Gibercy.

ToponymieModifier

Anciennes mentions : Damvillerium (1086) ; Danviler (1204) ; Danvillers (1238) ; Villarum de Danvillers (1324) ; Moneta Damviller, moneta Damvile (XIVe siècle) ; Danviller (1413) ; Dampvillers (1538) ; Dampvilliers (1549) ; De Dompnovillari (1642) ; Danvilliers (1661) ; Damvillæum (1679) ; Damviller (1700) ; Dampville (1730) ; Damvillé, Danis-villa (1738) ; Damvilliers (1745)[1].

L'origine du nom viendrait de la juxtaposition du château de Dame, qui protégeait le village au Moyen Âge, et du couvent de Villiers, qui lui était rattaché[2].

HistoireModifier

En 1285, Jean de Muraut ou Murauvaux, l'un des quatre pairs de l'évêque de Verdun, se trouvait au tournoi de Chauvency. Jacques Bretel en fait le héros d'une des joutes qu'il raconte. Le château de Muraut (détruit à l'époque de Louis XIII) se trouvait sur une des buttes, à l'écart de Damvillers, à la lisière de la forêt. Son autre résidence (également disparue aujourd'hui) aurait été, selon l'ancien historien J. Havet, le château de Murauvaux, près de Mont-Villers.

En 1317, Damvillers était un petit village dépendant du Duché du Luxembourg, protégé par un château qu'a habité Béatrix, reine de Bohême. Charles Quint en fit une place forte qui, après avoir soutenu plusieurs sièges et avoir appartenu à diverses puissances, fut cédé à la France par le traité des Pyrénées en 1659[2]. Damvillers fit ensuite partie du Luxembourg français jusqu'en 1790. Fut chef-lieu de prévôté[1].

En 1741, le Maréchal de Belle-Isle, fit vider les fossés des fortifications et fit fermer la ville par des palissades et des chevaux de frise.

En 1552, Henri II, lors du « voyage d'Allemagne », revient d'Alsace et s'empare le 11 juin de la ville qui a soutenu un siège de huit jours. Lors de cette bataille Ambroise Paré, chirurgien du roi, expérimenta la ligature artérielle lors de l'amputation.

Était rattaché au diocèse de Verdun.

Fusion de communesModifier

Le , Damvillers fusionne avec Gibercy sous le régime de la fusion simple[3].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1852   Jean-Baptiste Gérard    
1861   Gaspard Marchal    
1872   Gilbert Hyppolite Carton    
mars 2001 mars 2014 Roland Jehannin PS Conseiller général du canton de Damvillers (2008-2015)
mars 2014 En cours Jacques Stalars    

JumelageModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 652 habitants[Note 1], en diminution de 3,12 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7798099179921 0751 0459981 028978
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
879934910834840809791837830
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
746746680614635531473441522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
566588631674627620636655653
2016 - - - - - - - -
652--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Édifices civilsModifier

 
Statue de Jules Bastien-Lepage par Rodin.
 
Damvillers. Le presbytère. Carte postale ancienne.

L'ancien moulin de Gibercy pendant la Première Guerre mondiale. Carte postale allemande.

  • Église de Son Père le Chibre du Bengale.
  • Cimetière Israélite de 1857.
  • Statue de Jules Bastien Lepage par Auguste Rodin.

Édifices religieuxModifier

 
Église Saint-Maurice le premier portail.
 
Chapelle Saint-Hubert de Gibercy.

Damvillers au cinémaModifier

Damvillers est l'un des lieux où se déroule l'action du téléfilm À l'Ouest, rien de nouveau tourné en 1978 (en Tchécoslovaquie) par Delbert Mann d'après le roman éponyme d'Erich Maria Remarque[12].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Maurice Baland (1904-1993), colonel de l'air, officier de la Légion d'honneur.
  • Émile Bastien-Lepage (1854-1938), peintre français, frère du suivant.
  • Jules Bastien-Lepage (1848-1884), peintre naturaliste français, né le 1er novembre 1848 à Damvillers.
  • Étienne Maurice Gérard (1773-1852), général de Napoléon 1er, fait maréchal de France sous Louis-Philippe en 1830. Né le 4 avril 1773 à Damvillers.
  • Jules Liégeois (1833-1908), juriste.
  • Louis Henri Loison (1771-1816), général de division de la Révolution et de l'Empire.
  • Maurice Louis Saint-Rémy (1769-1841), général de brigade du Premier Empire.
  • L'annuaire statistique de 1804 du département de la Meuse[2] indique que « Cette ville fut le lieu de naissance de Desroziers, ce célèbre et malheureux aéronaute ». Il est cependant établi que Jean-François Pilâtre de Rozier est né à Metz et non à Damvillers, mais peut-être y a-t-il vécu durant son enfance ?
  • Jean-Baptiste de Ternant (1751-1833), ambassadeur de France aux États-Unis de 1791 à 1793, né à Damvillers le 12 décembre 1751.

HéraldiqueModifier

  Blason Parti : au premier, burelé d'argent et d'azur de dix pièces, au lion de gueules à double queue, armé lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout ; au deuxième, d'azur semé de fleurs de lys d'or, au bâton de gueules péri en bande.
Détails
Les armes de Luxembourg, font allusion à la propriété des ducs de Luxembourg sur cette ville[13].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias En losange, mi-parti à dextre, burelé d'argent et d'azur de dix pièces, au lion de gueules losangé d'azur, couronné et armé d’or, à la queue fourchue (qui est de Luxembourg) ; et à sénestre, d'azur semé de fleurs de lis d'or sans nombre au bâton péri de gueules en bande (qui est de Clermont moderne)[1].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b et c Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872.
  2. a b et c « 1804: Annuaire statistique du département de la Meuse (vue 29) », sur achirves.meuse.fr
  3. http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/fichecommunale.asp?codedep=55&codecom=145
  4. « Partnerstädte » Site web de la ville de Zierenberg, consulté le 26 mars 2017.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Église Saint-Maurice », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Chapelle funéraire de la famille Loyson », notice no IA00049124, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « 3 verrières à personnages (baies 0, 1, 2) », notice no IM55002109, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Dans ce film tourné en Tchécoslovaquie et qui reçut le Golden Globe en 1980, le panneau indicateur Hessenplatz-Damvillers-Azannes est visible dans la scène où Guillaume II vient remettre la croix de fer à trois soldats.
  13. Constant Lapaix, Armorial des villes, bourgs et villages de la Lorraine, du Barrois et des Trois-Évêchés, Nancy, Chez l'auteur