Ouvrir le menu principal

Brigantin

type de voilier à deux-mâts
Brigantin.
Le brigantin Eye of the Wind.
Le Brigantin Experiment of Newburyport, construit à Amesbury en 1803.
Le brigantin Grief, à la Hanse Sail 2008.

Un brigantin (« brigantine » en anglais) désigne, dans sa définition moderne européenne, un grand-voilier à deux mâts à voiles carrées, proche du brick, sans grand-voile carré sur le grand-mât et dont la plus grande voile est la brigantine[1].

Les vergues du grand-mât ont moins d'envergure que les vergues du mât de misaine, le brigantin se limite à deux focs et les perroquets sont toujours volants[1].

Apparu en Méditerranée au XIIIe siècle[2], Il s'agit d'un gréement peu courant, que le brick a supplanté[1] entre le XVIIe et le XVIIIe siècle.

Autres définitionsModifier

La définition de brigantin est variable suivant les régions du monde et les époques. Il peut désigner plusieurs types de navire :

Définition en Méditerranée au XIIIe siècleModifier

Dans le bassin méditerranéen à partir du XIIIe siècle, un brigantin fait référence à un petit navire de guerre, plat, léger et ouvert[4] à voiles latines et à rames. Ce navire proche d'une felouque possédait deux voiles simples : un mestre sur le grand-mât, un polacre (voile plus petite à l'avant)[6],[7], et 12 rames par bord[2].

Ces derniers étaient régulièrement employés lors de mission de combat, de chasse, d'exploration et de reconnaissance en mer ou sur les fleuves[4]. Sa vitesse, sa maniabilité et sa facilité de manipulation en fait un des types de navire favoris des pirates méditerranéens. Son nom est dérivé du mot italien brigantino, dérivé de brigante ("brigand").

Définition au XVIIe siècleModifier

Au XVIIe siècle, les brigantins évoluent, les voiles latines sont remplacées par des voiles carrées sur les deux mâts et une grande brigantine à la place de la grand-voile. Ils disposent de huniers et parfois éventuellement de perroquets pour des navires de plus en plus importants (50 à 200 tonnes). Le terme évolue pour désigner ce type particulier de gréement.

Après le sloop, le brigantin est le deuxième type de gréement le plus construit, dans les colonies britanniques en Amérique du Nord avant 1775[8].

Le brigantin était l'un des navires les plus rapides, de ce fait, il était donc utilisé dans la piraterie, ainsi que les missions militaires d'espionnage, de reconnaissance, de communications et d'escorte.

Au XVIIIe siècle : acquisition de la définition moderne en Amérique et en EuropeModifier

Entre la fin du XVIIe siècle et pendant le XVIIIe siècle, le gréement va encore évoluer pour donner les bricks (la voile aurique arrière : brigantine devient plus petite, et une grand-voile peut être déployée.

Le terme brick ("brig" en anglais) est un raccourci du XVIIIe siècle du mot anglais "brigantine" (brigantin en français), autrefois confondu, il a fini par désigner au XVIIIe siècle un gréement différent qui a donné la définition au sens strict, aujourd'hui utilisée en Europe[9].

Sur le continent américain, la définition moderne du brigantin (sensu largo) est synonyme de brick-goélette (aussi appelé "Schooner brig" ou "brig d'hermaphrodite" en anglais)[5]. C'est-à-dire que le mât arrière (grand-mât) ne comporte aucune voile carrée[9].

Comparaison des gréements à deux mâts (grand-mât à l'avant)Modifier

Il existe des variantes de gréements voisins des brigantins :

Type de

gréement

Brick Brigantin Brick-goélette Goélette à doubles huniers Goélette à Huniers Goélette ou Goélette franche
("brig" en anglais) ("Brigantine" s.s. en anglais) ("hermaphrodite-Brig" ou

"shooner-brig" ou

"brigantine" s.l. en anglais)

("double-topsail schooner" ou

"jackass brig" en anglais)

("topsail schooner" en anglais) ("schooner" en anglais)
Exemple de

Navire

 
Le brigantin Experiment, the Newburyport, construit à Amesbury en 1803 (peinture de Nicolay Carmillieri, 1807).
 
Le Brick-goélette Marie Magdalene passant devant le phare de Skagen (1891).
 
La Goélette à huniers Amy Stockdale devant les falaises de Douvres (Toile de William John Huggins, 1838)
 
La goélette Atalanta en 2007

Exemple de naviresModifier

  • L'Experiment of Newburyport, construit à Amesbury en 1803.
  • L'Eye of the wind : deux-mâts allemand de 40 m, construit en 1911, transformé en brigantin.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Dictionnaire de la marine à voile (Paris et De Bonnefoux, 1999), p. 120
  2. a et b (en) Dik et Hans, Aken, tjalken en kraken: zeilschepen van de Lage Landen : de binnenvaart, De Alk, (ISBN 978-90-6013-274-6, lire en ligne)
  3. Dictionnaire de la marine à voile (Paris et De Bonnefoux, 1999), p. 119
  4. a b c et d Définitions lexicographiques et étymologiques de « Brigantin » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  5. a et b http://universalium.academic.ru/85396/brigantine
  6. a b et c Guide des gréements (Chasse Marée, 2000), p. 7
  7. a b c et d Guide des termes de marines (Le Chasse Marée, 1997), p. 112
  8. http://www.gaspee.info/history/shipsdescribed/brigentineDescribed.htm
  9. a et b Issus de la traduction d'une partie de la page Wikipedia en anglais

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Editions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du xixe siècle), 720 p.
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 290370872X)
  • Collectif, Guide des gréements : Petite encyclopédie des voiliers anciens, Le Chasse Marée, , 127 p. (ISBN 2903708649)

Articles connexesModifier