Goélette à hunier

Une goélette à hunier(s) (« topsail schooner » en anglais)[1] est une goélette dont la voile de misaine (aurique) est surmontée d'une ou plusieurs voiles carrées nommées huniers[1].

Goélette à hunier classique

Le terme goélette carrée existe aussi pour désigner ce type de goélette, il est moins utilisé.

Historique et usagesModifier

Navires élégants et rapides, les précurseurs de la goélette à hunier furent construits pour la première fois à Baltimore aux États-Unis au XVIIIe siècle, c'est pourquoi ils furent nommés les « clippers de Baltimore » ou des « clippers caltimoriens ». S'ensuivit un usage pour le transport commercial, principalement le cabotage[1] et pour la pêche (appelé pour cet usage « goélettes islandaises »)[1].

Dans la marine à voile, elles ont été utilisées comme aviso[1].

Typologie et variantes du gréement d'une goélette à hunierModifier

 
Les sister-ships l'Étoile et la Belle Poule sont des goélettes à hunier
 
La Recouvrance, exemple classique de goélette à huniers

Le mât de misaine, à l'avant du grand mât, porte une hune et est prolongé par un mât de hune fixé fermement au bas-mât. Ce mât de hune est équipé de deux, trois ou rarement quatre vergues destinées à établir des voiles carrées, les huniers.

La présence de hunier sur le mât de misaine est la configuration la plus fréquente. Plus rarement, certaines goélettes disposent de hunier sur d'autres mâts (grand mât…).

Le(s) mât(s) de hune avec ses vergues remplace(nt) le prolongement classique d'un mât de « goélette franche ». La goélette franche n'est pas équipée de voile carrée, et permet d'établir à cet emplacement un flèche[2]. Ce flèche, est une voile triangulaire hissée au-dessus de la voile de misaine, de la grand voile, ou autre, mais toujours au-dessus d'une voile aurique à corne.
Il ne faut pas confondre les goélettes à hunier avec les autres types de goélettes. Les goélettes à huniers ont une grande voile aurique à la base de chaque mât complétée ou non par une voile carrée. Les brick-goélette de même pour les trois-mâts goélette nommés aussi barque-goélette ou barquentin et le trois-mâts barque qui dispose d'un à deux phares (équipement de mât) entièrement gréé en voiles carrées.

Configuration classique

de goélette

 
Goélette à hunier (sur le mât de misaine et le grand mât)
 
Goélette à hunier (sur le mât de misaine : schéma classique)
 
Goélette franche (sans hunier)
Configuration rare

de goélette à huniers multiples

Quelques goélettes à hunier encore visiblesModifier

 
La goélette à hunier Californian

En état de naviguerModifier

Répliques ou bateaux muséesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Guide des termes de marines (Chasse Marée, 1997), p. 116
  2. Le flèche est de genre masculin, comme presque tous les noms de voiles, sauf celles que l'on ne peut pas confondre avec un espar, comme une misaine, la flèche étant un espar

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Parïs Bonnefoux et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Editions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du xixe siècle), 720 p.
  • Collectif, Guides des voiliers : Reconnaître les gréements anciens, Douarnenez, Le Chasse Marée, , 72 p. (ISBN 2-903708-13-4)
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 2-903708-72-X)
  • Collectif, Guide des gréements : Petite encyclopédie des voiliers anciens, Douarnenez, Le Chasse Marée, , 127 p. (ISBN 2-903708-64-9)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier