Ouvrir le menu principal

Breithauptite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Image illustrative de l’article Breithauptite
Breithauptite - Cobalt - Gowganda region, Timiskaming District, Ontario, Canada (8×6 cm)
Général
Classe de Strunz 2.CC.05
Classe de Dana 2.08.11
Formule chimique NiSb NiSb
Identification
Masse formulaire[2] 180,453 ± 0,001 uma
Ni 32,53 %, Sb 67,47 %,
Couleur cuivré à violacé
Classe cristalline et groupe d'espace dihexagonal dipyramidal, P63/mmc
Système cristallin hexagonal
Réseau de Bravais primitif P
Macle possible
Clivage aucun
Cassure subconchoïdale, irrégulière
Habitus massif, tabulaire sur {001}
Échelle de Mohs 3,5-4
Trait brun rougeâtre
Éclat métallique
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 7,59-8,23
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La breithauptite est une espèce minérale formée d'antimoniure de nickel, de formule NiSb. On la trouve dans la nature, mêlée avec des traces de fer, de cobalt, d'arsenic et de soufre.

Sommaire

Historique de la description et appellationsModifier

Inventeur et étymologieModifier

La breithauptite a été décrite par Frobel en 1840 et dédiée à Johann August Friedrich Breithaupt (1791-1873), minéralogiste allemand, professeur à l'école des mines de Freiberg en Saxe[3]. Cette espèce avait été analysée par le chimiste Friedrich Stromeyer qui l'avait nommée antimonnicke.

TopotypeModifier

La localité-type se trouve à Sankt Andreasberg, Harz, en Allemagne.

SynonymesModifier

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

Critères de déterminationModifier

Ce minerai se présente comme un minéral opaque, d'éclat métallique et de couleur cuivrée à violacée. Sa fracture est irrégulière et subconchoïdale ; son trait est d'un brun rougeâtre.

Variétés et mélangesModifier

L'arite est la principale variété de la breithauptite.

CristallochimieModifier

La breithauptite fait partie du groupe de la nickéline et forme une série isomorphe avec elle. Selon la classification de Dana, le groupe de la nickéline, noté 2.08.11, fait partie des sulfures, incluant les séléniures et tellurures (2), de formule chimique AmBnXp avec le rapport (m+n):p = 1:1 et de groupe d'espace P63/mmc (2.08). Selon la classification de Strunz, la breithauptite appartient au groupe 2.CC.05 des sulfures et sulfosels (II), plus précisément des sulfures de métaux de formule MX (2.C) où M peut être du nickel, du fer, du cobalt ou des éléments du groupe du platine (2.CC).

Membres du groupe 2.CC.05 (classification de Strunz)
Minéral Formule Groupe ponctuel Groupe d'espace
Achavalite FeSe 6/mmm P63/mmc
Breithauptite NiSb 6/mmm P63/mmc
Freboldite CoSe 6/mmm P63/mmc
Hexatestibiopanickélite (Ni,Pd)(Te,Sb) 6/mmm P63/mmc
Jaipurite CoS 6/mmm P63/mmc
Kotulskite Pd(Te,Bi) 6/mmm P63/mmc
Langisite (Co,Ni)As 6/mmm P63/mmc
Nickéline NiAs 6/mmm P63/mmc
Sederholmite NiSe 6/mmm P63/mmc
Sobolevskite PdBi 6/mmm P63/mmc
Stumpflite Pt(Sb,Bi) 6/mmm P63/mmc
Zlatogorite CuNiSb2 32/m P3m1

À la différence du groupe 2.CC.05 selon Strunz, le groupe 2.08.11 selon Dana ne contient pas les minéraux jaïpurite et zlatogorite, mais inclut la sorosite et la vavrinite.

CristallographieModifier

 
Structure de la breithauptite, projetée sur le plan (b, c). Gris : Sb, rouge : Ni. Les polyèdres de coordination sont mis en évidence.

La breithauptite cristallise dans le système cristallin hexagonal avec le groupe d'espace P63/mmc (Z = 2 unités formulaires par maille). Les paramètres de sa maille conventionnelle sont   = 3,934 Å et   = 5,131 Å (volume de la maille V = 68,77 Å3)[6] ; sa masse volumique calculée est 8,71 g/cm3, supérieure à la densité mesurée.

La coordinence des deux types d'atome est 6. Le polyèdre de coordination du nickel est un octaèdre, celui de l'antimoine un prisme trigonal. La longueur de liaison Ni-Sb est 2,608 Å. Les octaèdres NiSb6 sont reliés par une face pour former des chaînes le long de la direction c ; ces chaînes sont reliées par des arêtes dans le plan (a, b). Les prismes SbNi6 sont reliés entre eux par leurs arêtes.

La structure de la breithauptite est constituée d'un réseau hexagonal primitif d'atomes de nickel, les atomes d'antimoine occupant la moitié des sites prismatiques.

Gîtes et gisementsModifier

Gîtologie et minéraux associésModifier

La breithauptite se trouve dans les zones d'hydrothermalisme avec Co-Ni-Ag.

Gisements producteurs de spécimens remarquablesModifier

  • Canada
Cobalt area, région de Cobalt-Gowganda, District de Timiskaming, Ontario
  • Espagne
Mines de Montoliu, Naut Aran, Val d'Aran, Lérida[7]
  • France
Claï, Saint-Étienne-de-Tinée, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur[8]

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. MINER Database von Jacques Lapaire - Minéraux et étymologie
  4. (en) James Dwight Dana, A System of Mineralogy, 1850, 3e édition
  5. (en) James Dwight Dana, The System of Mineralogy of James Dwight Dana, 1837-1868 Quelle édition ?[réf. non conforme]
  6. ICSD No. 646 431 ; (en) Robert Leubolt, Herbert Ipser, Peter Terzieff et Kurt L. Komarek, « Nonstoichiometry in B8-Type NiSb », Zeitschrift für Anorganische und Allgemeine Chemie, vol. 533, no 2,‎ , p. 205-214 (DOI 10.1002/zaac.19865330226)
  7. Mata-Perelló, Els minerals de Catalunya, Institut d'Estudis Catalans, Barcelona, 1990, 441 p.
  8. Roland Pierrot, Paul Picot, Jean Féraud, Jean Vernet, Inventaire minéralogique de la France n°4 - Alpes Maritimes, Éditions du BRGM, 1974

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :