Ouvrir le menu principal

Borvo
Dieu de la mythologie celtique gauloise
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Bormo, Bormanus, Bormanicus, Borbanus, Boruoboendua, Vabusoa, Labbonus et Borus
Fonction principale Dieu guérisseur et thermal
Ex-voto dédié à Apollon Borvo et Damona, Bourbonne-les-Bains, musée de Reims.

Dans la mythologie celtique gauloise, Borvo (connu aussi sous les graphies Bormo, Boramus ou Borvoni)[réf. nécessaire] est un dieu guérisseur, associé à l’eau.

OnomastiqueModifier

ThéonymieModifier

Le nom se décompose en berw « chaud, ardent, bouillant » et von « fontaine »[1], le sens est « eau bouillonnante ». Il est connu par des inscriptions de l’époque gallo-romaine.

EthnonymieModifier

Borvo était le dieu tutélaire des Boïens[réf. nécessaire].

ToponymieModifier

Le théonyme Borvo apparaît dans un certain nombre de toponymes tels que La Bourboule, Bourbonne-les-Bains, Bourbon-l'Archambault, Bourbon-Lancy et Barbotan-les-Thermes en France ainsi que Burtscheid et Worms en Allemagne. Le nombre de ces toponymes atteste la diffusion et l’importance du culte voué à cette divinité des sources thermales[2].

FonctionsModifier

En tant que dieu guérisseur, Borvo est parfois comparé au dieu grec Apollon : Borvo est un dieu assimilé à Apollon suivant la dédicace deo Apollini Borvo(ni) fournie par des inscriptions trouvées à Bourbon-Lancy et à Bourbonne les Bains[3]. Borvo est "le dieu thermal le plus important de Gaule"[4].

ParèdreModifier

Sa parèdre est Damona dont le nom signifie « Grande vache », (elle est aussi appelée Bormana), qui n’est pas sans rapport avec Boand des Tuatha Dé Danann de la mythologie celtique irlandaise.

Dans la cultureModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pour Xavier Delamarre, il est difficile de décider si la forme Bormo du théonyme gaulois représente une variante orthographique de boruo (Dictionnaire de la Langue gauloise, pages 82-83).
  2. Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, page 483.
  3. Auguste Prost dans un article. Aix-la-Chapelle; étude sur le nom de cette ville publié en 1890 dans les Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. (consultatble sur Gallica)
  4. Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, page 77.


Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Xavier Delamarre, Dictionnaire de la Langue gauloise (approche linguistique du vieux celtique continental), éditions Errance, Paris, 2003, (ISBN 2-87772-237-6).