Boleslas Sloskans

Boleslas Sloskans
Image illustrative de l’article Boleslas Sloskans
Administrateur apostolique de Mohilev et Minsk, Evêque de Cillium, Vénérable
Naissance
Tiltagals, Gouvernement de Vitebsk, Empire russe
Décès (à 87 ans) 
Louvain, Belgique
Nationalité Letton
Vénéré à basilique nationale d'Aglona
Béatification cause en cours
Vénéré par l'Église catholique
Fête 18 avril

Blason de Boleslas Sloskans.

Boleslas Bernardovitch Sloskans (en letton Boļeslavs Sloskāns), est un évêque catholique d'origine lettonne, né le au hameau de Tiltagals (actuellement Stirniene dans la municipalité de Varakļāni) dans le Gouvernement de Vitebsk de l'Empire russe) et mort à Louvain le [1]). Victime des persécutions antireligieuses de l'Union soviétique puis de l'Allemagne nazie, il est reconnu vénérable par l'Église catholique.

BiographieModifier

Après ses études à l'académie impériale de théologie de Saint-Pétersbourg, il fut ordonné prêtre le et le , nommé vicaire à l'église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg.

 
L'église Saint-Louis-des-Français de Moscou

Il n'était que jeune vicaire quand il fut recommandé au pape par le jésuite Monseigneur d'Herbigny, envoyé de Pie XI en URSS pour tenter de reconstituer secrètement une hiérarchie catholique. Il fut effectivement consacré évêque par celui-ci, le , avec un autre prêtre, Alexander Frison, à l'église Saint-Louis-des-Français de Moscou.

Évêque titulaire de Cillium, il fut nommé administrateur apostolique de Moguilev et de Minsk ; mais il fut arrêté dès septembre 1927, avant de passer plusieurs années en prison ou déporté dans différents camps de travail en Sibérie[2].

En 1933, il put brièvement retourner en Lettonie ; mais dut ensuite s'exiler en Occident, où il fut reçu par le pape Pie XI avant de devenir le recteur du séminaire de Riga. En 1944, durant l'occupation, la Gestapo l'envoie dans un camp de concentration en Allemagne.

À la demande du pape Pie XII, il est envoyé en Belgique en 1946 où il se voit confier la charge de la pastorale des réfugiés lettons qui se forment principalement à Louvain. À partir de 1951, il réside à l'abbaye du Mont-César, et en 1952, il est nommé visiteur apostolique pour les Russes et les Biélorusses de l'immigration.

Il a écrit un livre sur ses années d'emprisonnement et de tortures : « Témoin de Dieu chez les Sans-Dieu ».

En , sa dépouille mortelle a été transférée à Aglona dans la crypte de la basilique nationale d'Aglona.

BéatificationModifier

La cause pour sa béatification et canonisation est engagée en 2000 dans le diocèse de Bruxelles.

Le , le pape Jean-Paul II reconnaît l'héroïcité de ses vertus et le déclare vénérable.

Notes et référencesModifier

  1. « Évènements », La Documentation catholique, vol. 90, no 2083,‎ , p. 1048 (ISSN 0012-4613)
  2. Bernard Lecomte, Les Secrets du Vatican, Perrin 2009 p. 31

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Paul Lesourd, Entre Rome et Moscou, le Jésuite clandestin : Mgr Michel d’Herbigny, Paris, Editions P. Lethielleux, , 240 p. (ISBN 2 249 60107 0) pp. 92-100
  • S. Van Calster et D.Hanssens (trad. du néerlandais par F. Van Loo et F. Sergeys, préf. Godfried Danneels), L'anéantissement silencieux : Mgr Boleslas Sloskans 1893-1981 [« Mgr Boleslas Sloskans - Symbool van de vervolgde Kerk »], Paris, Pierre Téqui, , 108 p. (ISBN 2-7403-0763-2)

Liens externesModifier